ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

Sorties > Mercantour - Alpes Maritimes Italiennes > De Tende à Barcelonnette, 14 jours de ski en itinérance dans le Mercantour

De Tende à Barcelonnette, 14 jours de ski en itinérance dans le Mercantour ⭐⭐⭐

Massif : Mercantour - Alpes Maritimes Italiennes
Départ : Viévola (1100 m)

Topos associés : Mont Clapier, Tour et Sommet Cime Guilié, par le vallone della balma ghilié Cime de la Malédie, Tour et Sommet Nice - Briancon, Traversée Casterino > Cervières Traversée Mercantour Sud - Val Gesso, Est-Ouest Mont Pelat, en AR par Pas de la Grande Barre

Sommets associés : Mont Clapier (3045 m) Cime du Gélas (3143 m) Cime Guilié (2999 m) Cime de la Plate (2770 m) Mont Pelat (3050 m) Cime Ouest de Fenestre (2662 m) Cime de la Malédie (3059 m) Cime du Sabion (2610 m)

Orientation : T

Dénivelé : 17300 m.
Ski : 4.3

Sortie du vendredi 26 mars 2021

Nico06, gstephan

Conditions nivologiques, accès & météo

J1 : grand beau, doux, peu de vent. J2 : gros vent de secteur Nord en altitude, grand beau. J3 : le vent s'est calmé, toujours aussi beau. J4 : grand beau, peu de vent au sommet du Gélas. J5 : grand beau une bonne partie de la journée, peu de vent, se bâchant dans l'après-midi, puis neige en arrivant au refuge de la Cougourde. J6 : il a neigé dans la nuit, il continuera à floconner toute la journée, avec de belles éclaircies, peu de vent. J7 : gros temps dans nuit avec de la neige et du vent (retour d'Est), environ 40 cm tombés sur les lacs de Frémamorte, bâché le mati, se découvrant au fil de la journée, toujours avec quelques flocons, et du vent sur la frontière. J8 : beau temps, gros vent de secteur Nord près de la frontière, froid. J9 : toujours du vent dans le secteur de Vens, froid, grand beau. J10 : le vent est enfin tombé, grand beau, plus doux. J11 : peu de vent, grand beau, doux. J12 : grand beau, quelques cumulus dans l'après-midi. J13 : grand beau, bon vent de secteur Ouest au col de l'Escuzier. J14 : grand beau et doux.

Etat de la route : je passe, on a pris le train en grande partie. 
Altitude du parking : pas de parking pour nous.

Conditions de neige : globalement, un enneigement bien déficitaire dans les Alpes du Sud. Plus on montait vers le Nord en restant sur la frontière et moins il y en avait. Le Haut-Verdon nous a paru mieux enneigé que le secteur des lacs de Vens (moins de vent probablement).
Malgré cet enneigement déficitaire, on a peu porté et on a plutôt fait du bon ski (moquette et transfo en pentes ensoleillées les 5 premiers jours, poudre froide puis poudre réchauffée en pentes Nord après le retour d'Est), excepté dans le secteur des lacs de Vens où ça a été ravagé par le vent (grosses accumulations, neige cartonnée ou dure, peu skiable).

Activité avalancheuse observée : pas grand chose sur les 2 semaines, même après le retour d'Est. Certes, il y avait des grosses accumulations, mais nous n'avons pas vu de signes d'instabilité.

Skiabilité : 😐 Correcte

Compte rendu (par Nico06)

Avec Geoff uniquement de Tende à Isola, puis Gwen et Mag nous ont rejoints à partir d'Isola.


Itinéraire : voir détail des 2 semaines dans le récit.

C'était une idée que nous avions en tête depuis bien longtemps, traverser ce si beau massif en skis, de la Roya à l'Ubaye, de Tende à Barcelonnette. Ce massif dans lequel j'ai pris goût au ski de randonnée, il y a plus de 10 ans. Nous voulions également profiter de cette traversée pour gravir les 7 sommets "français" de plus de 3000 m d'altitude (Clapier, Malédie, Gélas, Corborant, Ténibre, Pelat et Cimet), mais ça, ce sera pour une prochaine fois...
Puis cette idée à germé l'an dernier, pendant le premier confinement, avec la réalisation d'une feuille de route et des premières traces sur Iphigénie.
Nous avions planifié ce raid pour mars 2021, avant même les évènements tragiques d'octobre dernier qu'a connus le Mercantour (et plus particulièrement les vallées de la Roya et de la Vésubie). Malgré cela, nous avons décidé de maintenir ce projet. En voici le récit.

Prologue : d'Annecy à Breil-sur-Roya par le rail
Jeudi 11 mars, je me rends en train chez l'ami Geoff qui habite près de Pontcharra. Le lendemain, chargés comme des mules (6 jours d'autonomie dans le sac), nous chopons, toujours à Pontcharra, à 6h du matin, le TER qui nous emmène à Valence. Une première correspondance et hop, un second TER pour Marseille-Saint-Charles. Une seconde correspondance et hop, un troisième TER pour Nice-Ville, où nous retrouvons mes parents qui nous emmènent la pitance (un fort bon repas avec des capouns nissarts, Geoff s'en souviendra) pour le soir. Puis nous sautons dans le train des Merveilles, nous en sortirons à Breil-sur-Roya, son terminus depuis le passage d'Alex. François (grand merci à toi !) nous récupère à la gare et nous hébergera pour la nuit.

Jour 1 : de Breil-sur-Roya au refuge de Valmasque 
"C'est sa bion de revenir dans le Mercantour"
Pour cette étape : 16,6 km et 1760 m de D+.
Redescendus à la gare de Breil toujours grâce à François, nous gagnons Tende avec les navettes gratuites mises en place après la tempête, pour remplacer les trains qui ne circulent toujours pas dans la vallée de la Roya.
Nous arrivons à Tende vers 8h, c'est désormais un village désert, un samedi matin, c'est si triste à voir...
Lucien (grand merci à toi aussi !), ami de François, nous récupère à la gare et nous monte jusqu'au bas du vallon de Caramagne. Il nous conseille aussi, pour gagner le refuge, de passer par la crête de Barchenzane et la Cime du Sabion.
Nous portons 300 m (en distance, pas en dénivelé) et chaussons les skis pour remonter ce magnifique vallon de Caramagne, suffisamment enneigé. Nous débouchons à la crête de Barchenzane avec une harde de chamois et quelques bouquetins, puis la suivons jusqu'à la Cime du Sabion. La partie la plus raide de la face W est déneigée, nous devons porter. Mais nous aurons pris du plaisir à skier le reste du vallon du Sabion (jusqu'à 2050 m) sur une belle moquette. Portage obligatoire aussi pour rejoindre ensuite le vallon de Valmasque. Puis remontée à skis, bien agréable en cette fin d'après-midi malgré nos sacs lourds, jusqu'au refuge de Valmasque, où nous serons seuls.

Jour 2 : du refuge de Valmasque au refuge de Nice 
"La colère d'Eole autour du Clapier"
Pour cette étape : 11,4 km et 1260 m de D+.
Fatigués par le long trajet en train et la 1ère étape de la veille, on décolle du refuge assez tardivement, vers 9h. Nous traversons le lac Vert et remontons le goulet sous le lac Gelé par une succession de conversions. On se croirait à l'Alpe d'Huez, Geoff en a le tournis. Les chamois nous accompagnent sur cette montée, c'est agréable. Arrivés au lac Gelé, le vent se fait déjà bien sentir. Nous mettons les crampons pour assurer la dernière pente sous le Pas de la Fous, puis les gardons pour gagner le pas Est du Clapier. On se prend une vraie claque au Pas avec le vent de secteur Nord qui souffle très fort. Et ce sera pareil tout au long de la traversée vers le Pas Ouest, sous l'imposante face Nord du 3000 le plus oriental du massif. Le Pas Ouest se franchit aussi en crampons, et nous descendons rapidement les premières pentes dans l'espoir de s'abriter du vent qui nous en met plein la tronche depuis près de 3 heures.
Fatigués par ce vent, nous décidons d'abandonner, pour ce jour, l'ascension du Clapier et filons rapidement au refuge de Nice, où nous serons seuls ce dimanche soir.

Jour 3 : boucle avec sacs légers autour du refuge de Nice 
"Malédie-ction conjurée au Clapier"
Pour cette étape : 15,6 km et 1700 m de D+.
Pour cette 3ème journée du raid, nous avons dans le viseur 2 "3000" du secteur, la Malédie et le Clapier. Avec les couteaux, nous gagnons rapidement les berges du lac Long. Puis nous longeons ce dernier pour gagner le couloir le plus à l'Ouest, bien enneigé, qui nous permettra de gagner le replat sous la Cime de la Malédie. La montée en crampons est efficace, grâce à Geoff, en grande forme, qui tracera l'intégralité du couloir. Au Pas de la Malédie, ça souffle fort et la face Nord de la cime est bien sèche. Nous renonçons au sommet (et donc au projet "au fil des 3000 du Mercantour") pour profiter d'une bonne moquette sur la descente, encore ensoleillée, du Pas du Muraion (dont l'entrée, très étroite, se fera au piolet). Une petite pause au refuge de Pagari, et Geoff retrace (en peaux cette fois-ci) vers le Pas de Pagari. La descente du Pas est excellente, avec une neige revenue à point.
Puis nous montons en direction du Clapier, que je gagne difficilement car Bottamor est de retour. La vue là-haut est toujours aussi belle, avec dans le viseur tout l'arc alpin et la Corse au large ! Très belle descente en moquette par la combe Ouest jusqu'au refuge de Nice où nous ne seront pas seuls pour cette seconde nuit.

Jour 4 : du refuge de Nice au Sanctuaire de la Madone de Fenestre 
"Après 4 jours sans douche, Gélas-ticot qui pègue"
Pour cette étape : 15,2 km et 1260 m de D+.
Le temps est toujours aussi beau ce matin, et ça souffle moins. Le début de l'itinéraire est le même que la veille, on monte au lac Long. Malheureusement, je casse un couteau dans la montée, va falloir faire sans jusqu'à Isola. Sous le couloir du Pas de la Malédie, nous bifurquons à gauche direction les Terrasses du Gélas. Nous chaussons le crampons rapidement, et nous élevons au-dessus du lac Long, face à la Malédie et au Clapier, c'est magnifique.
Au pied du couloir du Gélas, nous allégeons nos sacs pour aller gravir le plus haut sommet des Alpes Maritimes. La montée du couloir, que nous traçons à tour de rôle, n'est pas très simple, la neige est très changeante. Nous poursuivons néanmoins jusqu'au sommet (bien sec depuis la selle) où la vue est toujours aussi belle. Quel bonheur d'être là-haut. Je vois les collines niçoises où vivent mes parents.
Nous désescaladons prudemment le sommet pour rejoindre nos skis à la selle. La descente du couloir est délicate, la neige n'est pas celle espérée. Geoff réussira à déclencher quelques virages sautés, pas moi.
Pause pique-nique au pied du couloir, puis nous remontons au Balcon. Le couloir des Italiens est bien sec aussi, il ne fait pas envie.
La pente Sud sous le balcon est agréable à skier. La suite le sera beaucoup moins (neige dure avec de gros sastruggis). Je n'ai jamais vu les ressauts de l'itinéraire classique du Gélas aussi peu enneigés, même début mai... On retrouvera une belle qualité de ski dans le vallon Cabret avec une belle transfo.
Un brin de toilette dans le torrent sous les vacheries, et nous gagnons le refuge où nous rencontrons Jean-Baptiste, Marc et Marcel.

Jour 5 : de la Madone de Fenestre au refuge de la Cougourde 
"Au Pas des Ladres, le ski est meilleur à Ladres-et qu'à l'ubac"
Pour cette étape : 10 km et 1020 m de D+.
Petite étape aujourd'hui, pour récupérer après 3 jours intenses.
Peu après le sanctuaire, nous tombons sur 3 chamois (dont un jeune) qui jouent à cache-cache avec nous. Nous attendons, prenant des photos, et ils finissent par s'accommoder de notre présence. Un moment génial comme on en vit beaucoup dans le Mercantour.
Nous filons ensuite vers le Pas de Ladres. Au Pas, nous laissons des affaires pour se faire un petit extra tout en moquette à la Cime Ouest de Fenestre.
Puis pause déjeuner au Pas, et descente sur un manteau neigeux alternant croûte et moquette (en fonction des orientations) jusqu'au lac de Trécolpas. En dessous, c'est plus délicat, l'enneigement est bien faible. Nous réussissons néanmoins à cheminer à skis vers la Cougourde, refuge que nous rejoignons après quelques traversées acrobatiques de ruisseaux et quelques portages. Le retour d'Est arrive, il se met à neiger.

Jour 6 : du refuge de la Cougourde au Bivacco Jacques Guiglia 
"Tout guillerets dans la Balme de Guilié"
Pour cette étape : 16,6 km et 1800 m de D+.
Au refuge, il est tombé 5 à 10 cm dans la nuit, avec du vent. Au-dessus du lac des Sagnes, on trouve rapidement 20 à 30 cm à tracer. On ne s'attendait pas à une telle épaisseur. La traversée vers les lacs Bessons est magique, il floconne encore et le soleil a réussi à percer la couverture nuageuse, une belle éclaircie qui nous suivra une bonne partie de la journée.
Nous abandonnons l'ascension de la Cime Guilié, la dernière pente étant sèche.
Puis nous crions de joie dans tout le canyon de la Balme de Guilié, avec 20 à 30 cm de neige fraîche légère sur fond dur et homogène, un régal. Je n'osais pas espérer de si belles conditions pour ma première dans cet itinéraire mythique du massif. Pause déjeuner sous le refuge Regina Elena, puis nous repeautons direction le col de Frémamorte. La dernière partie de la pente raide d'accès aux lacs nous donnera quelques sueurs froides, et nous obligera à poursuivre 1 par 1, la faute à un manteau neigeux " surprise" sans cohésion sur 40 cm d'épaisseur pour les dernières conversions.
Au col de Frémamorte, le temps se bâche, il se remet à neiger, nous abandonnons l'idée d'atteindre le refuge Questa via la brèche Margiole, et nous rejoignons, au GPS, le bivouac Guiglia, une superbe petite boîte à sardines rouge. Geoff y trouvera un superbe sac de couchage militaire des années 70 qui lui tiendra chaud toute la nuit. Nous y avons trouvé également quelques "fagiolis bianchi" que nous n'avons pas osé cuisiner.

Jour 7 : du Bivacco Guiglia à Isola 
"Bottamor de retour dans le Mercantour"
Pour cette étape : 16,8 km et 850 m de D+.
-5°C au réveil dans le bivacco, ça caille. Dehors, il neige toujours et ça souffle fort.
Nous rejoignons le col de Frémamorte sans aucune visibilité, en fouettant régulièrement la neige à l'aide de 2 sangles attachées à un bâton ("Félindra, tête de tigre..."). Nous sortons la corde pour tester la pente Sud du col, bien chargée (50 cm de neige récente) : des accumulations, mais pas de signe d'instabilité, ça passe. La descente jusqu'à la passerelle d'Ingolf, dans la poudre, entre les mélèzes, et avec une éclaircie providentielle, est incroyable ! Elle contraste tellement avec les 1ers jours du raid.
La suite de l'étape est par contre bien plus pénible, malgré la beauté des paysages, car nous bottons à mort !
Nous gagnons Isola 2000 en fin d'après-midi, et nous apprenons le confinement pour le 06 dès le lendemain.... Ah le coup de massue, on ne s'y attendait pas.
A Isola, que nous gagnons en navette, nous retrouvons les filles qui sont descendues en train depuis Pontcharra.
Avec le retour d'Est, nous décidons d'abandonner la traversée Isola 2000 - Refuge de Vens via San Bernolfo et le refuge de Rabuons. Et cherchons à gagner le plus rapidement possible le 04, via le refuge de Vens pour aller sur Larche.

Jour 8 : de Saint-Etienne-de-Tinée au refuge de Vens 
"Le supplice du Claï Inférieur"
Pour cette étape : 12,5 km et 1480 m de D+.
Nous n'allons pas nous étendre sur cette étape, car malgré la beauté des paysages (notamment en fin de journée sur la traversée des lacs de Vens), elle ne restera pas dans les annales...
Au programme de la journée : peu ou pas de neige, beaucoup de portage, du bottage, du vent fort, des températures bien froides, de la neige inskiable sous le sommet et sous le lac des Babarottes, des sacs bien lourds avec le ravitaillement amené par les filles. C'est décidé, on se reposera le lendemain. Et on attendra que le vent souffle moins fort. 

Jour 9 : un peu de tricotage autour du refuge de Vens 
"Au refuge de Vens, on n'aVens plus"
Pour cette étape : 7,8 km et 300 m de D+.
Matinée découpage de bois. Et un peu de balade à skis dans l'après-midi. Le vent souffle toujours aussi fort. et la neige est toujours aussi mauvaise dans le secteur, qui est par ailleurs moins enneigé. On décide d'abandonner l'idée de traversée sur Larche, car le vent devrait continuer à souffler sur la frontière, et l'enneigement semble bien déficitaire vers le Chambeyron.

Jour 10 : du refuge de Vens à Saint-Dalmas-le-Selvage 
"Aujourd'hui, on va faire une Bonette-ape"
Pour cette étape : 30,6 km et 1300 m de D+.
On a tous récupéré, on décide de boucler par le Salso Moreno et le col de Collombart pour une belle et grande étape sauvage.
Montée en crampons jusqu'au Pas de Morgon, c'est beau, et ça souffle moins.
Un peu de poudreuse non travaillée par le vent derrière le Pas de Morgon nous redonne la banane. Puis on profite des grandes étendues du Salso Moreno. Pause déjeuner au bas du vallon avant une remontée efficace jusqu'au col des Fourches. Puis une langue de neige le long de la route du col au-dessus de Bousiéyas nous permet de gagner rapidement, au milieu des chamois, le bord de la Tinée. Nous suivons ensuite la rivière jusqu'au magnifique bois d'Amprène, puis nous nous élevons dans le tout aussi beau vallon de Chaufrède, dans lequel nous profitons du plaisir de tracer dans 15 cm de poudreuse.
Au col de Collombart, nous pouvons voir derrière nous le chemin parcouru sur cette longue étape, mais ce n'est pas encore fini.
La descente dans le vallon de Collombart est délicate car l'enneigement est bien faible. Puis nous gagnons le village via la route du col de la Moutière en neige regelée, un peu dégueulasse à skier à cette heure si tardive. On déchaussera environ 200 m au-dessus de Saint-Dalmas-le-Selvage.

Jour 11 : de Saint-Dalmas-le-Selvage à Bayasse 
"On ne Braisse pas la garde pour fuir le 06"
Pour cette étape : 17,8 km et 1140 m de D+.
Magnifique étape de transition via le col de la Braïssa pour gagner Bayasse.
Nous avons pris beaucoup de plaisir à tracer la montée au col dans 10 à 15 cm de poudreuse assez légère, mais également à tracer la partie haute de la descente dans de la poudreuse légèrement humide bien agréable à skier.
La traversée du raide mélézin pour sortir du vallon de Sanguinerette est moins agréable, mais tout passe en skis, et la lumière en fin d'après midi dans cette forêt est exceptionnelle.

Jour 12 : AR au Mont Pelat depuis Bayasse
Pour cette étape : 26,3 km et 1590 m de D+.
1er 3000 du raid pour les filles (et probablement le dernier pour nous tous vu l'enneigement très faible du Cimet). Nous avons fait l'AR par le Pas de la Grande Barre. La face sommitale du Pelat est bien sèche, mais cela passe encore à skis jusqu'à 80 m sous le sommet. Au retour, nous avons fait le tour de la Grande Cayolle pour aller chercher la moquette en versants Sud.

Jour 13 : Cime de la Plate et col de l'Escuzier depuis Bayasse
Pour cette étape : 18,1 km et 1260 m de D+.
Super belle sortie dans ce si large vallon sous la Cime de la Plate et la crête de la Clape. Poudreuse humide très bonne é skier dans les orientations Nord, moquette dans le versant Ouest du col de l'Escuzier.
Nous avons du porter jusqu'à 1960 m d'altitude sur la route du col de la Moutière.

Jour 14 : de Bayasse à Sauze
Pour cette étape : 12 km et 560 m de D+.
Portage sur toute la montée au col des Fours.
Juste sous le col, nous sommes tombés sur une harde de 20 bouquetins, magique !
La descente par les pistes jusqu'à Sauze. intégralement à skis, est encore bien agréable.
Puis nous avons fait du stop pour gagner Barcelonnette.
Le raid est terminé, repos maintenant. :-)

Epilogue
Après avoir rejoint Barcelonnette. nous avons chopé un bus Zou pour Gap, où nous avons passé une dernière nuit. Puis un bus SNCF pour Grenoble et un TER pour Pontcharra.
Malgré quelques imprévus qui ont nécessité quelques changements de programme, nous avons adoré ces 14 jours passés dans ce sauvage massif du Mercantour où nous aurons croisé bien plus d'animaux que de randonneurs.
Il y a une ambiance particulière dans ces montagnes du Sud, une atmosphère qui ne laisse pas insensible tout skieur qui a la chance de fouler ces belles pentes, si proches de la mer.
Nous y reviendrons, notamment pour la traversée entre Rabuons et Vens, et d'autres sommets non skiés pendant ce raid.

J7 : errance à la recherche du Col de Fremamorte, technique \J7 : errance à la recherche du Col de Fremamorte, technique "Felindra"
J7 : Déscente sur Salèze, une poudre in-descente !!J7 : Déscente sur Salèze, une poudre in-descente !!
J7 : C'est l'orgie !!J7 : C'est l'orgie !!
J0 : va falloir faire rentrer tout ça !J0 : va falloir faire rentrer tout ça !
J0 : Marseille- Saint-Charles, Geoff ne peut plus attendre pour skier !J0 : Marseille- Saint-Charles, Geoff ne peut plus attendre pour skier !
J0 : arrivée à Breil-sur-RoyaJ0 : arrivée à Breil-sur-Roya
J0 : vue sur BreilJ0 : vue sur Breil
J1 : Tende, désert... :-(J1 : Tende, désert... :-(
J1 : dans le vallon de CaramagneJ1 : dans le vallon de Caramagne
J1 : dans le vallon de CaramagneJ1 : dans le vallon de Caramagne
J1 : sur la crête de BarchenzaneJ1 : sur la crête de Barchenzane
J1 : en montant à la Cime du SabionJ1 : en montant à la Cime du Sabion
J1 : Un joli quatuor !J1 : Un joli quatuor !
J1 : Nico au sommet de la Cime du SabionJ1 : Nico au sommet de la Cime du Sabion
J1 : départ de la Cime du SabionJ1 : départ de la Cime du Sabion
J1 : 1ers virage du raid !J1 : 1ers virage du raid !
J1 : harde de chamois dans le vallon du SabionJ1 : harde de chamois dans le vallon du Sabion
J1 : dernière montée vers le refuge de ValmasqueJ1 : dernière montée vers le refuge de Valmasque
J1 : pont détruit dans le vallon de ValmasqueJ1 : pont détruit dans le vallon de Valmasque
J1 : au refuge de ValmasqueJ1 : au refuge de Valmasque
J2 : le refuge de Valmasque au petit matinJ2 : le refuge de Valmasque au petit matin
J2 : traversée du lac VertJ2 : traversée du lac Vert
J2 : Au départ de la ValmasqueJ2 : Au départ de la Valmasque
J2 : sous le lac GeléJ2 : sous le lac Gelé
J2 : les lacs Vert, Noir et du BastoJ2 : les lacs Vert, Noir et du Basto
J2 : au-dessus du lac GeléJ2 : au-dessus du lac Gelé
J2 : vue sur la mer depuis le Pas de la FousJ2 : vue sur la mer depuis le Pas de la Fous
J2 : Mon rêve se réalise, skier avec la mer en toile de fond ! :-)J2 : Mon rêve se réalise, skier avec la mer en toile de fond ! :-)
J2 : descente du Pas E du ClapierJ2 : descente du Pas E du Clapier
J2 : Remontée au pas W du ClapierJ2 : Remontée au pas W du Clapier
J2 : descente sur le refuge de Nice depuis le Pas W du ClapierJ2 : descente sur le refuge de Nice depuis le Pas W du Clapier
J2 : Toujours aussi magnifique...J2 : Toujours aussi magnifique...
J2 : refuge de NiceJ2 : refuge de Nice
J2 : le Clapier, non gravi ce jourJ2 : le Clapier, non gravi ce jour
J3 : au-dessus du refuge de Nice, en montant sur le lac LongJ3 : au-dessus du refuge de Nice, en montant sur le lac Long
J3 : au-dessus du lac LongJ3 : au-dessus du lac Long
J3 : Les séracs du lac Long !J3 : Les séracs du lac Long !
J3 : Geoff sous le Pas de la MalédieJ3 : Geoff sous le Pas de la Malédie
J3 : la face NE de la Malédie, bien sècheJ3 : la face NE de la Malédie, bien sèche
J3 : Nico et la MaladieJ3 : Nico et la Maladie
J3 : Geoff au-dessus du Pas du MuraionJ3 : Geoff au-dessus du Pas du Muraion
J3 : Pas du Muraion en moquette impec ! ;-)J3 : Pas du Muraion en moquette impec ! ;-)
J3 : le Pas du MuraionJ3 : le Pas du Muraion
J3 : la face N de la Malédie depuis le refuge de PagariJ3 : la face N de la Malédie depuis le refuge de Pagari
J3 : sous l'imposante face Nord de la Malédie, en montant au Pas de PagariJ3 : sous l'imposante face Nord de la Malédie, en montant au Pas de Pagari
J3 : La face N de la Malédie et le pas du MuraionJ3 : La face N de la Malédie et le pas du Muraion
J3 : Eole est artiste au pas de PagariJ3 : Eole est artiste au pas de Pagari
J3 : La Paglia Orba au loin, côté CorseJ3 : La Paglia Orba au loin, côté Corse
J3 : le ClapierJ3 : le Clapier
J3 : Nico a fond dans le pas de Pagari, sur fond de Clapier !J3 : Nico a fond dans le pas de Pagari, sur fond de Clapier !
J3 : le couloir sous le sommet du ClapierJ3 : le couloir sous le sommet du Clapier
J3 : Geoff au sommet du ClapierJ3 : Geoff au sommet du Clapier
J3 : 1er 3000 du fil !J3 : 1er 3000 du fil !
J2 : sous le refuge de NiceJ2 : sous le refuge de Nice
J4 : Dans la montée aux terrasses du GélasJ4 : Dans la montée aux terrasses du Gélas
J4 : la Malédie et le ClapierJ4 : la Malédie et le Clapier
J4 : Nico a la trace dans le couloir d'accès au GélasJ4 : Nico a la trace dans le couloir d'accès au Gélas
J4 : Geoff au sommet du 06J4 : Geoff au sommet du 06
J4 : Sommet du Gélas !!J4 : Sommet du Gélas !!
J4 : au Balcon du GélasJ4 : au Balcon du Gélas
J4 : le Gélas depuis son BalconJ4 : le Gélas depuis son Balcon
J4 : le couloir des Italiens, pas en conditionsJ4 : le couloir des Italiens, pas en conditions
J4 : l'Argentera depuis le Balcon du GélasJ4 : l'Argentera depuis le Balcon du Gélas
J4 : le Viso depuis le Balcon du GélasJ4 : le Viso depuis le Balcon du Gélas
J4 : le vallon Cabret, bucolique !J4 : le vallon Cabret, bucolique !
J4 : le vallon CabretJ4 : le vallon Cabret
J4 : le GélasJ4 : le Gélas
J4 : le refuge de la Madone de FenestreJ4 : le refuge de la Madone de Fenestre
J4 : le Sanctuaire de la Madone de FenestreJ4 : le Sanctuaire de la Madone de Fenestre
J4 : le Gélas depuis le Sanctuaire de la Madone de FenestreJ4 : le Gélas depuis le Sanctuaire de la Madone de Fenestre
J5 : coucou vous deux !J5 : coucou vous deux !
J5 : coucou toi !J5 : coucou toi !
J5 : Rencontre magique !J5 : Rencontre magique !
J5 : en montant au Pas des LadresJ5 : en montant au Pas des Ladres
J5 : le Gélas et son couloir W bien secJ5 : le Gélas et son couloir W bien sec
J5 : au sommet de la Cime Ouest de FenestreJ5 : au sommet de la Cime Ouest de Fenestre
J5 : les Larmes d'Ulysse, depuis la Cime Ouest de FenestreJ5 : les Larmes d'Ulysse, depuis la Cime Ouest de Fenestre
J5 : le Férion et le Mont Chauve depuis la Cime Ouest de FenestreJ5 : le Férion et le Mont Chauve depuis la Cime Ouest de Fenestre
J5 : Geoff en virage sauté sous la Cime Ouest de FenestreJ5 : Geoff en virage sauté sous la Cime Ouest de Fenestre
J5 : Au pas des Ladres avec le retour d'est qui arrive...J5 : Au pas des Ladres avec le retour d'est qui arrive...
J5 : traversée de ruisseau sous la CougourdeJ5 : traversée de ruisseau sous la Cougourde
J5 : il neige à la CougourdeJ5 : il neige à la Cougourde
J5 : Couchant depuis la CourgourdeJ5 : Couchant depuis la Courgourde
J5 : le refuge de la CougourdeJ5 : le refuge de la Cougourde
J5 : le vallon du Boréon depuis le refuge de la CougourdeJ5 : le vallon du Boréon depuis le refuge de la Cougourde
J6 : la majestueuse CougourdeJ6 : la majestueuse Cougourde
J6 : Geoff et la CougourdeJ6 : Geoff et la Cougourde
J6 : Sous le retour d'estJ6 : Sous le retour d'est
J6 : sous les lacs BessonsJ6 : sous les lacs Bessons
J6 : au-dessus des lacs BessonsJ6 : au-dessus des lacs Bessons
J6 : sous le GuiliéJ6 : sous le Guilié
J6 : du bleu côté Français, le Caire NègreJ6 : du bleu côté Français, le Caire Nègre
J6 : sous le GuiliéJ6 : sous le Guilié
J6 : si bon ski dans la Balme de GuiliéJ6 : si bon ski dans la Balme de Guilié
J6 : Sous la Cime Guilié, déjà une bonne couche !J6 : Sous la Cime Guilié, déjà une bonne couche !
J6 : Exceptionnel !!J6 : Exceptionnel !!
J6 : si bon ski dans la Balme de GuiliéJ6 : si bon ski dans la Balme de Guilié
J6 : si bon ski dans la Balme de GuiliéJ6 : si bon ski dans la Balme de Guilié
J6 : si bon ski dans la Balme de GuiliéJ6 : si bon ski dans la Balme de Guilié
J6 : si bon ski dans la Balme de GuiliéJ6 : si bon ski dans la Balme de Guilié
J6 : si bon ski dans la Balme de GuiliéJ6 : si bon ski dans la Balme de Guilié
J6 : Entrée dans le canyon pour NicoJ6 : Entrée dans le canyon pour Nico
J6 : Nico réalise un rêve !J6 : Nico réalise un rêve !
J6 : la Cime NastaJ6 : la Cime Nasta
J6 : la Cime NastaJ6 : la Cime Nasta
J6 : en remontant aux lacs de FrémamorteJ6 : en remontant aux lacs de Frémamorte
J6 : Le bivacco Guiglia, enfin !J6 : Le bivacco Guiglia, enfin !
J6 : semoule au Bivacco GuigliaJ6 : semoule au Bivacco Guiglia
J8 : Crottes avec poils    traces... Loup y es-tu ?J8 : Crottes avec poils traces... Loup y es-tu ?
J8 : en montant au Claï InférieurJ8 : en montant au Claï Inférieur
J8 : en montant au Claï InférieurJ8 : en montant au Claï Inférieur
J8 : en montant au Claï InférieurJ8 : en montant au Claï Inférieur
J8 : en montant au Claï InférieurJ8 : en montant au Claï Inférieur
J8 : le Claï SupérieurJ8 : le Claï Supérieur
J8 : en arrivant au refuge de VensJ8 : en arrivant au refuge de Vens
J8 : en arrivant au refuge de VensJ8 : en arrivant au refuge de Vens
J8 : en arrivant au refuge de VensJ8 : en arrivant au refuge de Vens
J8 : en arrivant au refuge de VensJ8 : en arrivant au refuge de Vens
J8 : en arrivant au refuge de VensJ8 : en arrivant au refuge de Vens
J9 : sous le grand lac de VensJ9 : sous le grand lac de Vens
J9 : au bas des lacs de VensJ9 : au bas des lacs de Vens
J9 : sous le grand lac de VensJ9 : sous le grand lac de Vens
J9 : au-dessus du refuge de VensJ9 : au-dessus du refuge de Vens
J9 . lever de soleil sur la Pointe Côte de l'ÂneJ9 . lever de soleil sur la Pointe Côte de l'Âne
J10 : sous le Collet de TortisseJ10 : sous le Collet de Tortisse
J10 : en arrivant au Pas de MorgonJ10 : en arrivant au Pas de Morgon
J10 : sous le Pas de MorgonJ10 : sous le Pas de Morgon
J10 . au Pas de MorgonJ10 . au Pas de Morgon
J10 : bon ski derrière le Pas de MorgonJ10 : bon ski derrière le Pas de Morgon
J10 : sous le Pas de MorgonJ10 : sous le Pas de Morgon
J10 : Mag, toujours là pour les virages carte postale !J10 : Mag, toujours là pour les virages carte postale !
J10 : Chamoix solitaire sur le Salso MorenoJ10 : Chamoix solitaire sur le Salso Moreno
J10 : montée au col des FourchesJ10 : montée au col des Fourches
J10 : au-dessus de BousiéyasJ10 : au-dessus de Bousiéyas
J10 : en remontant le long de la TinéeJ10 : en remontant le long de la Tinée
J10 : dans le vallon de ChaufrèdeJ10 : dans le vallon de Chaufrède
J10 : Traces de TétrasJ10 : Traces de Tétras
J10 : dans le vallon de ChaufrèdeJ10 : dans le vallon de Chaufrède
J11 : depuis BayasseJ11 : depuis Bayasse
J10 : dans le vallon de ChaufrèdeJ10 : dans le vallon de Chaufrède
J10 : dans le vallon de ChaufrèdeJ10 : dans le vallon de Chaufrède
J10 : le vallon de Collombart bien secJ10 : le vallon de Collombart bien sec
J10 : en descendant sur Saint-DalmasJ10 : en descendant sur Saint-Dalmas
J11 : Un beau Mouflon mâle !J11 : Un beau Mouflon mâle !
J11 : des mouflons au-dessus de Saint-DalmasJ11 : des mouflons au-dessus de Saint-Dalmas
J11 : sous la cabane de la BraisseJ11 : sous la cabane de la Braisse
J11 : la cabane de la BraisseJ11 : la cabane de la Braisse
J11 : en montant au col de la BraïssaJ11 : en montant au col de la Braïssa
J11 : en descendant du col de la BraïssaJ11 : en descendant du col de la Braïssa
J11 : en descendant sur BayasseJ11 : en descendant sur Bayasse
J11 : en arrivant sur BayasseJ11 : en arrivant sur Bayasse
J11 : BayasseJ11 : Bayasse
J12 : direction le PelatJ12 : direction le Pelat
J12 : direction le PelatJ12 : direction le Pelat
J12 : Sur la route du Col de la CayolleJ12 : Sur la route du Col de la Cayolle
J12 : direction le PelatJ12 : direction le Pelat
J12 : en montant dans la Grande CayolleJ12 : en montant dans la Grande Cayolle
J12 : en montant dans la Grande CayolleJ12 : en montant dans la Grande Cayolle
J12 : sous le Pas de la Grande BarreJ12 : sous le Pas de la Grande Barre
J12 : Cramponnage au pas de la grande BarreJ12 : Cramponnage au pas de la grande Barre
J12 : en remontant au Pas de la Grande BarreJ12 : en remontant au Pas de la Grande Barre
J12 : sous le Pas de la Grande BarreJ12 : sous le Pas de la Grande Barre
J12 : le Cimet bien sec, ce sera pour une autre foisJ12 : le Cimet bien sec, ce sera pour une autre fois
J12 : descente sur BayasseJ12 : descente sur Bayasse
J12 : BayasseJ12 : Bayasse
J12 : La troupe au complet.J12 : La troupe au complet.
J13 : la cabane de la MoutièreJ13 : la cabane de la Moutière
J13 : en montant à la Cime de la PlateJ13 : en montant à la Cime de la Plate
J13 : en montant à la Cime de la PlateJ13 : en montant à la Cime de la Plate
J13 : halo sur la crête de la ClapeJ13 : halo sur la crête de la Clape
J13 : les filles à la trace en montant à la Cime de la PlateJ13 : les filles à la trace en montant à la Cime de la Plate
J13 : à la Cime de la Plate, le Pelat derrièreJ13 : à la Cime de la Plate, le Pelat derrière
J13 : l'impressionnante face E du CimetJ13 : l'impressionnante face E du Cimet
J13 : bon ski en descendant de la Cime de la PlateJ13 : bon ski en descendant de la Cime de la Plate
J13 : en redescendant sur la cabane de la MoutièreJ13 : en redescendant sur la cabane de la Moutière
J13 : la crête de la ClapeJ13 : la crête de la Clape
J13 : BayasseJ13 : Bayasse
J14 : direction le col des FoursJ14 : direction le col des Fours
J14 : montée sèche au col des FoursJ14 : montée sèche au col des Fours
J14 : sous le col des FoursJ14 : sous le col des Fours
J14 : au col des FoursJ14 : au col des Fours
J14 : en short sur les pistes de Sauze, c'est aussi ça le ski dans le SudJ14 : en short sur les pistes de Sauze, c'est aussi ça le ski dans le Sud

Commentaires

V
ventus2, le 28.03.21 08:37

Joli périple bien raconté!!

Gemitaut, le 28.03.21 09:00

Bravo !

ogcnice, le 28.03.21 09:27

Génial !! bravo 😉

Phil'Ô, le 28.03.21 09:48

Superbe... c'est ça aussi le Mercantour... des conditions de neige pas toujours évidentes mais des montagnes sauvages et envoûtantes

Phil'Ô, le 28.03.21 09:48

Veinards

T
taramont, le 28.03.21 10:03

ça c'est du beau ou je ne m'y connais pas ! époustouflant ! 🙂

DidierGO, le 28.03.21 11:41

Bien vu Nico, vous avez fait un beau périple et surtout un Balme Guillé en superbes conditions et sans la moindre trace 😉

Nico06, le 28.03.21 11:59

@ tous : merci ! 😊
@ Phil'Ô : c'est justement pour ces montagnes sauvages envoûtantes que nous avons voulu réaliser cette traversée du Mercantour, peu importe les conditions de neige. 🙄
La poudre dans la Balme, c'était la grosse cerise sur le gâteau. 😄
@ Didier : merci encore pour les infos que tu nous as données juste avant de partir, elles nous ont été très utiles. Et les conditions dans la Balme, c'était un gros coup de chance. 🙄

M
mdenizot, le 28.03.21 14:18

Magnifique!!...

C
CFleury, le 28.03.21 17:05

Bravo @vous !!
Je suis contente de lire le récit de votre périple - et d'apprendre ce que vous avez fait après qu'on se soit croisés au refuge de Nice ! Nous ne sommes pas passé loin les uns des autres par la suite... St Etienne de Tinée, St Dalmas le Selvage.... mais pour notre part, nous avons profité d'un covoit pour éviter le mauvais temps au dessus du Ténibre. Après Barcelonnette, 3 jours en Ubaye côté Chambeyron... avec un enneigement effectivement déficitaire. Par contre, côté Tête de Fer, c'était vraiment excellent avec 20cm de peuf ! Au plaisir de vous croiser à Annecy ou ailleurs en montagne 😄 Bizz

el-manu, le 28.03.21 17:26

très chouette, peut être un poil tard (pour cette année), de bonnes ondes pour la prochaine 🙂

L
ludodo, le 28.03.21 18:39

Bravo pour ce beau périple qui donne bien envie

A
AlpVir, le 28.03.21 20:00

Tres Magnifique !!!
Je précise que la trace GPS attachée à cette série de "voyages" ne correspond pas, ce n'est pas la bonne.
Quelqu'un peut-il réparer et télécharger la trace GPS exacte et complète?

Nico06, le 28.03.21 20:11

@AlpVir : la trace GPS ??? Je n'ai pas mis de trace GPS. J'ai choisi un topo de traversée du Mercantour qui ne correspond pas forcément à la traversée que nous avons faite. Je n'ai pas eu envie de créer un topo pour notre traversée. Par contre, l'itinéraire suivi est bien décrit dans le récit que nous avons rédigé, jour après jour. 😉

J
jeanluc, le 28.03.21 20:25

Magnifique, très beau périple, et belles photos ! Sauvage assurément ! 😎

B
Bauges74, le 28.03.21 23:22

Grande classe, merci pour ce beau partage dans l'authentique.

B
Boris Pivaudran, le 29.03.21 09:49

Bravo pour ce chouette voyage dans le plus beau massif des Alpes 😜 et très bon choix de sous-couche technique 😉

gstephan, le 29.03.21 09:54

@Boris : Porté 8 jours non stop ton T-shirt !!! Il a fait le job impeccablement ! 😉
Et merci à tous pour vos commentaires... On atterrit tout juste. Une traversée qui va longtemps rester dans les mémoires ! 😄

Nico06, le 29.03.21 11:27

@ Boris, tu ne voudrais pas faire des chaussettes aussi pour Geoff ? 😄

Nico06, le 29.03.21 11:28

@ Geoff, merci pour les photos que tu as rajoutées, elles sont très belles ! 😊

S
SebL, le 29.03.21 11:46

Bravo, un beau périple, malgré la neige qui ne semblait pas complètement au rendez-vous. C'est chouette d'avoir exploiter les bus/train pour aller dans ces montagnes taillées pour le ski. Ça me rappelle notre traversée de 2 semaines en...2003, où nous avions fait l'approche avec la train des Pignes puis un bus. La mobilité douce n'était pas aussi pratiquée à l'époque et on avait fait sensation avec nos skis dans le train des Pignes...

Ferski, le 30.03.21 22:25

Félicitations pour ce si beau voyage, d'une région que j'affectionne tout particulièrement.
Des conditions de neige pas toujours remplies,
mais on en prend toujours pleins les mirettes
de ces paysages sauvages et authentiques. 🙄 😉

Cette sortie