ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié
Accueil > Actu > Politique et Société > Vers une transition du tourisme en montagne

Vers une transition du tourisme en montagne - Politique et Société


11 votes

Vers une transition du tourisme en montagne

Proposé par Jeroen le 26.04.20 à 19:37 :: alpinemag.fr :: 5444 vus :: 1586 clics :: 58 commentaires :: Politique et Société

C'est vrai, c’est difficile, en ce moment, de résister…. Une sacrée envie qui vient du fond de nous. Monter là haut, ça nous a toujours fait un bien fou ! Peut-être par recherche de distances avec le « en bas », son consumérisme ambiant souvent teinté de folie, ses pollutions envahissantes, sa pression sécuritaire, son stress et parfois les non sens de boulots qui bouffent nos vies… Mais grimper là haut, c’est aussi et avant tout une énergie intérieure qui nous fait vibrer, pour un monde d’une beauté du diable, un monde de liberté et d’autonomie, d’engagement et de responsabilité, de solidarité et d’entre-aide… Nous avons la chance inouïe d’accéder à toute la beauté des sommets du monde. Un sublime et des aventures intenses que nous souhaiterions éternelles »

Commentaires

Invité, le 26.04.20 21:56

+1

balto38, le 26.04.20 22:49

Bonsoir,

Le changement de la montagne est largement engagé et il s’emballe. Il est toujours mieux d’anticiper les changements, mais ce ne sera pas simple, il faudra être créatif et courageux.

On peut espérer que ces deux mois d'enfermement face prendre conscience de la richesse du privilège d'avoir des espaces ''préservés de libertés où on est responsable'' à coté des nos villes.

Le fiston que j'arrive à traîner une fois par ans en montagne grand adepte de gameboy en réseau et de séries sur netflix, m'a appelé il y a 1 semaine après un mois de confinement pour me dire ''Papa j'aimerai bien aller faire un tour en montagne'' comme quoi tout n’est pas perdu. Le virtuel ne remplace pas le bruit du vent dans les sapins, un coucher de soleil ou une belle arrête enneigée…

Cela ne va pas être simple, dans tous les cas les changements en montagne vont s’imposer.

Il va falloir être vaillant FREDI

P
Pilator, le 27.04.20 23:04

On peut craindre de nouveaux interdits concernant la pratique de la montagne à la suite de tels états généraux, qui partirons de l'idée de moraliser les pratiques des autres au nom d'un idéal concernant ce que devrait être cette montagne.
Plutôt que de partir toujours et encore de cette morale anticapitaliste que l'on ne cesse maintenant de nous servir, morale basée sur une idée du bien que l'on appliquerait aux autres, il serait mieux de se dire que c'est le système dans lequel nous sommes qui est en mesure de nous sortir de l'ornière.
Quant aux montagnes qui s'écroulent, justement concernant la Meije, ce n'est rien actuellement avant l'effondrement de la brèche Zigmondy début XXè...

E
Eric-Olivier, le 28.04.20 09:25

Bonjour
J'ai bien aimé le petit passage de Balto 38 avec en remplacement de : "mon fiston " par mes petits enfants.
OUF nous croyions d'être les seuls !!!

L
Legazier, le 28.04.20 10:02

Zsigmondy, Pilator!
Pour le reste, tu as raison.

K
k1200rs, le 28.04.20 12:51

@Pilator
Je crois qu'on a compris la teneur de tous tes messages.
Il y a une certaine invariabilité et répétition chez toi.

Tu serais plus crédible avec un soupçon de remise en cause de ce modèle que tu défends avec ardeur.

Il n'y a aucun modèle parfait et si le 'capitalisme' a permis une hausse globale du niveau de vie, il n'en reste pas moins que sans règles moralisatrices ou sans régulation elle permet au plus fort de gagner.

Et puis SURTOUT, le capitalisme est né du temps où les ressources semblaient infinies et en faisant abstraction de l'état de la terre en tant que système.
Pas sûr que la "croissance", mètre étalon du capitalisme, soit la bonne métrique: la course au revenu, au bénéfice, à la croissance, à la production et donc à la détérioration rapide du "de l'écosystème" terre est en train de nous amener vers une crise autrement plus sévère. C'est pratiquement inexorable. Acidification des océans, déforestation, appauvrissement des terres, pollutions diverses, effondrement de la faune, etc ne sont jamais que des conséquences de ce capitalisme sans morale. Alors pour te citer "il serait mieux de se dire que c'est le système dans lequel nous sommes qui est en mesure de nous sortir de l'ornière.", je doute qu'un système qui nous a mis dans l'ornière ait la volonté de nous en sortir.

J'ai conscience que tu nous parlais que du Coronavirus, mais j'ai pris ici l'opportunité de te répondre d'une manière plus large.

L
Legazier, le 28.04.20 14:22

"Le capitalisme est un mauvais système, mais c'est le seul".
Je ne sais plus, qui a dit cela.

Invité, le 28.04.20 15:06

le capitalisme a apporté progrès et une société stable ou quasi tous les citoyens pouvaient y trouver une place satisfaisante. Malheureusement, la déRive autoritaire de notre système et le fait que la méritocratie ne fonctionne plus, déstabilisent nos sociétés. On se retrouve avec environ 10% des gens qui sont tournés vers un seul objectif : conserver leurs privilèges qu'ils savent acquis pourtant illégitimement (c'est-à-dire par le sang et non le mérite). Les autres citoyens ont perdu du pouvoir d'achat pour les loisirs ou pire pour la nécessité (c'est-à-dire se loger, se déplacer pour travailler et manger). Le capitalisme du XXI siècle a inventé le concept de travailleur pauvre. Alors les dominants pour maintenir une société stable en apparence, utilisent la violence, l'autoritarisme. Les pays émergents, et cette crise sanitaire l'aura mis en exergue, ont un niveau de vie supérieur à la France et ceci dans tous les domaines. Ainsi va la vie, les systèmes montent ou stagnent ou,comme le nôtre, s' effondrent. Voilà tout! C'est triste mais ce sentiment de gâchis nous fera peut être rebondir.

Invité, le 28.04.20 15:24

Années après années, les pauvres sont moins pauvres, y compris si les riches s’enrichissent encore plus.
Je ne sais si je suis un privilégié avec 90k€ par an. Mais j’ai bossé pour les avoirs en démarrant au smic et avec des parents sans le bac. Ça m’indiffère totalement que les branleurs, que j’ai côtoyé dans des écoles et collèges pourris, soit toujours au smic, sur des jobs pourri ou même fonctionnaire mal payé. Ils n’avaient qu’à bosser.

Invité, le 28.04.20 15:54

ah oui j oubliais les bourgeois sont tous partis de rien. mbappe ou Ghosn gagnent 100 fois plus que Platini et qu'un patron des années 80. Et si tu gagnes plus de 23000 euros par an tu es dans les 10% dont je parle. PS: les 90% qui reste parle d'euros par mois et non par an comme toi. Tes parents n'ont pas le bac mais cela ne veut pas dire qu'ils ne sont pas des bourgeois. La méritocratie n'existant pas.Au contraire, une majorité des dominants ont un capital intellectuel, culturel très faible.

Invité, le 28.04.20 16:08

Mes parents étaient des ouvriers. Je ne voie pas le rapport avec le capital intellectuel et culturel. Encore un truc de bobo de gauche se faisant plaisir à défendre les pauvres pour se donner bonne conscience.

Le niveau de vie des plus pauvres a augmenté et continue d’augmenter, y compris si les revenus des plus riches augmentent plus vite.

Invité, le 28.04.20 16:16

Je tiens à préciser que je suis moi même dans les 10% et que j'ai donc accédé à un statut économique de bourgeois mais sans en adopter le mode de pensée. En effet, je n'ai pas de montre à 1000 euros, de voiture à 50000 euros ni de vêtement cher etc.... Le corollaire est que, contrairement aux bourgeois, je ne déteste pas les pauvres et je ne pense pas que ce sont des branleurs ni des profiteurs. L'ennemi du système est cette haine que l'on sent bien dans ton message. La solution est qu'une mesure vienne couper la transmission du statut économique bourgeois par le sang. Tout le monde partirait vraiment de rien. La loi parfaite serait l'abolition des héritages. Comme ca les bourgeois arrêteraient de vivre en cherchant l'accumulation, c'est-à-dire mourrir avec beaucoup à transmettre. Et toi tu serais plus content d'avoir réussi à gagner 90000 euros par an parce que ce serait vraiment toi et en plus tu pourrais en profiter (le dépenser au lieu de le faire fructifier) et même en faire profiter les autres pourquoi pas!

Invité, le 28.04.20 16:17

Le salaire médian annuel étant de l’ordre de 22 000 € en France (en équivalent temps plein), 50% des français salariés gagne plus que 22k€.
Pas 10%, mais bien 50%.
Foutaise que tes propos.

Invité, le 28.04.20 16:34

je ne suis pas un bobo de gauche qui eux sont bourgeois dans le sens ou ils sont concentrés vers une seule chose: conserver leurs privilèges. Ils se donnent bonne conscience en mangeant des trucs bio, ou avec la religion ou avec les associations. Je dirai bobo de gauche mais celle de Hollande!

Franchement si tu as réussi à accéder à une profession qui te permet de gagner 90000 euros par an en venant d'une famille populaire, d'ouvriers, tu ne dois pas être loin de la retraite! car l'ascenseur social est en panne depuis longtemps!

En ce qui concerne la pauvreté en France, je ne suis pas d'accord avec toi. J'avancerai un argument autour du rapport qu'il existe entre le salaire minimum et le prix des produits de première nécessité.
En 1985, mon père et ma mère gagnaient 10000 francs à eux 2. soit 1500 euros. aujourd'hui ils auraient 2400 euros. salaire multiplié par 1,6.

essence multipliée par 5.
pain multiplié par 6.
loyer multiplié par 8.
voiture multiplie par 2,5.
eau et électricité multiplié par 6.
camping : pas besoin les ouvriers ne peuvent plus partir en vacances

Invité, le 28.04.20 16:38

Je pense que tu oublies de compter ceux qui vivent en gagnant 20 euros par ci par la au black. et ceux qui sont au chômage au rsa. .......
et non pas foutaise mais triste vérité et on sent bien que tu es tiraillé face à ton illégitimité à avoir atteint ce statut social.

D'ailleurs je suis curieux de savoir ce qu' tu penses de ce confinement et de ses modalités de mise en place.

Invité, le 28.04.20 16:54

L’Insee indique que le niveau de vie median de la population française est 20 820 € en 2017.
Foutaise, Foutaise, Foutaise

M
Michel1, le 28.04.20 17:08

Foutaise, tu es ce que mes parents appelaient "un pou ressuscité". Ce sont les pires !! Méprisants envers ceux qui ont moins réussi et on le note parfaitement au travers de tes écrits. C'est sûr qu'avec des individus comme toi, nous ne sommes pas sortis de cette crise !!!

E
Etienne-H-, le 28.04.20 17:33

Mon grand-père appelait ça un m'as-tu-vu-trou-du-cul. Ce sont les seuls mots grossiers que je l'ai entendu prononcer, témoignant bien du mépris pour ces personnages.
En laguange courant: un parvenu.

Invité, le 28.04.20 17:59

foutaise je respecte ta façon de voir la vie. Quelques questions pour alimenter le débat.
As t on intérêt à s' enrichir et être obligé de multiplier les mécanismes de défense de nos privilèges face aux comportements des pauvres(alarmes, gardiens, baisse des aides sociales, allègement des impôts indexés aux revenus.......)?

Est ce que les pauvres le sont par leur faute (manque d'ambition, fainéantise....)?

Est il normal que les professions des dominants soient accessibles sans diplôme, formation (entrepreneurs,commerçants...) ou avec un diplôme qui s' achète et très marqué socialement (politiciens,médecins, notaires....)?

Pourquoi la solidarité, notamment inter classes, a t elle disparu de nos sociétés?

Gilles Deuleuze disait qu'il y a quelque chose de pire que traverser une période de crise c est d'y naître. Est ce que la jeune génération qui arrive dans la vie d'adulte va accélérer l'effondrement de notre société?

On ne peut pas souhaiter le malheur aux gens mais plutôt une société où tout le monde à sa place. Ca fait bisounours pourtant le capitalisme avait presque réussi à le faire (années 60 70)

le ski, à travers une quantité de modalités de pratique hallucinantes (freestyle, hors piste, randonnée avec guide à Chamonix, Heliski à 7000 euros la semaine, petite station, grosse station, rando vers grenoble, rando en ubaye, adepte de la transfo, de la poudreuse, les discrets, la vitesse, la pente raide, le ski nordique, patinettes.....)le fait bien. toutes les classes sociales skient et n'empechent pas les autres de le faire!

une société ne doit pas empêcher certains de vivre décemment au profit d'autres. Tu peux mépriser les pauvres mais pas les empêcher de bien vivre (accepter de partager par exemple). On peut se détester mais avec respect.

Invité, le 28.04.20 18:11

L’insulte n’abaissera pas le revenu median des français. 50% des français ont un revenu médian supérieur à 22 K€.
Le neuvième décile, correspondant au 10% des personnes ayant le plus de revenu, est plutôt de l’ordre de 60 000 €. Cf Insee et Google.

Je suis effectivement parvenu à m’en sortir. Il fallu travailler pour cela.

Invité, le 28.04.20 18:13

On s'éloigne du sujet, non ?
Moi ce que m'inspire ce texte c'est le paradoxe terrible, la dissonance cognitive majeure qui va empêcher toute avancée dans ce domaine.
Fredy, que j'apprécie (super accueil et super conseil pour la pa il y a qq temps) dénonce le tourisme alors qu'il en vit ! Gîte, refuge, sa femme travaille au vieux campeur...
Et je suis comme lui:j'aimerai bien moins de pollution et de consommation mais je travaille dans une boîte qui produit des biens touristiques... Et j'aime mes skis, dont je change tous les 5 ans...

Invité, le 28.04.20 18:24

Quand je vois une ???? (foutaise) écrire comme ça, j'ai envie de foutre des baffes. J'ai été à l'école, j'ai bien travaillé mais la santé n'a pas toujours suivi et la réussite aussi.
Alors non, je ne suis pas d'accord avec ''marche ou crève''.

Invité, le 28.04.20 21:09

C’est comme pour la dette ou les coronabond, on accepte de partager sa dette.
Je comprends d’ailleurs très bien que l’Allemagne et les Pays-bas n’aient pas envie de partager la dette des français.

H
Haire, le 29.04.20 01:05

"Ça m’indiffère totalement que les branleurs, que j’ai côtoyé dans des écoles et collèges pourris, soit toujours au smic, sur des jobs pourri ou même fonctionnaire mal payé. Ils n’avaient qu’à bosser."

Bonjour,

Je suis scandalisé par ce dénigrement des plus bas salaires sur le seul critère du "travail" (et de la performance donc). Il n'est pas normal de réduire ainsi la valeur de ces gens qui participent également à la société, particulièrement en ce moment.

Invité, le 29.04.20 06:13

Il n’y a pas beaucoup de povres en montagne. Par contre il y a des montres GPS a 500€, du matériel de ski à plus de 1000€.
Une traversée de la Meije avec son matériel de montagne, sa manip de voiture, sa demi pension au Promontoire est comparable au golf en terme de coût. Sans même parler de Chamonix, ou de voyage.
On n’a peut être pas tous des voitures à 50 000 €. Mais sur les parkings l’été, il y a beaucoup de fourgon Vokswagen ou Mercedes flambant neuf avec tout l’équipement et coutant le même tarif.

Idem pour l’encadrement professionnel qui ne s’adresse pas au smicard.
Idem pour apprendre à skier.

Il n’y a pas de prolos au Promontoire.


Le monde de la montagne est surtout un monde de faux-culs.

K
k1200rs, le 29.04.20 08:10

Chaque avis demande nuance, que ce soit dans un camp comme dans l'autre, il n'y a pas de vérités absolues.

"Le monde de la montagne est surtout un monde de faux-culs."

Le ski de rando n'est pas qu'un sport de riches, être né dans un milieu favorable augmente les chances de réussite (déjà par l'heritage) et donc tous les "riches" ne sont pas méritants, tous les pauvres ne sont pas des victimes du système (il y a des branleurs), etc

https://www.inegalites.fr/Les-milieux-populaires-largement-sous-representes-dans-l-enseignement-superieur?id_theme=17

Je pense que dans cette discussion comme dans bien d'autres, les intervenants ne sont en fait pas si éloignés les uns des autres s'ils exprimaient un peu plus de nuances ou de relativismes.

Invité, le 29.04.20 08:22

Faut il compter les posts sur les chaussures à Gignoux ? Presque 2 000€ tout de même rien que pour les chaussures. En ajoutant des skis et des chaussures du même niveau, on doit quasiment arriver à 4 mois de smic.

Et on parle pas du coût de l’apprentissage du ski ! Il faut compter entre 1 et 2 semaines de smic pour se payer en 1 we de ski (forfait, location matériel, logement, transport).

Le ski n’est peut-être pas une activité de riche. Mais ce n’est pas non plus une activité de pauvre. Le pauvre joue au foot avec 1 ballon pour 30 gamins. Difficile de faire moins cher. Le pauvre a des préoccupations beaucoup plus vitale que d’occuper son temps libre par des loisirs onéreux.

K
k1200rs, le 29.04.20 08:33

Tu as globalement raison, il faut avoir un minimum de moyens pour pouvoir acheter son matos.

Je n'ai pas dit que le ski n'est pas une activité de riches, j'ai dit "pas que".

Le paysan à côté de chez moi, 35 vaches, ne roule pas sur l'or mais s'en sort, il travaille dur, pas de vacances, pas de loisirs autre que le ski de rando (il est d'ailleurs sur skitour).

Je ne prendrais pas l'exemple de Ferrari (Gignoux) pour dire que la voiture est inaccessible.

Par ailleurs, les skis de 'rabbit on the roof', sont chers, s'adressent à une certaine classe de population, et en même temps permettent à un artisan d'exception de vivre et de produire des oeuvres d'art.

Invité, le 29.04.20 08:57

pour ADP, le ski ca n'est pas que skitour ou gignoux. il y a aussi ceux qui font ca pour le plaisir uniquement sans chercher à faire des croix sur des topos connus même loin de chez eux. il y a des gens qui font de la montagne vers chez eux pour peu d'argent. je répète il y a tout le monde!

le foot en Afrique c est 30 enfants qui jouent avec un ballon qu' ils ont fabriqué. En France le foot ca peut être trente gamins qui jouent avec des chaussures a 150 euros plus un t shirt net par a 80 euros et une licence de club a 100 euros et un déplacement en voiture pour les parents.....

dans ce contexte on depasseun certain ski de rando en coût.

Invité, le 29.04.20 09:19

Ben non, il n’y a pas tout le monde en montagne et encore moins en ski. Relis donc Bourdieu et explique moi comment un smicard (10 € net/h pendant 35h par semaine) avec sa femme et ses 2 gosses pourrait se payer du ski.
La banlieue qui va aux Cosmiques est plutôt de Neuilly que des quartiers nords de Marseille. Sur les parkings des Grands Montets et de l’Aiguille du Midi, on voit tout de même une proportion significative de véhicules à 50 000 €.

Quand bien même j’ai forcé le trait avec le matériel à Gignoux, la pratique de la montagne a un coût significatif guère éloigné du golf. Il faut des moyens et ça ne s’adresse pas aux pauvres.
Bien évidemment celui qui a sa maison/appartement, ne paye plus de prêts ou de loyers , ou squatte en tournant chez des amis, est seul, sans personnes à charge, sans frais, qui s’organise pour vivoter à coup de boulots entre 2 pôle emploi, etc ..., peut faire du ski et des voyages. Mais ce n’est tout de même pas classique.

balto38, le 29.04.20 09:30

Bonjour,

Eh bien ça fight...

Pour faire de la montagne tu y mets l’argent que tu as et que tu veux.
Quand j'ai commencé c'était basket sac à dos k-way... et pour l'hiver chaussure de piste Salomon (150 franc) super yeti puis ski en mousse (light droit est fragiles) plus fixations petzl plaque alu montées maison le tout pour mois (des 300 francs 50 euros) bon à l'époque pas d'arva cela faisait des économies.
Il y a quelques années j'ai acheté en magasin à Annecy des skis de rando plus fixation diamir pour 15 euros.... peaux de phoque 5 euros le tout d’occasion.
Donc il est possible de faire de la montagne avec du matos un peut lourd pour pas très cher. Il y a beaucoup de jeunes qui n'ont pas du super matos (eh alors) bon ils compensent pas la jeunesse.

Ce qui empêche l'accès à la montagne pour certains c'est à mon avis : Il faut savoir que la montagne existe, en général il faut une personne pour ''guider montrer'', il faut un moyen de transport (même s'il est parfois possible en bus, à vélo ou à pieds) le plus difficile à trouver pour faire de la montagne c’est le TEMPS qui est la chose la plus rare dans notre société.

Le pb c'est qu'au moins au début on se dit que la montagne c'est dure et fatigant ça doit faire peur plus simple de rester sur le canapé...

Enfin je ne pense pas que Fredy soit contre le tourisme. Il est plutôt contre certaines formes du tourisme. Freydières ce n’est pas la croix de Chamrousse. Le tourisme peut aussi aider à faire prendre conscience aux personnes de l’intérêt de préserver le milieu exceptionnel qu’est la montagne.

Bonne montagne à partir du 11

Invité, le 29.04.20 09:38

Basket : ça donne quoi dans la traversée de la Meije ou pour les Cosmiques (sans le téléphone et l’hélicoptère comme KJ).

balto38, le 29.04.20 10:10

Hello
On débute rarement par la Meije .... (chacun sa pratique de la montagne)
En montagne, il y a plein d'endroits qui sont plus cool. Il y plein de façon différentes de faire de la montagne. Ce qui est une liberté tu fais de la montagne comme tu le sens en étant responsable.
Même si avec un peu de recule monter à 4200m avec des chaussure de ski de piste salomon des années 1980 (hyper solide) sans semelle cela peut laisser songeur. Bon on savait que cela pouvait glisser donc on faisait attention (jamais de pb)
Après on revient de plus en plus vers la forme Basket avec les chaussures mid. Les Baskets très bonne accroche sur les rochers secs...
Pour les cosmiques.. avec un sac plastique dans la basket ça doit passer. A la descente de l'aiguille du midi on doit gagner un peu de temps sur la neige ça glisse bien (il y en a bien qui ont fait le mont blanc en Basket)
Est ce qu'il vaut mieux un montagnard en Basket ou un dangereux en semelle Vibram ????? on est d'accord il vaut mieux un montagnard en chaussure de montagne.
a+

Invité, le 29.04.20 10:17

Pour le ski, il faut rajouter le coût de l’apprentissage qui est significatif. Combien de journée en station avec un forfait coûtant minimum 2-3 h de smic, plus le transport, matos, logement, éventuellement un encadrement ....
Si tu oublies ce que tes parents ont dépensé pour t’apprendre à skier, si tu oublies que tu as déjà une partie du matériel & vêtement (payé par tes parents), si tu oublies que tu n’as personne à charge et que tu peux donc réduire aux minimum tes dépenses pour ne les consacrer qu’au ski, oui ça va le faire y compris avec juste un smic.

Est ce que cela concerne tout le monde ?
Non. Combien de gamins des banlieues nord de Marseille vois-tu en station pour apprendre à skier ? Qu’elle est la proportion de population immigré pauvre en montagne, au refuge du Promontoire, aux Cosmétiques (pas les Suisses avec 2 fois le pouvoir d’achat français). Ce serait donc tous des fainéants ayant peur et préférant leurs canapés. Certes, il y a la barrière de l’inconnue mais il y a également surtout la barrière financière.

Invité, le 29.04.20 10:32

La demi-pension est à 67€ aux Cosmétiques.
L’aller retour à l’Aiguille du Midi coûte 65€.
Le smicard va donc devoir travailler 2 jours pour seulement aller aux Cosmétiques, sans compter le matériel minimum, le transport.
À côté, il faut tout de même payer son loyer, les fournitures scolaires du gamin, quelques jouets, éventuellement des vacances et des loisirs aux gamins (les vacances et les loisirs ne sont juste pour toi en rat).
Franchement, le sachet plastique dans les basket, c’est pas le sujet.

M
migloo, le 29.04.20 10:58

"La demi-pension est à 67€ aux Cosmétiques."

Forcément les cosmétiques c'est du luxe ...

Invité, le 29.04.20 11:45

Du luxe ou le gagne pain des guides.

En montagne, les populaires sont les guides ou les randonneurs. Mais pas de pauvres et encore moins en ski.
En haute montagne alpinisme, c’est avant tout des professions libérales, des chefs d’entreprises, commerces, des enseignants, des scientifiques, des cadres, des ingénieurs, des étudiants. Mais pas des pauvres.

K
k1200rs, le 29.04.20 13:49

@ADP
Si tu permets, pour appuyer tes démonstrations tu vas systématiquement dans les extrêmes.
La montagne c'est autre chose que les Cosmiques ou l'aiguille du Midi...heureusement. Il y a la courbe de Gauss, qui devrait être la plus plate possible, mais les extrêmes pauvres ou extrêmes riches existeront toujours ainsi que les exceptions. Tu fais systématiquement des généralisations abusives et bien campées.
Oui en dessous du SMIC ça devient compliqué pour du ski de rando (sauf pour les gens du pays) et impossible pour du ski de piste. Mais bon, je ne vais pas faire du Surf dans le Pays Basque ou à Hawaï et je ne m'en plains pas non plus.

Invité, le 29.04.20 15:37

La demi-pension est à 60€ au Promontoire, et donc quasiment une journée de boulot pour un smicard.
S’il monte par les enfetchores pour ne pas avoir de manip de voiture (et donc 2 voitures), il faut rajouter le prix de la cabine de la Grave. Je te laisse chercher et faire l’addition,

Ce n’est pas un loisir de pauvre.

K
k1200rs, le 29.04.20 16:35

J'ai jamais été au Promontoire, ça ne me manque pas et ça ne n'empêche pas de faire de la montagne à 0 € la pratique (hors matériel)

T
Trolly, le 29.04.20 17:24

Mais quel est le rapport avec le schimlblick ?
Evidemment que la montagne est un sport de riche, et alors ?

Invité, le 29.04.20 17:53

Effectivement :
1 c’est quoi le rapport avec la choucroute.
2 Oui la montagne est une activité de personnes ayant un minimum d’aisance financière. Et alors ?

balto38, le 29.04.20 21:18

Re bonjour,
Dans les années 80 (non pas 80 après JC mais 1980) il y avait plus de neige en plaine et en plus début des années 1980 il y a eu l’explosion du Mont St Helens qui a provoqué des hivers plus froids et neigeux. La neige à 500m restaient plus d’un mois ce qui laissait le temps ‘’’d’apprendre à skier ‘’ dans son jardin (jamais pris de cours) . Bon je ne tournais que d’un coté. (Première descente du Grand crêt plus de temps à la descente qu’a la montée, merci les collègues qui n’ont attendu). Donc il y a des personnes qui n’ont jamais pris de cours de ski. Bien sure parfois quand je me fais doubler à la descende par des ‘’scuds’’ ça laisse un peu rêveur mais bon on dira qu’ils n’ont pas le temps d’apprécier la descente, leur descente est plus courte.
C’est vrai qu’il est dommage qu’il n’y ai pas assez de diversité en montagne, mais pour marcher en été il faut juste : la météo ok, avoir des connaissances (copains qui s’y connaissent), avoir lu des livres, savoir en gros lire une carte (dernière fois à la croix de Belledonne un Libanais je crois me demandais où était le chemin pour le grand Pic car son téléphone lui disant qu’il restait que 15 min, il a fallu lui expliquer très sympa on a discuté des montagnes du Liban bon il peut y avoir des mines) et du bon sens et prendre et le plus possible de marge de sécurité. (pas toujours facile)
En été en aout, par beau temps il et tout à fait possible de faire de super ballades en montagne et de monter avec ‘’peu’’ de matos à de supers endroits.
Par exemple à la croix de Belledonne presque 3000m avec de supers lacs, super vue au sommet…. Idem le taillefer, pic du mas de la grave 3000m ou dans le Queyras … c’est déjà pas mal. L’été passé le col de la temple environ 3300 m dans les écrins sans crampon il n’y a plus de glacier et super ambiance. (Bon il faut une bonne météo)
La montagne ce n’est pas que la montagne ‘’engager’’ et il est possible l'été un peu moins l'hivers d'y aller sans dépenser trop d'argent. On peut trouver des paires de raquettes alu légères neuve dans les 30 euros. On est pas obligé d'acheter le top même si parfois cela fait plaisir.

A+

Invité, le 30.04.20 10:37

La randonnée pédestre est effectivement une activité beaucoup plus « populaire » (au sens avec des personnes aux revenus faibles et même des pauvres) que l’alpinisme ou le ski.
C’est très différent comme population et comme activité.
Par exemple, il y a très peu de femmes en alpinisme. De facto, comme les hommes ont de meilleurs revenus que les femmes, les alpinistes sont plus riches que la moyenne rien que part l’importante proportion d’hommes. Par ailleurs, il y a une surreprésentations des CSP+, des cadres, ingénieurs, chef d’entreprises, enseignants, commerçant, d’étudiants et des professions intermédiaires mais quasiment pas de pauvres. En montagne technique (pas la randonnée), le « populaire » est souvent le pratiquant professionnel (guide, gardien de refuge ....) vendant ses services à des clients ayant les moyens. C’est l’histoire de la pratique avec des riches payant des paysans pour les guider en montagne. Encore aujourd’hui, le client du guide est généralement beaucoup beaucoup plus fortuné que le guide.
C’est différent en randonnée pédestre qui est une activité beaucoup moins élitiste. La randonnée pédestre est pour tous le monde et donc y compris les pauvres. C’est également une activité moins valorisée et moins valorisante suivant les standards de notre société.

L
Legazier, le 30.04.20 11:05

Pas besoin de ski pour être heureux.
Pas besoin de Ferrari pour être heureux.
On est toujours le riche de quelqu'un.
Pas besoin de culpabiliser si on skie, si on a une Ferrari dans la mesure où le pognon rentre au mérite.
Après, on peut disserter sur le mérite...
Pour la chronique de FDF, j'ai l'impression une fois de plus que le débat tourne autour de "croissance ou décroissance ou croissance zéro"?
Et aussi, peut-on faire confiance aux hommes (Pilator du début du fil) ou faut-il imposer une idéologie au nom du soi-disant bien de tous?

Invité, le 30.04.20 12:17

ADP, étant en desaccord avec tes propos je vais tenter de te "convaincre" en utilisant l'argument suivant.

Si on prend comme définition de l'alpiniste, personne des villes incompétente et ignare en montagne qui achète le matériel neuf le plus cher pour se faire monter à un sommet connu, fréquenté et valorisé socialement, par un guide et en demi pension avec confort maximal, alors tu as raison.

Par contre si un alpiniste est une personne vivant en montagne, qui la connaît, qui l'observe, qui la repère, qui la pratique au quotidien, de la simple balade à l'ouverture en escalade mixte, qui ne va pas en refuge qui ne va pas s' entasser sur des montagnes qui ne prend pas de guide, pas de remontées, alors tu as tort.

L'auto formation prend quelques années et en 10 ans tu peux être autonome à ton niveau. Et le coût est facile à calculer

2 jeux de friends soit 600 euros
2 paires de ski soit 1200 euros
4 piolets soit 600 euros
2x60, 2x50 et 1x50 et ficellou soit 600 euros
chaussures ski et 2 grosses soit 1200 euros
vêtements gants casque pour toute activités soit 500 euros
baudrier, sangles et dégaine soit 200 euros
perfo, pitons et points soit 400 euros
4 sacs soit 200 euros

avec 5500 euros j'ai pu faire 5 ans d'alpinisme,ski,escalade à raison de 200 sorties par an tout confondu.

donc 1100 euros par an, donc 5,50 euros par sortie, donc 91,75 euros par mois.

une fois cela dit oui il y a une pratique bourgeoise de la montagne qui est très visible si l'on va au mauvais endroit. et pour moi c 'est pas de la montagne....

Invité, le 30.04.20 12:49

2 jeux de friends et tu critiques ceux achetant du matériel ?
Tu n’as beaucoup dû mettre souvent les pieds en montagne pour penser qu’il faut individuellement 2 jeux de friends pour débuter l’alpinisme. Toutes les classiques, et moins classiques, ouvertes jusque dans les années 70 ont été réalisés sans friends. Franchement et a moins d’être dans le 8, il y a déjà de quoi t’occuper pendant 1 siècle dans tous les niveaux. Tu n’y connais manifestement pas grand chose.
Tchao bouffon

K
k1200rs, le 30.04.20 13:23

@ADP Même si pour la grimpe effectivement on n'a pas forcément besoin de friends ta réponse est déplacée. La teneur de son message n'était pas de discuter de l'utilité ou non de friends mais d'effectuer un calcul approximatif du coût de revient. Retire les friends si ça te chante, ça fera 82 € / mois et pour le ski de rando seul environ 2500 € / 5 / 12 = 41 € / mois.

Invité, le 30.04.20 13:34

ok tu as raison, bon courage!

D
Dawa, le 01.05.20 07:13

Les CSP+,voir ++,des villes qui vont en montagne,croient qu'ils sont seuls à pratiquer.C'est normal,ils s'entassent tous sur les mêmes courses,celles qui permettent de se la péter sur ST ou fessedebouc.Un jour à skis,je suis descendu en même temps que le troupeau qui venait du refuge des Ecrins,j'ai été scotché par leur matos:un défilé de mode façon vieux campeur.
Laisse les,@quelqu'un,et profite bien des vrais montagnes.

Invité, le 01.05.20 22:26

La montagne est effectivement un sport de riche, d’ingénieur, de scientifiques, d’enseignants, d’étudiants et quelques professions intermédiaires.
C’est quoi le problème ?

V
Vinc1, le 02.05.20 02:14

Apparemment skitour, plus que la montagne, est un repère de riches...
mais pour penser qu'il n'y a que vous qui allez en montagne, c'est que vous devez bien pratiquer l'entre-soi... (je ne nie pas que certaines catégories sont plus représentées que d'autres dans certains lieux...notamment en haute montagne où le coût du matériel peut dissuader certains).

Invité, le 02.05.20 08:25

pour seb, c'est quoi le problème? et bien justement la montagne, aujourd'hui et historiquement n'est pas qu'une activité pratiquée par des personnes riches. En plus vu la liste que tu as donnée on dirait plutôt que tu pensais à décrire les pratiquants comme intellectuels plutôt. Car les étudiants ne sont pas très riches.....et les enseignants non plus....

la je serai d'accord avec toi car pour pratiquer l'alpinisme, de la course la plus simple a la plus engagée, l'intelligence, la réflexion, les décisions sont très importantes, primordiales pour réussir.

être assisté, par un guide, un cuisinier, un homme de ménage, un médecin en hélico, l'argent de l'état quand il y a un coup dur et en trichant (optimisation fiscale, sortie payée par l'entreprise...) est une habitude de riches qui fait rater l'essence même de l'alpinisme.

Invité, le 02.05.20 08:53

Un étudiant pauvre travaille pour se payer ses études et a généralement du mal pour concilier ce travail avec la réussite de ses études. Il a donc autre chose à faire que de dépenser de l’argent et surtout son temps en montagne. A fortiori parce les études se passent plutôt dans les grandes villes qu’à la Berarde.
En haute montagne, les plus pauvres font les larbins dans les refuges. Il y a encore moins de pauvres que de femmes.
C’est un monde masculin sans prolos.

Invité, le 02.05.20 09:39

Je comprends que la période ne nous porte pas à avoir une vision optimiste et agréable de la vie et à tenir des propos ouverts.

Pour relancer le débat, je dis que plus un français est riche plus il se plaint et que plus il est pauvre (dans une certaine limite ) plus il est heureux. Le pauvre sait se faire plaisir contrairement aux riches qui ont trop de charges..... et de privilèges à défendre.

L'alpinisme est une activite chronophage donc pratiquée par les gens qui ont du temps, c'est-à-dire les étudiants, profs, saisonniers, retraités, tous les travailleurs intermittents. Et les riches effectivement!

V
Valjean, le 02.05.20 10:36

Bonjour, vous avez tous plein d'arguments très valables mais il manque le plus important: LA PASSION! Vous savez bien qu'on est capable de tout par amour, y compris de grands sacrifices, financiers ou autres. Je ne veut pas exposer mon cas mais cela revient à dire qu'on peut arriver à faire de la hte montagne avec ou sans moyens financiers, simplement on y met le temps, avec le sens de la débrouille, pour faire son expérience, se procurer le matos, etc.
Je reconnais tout de même qu'il y a une majorité de gens plutôt aisés en montagne, c'est d'ailleurs assez dur de supporter une soirée en refuge!...
Bonne reprise de la montagne à toutes et à tous, avec le respect maximum.

B
bobo, le 02.05.20 14:17

Et bien, on s'aime pas beaucoup les uns les autres par ici, les pauvres, les riches, les urbains, les ruraux… Belle mentalité ! :(

Invité, le 03.05.20 08:03

Je préfère partager les soirées en refuge avec des médecins, des ingénieurs, des chefs d’entreprises qu’avec des gros lourds.

Actu ancienne, commentaires verrouillés