ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié
Accueil > Tous les forums > Matériel & techniques > Tu as appris à skier où et comment ?

Tu as appris à skier où et comment ?


Aller à la page : 1 2 3 4 5 Suivante

Nouveau sujet Voir tous les sujets Chercher Archives
P
pacou73
[10 posts] - Le 11/03/2010 18:15

A en croire certains la tendance (écolo élitiste) est à pester systématiquement contre les stations de ski et ce fameux fric qu'elles dégagent (pour certaines !).
En oubliant deux choses : 1) qui n'a jamais pris un télésiège pour apprendre à skier (a ces gosses ou lui même en hors piste) - Comment fait on pour apprendre direct en ski de rando et combien de temps faudrait il pour skier dans du 3.x ou du 4.x ?
2) que si tout n'est pas "blanc" dans les stations; sans elles la montagne serait certes plus belle mais les montagnards habiteraient tous Grenoble, Chambéry dans le meilleur des cas. Resterait alors 1 agriculteur de montagne par village (et encore !) + une ecole primaire fermée + un gîte d'etape ouvert de temps en temps !

Les stations un mal nécessaire, mais qu'est ce que je skie mieux dans la poudre et les couloirs à 45°; sans parler des évolutions du matériel de ski induites !

Alors vous, vous avez appris à skier où et comment ?

Phil'Ô
[1652 posts] - Le 11/03/2010 18:27

En station.

Selon moi, les stations sont un mal nécessaire...

Par contre, c'est la course en avant qui est (à mon sens) dangereuse.

Les stations investissent lourdement dans des transports-mécanisés toujours plus modernes, histoire d'avaler toujours plus de skieurs à l'heure 😯

Puis pour rentabiliser ses investissements lourds, c'est la débauche de canons à neige avec la dépense énergétique et en ressource qui va avec 🤢

Et puis il en faut toujours plus... Construire une nouvelle remontée, pour coloniser une combe aujourd'hui encore vierge... qui verra dans quelques années arriver les canons, etc... Pour relier deux stations entre elles... avec comme leitmotiv (proposer toujours plus de kilomètres de pistes 🤢 , aller toujours plus haut 🤭 )

C'est ce cercle vicieux qu'il faut casser à mon gout. Car sans cela, dans 50 ans, seuls les parcs nationaux resteront vierge de tout aménagement...

neigerome
[526 posts] - Le 11/03/2010 18:38

sujet intéressant

pour répondre à ta question, j'ai appris en station au ski club de merlin gerin (anciennement schneider) tous les mercredis à feu val pelouse et prapoutel-chamrousse.
Mais mes premières glissades furent avec mon père à 1200m d'altitude en hors piste dans les alpes de haute provence. Damage fait par nos soins pour confectionner une piste puis tabase !!!

Mes enfants ont suivis cette enseignement nature et désormais ils sont en ski club afin d'acquérir un niveau correct afin de suivre.
Pour ce qui est des stations, elles sont a mon avis utiles pour nombre de personnes qui veulent se faire plaisir, apprendre, skier dans des zones où elles peuvent pratiquer en relative sécurité.
Le premier aspect que je critique dans les stations c'est l'ambition de tout vouloir couvrir de poteaux alors même qu'il est difficile pour un skieur moyen à fort de pouvoir parcourir l'ensemble du domaine en une journée. Je balaye le cout d'un forfait... 😠
L'autre aspect est la non prise en compte du milieu dont elles dépendent. Création de bassin de rétention d'eau qui ne s'écoule plus au détriment d'autres usagers-milieux naturels en aval. consommation non maitrisée des fluides....

F
fuzza2a
[51 posts] - Le 11/03/2010 20:31

Pour ma part c'etait sur les pentes de l'Incudinu(2.x) pour mes premiers pas.
Puis sur les pentes du Renosu dans du 3.x pour ma deuxieme, certe ce fut tendu mais maintenant je ski partout et j'ai pauffiner mon ski en station plus tard, mais ca t'apprend pas a skier en croutée ou en poudre profonde ou j'ai eu l'impression de repartir a zero a chaque descente.

greg'
- Le 11/03/2010 21:21

sur des ski 😜

greg'
- Le 11/03/2010 21:36

pascal a dit: Comment fait on pour apprendre direct en ski de rando et combien de temps faudrait il pour skier dans du 3.x ou du 4.x ?

tu prends des ski de rando ( en 2002) et une fois que tu es en haut, faut descendre, jusqu'a épuisement, du répéte la manoeuvre et un jour tu y arrive, pour moi au bout de 3 ans d'acharnement, le plaisir de la glisse est arrivé, 7 ans après mon premier planté de baton 3x ou 4x meme pas peur, (enfin presque) 🤭 pour moi la seul motivation et d'etre en montagne, donc avec le temps et la motive tu peux eviter d'aller en station.
bonne glisse 😎

Mic'hel
- Le 11/03/2010 21:51

Phil'Ô a dit :Car sans cela, dans 50 ans, seuls les parcs nationaux resteront vierge de tout aménagement...

🤣
tu crois sincèrement que le PN de la Vanoise, ce spaghetto biscornu, cerné de toutes parts par le "mal nécessaire", existera encore dans 50 ans?

Mal nécessaire, pffffff.... Et à la prochaine combe qu'on pylonera, c'est les mêmes qui vont skier dans les usines à skis en se donnant bonne conscience avec leur "mal nécessaire" qui viendront geindre et pleurnicher qu'on leur vole leur espace de rando. Quinze ans que je vais en montagne, quinze ans que ça bétonne de toutes parts, quinze ans que j'entends les mêmes con.... discours. Consternant.

Ma foi, on a les montagnes qu'on mérite...

B
brandulinu
[66 posts] - Le 11/03/2010 22:48

Copie de mon avis posté sur un sujet similaire il y quelque temps 'pollution et ski' (www.skitour.fr/forum/read_64983_3.html?goto=67000#goto):
"
J'ai un avis assez partagé sur le ski en station (que je pratique par ailleurs), et je souhaiterais relancer le débat à ce sujet et poser les questions suivantes:
- bon nombre skieurs de rando n'en sont ils arrivés venus à la rando, par l'alpin classique
- l'essor des activités montagne "nature" (rando, SR, raquettes...) et son accessibilité à un plus large public auraient ils été possibles sans le développement des sports d'hiver. Je concède que le SR existerait quand même, mais serait il "démocratisé", y auraient ils des bulletins avalanche, des installations dédiées...
- enfin le développement sports d"hiver, malgré ses impacts négatifs, n'a t'il pas permis aussi à des zones rurales (et par extension des régions entières) de rester en vie... L'abandon d'autres zones rurales françaises est un exemple de désolation et a également des effets négatifs sur l'environnement : vie urbaine, occupation du territoire déséquilibrée, retrait de l'agriculture..."

Après ça ne veut pas dire qu'il ne faut pas dire un cadre légal strict pour résister à la pression spéculative...

U
Umlaoudi
[47 posts] - Le 12/03/2010 10:35

Bonjour,

Encore une fois il faut arrêter de blâmer les stations.

Quand il fait mauvais ou que le risque d'avalanche est fort, je suis bien contente d'aller skier en station.
Quand un groupe d'amis va skier en station, je suis aussi toute contente d'aller avec eux et j'aurai passer une bonne journée.

Et ensuite elles ont permis de créer toute une économie montagnarde. Comme dit pascal, que resterait-il sans ça, à part un ou deux agriculteurs et même pas d'école puisqu'il n'y aurait plus personne ? Si vous voulez avoir un aperçu, regarder comment c'était avant les premiers téléskis et je ne suis pas sûre que vous renonceriez au confort que vous avez aujourd'hui pour aller y vivre.

Après à tout ceux qui disent que toutes les combes vont être équipées de remontées mécaniques, faut peut-être pas s'emballer, ce n'est pas réaliste. Il n'y aura pas de station qui proposera un accès à un nombre infini de combes, si l'aller retour n'est pas faisable. Ce n'est pas pour autant que je suis pour les liaisons type Val d'Isère - Bonneval.

Si le prix des forfaits vous rebute :
- soit vous allez dans des petites stations, pour la journée c'est bien suffisant et au moins on peut faire du hors piste sans qu'en 1/2 heure tout ait été tracé,
- soit vous trouvez des astuces pour les avoir à des prix abordables, il y a maintenant de nombreux pass qui permettent d'avoir des prix intéressants,
- personne ne vous oblige à aller skier à Tignes ou Chamonix.

Ensuite, pour les grands sauvages qui ne veulent voir personne, il faut quand même noter que quand je vais en rando je ne croise jamais plus de 5 personnes. Et je n'ai pas l'impression de devoir choisir mes itinéraires ou d'avoir un vallon secret. Est-ce que je suis seule dans ce cas ? Quand on regarde les compte-rendus des sorties, je n'en ai pas l'impression...

En revanche l'essor des stations est ce qu'il est, cet été le coin où j'allais ramasser les myrtilles a été sacrifié pour le bullage d'une piste. Les immeubles qui poussent de terre à vitesse grand V sont moches et de piètre qualité, mais ils permettent de maintenir l'économie montagnarde. Si des promoteurs et gérants de station n'étaient pas arrivés, les communes n'auraient pas pu assumer les frais des remontées mécaniques et elles auraient du fermer les stations et faire pérécliter l'économie des moniteurs de ski, des commerces, etc... Et voir partir tout le monde.

On serait ptet encore plus tranquille pour randonner, mais s'il faut aller à Paris ou autre pour trouver du boulot parce que Chambéry ou Grenoble sont loin d'être les plus gros pôles d'emplois de France, on aurait sacrément moins de jours à consacrer à notre passion.

Après, aux mairies de ne pas délivrer n'importe quels permis de construire pour les immeubles (notamment en zone avalancheuse), ou pour la construction d'un nombre déraisonné de remontées mécaniques sur les terrains communaux (la majorité de la surface)...

F
foffer74
[46 posts] - Le 12/03/2010 14:44

sujet on-ne-peut-plus intéressant !

effectivement pour ma part j'ai appris à skier... en station !
n'étant pas d'origine montagnarde, j'ai docilement suivi les cours de ski à l'ESF durant "la semaine au ski des vacances de février" durant quelques années.

venue m'installer à la montagne ensuite j'ai du me rendre compte que si je me débrouillais pas mal sur les pistes, en rando c'était la cata !!!
et même en sortant en rando le plus possible, certes ça amélioré mon niveau mais jamais je n'ai fait autant de progrès que durant une saison de boulot en station, à "bouffer" des hors pistes en toutes neiges et par tous temps quasi toutes les après midi pendant 3 mois

les techniques de base à skis, savoir progresser avec des skis (marcher, remonter une pente, déraper, slalomer...) je pense que c'est vraiment une bonne chose de les apprendre sur les pistes, avec un moniteur diplomé et le plus tôt possible.

je suis loin d'être une accroc aux stations... loin s'en faut ! mais faut reconnaitre que c'est effectivement un terrain d'entrainement pas négligeable
quant à l'essor de certaines stations et les projets d'extension ça me 🤢 🤢

S
Sardineau
[7 posts] - Le 12/03/2010 16:45

J'ai pour ma part également appris le ski en stations et il m'arrive encore d'y pratiquer. Ayant commencé les ski assez tard, les stations m'ont permis d'atteindre rapidement un niveau suffisant pour me faire plaisir en toute neige. Car il n'est pas possible de comparer la progression possible entre une journée en station (soit 10 à 20000m de D-) et une bonne journée de rando (qui ne dépassera que rarement les 1000m pour les débuts).

Il faut aussi selon moi faire la différence entre "station" et "station". Si certaines sont bétonnées, travaillées l'été au buldozer, et pilonnées chaque année de quelques tonnes de feraille en plus, ce n'est pas le cas partout. Idem pour la rentabilité économique des stations qui est sujete à d'énormes disparités. Je pense que les stations sont un moteur de la pratique du ski (en général), et qu'il ne faut pas blâmer une station en tant que telle, mais juger plutôt la politique de développement de chaque station. Je regrette par exemple la fermeture du Col de Porte, station familliale ou l'on trouve le + vieux TS débrayable, et ou aucun pilone n'a été rajouté depuis des décenies.

Enfin j'invite tous les bobo-écolos à remettre en cause leur propre pratique de la montagne. Leur transport jusqu'en bas d'une face, le renouvellement de leur matériel, ne sont pas dénues d'impacts. Et si la montagne est pour nous tous un lieu de ressourcement, nous y sommes une source de pollution pour la faune hivernale.

Sébastien
- Le 12/03/2010 19:20

@Mim :
Pour info, il n'y a jamais eu de TS débrayable au col de Porte. Il n'y a eu qu'un télésiège à pinces fixes, qui n'a aujourd'hui plus l'autorisation de tourner, sauf à le remettre en conformité vis-à-vis du règlement (très coûteux). Peut-être pensais-tu aux TKs (téléskis) débrayables du col de Porte ???

@tous les enragés:
Deuxième point. Dans l'immense majorité des domaines skiables, qui sont ici fustigés, le nombre de pylône n'a cessé de décroître ces 15 dernières années. il ne faut pas confondre "remplacement d'appareil" avec la "colonisation de nouveaux espaces". La majorité des remplacements d'appareils (98% du marché) se fait pour supprimer toute une ribambelle de téléskis et de vieux télésièges à pinces fixes qui ne débitent pas. Globalement, quand tu changes un appareil aujourd'hui, tu supprimes un certain nombre de pylônes existants et tu assainis le paysage de tous ces vieux pylônes peints qui ne s'intègrent pas dans le paysage. La teinte galva s'intègre beaucoup mieux en moyenne. Le comble...même les écolos s'accordent à dire que le remplacement d'appareils est bénéfique, car il y a du coup moins de portées de câble meurtrières pour l'avifaune de montagne. Sans compter toutes les saloperies que les gens jettent depuis les sièges (en dépit des systèmes de récupération mis en place). Ça a au moins le mérite de concentrer les nuisances sur un espace réduit.

Bref, il faut arrêter de croire que les dirigeants de station sont tous des grands méchants qui ne pensent qu'à tout détruire par plaisir et pour faire du fric. La majorité font également du ski de rando comme vous et moi, et sont bien écroulés de rire quand ils lisent ce genre de forums tant vous parlez d'un sujet que vous ne maîtrisez pas. Votre intérêt (respectable) seul n'est pas unique et l'activité "ski" au sens large du terme, avec tout l'activité économique indirecte qui peut lui être reconnue, fait vivre 70% de la population sur le seul département de la Savoie (chiffres SEATM). Demandez à la population de choisir entre le ski de rando et l'activité ski de piste et vous allez vite comprendre le rapport de force.
Aussi, le souci de rentabilité est évidemment là, mais c'est logique et ça passe forcément par des investissements pour maintenir une certaine attractivité dans un environnement de plus en plus concurrentiel. Peut-on le leur reprocher ? Est ce que vous essayer à tout prix de dépenser plus que vous gagner, vous ? Qu'est ce qu'elle fait l'entreprise dans laquelle vous travaillez (exit les fonctionnaires 🙄 ) ? Elle cherche à perdre de l'argent ? Sûrement pas !!! ll n'y a qu'à regarder les résultats net de grands groupes tels que la Compagnie des Alpes pour s'en convaincre. Oui, ils vivent bien, mais rien d'exceptionnel non plus !!!

J'ai l'impression que si les stations n'avaient pas vu le jour, 99,99 % d'entre nous ne sauraient même pas ce qu'est le ski (la thèse du gars qui apprend à skier en ski de rando, j'y crois pas une seule seconde), le matos ne serait pas à ce niveau de développement, les accès ne seraient pas ce qu'ils sont aujourd'hui (fini l'AR express à la Grande Ciamarella dans le we...), le BRA n'existerait pas et surtout, pas grand monde ne travaillerait dans la région puisque l'attrait qui pousse les entreprises industrielles - moteurs de toutes autres activités - à s'installer dans le bassin grenoblois ou vers Annecy, on sait bien d'où il vient en grande partie.
En résumé, à vous lire, j'ai l'impression que ce serait vachement bien s'il n'y avait plus toutes ces vilaines stations, mais que plus personne ne saurait skier les rares moments où on pourrait profiter d'une montagne lointaine et peu accessible à la majorité, le tout dans des conditions d'enneigement et sécuritaires inconnues. Sur la planète, ça existe, notamment dans le nord de l'Inde...et je ne suis pas sûr qu'on eut été gagnant pour notre intérêt à tous de rester dans ce type de schéma de développement.

Alors...que les stations arrêtent de s'étendre à l'infini, oui, tout le monde est d'accord et tout le monde est conscient de cette nécessité, spécialement les dirigeants de ces grandes société qui ont 100 fois plus conscience que vous que le marché du ski, même s'il se tient, est un marché mature, qui ne progresse plus sur les rythmes passés.
En revanche, jouer le "bobo" qui s'indigne et qui crache dans la soupe dès lors qu'il a la chance de pouvoir sortir des domaines où il a pourtant appris à skier et qu'il renie désormais alors que "rien" n'a fondamentalement changé...pas d'accord du tout !!! L'esprit rando n'est pas à une contradiction près et la mauvais foi est vraiment présente.

Jeroen
[13057 posts] - Le 12/03/2010 19:23

Sébastien a dit :la thèse du gars qui apprend à skier en ski de rando, j'y crois pas une seule seconde
PatDeGap, sors du bois et compte nous ton expérience 😉

Sébastien
- Le 12/03/2010 19:31

@Jeroen :
Comprendre par là "la thèse des randonneurs actuels qui auraient pu apprendre à skier en sortant quelques fois en rando, j'y crois pas une seconde"
Évidemment, il existe aussi ceux qui ont appris le ski à l'armée, avec des chaussures immondes et des "skis" de rando, plutôt parce qu'ils n'avaient pas le choix que par conviction.
Le problème, c'est que ceux qui critiquent les stations en auraient bien été incapables et c'est pourtant ceux-là qui se permettent la critique.
Une idée intéressante serait de faire un sondage sur le lieu d'apprentissage du ski : En station "usine", en station "familiale", à l'armée, tout seul dans les bois comme un grand ?
Sur ce, bon we et bonne rando.

B
bens
[773 posts] - Le 12/03/2010 21:03

Moi je fais partie de ceux qui n'ont longtemps connu de la montagne que les stations et qui s'y sont bien amusés une semaine par an, en pratiquant comme des "morts de faim" de l'ouverture à la fermeture quel que soit le temps... A ce rythme là même en skiant que 7 jours par an on finit par atteindre un niveau de ski correct et on finit aussi par s'emmerder sévère sur les boulevards tout lisses qui représentent maintenant 90% des domaines skiables.
Donc on va chercher à s'amuser dans les bosses (très bonne formation...) et bien sûr hors piste. Jusqu'à que quelqu'un vous dise qu'il y a une belle descente par là bas mais qu'il faut faire un peu de montée avant. Pour peu qu'on finisse par s'embarquer dans une belle rando c'est le déclic : on découvre un monde qu'on ignorait totalement : l'ambiance magique de la montagne avec tous ses charmes et ses dangers. A partir de là, si on a un peu la forme, il est facile de tomber accro au point de ne plus du tout avoir envie de retourner en station.

Je ne vois pas les stations comme un mal nécessaire, c'est juste quelque chose qui est là, qui permet au plus grand nombre de pratiquer le ski et qui a permis à une région de survivre économiquement. Les développements d'aujourd'hui me semblent marginaux d'autant qu'il y a aussi des stations qui ferment. Et même si il y a beaucoup de "greenwashing" elles sont obligées d'intégrer au moins une partie des contraintes environnementales.
Et puis les RM sont sur la carte donc c'est plus facile à éviter que les lieux de dépose ou reprise en héliski...

Aller à la page : 1 2 3 4 5 Suivante

Connectez-vous pour poster
Pour soutenir Skitour, faites le bon choix
En cliquant sur "accepter" vous autorisez l'utilisation de cookies à usage technique nécessaires au bon fonctionnement du site, ainsi que l'utilisation de cookies tiers à des fins statistiques ou de personnalisation des annonces pour vous proposer des services et des offres adaptées à vos centres d'interêt.

Vous pouvez à tout moment modifier ce choix ou obtenir des informations sur ces cookies sur la page des conditions générales d'utilisation du service :
REFUSER
ACCEPTER