ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié
Accueil > Actu > Politique et Société > Déconfinement : les activités en plein air individuelles autorisées à partir du 11 mai

Déconfinement : les activités en plein air individuelles autorisées à partir du 11 mai - Politique et Société


22 votes

Déconfinement : les activités en plein air individuelles autorisées à partir du 11 mai

Proposé par Vinchy le 29.04.20 à 10:11 :: www.montagnes-magazine.com :: 5583 vus :: 1315 clics :: 35 commentaires :: Politique et Société

Encore des inconnues mais une première vision »

Commentaires

Vinchy, le 29.04.20 10:13

Quelqu'un sait si c'est 100km à vol d'oiseau ou par les routes?
En montagne, ça change tout!

A
alainlo, le 29.04.20 11:08

ah... ça dépendra du préfet et du policier !

Arno74, le 29.04.20 14:21

Comme pour le km autorisé, je pense que ça sera à vol d’oiseau... mais bon, comme dit Alain, à voir comment ça sera retranscrit sur le terrain!
Par contre, on n’est pas encore sûr de pouvoir changer de département... ça, ça dépendra des couleurs ;-)

M
Marco, le 29.04.20 16:07

Damned !
De chez moi Bessans c'est bon, mais pas Bonneval...

T
Trolly, le 29.04.20 17:25

Attendez les arretés préfectoraux qui vont fleurir avant de tirer des plans sur la comète...

N
Nicom, le 29.04.20 18:49

Laisse nous donc rêver un peu, c'est tout ce qu'il nous reste !

_
__Manu__, le 29.04.20 20:35

alors la semaine dernière ils disaient encore qu'il n'y aurait pas de dé confinement par région...maintenant ils disent l'inverse. on a beau espérer qu'un jour ils retrouvent la lucidité et la stature propre aux personnes censés diriger un pays...mais non ! plus ca avance plus ils révèlent au grand jour ce qui était certe déja attendu mais qui fait quand même grincer des dents venant de cette élite dédaigneuse: des incompétents hautains... rien de plus ! ce que j'ai du mal a comprendre c'est que s'ils déconfisent par région, ceux des zones en rouge toujours confinés vont forcément tracer vers les zones en vert pour profiter des libertés du deconfinement. ca va crée des fux de personnes supplémentaires et véhiculer le virus de zones rouges vers zones vertes. et franchement instaurer et installer une barrière entre région ca me parait bien compliqué...sachant en plus que la france dispose d'un réseau d'axes secondaires bien développé. et vu le besoin de liberté qu'éprouve une majorité des gens je pense que beaucoup n'hésiteront pas a faire des bornes pour se retrouver en zone verte ne serait ce que le temps d''aller faire une sortie en nature a la journée ! perso je suis sur le haut rhin donc forcément en rouge, donc probablement encore confiné apres le 11 mai...ben j'aurai forcément des parents, beaux parents, tata ou tonton en zone vertes qu'il faut aider a tondre la pelouse et faire des courses :-)

M
matt, le 29.04.20 20:57

Vichy : site de Esri. Rayon.

jujutriple, le 29.04.20 21:22

Je vois pas comment on pourrait interdire le domaine montagneux. La montagne n'est pas la plage. Il y aura toujours assez de place. Après en activité solitaire, l'alpinisme pourrait être interdit pour raison de sécurité.

T
tnecniv, le 30.04.20 09:12

Je reste assez pessimiste sur la perspective de reprendre les activités sportives en montagne dès le 11 mai, même progressivement et raisonnablement.
Le gouvernement a certes annoncé que les déplacements seraient à nouveau permis jusqu'à 100 km, mais les restrictions locales ne changeront pas forcément et pourraient même être prolongées...

Exemple en Isère, c'est l'arrêté préfectoral du 1er avril portant prorogation à celui du 20 mars qui interdit la pratique des sports de montagne jusqu'à la fin de l'état d'urgence sanitaire (pas jusqu'à la fin du confinement, grosse nuance !). Non seulement celui-ci s'étend pour l'instant jusqu'au 24 mai, mais il pourrait être prolongé jusqu'au 24 juillet la semaine prochaine suite à présentation au parlement.

Tout est une question d'interprétation de "la pratique des activités de montagne"... On aura le droit d'aller en montagne, mais il faudra rester inactif !

www.mairiechamrousse.com/images/pdf/actu/2020.04.01_AP_interdiction_parcs_et_jardins_prorogation.pdf

A
aaurouss, le 30.04.20 14:02

T'as peut-être raison tnecniv, mais j'espère que tu te trompes !
C'est en effet l'arrêté préfectoral qui interdit la montagne, mais il a été pris pour adapter localement la doctrine du gouvernement d'interdire les sorties et ne pas "surcharger" les hôpitaux (ce qui n'a d'ailleurs jamais été le cas à Grenoble ou Chambéry). Quand à l'évocation de la date basée sur l'état d'urgence sanitaire par l'arrêté, je pense que c'est uniquement parce c'est l'état d'urgence qui permet de prendre un tel arrêté... Donc on peut imaginer que si la doctrine du gouvernement change pour autoriser la reprise des activités de plein air, il n'y a pas de raison pour que l'arrêté local soit maintenu

B
brunobf, le 30.04.20 14:21

100 km en montagne, ça change tout. De Bessans, sur la route c'est Aiguebelle. A vol d'oiseau, c'est la Caserne de Bonne. J'attends d'avoir des infos fiables avant de bouger. Sinon, j'appellerai la Gendarmerie mais eux le savent-ils ?

J
jjbibi, le 01.05.20 10:41

Quelqu'un peut il apporter des éclaircissements :
> Les 100 km, s'entendent comment : un cercle de 100 km de rayon ? une distance routière ? c'est précisé nulle part ( contrairement à la limite de 1km qui elle était bien désignée comme un rayon )
> La liberté de pratique ( avec toutes les réserves annexes, d'accord ) est elle dépendante du futur classement des départements vert / rouge ?
Cette liberté sera t elle réservée au vert ??
Faut pas fantasmer sur l'après 15 mai .
.

P
plumo, le 02.05.20 11:00

L'état d'urgence sanitaire va etre prolongé de deux mois jusqu'au 23 juillet, et en Isere, l'arreté prefectoral interdisant les activités de montagne est valable pour la durée de cet état d'urgence (contrairement à la Savoie, pour laquelle il ne court que jusqu'au 10 mai)!
www.mairiechamrousse.com/images/pdf/actu/2020.04.01_AP_interdiction_parcs_et_jardins_prorogation.pdf

I
Invité, le 02.05.20 11:25

Bonjour à tous,

C'est clair que si la base des pratiquants d'activités de montagne (c'est à dire nous tous) ne bouge pas, on va subir ces restrictions inadaptées pendant encore longtemps...

Pétition ici: www.change.org/p/m-macron-libert%C3%A9-pour-les-activit%C3%A9s-de-plein-air

Rien n'empêche d'autres gens d'en lancer d'autres plus ciblées sur les arrêtés préfectoraux.

Ne pas le faire sous différents prétextes ("trop peu nombreux", "ça ne prendra pas", etc. est la première marche de la défaite - Mandela aurait dit "un gagnant est un rêveur qui persévère")

Très bon WE confiné à tous,

L
luj, le 02.05.20 18:14

C'est surtout si on bouge (un peu trop) qu'on risque d'avoir des limitations des activités de montagne. Les capacités en réanimation restent tendues en Isère, c'est pourquoi on est rouge. S'il y a une reprise des activités de montagne et des sports de nature dès avant la fin du confinement, comme on le voit hélas un peu, il y aura un retour des accidents. Et accidents veut dire opérations et mobilisations d'anesthésistes-réanimateurs, et donc autant de ressources en moins en secteur covid. Le meilleur moyen d'obtenir l'autorisation des activités de montagne le 11 mai, c'est de rester chez soi et de respecter strictement les règles du confinement. Heureusement qu'il pleut finalement...

Invité, le 03.05.20 07:44

Je me réveille et ne peut m empêcher de répondre. Finalement malgré mon sentiment d'avoir un avis très minoritaire sur la question du confinement, je me lance. Comment peut on écrire qu'qu'il faille respecter strictement les règles. j'ai 42 ans et de lui mon enfance on me répète qu'il faut s' approprier les règles, avoir un esprit critique. Nous sommes tous différents et nous devons décliner les règles en fonction de ce que nous sommes. Je prendrai l'exemple des excès de vitesse. Cela ne vient à l'idée de personne qu'un grand père est peut être obligé de se forcer à rouler plus vite que ce qu'il pourrait faire en restant en sécurité. En effet, les limitations de vitesse sont trop hautes pour lui. Et que Sebastien Ogier serait peut être capable d'aller un peu plus vite sans mettre personne en danger. Et pour d'autres c'est parfait.

Et bien on peut faire ce constat pour tout. Certains citoyens vivent bien le confinement parce que les règles ne changent rien à leur vie et ne les limitent pas. Par contre d'autres sont obligés de se forcer et de se rendre malheureux. Installer son autorité par la peur de la sanction ou par la qualité du contenu d'une politique, c'est la question. Vivre sa vie de citoyen en suivant de façon aveugle et irréfléchie des règles rigides ( 1 km, 100m deniv. ....) ou grâce au bon sens, à notre éducation, simplement vivre en empêchant la propagation du virus....

Le pouvoir politique a perdu de vue l'origine du confinement pour basculer dans une répression hallucinante du moindre écart à la règle. Il y a clairement une dérive autoritaire.

I
Invité, le 03.05.20 11:54

Bonjour à tous,

Réflexions rapides après avoir lu "luj", "Dictature" et "Vivagel":

1) Le constat de "luj" sur les capacités de réanimation limitées signifie simplement qu'en cas de "vrai" problème pour lequel ne nombre de victimes ne peut être contrôlé (attaque à l'ypérite ou au phosgène par des terroristes, même pas besoin de sarin -:( ) notre pays ne saurait pas faire face.

2) "Vivagel" a bien raison de souligner le rôle de la couche administrative. En ne faisant pas remonter aux politiques, en n'anticipant pas et en manquant d'imagination lorsqu'ils doivent conseiller, ces gens-là sont bien plus néfastes pour la grandeur de notre pays et la liberté que les politiques eux-mêmes.

3) 100 % OK avec "dictature", je conseille d'aller voir notamment ici: www.lemonde.fr/international/article/2020/05/02/en-allemagne-angela-merkel-face-au-defi-du-deconfinement_6038444_3210.html . J'ai également des échos d'autres pays germaniques où cela se passe de façon d'avantage civique, moins contrainte que chez nous.

IL FAUT FAIRE QUELQUE-CHOSE, soit ma pétition soit une autre initiative.

Excellent dimanche à tous.

L
luj, le 03.05.20 19:56

Bonjour dictature,
Je ne défends pas du tout qu'il faut obéir aveuglément aux règles, et je conçois qu'il y a des situations où les lois sont mauvaises et justifient la révolte. Disons juste qu'il faut prendre garde à la tentation naturelle de l'être humain à trouver des bonnes raisons à toutes ses impulsions et ses désirs. Mais en l'occurrence, je trouve que là, l'application du confinement et l'interdiction des activités de montagne étaient justifiées, étant donné l'état épidémiologique de la France au moment de la décision et aussi son état d'impréparation (masques, tests, hôpitaux, etc.).
Ça serait bien, dictature, si chacun pouvait objectivement juger de son droit à respecter ou ne pas respecter la loi. Hélas, je n'y crois pas trop. Par exemple, si je te présente quelqu'un qui est objectivement plus malheureux que toi de ne pas aller en montagne, est-ce que tu serais prêt à lui céder ce droit que tu t'arroges?
De fait, c'est ce qui a été tenté au début. Lorsque le gouvernement a annoncé les premières mesures, fermeture des universités, des commerces, il a été demandé, sans contrainte, une restriction des activités à risque et des contacts sociaux, avec des avertissements sur la montagne. Le résultat a été une ruée en montagne le week-end des 14-15 mars, avec beaucoup d'accidents. Un PG des Pyrénées a dit avoir fait 17 secours le dimanche.
En réalité, parmi tous ceux qui aiment les activités sportives en montagne (ne comptons pas les autres), il y en a beaucoup qui sont malheureux. Moi le premier: depuis huit dix jours, je sens que je déprime.Mais ce que je constate autour de moi, c'est que ceux qui trichent ne sont qu'une petite partie de ceux qui sont malheureux. Ce sont essentiellement des gens qui sont proches de la montagne, dans des petits villages, et ont donc souvent des maisons avec jardin (c'est mon cas, j'habite une maison isolée dans la montagne, et ça me serait facile de tricher). Des malheureux, il y en a plein en ville, passionnés de ski de rando, d'escalade, et confinés dans leurs appartement, et ceux-là sont bloqués aux sorties des villes pour la plupart.
On est donc dans la situation suivante:
1-Il n'est pas possible de laisser aller en montagne tous ceux qui souffrent de rester confinés, car ils sont des dizaines de milliers (au moins) et cela conduirait à un encombrement des hôpitaux et donc à une crise en réa et à la mort de patients covid.
2-Ceux qui trichent sont certains parmi ceux qui le peuvent pratiquement, et ils ne peuvent le faire en se donnant bonne conscience (c'est-à-dire sans entendre tous les jours à la télé la liste des morts que leur comportement aurait produit) que parce qu'on empêche presque tous les autres de venir en montagne, épargnant ainsi les hôpitaux.
Comment accepter une chose pareille? On entend parfois certains qui se justifient avec des professions de foi anarchistes et antirepression. Mais ils ne se rendent pas compte qu'ils ont besoin que les gendarmes répriment les autres pour braver le confinement en restant capables de se regarder dans la glace. C'est eux qui ont besoin de la répression des gendarmes ... pour les autres.
Le seul comportement responsable est de respecter les mesures actuelles, en espérant qu'elles seront bien levées le 11.

I
Invité, le 04.05.20 15:39

Bonjour à tous,

Pour répondre à "luj" et sous forme d'une question:

N'aurait-il pas été possible, à partir du 15/03, d'annoncer quelque-chose comme "étant donné la saturation du système sanitaire, les secours en montagne ne sont plus garantis, les sorties s'effectuent aux risques et périls des sortants" ???

Cela aurait "refroidi" je pense pas mal de monde et laissé, quand-même, la porte ouverte à la Liberté (qui ne va pas sans responsabilité et a un coût).

Pour information, que je ne tiens pas des médias: des "tris de guerre" auraient été effectués parmi les malades du covid, les vieillards et malades mentaux n'étant pas prioritaires.

Incidemment et en temps tout à fait normaux, certaines premières en plongée-spéléo que j'ai effectuées étaient tellement engagées qu'un secours n'aurait pas été envisageable, au moins un secours pour sortir un vivant. Est-ce une raison de les interdire ?

Si oui, ne faut-il tout simplement pas interdire la vie ? Car la vie c'est très dangereux, on meurt toujours à la fin ! ;)

Très bonne semaine confinée à tous

A
aaurouss, le 04.05.20 15:59

Pour répondre à Luj :
"1-Il n'est pas possible de laisser aller en montagne tous ceux qui souffrent de rester confinés, car ils sont des dizaines de milliers (au moins) et cela conduirait à un encombrement des hôpitaux et donc à une crise en réa et à la mort de patients covid."
Un encombrement des hôpitaux par les pratiquants de montagne qui ont eu un accident ? Non mais c'est du délire ! Les gens hospitalisés à la suite d'un accident en montagne sont un infime goutte d'eau dans l'océan des admis en réanimation à la suite d'un accident domestique, accident de la route, AVC, accident cardiaque, etc.
Et parmi les montagnards secourus, combien vont à l’hôpital? Et parmi ceux-ci, combien vont utiliser un lit ? Et parmi ceux-ci, combien vont prendre un lit en réanimation ?
Les accidents en montagne qui risquent d'encombrer le système de santé, c'est du pure fantasme ! La même bouillie de discours sécuritaire qu'on entend sur tf1 et bfmtv, même en période normale...

L
luj, le 04.05.20 16:42

Bonjour!
à eaulune: non, ça aurait été illégal et le blessé aurait pu faire un procès.
Pour le reste, c'est un peu HS. il ne s'agit pas d'interdire des activités à risque, c'est la liberté de chacun. Le problème ici n'est pas de protéger le pratiquant.
à aaurouss: tu as déjà été dans un service de traumatologie à l'Hopital Sud en période de vacances d'été ou de printemps ? Les sports de loisirs extérieurs sont de grands pourvoyeurs de patients. Et il n'y a pas besoin d'aller en réanimation pour que ça pose de gros problème. N'importe quelle réduction de fracture nécessitant une anesthésie générale exige la présence d'un anesthésiste-réanimateur (c'est le même métier). Si celui-ci arrive de la réanimation covid, il y a toute une procédure complexe à respecter pour éviter de contaminer des patients non covid. C'est un gros problème.
L'hôpital a réussi à tenir le coup en faisant tout, à tous les niveaux, pour réduire l'arrivée d'autres patients que les covid. L'interdiction des sports à risque a joué son rôle, le report des opérations non urgentes aussi.
A noter que si l'Isère est rouge pour la saturation des réanimations en ce moment, ç'est à cause de ces opérations reportées qui sont désormais urgentes. Peu de chance que ça change d'ici le 11.
Bonne fin de journée !

T
thouthou, le 04.05.20 16:48

J'ai entendu il y a quelques jours lors de la "présentation" des cartes des déconfinement que le covid représente entre 5% et 10% des arrivées aux urgences.

Pour le 74, les services de secours en montagne interviennent en moyenne 3 fois par jour en hiver (ski de piste exclu) et 8 en été, sur la dernière année répertoriée. Une année normale, avec plein de touristes. Si quelqu'un a des chiffres sur la prise en charge dans les hopitaux du 74, ce serait intéressant pour comparer. Mais au vu de ces chiffres, ça doit quand même être une goutte d'eau par rapport aux autres urgences.

J'ai donc aussi du mal à croire, sans argumentation chiffrée, que les potentiels accidents de montagne changeraient grand chose à la prise en charge du covid à l’hôpital.

D'accord pour faire les efforts nécessaires, mais sur justificatif !

T
thouthou, le 04.05.20 16:49

J'ai oublié le lien pour les stats du 74: www.haute-savoie.gouv.fr/Politiques-publiques/La-Haute-Savoie/Accidents-en-montagne

L
luj, le 04.05.20 17:02

Merci pour tes chiffres, Toto. Moi j'ai juste celui du 15 mars dans mon deuxième message. Pense qu'il y aurait eu beaucoup de monde en montagne avec une partie de la France qui ne travaille pas (dont tous les étudiants plus ou moins). Et pas besoin de "changer grand chose", il suffit que ça change quelque chose. On a choisi de grapiller tout ce qu'on pouvait. Et entre sauver UNE vie et des sorties de ski...

T
thouthou, le 04.05.20 20:37

Luj, on est bien d'accord, c'était sans doute utile d'une manière ou d'une autre, y'a pas de regret. Et si c'est justifié pourquoi pas continuer.

Mais voilà, faut pas tomber dans l'autoritarisme non plus, parce que c'est plus facile d'interdire que de réfléchir. Dans cette veine, on pourrait très bien garder tous les moins de 25 ans enfermés tout le temps chez eux, si c'est pour leur bien: pendant le confinement, les décès on diminué de plus de 20% dans cette tranche d'âge par rapport à l'an dernier: www.insee.fr/fr/information/4470857
On pourrait aussi interdire de fumer, de boire, de manger au fast-food, de conduire, de nager, ... ça sauverait plus de vies que d'interdire d'aller marcher ou skier dans la montagne.

L
luj, le 04.05.20 21:05

C'est clair qu'on ne pourra pas continuer comme ça longtemps. Mais tes exemples ne sont pas bon. Là, on ne limite pas la liberté pour protéger les gens d'eux-mêmes, (c'est leur libre choix de prendre des risques pour eux-mêmes), mais pour protéger du danger qu'ils font courir aux autres. Parce qu'une épidémie a ceci de terrible qu'elle transforme les gens ordinaires en tueurs. A la limite, on pourrait comparer à l'interdiction de fumer dans les lieux publics.
Le 11 en tout cas, si on a le droit, et même s'il pleut, je serai en montagne, parce que j'ai moi aussi envie de sortir de ça.

balto38, le 04.05.20 21:06

Bonsoir,
Je pense que comme les stations de ski étaient fermées, les urgences ne devaient pas être surchargées du moins à Grenoble au début du confinement.
Donc si j'ai arrêté de faire du ski de rando au début c'était plutôt par pas envie d'aller en montagne alors qu'en même temps dans les hôpitaux du nord de la France c'était l'hécatombe.
Après avec au début les masques ne servent à rien (c'est comme traverser un glacier sans corde) et l'excès zélé des forces de l'ordre et des journalistes qui n'avaient rien compris au principe du confinement (et qui allaient mettre en danger des personnes par leur contact), il a été plus difficle de respecter les règles.
Je pense que les forces de l’ordre auraient été beaucoup plus crédibles si elles avaient dis clairement. ‘’Il est impossible pour nous de contrôler le respect des distances de 1m donc dès que l’on voit un randonneur on verbalise et on le met en danger’’.
Le pire ce sont les journalistes qui répètent ce qu’on leur dit sans esprit critique, cela fait 15 jours cela change un peu.
Est-il impossible de faire confiance aux personnes, pour qu’elles gèrent les distances…
Bon maintenant il faut expliquer aux personnes qui depuis 2 mois n’ont pas le droit de voir d’autres personnes même de loin qu’il faut allez à l’école, prendre les transports, ….
Une pensé au jeune de 24 ans …
A+

A
aaurouss, le 04.05.20 22:03

Réponse à luj:
" Les sports de loisirs extérieurs sont de grands pourvoyeurs de patients". De grands pourvoyeurs ? Tu as lu au moins les chiffres du rapport cité ici pour la Haute-Savoie ? Désolé, mais le faux argument de l’hôpital encombré par le montagnard responsable, c'est du discours sécuritaire de base, dénue de fondement rationnel.

T
thouthou, le 04.05.20 22:58

Salut luj,
je crois qu'on est d'accord en fait. je parlais surtout d'une interdiction de la montagne après confinement, qui me paraitrait exagérée sans justificatif vraiment valable... bonne continuation !

L
luj, le 04.05.20 23:06

oui, j'ai lu. Les chiffres sont importants.

L
luj, le 04.05.20 23:06

Merci toto. Toi aussi.

I
Invité, le 05.05.20 14:05

Bonjour à tous,

À "luj" (soignant ?) qui écrit "non, ça aurait été illégal et le blessé aurait pu faire un procès." La loi, ça peut toujours se changer. C'est d'ailleurs exactement ce qui a été effectué depuis le 15 mars; je pourrais aller 6 mois en prison pour des choses maintenant illégales qui étaient tout à fait légales (et vraiment pas importantes) juste avant.

Toujours à "luj" dans a réponse à "aaurouss": c'est se moquer du monde que d'avaliser un système de santé déjà sous-calibré en temps normaux (voir le temps à attendre aux urgences pour un doigt écrasé, cas vécu). Quant aux hôpitaux militaires de campagne sensés désengorger le système, celui de Mulhouse a été démonté bien avant la fin du confinement !!!


Enfin un rappel, en espérant que ça parle également aux jeunes:

Depuis le Régime de Vichy, nous n'avions pas vécu de telles privations de liberté !!!


Excellente journée pluvieuse confinée, en espérant que plus haut c'est de la neige pour "après".

I
Invité, le 06.05.20 09:39

Voir ici:

www.change.org/p/21604421/responses/42853/c/785834563

Très bonne journée

Actu ancienne, commentaires verrouillés
Pour soutenir Skitour, faites le bon choix
En cliquant sur "accepter" vous autorisez l'utilisation de cookies à usage technique nécessaires au bon fonctionnement du site, ainsi que l'utilisation de cookies tiers à des fins statistiques ou de personnalisation des annonces pour vous proposer des services et des offres adaptées à vos centres d'interêt.

Vous pouvez à tout moment modifier ce choix ou obtenir des informations sur ces cookies sur la page des conditions générales d'utilisation du service :
REFUSER
ACCEPTER