ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié
Accueil > Actu > Alpinisme > Peillex veut imposer aux candidats au Mont-Blanc un minimum d'équipements

Peillex veut imposer aux candidats au Mont-Blanc un minimum d'équipements - Alpinisme


14 votes

Peillex veut imposer aux candidats au Mont-Blanc un minimum d'équipements

Proposé par Jeroen le 18.08.17 à 23:49 :: www.lexpress.fr :: 2790 vus :: 382 clics :: 32 commentaires :: Alpinisme

Le maire de Saint-Gervais, une commune de Haute-Savoie qui comprend sur son territoire la "voie royale" d'ascension vers le Mont-Blanc, a publié jeudi un arrêté à effet immédiat obligeant les alpinistes à porter un équipement adéquat sous peine d'une amende »

Commentaires

Invité, le 19.08.17 19:47

Normal. Et je compléterais cela par le règlement des frais de secours ou de recherches en cas de fautes avérées et comportements irresponsables.

J
Juhlen, le 20.08.17 07:42

Et donc on facture aussi à tous les irrespectueux de la route (alcool, stupéfiants, vitesse élevée, ...), de la mer, ... (gilet de sauvetage, vitesse, signalisation, ...) ???

Invité, le 20.08.17 08:28

"Et donc on facture aussi à tous les irrespectueux de la route (alcool, stupéfiants, vitesse élevée, ...), de la mer, ... (gilet de sauvetage, vitesse, signalisation, ...) ???"

Oh que oui.....on paierait peut être moins d'impôts!

J
Juhlen, le 20.08.17 08:46

@Tanpat : tu as bien réfléchi aux conséquences de tout ça ... C'est bien beau d'être libertarien mais regarde autour de toi, la fin de la mutualisation (famille, amis, voisins, ...).

Invité, le 20.08.17 14:15

c'est pour quand les prochaines élections municipales ? Peillex est simplement un professionnel de la politique qui tuerait père et mère pour l'audimat et le buzz afin de se faire re-élire. L'archétype du politique utilisant les problèmes pour faire avancer sa carrière.

Invité, le 20.08.17 17:14

@Juhlen. Inutile d'aller chercher les idées du libertarisme pour se raisonner et se plier aux exigeances "de bases" de chaque activité. Je n'ai rien contre le trailer qui part "à poil" faire le Mont Blanc ou le skieur de rando qui part pendant une tempête de neige mais à un moment il faut assumer ses choix. Ce n'est pas à la société de supporter les coûts liés aux extravagances des uns et des autres. Et je ne parle même pas de la prise de risque de secouristes.

Invité, le 20.08.17 20:19

Aucun probleme.....cote 3 Monts, arrete Bionassay ou versant italien tout est permis.....et la ben je pense pas voir grand monde en baskets...meme Kilian!
La montagne doit appartenir a tous mais il est aussi normal d'essayer de limiter les degats causes par la surmediatisation (dixit Montagne mag de Juin dans lequel on laisse rever au joggeur moyen de montagne a vaches que le MB est juste un parc municipal...).

Invité, le 21.08.17 18:20

Faut arrêter de dire n'importe quoi, vous allez en montagne vous avez une assurance, que ce soit, CAF, FFME ou autre, si on a un carton ces assurances sont là pour ça. Certains voudraient que ce soit comme aux usa, quand on rentre à l'hosto la première chose que l'on vous demande c'est si vous êtes assuré..... si c'est cette société que certains veulent qu'ils aillent dans ces pays. Moi je suis content de payer des impôts, que l'on ait des hopitaux, une école et tout ce qui va avec qui fonctionne. Pour les secours pareil.

Invité, le 21.08.17 20:09

@Nicom, respire. Étant donné que les rouges ont été foutu dehors il y a bien longtemps, que nos activités montagnes sont pour les CSP+ et autres "riches", chacun est libre d'évoquer la prise en charge perso du coût des accidents via une assurance ! Même en multipliant par 10 le budget assurance, ça va pas peser très lourd dans un budget montagne (à comparer de la veste en goretex, les skis en carbone....).

Invité, le 21.08.17 20:27

Admettons pour discuter de faire payer les secours directement à la personne sauvée. Si le patient est une victime décédée, on laisse le cadavre là jusqu’à ce que les familles se cotisent pour payer le ramassage aussi ?

Le principe de l’entr’aide n’est pas pratiqué pour rien, depuis des siècles il l’est en mer, en montagne dans le désert. Il doit bien y avoir des raisons, en cherchant bien.

Comme le dit Nicom (merci pour sa réaction) les assurances font partie de la pratique de la montagne aussi pour financer les prises en charge des secours.

Que des promeneurs, joggeurs et débutants peu informés se retrouvent dans des situations scabreuses, c’est attendu. Cela se produira tant qu’il y aura des hommes. Qui n’a jamais fait d’erreur en montagne, celui qui jette la première pierre ?

Quant à crier à l’impôt trop élevé que cela est supposé coûter, merci de me donner des chiffres.

Ensuite, si on décide de faire payer des actes irresponsables et des fautes avérées, qui va définir ce qu’elles sont et comment ce décideur va-t-il justifier de sa compétence ? Qui va payer cette compétence ? Est-ce donc une économie ?

Seraient-ce :
Les gendarmes du PGHM, qui sont quotidiennement en montagne et sauvent avant de sévir ?
La police, les pompiers ?
Un juge, dont la compétence est juridique ?
Un maire, dont la compétence est de gérer sa localité ?

C'est étrange, toutes ces instances sont financées par les impôts.

Je me sens rassuré moi aussi de ne voir que ni le slip ni les chaussettes ne sont obligatoires sur la liste de M. Peillex, ni même l’expérience des outils préconisés.

En résumé : du vent tout ceci.

Si c’est pour payer moins d’impôts et avoir moins de victimes, restez donc à la maison, quoique 80 % des accidents seraient domestiques. Y a t-il, là aussi faute avérée ?

Invité, le 21.08.17 21:03

@Pascal, le taux de prélèvements obligatoires est effectivement très/trop élevé en France. Rien de bien nouveau !
Le taux de fonctionnaire et autres assimilé est également très/trop élevé ! Rien de nouveau !
Néanmoins même si on pouvait améliorer la gestion de l'état français, notamment en réduisant ses coûts (sous entendu en réduisant les charges de personnel), cela n'empêchera pas Peillex de faire sa comm.

N
NULL, le 22.08.17 07:08

"chacun est libre d'évoquer la prise en charge perso du coût des accidents via une assurance !" -> Pourquoi ne pas appliquer le principe pour tout, alors, qu'est-ce que la montagne a de différent ? Le gars qui fait un simple malaise en rentrant d'une visite familiale de courtoisie et envoie tout le monde dans le décor (dont le cycliste en face), il paiera aussi pour le secours, le mobilier urbain et le dommage aux autres automobilistes ralentis ? Et toutes les chambres d’hôpital remplies à cause de mauvaises hygiènes de vie, bien plus cher qu'une rotation d'hélico ? Les femmes qui ne travailleraient plus une fois enceintes car une grossesse à risque serait hors de prix (cf USA hors grosse mutuelle d'entreprise) ? Etc. etc. Attention à prendre du recul sur les conséquences tout azimut... Les pays où les secours sont chers par rapport au niveau de vie n'ont rien d'enviable, voyagez un peu pour vous en convaincre ?! (à moins d'être riche, en bonne santé et de ne pas aimer son prochain bien sûr...)
Pour revenir à la montagne, je vois bien les gens commencer à ne pas aider les autres en montagne, "oh non démerde toi avec les secours, moi j'ai payé mon assurance je retourne skier hein...", ça fait rêver ! Et oui, ce sera la conséquence petit à petit.

Invité, le 22.08.17 09:28

@_pierre
Il y a déjà eu des cas de refus d'aide lors d'opération de sauvetage après avalanche. Et des plaintes déposés contre x par les secouristes en Autriche. J'ai vu aussi des groupes de skieurs sur piste laisser un camarade accidenté aux seuls secours.

@ Saucisson
À la décharge de M. Peillex, maire donc responsable de l'ordre public sur le territoire de sa commune, dès qu'un accident se produit il est chargé de faire un rapport au préfet.
Il fera sans doute carrière politiquement si on amalgame les sujets de l'impôt et de la sécurité en montagne. Avec d'un côté les us et coutumes, de l'autre les économistes amateurs que l'on cherche à opposer. Rien de nouveau. On cherche à opposer les touristes dont Saint Gervais vit et les locaux.

Peut-être y aura-t-il un jour une liste d'outils intellectuels obligatoires pour prendre part à une discussion, y verra-t-on plus clair pour autant ? ;-)

Allez bonnes courses

Invité, le 22.08.17 11:20

@_pierre
La Suisse, avec son système de secours montagne géré par des structures privés, me semble plutôt un pays enviable.

Faire maigrir l'état et surtout augmenter l'efficacité de l'état (faire plus avec moins) devrait simplement être la norme.

D'une manière générale, je trouver que les pratiquants de sports de catégories aisés sont très très mal placées pour revendiquer quoi que se soit en terme de gratuité, ou plutôt de financement par la collectivité.

A moins de se voiler la face, il y a une différence importante entre d'une part les alpinistes/skieurs ayant des moyens financiers important pour pratiquer un loisir personnel (60€ pour 1 AR à l'Aiguille du Midi), et d'autre part les maladies & accidents touchants le plus grand nombre, y compris les populations défavorisés.
Je suis d'accord pour que mes impôts aident les plus défavorisés mais pas pour réduire les frais des vacances sportives des catégories aisés.
L'assurance et le payement des secours montagne devraient être la norme en France. Nous prenons bien une assurance pour aller grimper/skier à l'étranger.

Invité, le 22.08.17 12:27

@Fred
C'est curieux, tout de même la récurrence de vouloir faire maigrir l’État Français surtout dans son budget.
Si ion est là pour en discuter aujourd'hui, c'est peut-être que qu’il ne marche pas si mal. Qu’il devienne plus efficace, c’est souhaitable pour tous. à te lire je comprends : On trierait la société en populations défavorisées et en alpiniste/skieur ayant des moyens.

Liberté Égalité Fraternité ?

Dans d’autres pays pas si éloignés, le secours en montagne est assuré par des bénévoles.

Pour revenir au sujet vouloir imposer une liste de matériel minimum sans avoir les moyens de contrôler, c’est du bruit, aux frais des contribuables. En quoi est-ce efficace ? En quoi cela fait-il maigrir l’État ?

En montagne, esprit de camaraderie, solidarité ne sont rien d’autre que Liberté Égalité et Fraternité.
On doit payer pour ça ?

Invité, le 22.08.17 13:34

Etant donné que l'état est en déficit chronique depuis 40 ans, il est tout à fait normal, logique, de faire maigrir l'état afin d'accorder les dépenses et recettes. Les recettes ne pouvant pas augmenter éternellement en France, qui est tout de même un des pays ayant le plus élevé taux de prélèvements obligatoires de la planète, il faut bien réduire les dépenses.
Pour ma part, le modèle français de déficit chronique avec un taux d'imposition maximum ne me fait pas rêver. Non, demain on ne rase pas gratis : il faudra payer. La Suisse, l'Allemagne ... sont des modèles beaucoup plus intéressant.

Pour moi, l'alpiniste/skieur n'a strictement rien à revendiquer en terme de financement de ses loisirs par la collectivité.

Ben non, la montagne n'est pas plus "Liberté Égalité et Fraternité" (devise Française) que "Ein volk, ein Reich, ein Führer" (devise nazi). A l’instar du reste, ça reflète essentiellement ta vision franchouillarde "gaucho" du sujet. Il y a autant d'approche de la montagne qu'il y a de personne.
La solidarité n'a pas pour objectif de financer les loisirs de quelques personnes aisés par la collectivité.

Oui, Peillex n'est qu'un professionnel de la politique faisant de la comm pour sa carrière. C'est dommage que la grande lessive de la dernière élection n'ait pas permis de le mettre au rencart comme bien d'autres.

Sur le fond et à partir du moment où le pratiquant souhaite bénéficier de l'aide de la collectivité, ça ne me choque pas que la collectivité exige "un minimum" du pratiquant, voir que la collectivité verbalise si le pratiquant n'a pas ce minimum. Ca ne me choquerait pas plus que les assureurs fassent exploser les primes pour les pratiques à risques ! A juste titre, c'est déjà le cas pour assurer un prêt bancaire ! A nouveau, l'alpinisme/skieur payant 60€ pour 1 AR à l'Aiguille du Midi n'est pas dans le besoin et peut/doit assumer les coûts de sa pratique, y compris si cela explose ses assurances.

Invité, le 22.08.17 15:07

@Fred
C’est bien aimable de s’énerver pour si peu :
Liberté Égalité Fraternité est la devise de la république française, en montagne ou ailleurs en France.

Citation :
Sur le fond et à partir du moment où le pratiquant souhaite bénéficier de l'aide de la collectivité, ça ne me choque pas que la collectivité exige "un minimum" du pratiquant, voir que la collectivité verbalise si le pratiquant n'a pas ce minimum.
Fin de citation

Le pratiquant expérimenté ou pas, ne souhaite pas l’accident. L’aide de la collectivité est volontaire. Il ne s’agit pas d’un contrat mais d’entr’aide. On est loin de « Ein volk, ein Reich, ein Führer » et ce ne sont pas les victimes de cette devise qui s’en plaindront.

Lancer le débat pour prôner les secours payants à l’acte à l’occasion des péroraisons d’un homme politique, c’est une digression au meilleurs des cas tout comme faire l’amalgame avec la dette publique française et ses causes.

Quant à mes prétendues orientations politiques franchouillardes et gaucho, ce n’est pas vraiment le débat non plus.

Bonnes courses

J
jacky05, le 22.08.17 15:18

Bonjour
Pour info Juhlen en mer la gendarmerie contrôle la vitesse et t’arrête pour vérifier si tu as tout le matériel de sécurité correspondant à ta zone d’homologation de ton bateau.
Pour le Mont-Blanc le problème c'est le trailer du dimanche qui se prend pour killian.
Bonne randos à tous

Invité, le 22.08.17 18:38

>>>>Liberté Égalité Fraternité est la devise de la république française, ..... en France.


L'interprétation de cette devise, que tu fais pour le sujet de ce jour, n'est que ton interprétation ! Cette interprétation n'est que le reflet de tes convictions politiques.
En clair, tu brasses des grands mots (la devise) pour défendre des convictions "personnelles".

Ma conviction personnelle est : ça ne me pose aucun problème de payer mon assurance montagne, comme je paye une assurance voiture et une assurance habitation. Lorsque je pratique la montagne à l'étranger (y compris simplement dans le massif du mont blanc), je prends bien évidement une assurance et ne demande pas à la collectivité française de financer une partie de mes vacances.

Si certains n'avaient pas amené le débat sur le terrain "ça va être comme la société des méchants américains", alors qu'ils ne connaissent certainement pas de l'intérieur cette société, nous n'aurions peut être pas dérivé.

Invité, le 22.08.17 20:08

C'est bien beau d'imposer du matériel, encore faut-il savoir s'en servir!!!

Invité, le 22.08.17 21:57

Et bien sur les alpinistes aisés dont le sauvetage représente un coût exorbitant ne rapportent rien à l'état! MDR
Ils ne consomment rien dans les bars et restos. Ne réservent ni gîtes ni hôtels ni refuges etc... ne prennent pas l'autoroute ni ne consomment d'essence... et donc ne rapportent rien car comme chacun sait tout celà n'est pas soumis à la TVA (pour ne parler que des retombées directes).

N
NULL, le 23.08.17 06:50

Fred, point Godwin au 17e poste du fil, performance honorable :)

Invité, le 23.08.17 07:08

À ces français, avec leurs secours gratuit, leur déficit abyssal, leurs fonctionnaires pléthoriques, et surtout leurs états d'esprit expliquant que ce modèle est parfait !
Garder bien ce modèle chez vous. On vient pour passer les vacances comme dans un pays sous-développé.
On préfère un secours payant, des impôts beaucoup plus faibles, moins de fonctionnaires .... mais un niveau de vie plus élevé.

T
thierryg, le 23.08.17 10:14

@ Vaudois:
bonjour
c'est un point de vu .... le modèle parfait existe t-il ? j'en doute !
Pour autant celui en place (en France) a ces défauts mais au final fonctionne encore pas mal. Je parle ici du système de secours en montagne. Et je ne pense pas qu'il grève fortement notre niveau de vie.
Thierry

J
jjbibi, le 23.08.17 11:35

qu'est ce que le coût des secours en montagne par rapport à ceux
- des accidentés de la route ( yc les alcoolisés, drogués, fous du volant et autres comportements intolérables ... ) ( 4000 morts, 50.000 blessés ... )
- des accidentés de l'eau, noyés, secours aux navigateurs d'opérette et imprudents ( 500 noyades par an),
- des incendies de forêt, dont 95 % sont la conséquence de la bêtise, de l'imprudence ou de la volonté de nuire
- des accidents domestiques
- des fumeurs qui savent que "fumer tue" et coute très cher à la collectivité, malgré les taxes spécifiques sur le tabac
- de tous les accidents liés à la pratique d'un sport ou d'un loisir : ski de piste, rando pédestre - le plus générateur d'accident - piscines, bricolage, .... etc etc
- Pompiers, SAMU, sécurité civile, ambulances, urgences, hôpitaux, centres de rééducation, flotte de Canadairs et autres hélicoptères, secours maritimes ...
- ................

réponse: peanuts, certainement moins de 1% ...

alors, je ne comprends pas l'acharnement sur les secours dits en montagne, et leur prise en charge par la collectivité - hors dérive majeure ponctuelle, exception toujours possible

Den's, le 23.08.17 11:38

@ jjbibi : Merci, c'est exactement mon point du vue, que je n'aurai probablement pas aussi bien exprimé. :)

Invité, le 23.08.17 19:29

Un bel exemple de notre société actuelle que ce post. Des assertions, de la polémique stérile, du mépris de l'autre, du premier degré sûr de ses convictions... Que ce soit à propos de la gratuité des secours en montagne, des skieurs qui remontent les pistes, ou du choix d'un dva, ce sont les mêmes manières de réagir. C'est comme ça sur skitour, mais sur n'importe quel site qui permet de réagir à ses lecteurs, que ça parle de foot, de politique ou de littérature. Bien triste relations sociales...

Invité, le 23.08.17 20:26

ça me fatigue ces histoires ! Une belle société prôné par certains... Pff je savait qu'il ne fallait pas faire d'enfants, fais c...
liberté égalité fraternité ça fait bien longtemps que c'est de l'utopie.
C'était pourtant une bonne idée !

Invité, le 24.08.17 09:59

@jjbibi
Aucun acharnement sur les secours en montagne.
Certains expriment leurs idées sur un site de ski de rando alors effectivement on parle de ce qui touche à la montagne.
Par contre l'idée de s'en prendre au portefeuille des pratiquants ou usagers de tous bords, "en cas d'imprudences voulues", devrait bien sûr s'appliquer à tous.
De toute façon il n'y a malheureusement pas d'autre solution pour "essayer" de tempérer les abus des beaufs qui s'imaginent être plus beau, plus intelligent ou plus fort que la moyenne.
Quand tu parles de dérive majeure ponctuelle, j'imagine que tu ne parles pas des 4 skieurs qui partent vers un refuge par forte chute de neige "annoncée" et qui le lendemain se font redescendre par les secours car le risque d'avalanche s'est envolé ou encore ceusss qui se glissent des insert sous la peau et finissent aux urgences car ça dégénère et la sécu paye, ou.....il y a bien sur des tonnes d'exemples à des degrés divers d'importance. Mais qui cumulés doivent quand même représenter un sacré pactole.
Hé bien personnellement je n'ai aucun esprit de solidarité avec ces comportements et il serait bon qu'ils assument leurs actes jusqu'au bout en passant au tiroir caisse. Et sans que la société n' y participe soit financièrement ou soit par la mise en danger d'autrui (secours...).

Invité, le 24.08.17 22:03

@Tanpat
« imprudence voulue » ?

À l’insu de son plein gré ? ;-)

Un jour on est le beauf de l’autre, essayer de tempérer nos abus, c’est discuter, informer et être disponible. Comme le sont les secouristes dans leur grande majorité. C’est aussi une forme de solidarité et de tolérance.

Sans solidarité que fait-on en montagne ? Sans tolérance ni bénéfice du doute, on se poserait un peu trop de questions pour ramener les patients en bon état en vallée. Une opération de secours en montagne comporte toujours des risques pour chacun, que chaque secouriste évalue personnellement au cours de chaque opération.

Quant au sacré pactole, c’est une notion relative à considérer avec ce que dit Jibibi un peu plus haut. Et tant qu’à faire à mettre en rapport avec les dépenses que font les pratiquants en montagne (refuges, repas boissons, matériel, guides).

Ensuite décider par le haut de ce qu’est un abus quand des gens se mettent en danger, ça veut dire aussi pour les maires des communes, assumer une responsabilité supplémentaire en cas de refus de l’aide payante par les potentiels secourus. Et surtout si ensuite ça tourne à l’accident. Autant éviter l’accident avant qu’il n’y ait des victimes, non ?.

On peut conjecturer sur les motivations de certains à prendre des risques sans les calculer mais comment ça s’apprend calculer ses risques ? En se trompant, justement.

Et sur ce bonnes sorties sans accident

Invité, le 24.08.17 22:33

En tout cas encore un trailer en basket qui a devisse aujourd'hui....
Il faut stopper la desinformation....C'est de la haute montagne.....
Interdir jamais, informer et prevenir pour de vrai, en y mettant les moyens, c'est urgent...!!!

Invité, le 25.08.17 11:45

@Geniedesalpages

J’ai trouvé ce lien
http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/finistere/deces-du-trailer-finisterien-matthieu-craff-apres-chute-mont-blanc-1315989.html

Toutes mes pensées à sa famille.
L’ultra trail est là, comme le temps de faire comprendre les risques en montagne.
Quelles seraient les mesures à prendre ?
Courir à deux, déposer le parcours de sa course et son horaire en vallée, et connaître ses limites. En gros avoir de l’expérience en course de haute montagne.
Avec l’utra trail on n’est plus dans la randonnée pédestre ni dans le marathon, on est en haute montagne.
Alors équipement obligatoire ou pas, amende symbolique ou bruit politique, je regrette concrètement qu’il y ait des morts, même si expérimentés en ultra-trail.
Informer, prévenir, expliquer, avant que n’ait lieu le prochain accident mortel.

Actu ancienne, commentaires verrouillés