ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié
Accueil > Actu > Ski de randonnée > Non, le ski de rando n’a pas besoin des stations pour se développer !

Non, le ski de rando n’a pas besoin des stations pour se développer ! - Ski de randonnée


25 votes

Non, le ski de rando n’a pas besoin des stations pour se développer !

Proposé par Jeroen le 04.02.17 à 17:15 :: www.ski-libre.com :: 3879 vus :: 1577 clics :: 30 commentaires :: Ski de randonnée

J’ai envie de pousser un coup de gueule depuis un petit moment à propos d’un sujet qui m’agace. Comme tout le monde, je constate depuis quelques années un engouement de plus en plus important pour le ski de randonnée et globalement on ne peut que se réjouir de voir de nouveaux pratiquants venir à la rencontre de la montagne de cette manière »

Commentaires

Invité, le 04.02.17 19:33

C'est un peu la même chose pour le ski-"alpinisme" pratiqué dans un milieu sécurisé, balisé où parfois il ne faut même plus descendre : montée sèche.

Invité, le 04.02.17 19:39

C'est pas toi jeroen qui fait de la pub pour la journée freerando aux 7 laux en début de saison?bref le ski de randonnée évolue et c'est tant mieux ke voit pas ou est le problème du moment que chacun y trouve son compte le reste n'a peu d'importance arrêtez de mettre des problèmes la ou il y en a pas on a tous le ski comme passion après peu importe la manière

N
NULL, le 04.02.17 20:17

La journée "freerando" aux 7 Laux est une journée de tests de ski de rando et du coup c'est bien pratique d'avoir une remontée pour enchaîner les descentes, quel est le rapport avec une sortie "normale" de rando ?

T
tibo74, le 04.02.17 20:35

Je rejoins Christian sur le fait que si chacun y trouve son compte où est le problème. A titre personnel, je trouve au contraire que l'initiative de certaines stations est très positive, je pense notamment à Arêche-Beaufort qui propose ce genre de circuit. A aucun moment ces stations ne vendent un "certificat de randonneur" à leurs clients mais un cadre "sécurisé/balisé" pour essayer cette activité. Quand on a pas la chance d'habiter en montagne et de pouvoir sortir à sa guise il est difficile de devenir "expérimenté", et on en a pas forcement l'envie. Mais on peut avoir envie d'essayer sans prendre de risque. C'est le cas avec les parcours "raquette" qui permettent à de nombreuses personnes de sortir sans forcement être accompagnées d'un AMM. Quant aux Guides, je ne pense pas qu'ils aient besoin de se carer leur médaille dans le fion comme c'est très élégamment dit, par contre cela peut leur amener indirectement des clients ayant "gouté" à cette pratique par le biais des pistes balisées. A titre personnel, s'il y a plus de 25 ans ce genre de pistes avait existé j'aurais pu éviter les conneries de mes 20 ans (ie partir seul sans rien connaitre du matériel, des pentes parcourues etc.). Le virus ayant pris, je me suis formé avec des guides, ai suivi des formations fédérales et accumulé près de 1.500.000m de den, et pourtant je conseille à des copains qui viennent de Paris 1 semaine par an d'essayer ce genre de parcours...et tout le monde est content. Alors pourquoi pousser des cris d'orfraie? Non, effectivement le ski de rando n'a pas besoin des stations pour se développer mais saluons celles qui sont favorables à cette activité, c'est loin d'être une généralité...

Invité, le 04.02.17 20:54

" mais saluons celles qui sont favorables à cette activité, c'est loin d'être une généralité..."

Je penses que le terme favorable n'est pas le bon... je dirai plutôt saluons les stations qui essais de faire croire qu'elle sont favorable au ski de rando en créant des parcours ski de randonnée pour attirer de nouveaux consommateurs. Car même si le randonneur n'achète pas de forfait il va peut être boire un coup, manger un morceau et donc faire bosser la station. Les stations ne font jamais rien gratuitement.

Invité, le 04.02.17 22:00

Je pense qu'il faut être un peu plus ouverts et accepter que des personnes pas forcément branchées montagne aient envie d'essayer "la peau de phoque" .Je pratique cette activité depuis bientôt 40 ans et les nouveaux venus dans ce sport,qu'ils soient occasionnels ou réellement motivés pour progresser et ensuite sortir des domaines sécurisés ,ne me dérangent pas.On a tous commencé un jour ,laissons essayer ceux qui le désirent en station.La sélection se fera toute seule entre les plus motivés qui continueront et progresseront au fil des hivers et les randonneurs d'un jour qui auront essayé une fois comme on tente une journée découverte en cascade de glace ou un saut à l'élastique ...

moumoune, le 05.02.17 09:18

Personnellement, j'apprécie bien de pouvoir ces deux dernières saisons, utiliser ces montées balisées avec descente sur pistes pour ne pas cesser complètement toute activité. En effet après une première prothèse en octobre 2015 et avant deux futures prothèses en mars puis sans doute à l'automne de cette année, je ne me sens pas assez sûre pour des descentes toutes neiges; de plus il est difficile de trouver des partenaires pour faire de toute petites sorties à ma portée, et sur ces itinéraires aménagés je peux partir seule sans risques. Je tiens à garder le contact avec mon activité favorite, au cas où, avec mes 3 prothèses, je serais encore capable de m'y remettre pour de bon.
Il faut de la persévérance pour ne pas abandonner, alors c'est un peu décourageant de voir certains dénigrer et mépriser la pratique sous une forme qui est la seule qui me soit actuellement accessible. S'il vous plait, pensez que tout le monde n'a pas la même forme, et que vous aussi risquez de vous retrouver un jour "handicapé".
Ceci dit, je ne pense pas que les stations aménagent ce genre d'itinéraire par pure philanthropie! Elles cherchent évidemment à diversifier leur offre pour élargir leur clientèle, et éventuellement provoquer une nouvelle demande auprès de leurs guides. Mais qui y perd? Certainement pas le pratiquant entrainé au meilleur de sa forme qui, de toutes façons, peut pratiquer son sport comme bon lui semble. Ne soyez donc pas si "puriste", pensez à d'autres catégories de pratiquants!

T
tucco, le 05.02.17 09:45

Le ski de rando ! le moyen le plus adapté pour se déplacer en montagne enneigée. C'est ce que nous pouvions lire, à une époque, sur le bandeau d'accueil de skitour . Avec ces quelques mots, Jeroen avait bien résumé le ski de rando . On ne fait pas de la " peau de phoque " parce que cela est à la mode (tout comme la barbe), mais parce que l'aime et pratique la montagne.

Invité, le 05.02.17 11:07

cet article frise le summum de la connerie et de l'elitisme du fond du chiotte! mais c'est assez raccord a ce qu'on peut lire ici aussi:
* vous ne voulez pas des stations, mais on se jette sur les pistes pour profiter de l'enneigement artificiel pour pouvoir "randonner"
* on vous interdit l'acces aux pistes pour probleme de sécurite avec les dameuses (et leur cable decoupeur de "connards") et ca pousse des cris de vierges effarouchées qu'on supprime leur liberté de circuler
... et j'en passe et des meilleures...
j'en pense sincerement que les "ecolos-bobos-skieurs randos" sont de sacrés intolérents à toute pratiques sortant de leur "elitisme à 2 balles"
En clair, votre mode de pensée oscille entre le facho de base et le communisme stalinien.... Mais je pense sincerement que ca ressemble bien à la pastèque: vert à l'exterieur (écolo) et rouge à l'interieur (communiste stalinen)
Bon dimanche sous la pluie/neige selon l'altitude ou vous vous trouvez...

Jeroen, le 05.02.17 11:22

La question n'est pas de savoir si le ski de rando a besoin des stations pour se développer, mais plutôt si les stations ont besoin du ski de rando pour se développer ;)

Le développement, nous on en a rien a faire. Pas de salariés à payer à la fin du mois, ni d'actionnaires à engraisser. Moins il y a de monde en montagne, mieux on se porte. Skitour a aussi été créé pour ça : si je publie ma sortie du jour, je concentre les skieurs du lendemain sur la zone, ce qui me permet d'être tranquille ailleurs ;)

Les stations s'ouvrent doucement au ski de rando parce qu'elles y sont un peu obligées : c'est une tendance de fond qui fait jeune et qui ne va pas s'arrêter, donc un vecteur potentiel de développement pour elles. Le ski «sur piste» ça faisait rêver dans les années 70, depuis c'est freeride, powpow, freerando et maintenant rando fitness, wahou.

Le ski au depart de stations a plein d'avantages : un accès deneigé assez haut, des traces potentiellement faites le jour ou on a envie de dérouler, des pistes travaillées pour la descente en periode de disette. Et puis on peut faire du ski au depart d'une station sans remonter les pistes. A Casserousse par exemple, les Pourettes offrent tres vite une atmosphère plus nature que station.

Cela étant dit, il ne faiutut pas perdre de vue que l'essence même de notre sport c'est la balade en pleine nature, et là je rejoins Lilian de ski-libre : l'ensemble de la presse parisienne et des marketeux semble un peu l'oublier, le ski de rando en station ne peut pas etre une fin en soit et est très loin de ce http://www.skitour.fr/actu/4057-le-ski-de-rando-qui-nous-fait-rever.

N
Newport2, le 05.02.17 12:18

Assez surpris du ton aigri de Lilian. Pourquoi ne pas proposer des espaces rando-fitness aux sportifs? Je pense aux locaux qui y trouveront le moyen de faire du fitness sans être obligés de courir le long d'une route. En plus on se fait une petite descente avant d'attaquer un nv tour. Un bon entrainement après le boulot avant d'attaquer une belle sortie. Au final les faux randonneurs décrits par Lilian seront peut être les mêmes que les "vrais" qu'il croisera en montagne.
Quand aux supports techniques des stations, ils sont parfois très utiles. Allant plutôt sur Chamonix, je suis bien content d'utiliser le téléphérique des Grands Montets pour accéder aux différentes randos possibles. Je ne vois pas bcp de "vrais" randonneurs remonter la piste depuis Argentière... Bref du Station bashing bien aigri qui pourrait figurer sur le Daily Freesky s'il existait encore et si son auteur avait de l'humour ????

Invité, le 05.02.17 12:46

Encore une guéguerre qui n'a aucun sens c'est juste du parti pris , je dis oui aux stations qui développent le ski de rando , ça fait vendre du matériel et travailler de gens ça ne me gêne aucunement pourtant ça fait 45 ans que je randonne , je ne fais pas parti des vieux grincheux aigris !
Pour les pseudos puristes qui sont toujours fourrés à Chamechaude et aux Vans je leurs signale qu'il y a l'Oisans pas très loin !

Invité, le 05.02.17 13:28

"Pour les pseudos puristes qui sont toujours fourrés à Chamechaude et aux Vans je leurs signale qu'il y a l'Oisans pas très loin !"
Ben non justement tu signales rien, chamechaude et les vans c'est très bien !!! l'Oisans c'est tout pourri ! ;-)

P
Pou, le 05.02.17 15:26

Il y a quelques années, les salles d'escalade étaient plutôt mal vues, désormais, elles ont trouvé leur place dans ce monde.

T
Trolly, le 05.02.17 16:51

article qui n'a aucun sens, ca me fait penser aux débats Escalade en salle VS escalade en rocher il y a quelques temps

Invité, le 05.02.17 18:24

MDR:
le boss du site himself:
"Le développement, nous on en a rien a faire. Pas de salariés à payer à la fin du mois, ni d'actionnaires à engraisser. Moins il y a de monde en montagne, mieux on se porte. Skitour a aussi été créé pour ça : si je publie ma sortie du jour, je concentre les skieurs du lendemain sur la zone, ce qui me permet d'être tranquille ailleurs ;)
"
t'as vraiment une grosse pastèque qui te sert de melon!!
l'archétype de l'ecolo-bobo qui pensent pouvoir vivre en dehors de l'economie!!! patétique

Invité, le 05.02.17 19:19

@Pou,Gro
Vous m'avez devancé de peu:pami des amis puristes de la haute montagne (grandes voies haute montagne avec bivouac, très humbles et respectueux d'autrui et de la nature malgré un très haut niveau) certains s'entrainent régulièrement en salle.
Une maturité et un ego sous-dimensionné que ne retrouve pas toujours parmi l'"élite" du ski de rando.
Aujourd'hui, je connais des nobodies anonymes montagnards qui avalent des 3000m de deniv en "vraie" montagne très régulièrement, grâce aux entrainements "fitness".
Difficile de faire des silos de pratiquants ...

Jeroen, le 05.02.17 20:12

vive les aigris, en plus de courage et d'humour tu manques aussi d'éducation : pathétique s'écrit avec un h.

Invité, le 05.02.17 22:34

Pourquoi faudrait - il encore développer le ski de rando ?
Pour faire comme tout le reste ? More ! I want more !
More for nothing !

Invité, le 06.02.17 09:29

Je trouve certains commentaires bien durs... sur le fond l'article n'a pas tord, ski de rando et station de ski, par définition il y a qqch qui cloche, non ? Après il ne s'en prend pas à ceux qui les utilisent mais plutôt la manière dont on communique dessus actuellement... pourquoi se sentir attaqué immédiatement.

Il n'y a que ceux qui cherchent à en vivre (€€ !) qui veulent "développer" le ski de rando et vendre de nouveau concept, comme dit Joeren le développement, nous on en a rien a faire ! Je préfère lire un petit blog amateur qui prend position, qu'un prétendu site communautaire comme le Community Touring Club qui vend sa soupe et ses concepts rando aux stations et qui se fout pas mal de notre pratique au fond.

Et si vous lisez les articles qui sont mentionnés, je n'ai pas l'impression de me reconnaître dans ce qui est écrit dans l'Equipe ou le Figaro... quelle mauvaise vulgarisation.

Invité, le 06.02.17 11:39

En fait, actuellement, les stations essaient surtout de gérer des problèmes de sécurité liés à la montée des "fitness" rando-skieurs sur les bords de piste (voir en plein milieu comme on peut le voir parfois dans certaines stations). Elles créent dès lors des "pistes" de montée, afin d'éviter les accidents. Mises à part quelques stations qui prennent ce tournant, les autres sont dans la gestion des skieurs "bord de piste", pas dans le développement de l'activité. Pour l'instant.

T
Trolly, le 06.02.17 12:02

Le parallèle est totalement identique à la grimpe.
Marques (et stations) communiquent en effet sur la station pour developper l'activité et donc gagner plus.

Exactement comme en grimpe, les marques (et fédé) misent sur la résine pour augmenter le nb de grimpeurs et donc les ventes. (en grimpe, les compets sont même sur résine ! imaginer la pierra menta qui se déroulerait intégralement en station...)

Au final, le nb de pratiquants indoor augmente, mais ca n'empeche personne de grimper en dehors, d'aller faire des trucs engagés dans le vercors.
Idem pour le ski de rando-station.... ca empeche qui d'aller faire des couloirs de ouf au fin fond de nulle part ?

Et c'est comme en grimpe, il n'existe des grimpeurs qui ne grimpent qu'en salle (grimpe fitness) et des skieurs qui restent sur les pistes.
Et idem, quasiment tous les bons grimpeurs font de la salle, et quasiment tous les bons skieurs remontent des pistes. Mais évidemment, ils ne font pas que ça...

Quand à une hierarchisation des activités, ca n'a pas de sens. Tout aussi débile de grimper sur des prises en résine que sur du caillou. Tout aussi débile de remonter des pistes qu'un couloir.

L
laurent13, le 06.02.17 17:43

+1 avec Gro, "elite" et fredo moi j'aime bien le ski & la montagne sous toutes ses formes, une rando en montagne loin des remontées en faisant la trace, faire de la station à fond en enquillant les descentes (comme hier au tour), faire des trucs + faciles avec des amis, remonter des pistes quand il y a pas de neige en début de saison, pourquoi pas me mettre à transpirer en collant sur une compète, la powpow et la moquette, la croutée et tout le reste...tout est bon dans le ski de 50 à 120 au patin arrêtons de mettre les gens dans des cases & d'opposer les pratiques / les skieurs (les politiques actuels se chargent assez de diviser) bref rassemblons nous pour le seul vrai combat : LA NEIGE :-) car station ou rando sans elle point de glisse...

Invité, le 06.02.17 18:14

ça rappele le développement des piscines en bord de mer....c'est vite ringard par rapport au bain moussant et au surf en plein sahara.On y arrive avec l'orientation des stations vers l'ambiance centre de loisirs.

T
tivet, le 07.02.17 10:32

Ou les stations commencent à comprendre qu'il est plus facile de gérer plutôt que d'interdire, et moins contraignant d’adhérer plutôt que de s'opposer... L'adaptation du territoire versus la rigidité du concept industriel? Bref, le ski de rando tourne par lui même, d'ailleurs c'est peut être sous la pression naturelle de celui ci que les stations s'adaptent, on peut donc avoir une lecture inverse. Dans tous les cas, le discours marketing permet à la fois de justifier des investissements (à la marge on s'entend) et de valoriser une démarche, logique... et puis si ca peut apporter un peu de taf aux guidos moniteurs pour un peu de signalétique et un brin d'aménagement...

P
PJC, le 07.02.17 10:40

Restons vigilants cependant : je voudrais comparer avec ce qui s'est passé entre le ski de fond et la raquette :
le ski de fond nécessite un damage : il est normal de payer une redevance pour cela.
Pour la raquette,( comparable au ski de rando sur un certain nombre de points) on a assisté au développement de "traces" par les stations de ski ,petit à petit, ces traces sont devenues payantes, et actuellement on voit fleurir des interdictions de sortir desdites traces (je pense à certains coins du Jura)
C'est cela qui devrait plutôt nous rassembler !!? Pour éviter d'en arriver là ...

P
Pou, le 07.02.17 14:10

Ca me rappelle aussi le cas d'une ancienne station de ski autrichienne. C'était le modèle "village" avec une famille qui tenait le bazar avec un restaurant. Au bout d'un moment, ils n'en pouvaient plus, trop de pression, trop de travail, trop de stress. Alors ils ont fermé la station et retiré toutes les RM.
Ils ont gardé le restaurant et le gite. Aujourd'hui, ils sont blindés de randonneurs et ont une vie beaucoup plus équilibré.
C'était un parcours très instructif sur l'évolution d'un domaine skiable.

Invité, le 07.02.17 18:33

Il y a la même chose aux Monts Chevreuil dans les Alpes Vaudoises.

D
Dofre, le 08.02.17 10:32

Ici dans le sud-est, on est bien loin de tout ça: pas de forfait randonneur (pour ceux qui veulent accéder à certains secteurs de rando sans avoir à remonter les pistes), hormis à Roubion, donc on est loin d'avoir des "pistes de rando". Par contre on a depuis 10ans des pistes damées pour les raquettes, heureusement elles restent gratos.

Concernant les moniteurs ESF, ils ont déjà fait pression pour que le BE ski soit nécessaire pour enseigner le snowkite (pour ceux qui ne connaissent pas, c'est 10% de ski 40% de pilotage d'aile et 50% d'aérologie). Donc ça m'étonnerai pas qu'ils fassent tout pour finir par amener madame Michu monter 300m sur une trace déjà faite en parallèle d'une piste damée.

En tout cas, ce n'est pas parce que les stations appellent ski de randonnée une montée balisée et une descente sur du damé que ça va me perturber. Au moins avec les collègues à la machine à café on pourra dire qu'on fait du ski de rando sans passer pour un excentrique.

Le seul truc qui m'inquiète c'est l'extension des domaines skiables que ça pourrait entrainer: plus facile d’installer des petits drapeaux en frontière de la station qu'un nouveau télésiège.

Actu ancienne, commentaires verrouillés