ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié
Accueil > Actu > Ski alpin et ski de fond > Stations de ski : pas de réouverture des remontées mécaniques le 1er février

Stations de ski : pas de réouverture des remontées mécaniques le 1er février - Ski alpin et ski de fond


9 votes

Stations de ski : pas de réouverture des remontées mécaniques le 1er février

Proposé par Bboy_ le 20.01.21 à 22:36 :: www.europe1.fr :: 2830 vus :: 536 clics :: 29 commentaires :: Ski alpin et ski de fond

C'est paradigmatique cette assimilation entre le terme "la montagne" et le secteur économique qui l'exploite. Le comble du cynisme est quand on parle de "l'écosystème de la montagne" pour désigner la chaîne de métiers (guère durable) qui repose sur le ski de piste. Plutôt que de faire fonctionner canons à neige, à subsides ou les deux, il serait temps de penser à l'après-ski (là c'est moi qui fait de la réappropriation de vocabulaire ;-) »

Commentaires

B
Bboy_, le 20.01.21 22:40

"Lundi, le nouveau Collectif des entreprises de montagne, [...] a demandé de son côté à rouvrir les remontées pour le 30 janvier et à augmenter les aides "pour assurer la survie de l'écosystème montagne"

B
Bboy_, le 20.01.21 22:41

"Dimanche, Henri Giscard d'Estaing, le PDG du Club Med, exhortait dans l'hebdomadaire Journal du dimanche (JDD) à "sauver la montagne".

B
Bboy_, le 20.01.21 22:42

Let me smile. L'écosytème de la montagne, moins il y a de Club Med, mieux il se porte. Qu'on aie au moins la décence d'assumer la nature de son gagne-pain.

B
Bboy_, le 20.01.21 22:53

Ce sont les mêmes arguments à l'emploi que ceux qui ont fait qu'on a continué à subsisidier les mines en pure perte durant des décennies au siècle dernier, ou que les USA rechignent à revoir le gaz et pétrole de schiste (sans parler de la PAC). A force de ne pas vouloir voir les changements, on accentue le problème qu'on ne veut pas subir.

Invité, le 21.01.21 09:09

Let me smile. L'écosystème de Skitour, moins il y a de Bboy_ mieux il se porte.
Vend ton parapente fait en pétrole, ta bagnole, ton ordinateur et ton smartphone fait et importé de Chine (bouhh, ça pollue... et c'est communiste (mais ça ca te plait)), et vis en adéquation avec ce que tu défends.
Aie au moins la décence d'assumer la nature de ce que tu viens nous déverser ici à longueur de temps.

L
Legazier, le 21.01.21 09:11

Sur le plan sémantique, les mots à la mode ne veulent plus rien dire ou pas grand chose: "écosystème", "écoquartier"(généralement des tours en béton avec plein de bagnoles diesel au pied), et globalement tous les mots construits avec un préfixe "éco". Mais aussi "républicain", "citoyen" et dérivés et d'autres.
Sur l'habituel discours concernant "l'industrie de la montagne", je me pose la question suivante: la montagne nature a-t-elle plus de droits que la plaine-nature? Si oui, arrêtons également les trains, les bus, les automobiles, tout...

J
Jer, le 21.01.21 10:00

« Selon le secrétaire d’État chargé du tourisme, “une réouverture mi ou fin février” paraît même “hautement improbable” », cf. https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/01/20/le-gouvernement-confirme-que-les-remontees-mecaniques-ne-rouvriront-pas-le-1er-fevrier_6066986_3234.html.

J
Jer, le 21.01.21 10:04

Cf. aussi https://www.liberation.fr/france/2021/01/20/stations-de-ski-l-annee-blanche-desespere-les-salaries-de-la-montagne_1818121 : « Stations de ski : “l'année blanche” désespère les salariés de la montagne ».

B
Bboy_, le 21.01.21 13:39

"l insiste sur la surface du choc : «Jusqu’ici on a sacrifié des établissements, comme dans la restauration, ou même des secteurs d’activité, comme la culture, mais là c’est tout le territoire montagnard qui est mis en péril, par effet domino». Il prend en exemple son département : «Nous sommes dépendants du tourisme, qui représente 35% de notre PIB annuel, chiffre atteint au 2/3 dans les stations en quatre mois d’hiver, et 35% de notre emploi. Sans les remontées, pas d’activité touristique, et sans elle c’est toute l’économie qui sera touché demain : les travaux publics, les artisans, la filière agricole, etc.» ".

C'est bien là le problème: une économie monospécifique est ultraexposée en cas de crise (réchauffement climatique ou pandémie par ex.).

L
Legazier, le 21.01.21 14:07

Le réchauffement climatique et la pandémie sont deux choses différentes.
Pour le premier, on peut voir que l'industrie du ski s'adapte en permanence en créant des retenues d'eau, en installant des canons à neige, en entretenant les pistes, en augmentant les débits des remontées mécaniques et faisant de la promotion immobilière.
S'agissant de la pandémie, elle n'a aucune liberté d'entreprendre. Et donc c'est la faillite. A noter que le ski et même les remontées mécaniques ne sont pas des exercices à risque. C'est l'après-ski qui l'est.

Invité, le 21.01.21 14:19

Ca n'a rien à voir avec la pandémie ou le changement climatique. Aucun secteur économique ne peut résister longtemps à une fermeture administrative. C'est la même chose pour le ski, le bio, le théâtre etc
Certains se réjouissent que d'autres coulent. Pas certains que cela favorise la prise de conscience changement climatique. Les bobos vont juste prendre des coups de fourches quand ils auront se promener en Montagne, sous-entendu sur des terrains ne leurs appartenant pas.

B
Bboy_, le 21.01.21 15:59

@Zob: la question n'est pas de savoir si un secteur économique peut résister longtemps à une fermeture administrative, mais si une économie est plus exposée au risque (quel qu'il soit, notamment pandémie et changement climatique) si elle est fortement axée sur un secteur.
Et c'est sûr que le modèle a montré ses limites avat le Covid (cf. le rapport sur l'état d'endettement des collectivités locales qui misent sur l'or blanc, ou le "plan canons à neige" de je ne sais plus quel ex-futur présidentiable).
Après, on peut opposer bobos aux bons sauvages, mais ça ne fait guère avancer le Schmilblick.
Je me souviens m'être pris une volée de bois vert, bien avant le Covid, pour avoir osé dire que l'économie dans des départements montagneux devrait se diversifier et se défaire de son lien à la topographie, en se tournant vers le tertiaire (dématérialisé et donc nettement moins lié aux spécificités de la localisation).
On y est ...

B
biglouis, le 21.01.21 16:19

et pour le ski de fond, cela reste ouvert ?

L
Legazier, le 21.01.21 18:38

Tu as raison quand tu dis que s'appuyer sur un secteur d'activité rend l'économie fragile. Et je me souviens bien de la discussion que tu évoques.
Mais là, même si tu dérapes dans ton sujet préféré (l'écologie), il s'agit du covid. Il est responsable de désastres économiques qui va laisser beaucoup de gens sur le carreau en montagne comme en plaine.
Quelles sont les références de ton rapport sur l'endettement des collectivités locales? Je ne trouve rien sur les stations de ski ou les petites communes sur le site de l'IFRAP.
Quant à "sauver son job", tout le monde devrait comprendre qu'il y a pas mal de monde dont c'est la préoccupation principale.

B
boris, le 21.01.21 18:40

la c'est le sujet troll par excellence

juste une remarque mais peut être pas dénuée de fondement:
pas de remontées mécaniques car les principaux CHU "récepteurs" des cas graves du ski alpin ne peuvent pas assurer actuellement en cas de pandémie. Il n'est pas interdit d'aller louer en station la meilleure preuve que ce n'est pas un problème lié aux gens en station!
proposition: plutot que de se lamenter... service privé héliportage vers CHU épargnés un peu plus loin...le cout n'aurait pas été exorbitant / aides actuels ca pouvait tenir la route!
là c'est mort pour fevrier car se sera la période ou l'ensemble des CHU seront en surcharge mais cela aurait pus se faire pour noel et maintenant
Je vous conseille de lire le pavé du conseil scientifique de mi janvier accessible en ligne a compléter pour les complotistes par les previs OMS/pays...instructif et personne ne pourra dire qu'on avait pas les chiffres ni le Bobo grenoblois ni le ministre :)

balto38, le 21.01.21 19:11

Bonsoir,
D'accord avec Bboy, les stations mono activité (que le ski) vont avoir des pb, pourquoi venir en vacances à 2300m où il n'y a rien à faire les remontées fermées. (Peu d'activités style raquettes, marche, visite de fermes....) Les stations de moyenne altitude où les vacanciers viennent aussi pour la nature la montagne vont bien mieux s'en sortir. (1500 m même par mauvaise météo il est possible de randonner dans les sapins....)
Enfin on peu remercier les stations comme chamrousse, Oz-en-Oisans... qui ont tracé spécialement des pistes pour la remonter en ski de rando. Quand on voit les matériels de certains et comme il y a beaucoup de nouveaux pratiquants par cette longue période de vigilance avalanche, il vaut mieux voire ces nouveaux pratiquants sur des pentes pas trop pentues où le risque d'avalanche reste limité.
Enfin comme depuis le début de saison les stations on peu damée, avec les fortes chutes d neige et le fort vent cela fait bizarre de voir se redessiner la topologie de certains itinéraires de descentes comme on du les connaitre nos grand parents.
Cela ne va pas être facile pour les saisonner et autres qui avaient dans leur salaire une partie en prime…
Bon ski safe

B
Bboy_, le 21.01.21 19:14

@Legazier "Quelles sont les références de ton rapport sur l'endettement des collectivités locales? Je ne trouve rien sur les stations de ski ou les petites communes sur le site de l'IFRAP."

e.a. le rapport de la Cour des Comptes 2018 sur les finances publiques, section "Les stations de ski des Alpes du nord face au réchauffement climatique : une vulnérabilité croissante, le besoin d’un nouveau modèle de développement":
https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/2018-01/14-stations-ski-Alpes-nord-face-rechauffement-climatique-Tome-2.pdf

"Le modèle de développement fondé sur l’augmentation du débit des remontées mécaniques et la croissance continue de l’offre d’hébergement atteint ses limites alors même que la contrainte financière réduit les capacités d’investissement. Dans un marché aujourd’hui mature et soumis aux évolutions de la demande touristique, les conséquences du réchauffement climatique ne peuvent être ignorées.
La concomitance de ces enjeux doit donc conduire les collectivités à faire évoluer rapidement la gouvernance et le fonctionnement des domaines skiables pour s’adapter suffisamment tôt à un futur où le ski et les sports de neige ne seront plus leur unique ressource".

Ceci dit ça n'est jamais qu'un rapport officiel parmi d'autres. La Cour des comptes souligne qu'elle a dressé le même constat en 2011 et qu'il n'a pas été suivi d'effet. Too big to fail?

Y
yvespon, le 21.01.21 19:45

les hospitalisations en haute savoie et savoie sont bien en baissent 30 réa en haute et 19 en savoie
Seul l'Isère a encore un mauvais score
Ils auraient peu ouvrir dans les départements ou ça a bien baissé
https://coronavirus.politologue.com/carte-de-france/73/

https://coronavirus.politologue.com/carte-de-france/74/

les hautes Alpes avec 10 réa ce n'est pas la mer a boire

C'est bien dommage que les stations soient privées d'ouvrir d'autant que l'hiver 20/21 est super ....

Toujours ce satané slogan L'EGALITE .....

L
Legazier, le 21.01.21 19:48

très intéressant effectivement. Pour les pressés, lire la conclusion page 27 (ou 26?) qui est divisée en trois paragraphes selon l'altitude des stations.
Il faut remarquer que les communes qui essayent de se diversifier ont bien du mal. L'exemple type cité est Megève qui investit une très grosse somme pour moderniser son palais des sports afin d'y accueillir des congrès...

Y
yvespon, le 21.01.21 19:51

Et j'entends à télé sinistrose qu'ils vont nous confiner .....

balto38, le 21.01.21 20:08

En regardant les courbes, il n'y a pas ou très peu d'effets Noël ou nouvel an... Comme quoi les gens ne font pas n'importe quoi.
L'Isère on a du mal à redescendre.
Ce matin à la radio, des sénateurs parlaient d'autoriser le sport jusqu'à 20h pour éviter que les gens ne fassent que travail et maison. Comme cela on pourra voir les coucher de soleil avant de descendre à skis :)
a+

Invité, le 21.01.21 20:22

On a tout de même quelque bons crétins des alpes.
Bboy, le tourisme, c'est du tertiaire.
Par ailleurs, le tertiaire dématérialisé au fond des vallées, comment dire, ça se saurait si cela pouvait arriver à la cheville du tourisme. Le truc dématérialisé, il y a compétition et notamment avec les prolos payées a coup de lance pierre a l'autre bout de la planète.

J
Jules05, le 21.01.21 20:47

@ yves: 10 dans le 05,bah si c'est bcp !!!

B
Bboy_, le 21.01.21 22:14

@Toy: le ski de piste c'est du tertiaire? Pr moi c'est une version un peu évoluée de l'exploitation du sol. Idem pr le pastoralisme. Mais soit, le problème n'est pas la qualification mais l'objet: l'économie est basée sur le relief du sol et les précipitations qui y tombent. Vous croyez que sur les autres domaines il n'y a pas de compétition avec "les prolos payées a coup de lance pierre a l'autre bout de la planete"? Que le pastoralisme ou les remontées mécaniques sont des activités qui tiennent sans subsides massifs de la collectivité? Qu'en Suisse ou en Suède, on n'a pas pris le virage numérique à une autre échelle, en dépit de la topographie?

B
Bboy_, le 21.01.21 22:30

Suffit de voir où vont ceux qui ne fréquentent pas les pistes hexagonales en ce moment. Traverser la frontière suisse. Ou 400€ l'A/R pour la Guadeloupe (à peine plus cher que le forfait d'une bonne grosse usine à ski). Lisez ce que dit, en matière de concurrence, le représentant de la Compagnie des Alpes dans le rapport de la Cour des comptes mentionné plus haut. A priori pas qqn suspect de plaider contre le ski. Mais c'est sûr qu'il est plus confortable de ne pas vouloir voir pour ne pas devoir changer.

PS: pour "le tertiaire dématérialisé au fond des vallées, comment dire, ça se saurait si cela pouvait arriver à la cheville du tourisme", j'espère que vous plaisantez. L'économie numérique a déjà largement dépassé le tourisme dans le PIB mondial. A fortiori dans les pays dits "civilisés" qui ont autre chose à proposer que de vendre l'accès à leur territoire.

Invité, le 22.01.21 08:57

L'économie numérique, ça paye quand tu es cadre dans un gafa ou une autre boite du même genre. Demande donc si les petites mains de ces gafa payées a la pièce, vivent bien. Franchement, tu ne sembles pas connaître grand chose du sujet en idéalisant un truc que tu ne connais probablement pas.
Uber, Amazon, Google... c'est du numérique. On voit les résultats !!!!

Invité, le 22.01.21 08:59

Le gros problème du numérique est que ça peut se délocaliser quasiment instantanément. Le tourisme, par exemple avec le Mont Blanc, ne peut pas délocaliser.

Invité, le 22.01.21 12:49

L'économie numérique, Amazon, Uber, FB, Google, MS .... avec ses quelques patron milliardaires et ses millions de travailleurs pauvres et de chômeurs.
Je préfère encore la Compagnie des Alpes, qui au moins paye des impôts en France.

Invité, le 22.01.21 16:49

Bezos = 200 milliards de dollars.
Zuckerberg = 100 milliards de dollars.
Gates = 100 milliards de dollars.
Vous croyez vraiment que l'économie numérique peut faire vivre nos vallées ? Vous croyez vraiment que ces super milliardaires sont arrivés à ce niveau de richesse en laissant autre chose que des miettes aux autres.
Le numérique, c'est surtout une fantastique machine à récupérer du cash sur le dos d'un maximum de personne, au bénéfice de rares élus qui ne payent même pas des impôts en France.
Le numérique, c'est le capitalisme ultime où le prolo est content de se la faire mettre sans vaseline car il peut mettre un post sur son téléphone.
Le mec qui pense que le numérique va sauver nos vallées, il a de la merde devant les yeux.

Actu ancienne, commentaires verrouillés