ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié
Accueil > Actu > Nature et Ecologie > Le loup, un prédateur défendu par 80% des Français

Le loup, un prédateur défendu par 80% des Français - Nature et Ecologie


9 votes

Le loup, un prédateur défendu par 80% des Français

Proposé par e-jungle le 02.10.13 à 23:20 :: animaux.blog.lemonde.fr :: 547 vus :: 395 clics :: 33 commentaires :: Nature et Ecologie

L’association France nature environnement (FNE) vient d’annoncer avoir saisi la justice pour s’opposer à un arrêté préfectoral délivré le 20 septembre, autorisant, dans le département des Alpes-Maritimes, les sociétés de chasse à tirer sur cette espèce protégée lors des battues au gibier. »

Commentaires

X
xdo, le 03.10.13 22:20

80% contre mais avec qcq élus locaux pour, ça suffit pour procéder à l’abattage !

Invité, le 03.10.13 22:26

Bien sur, pas surpris du résultat.
La communication sur le sujet est pour le moins disproportionnée. Pour exemple, l'état francais a pris la peine de mettre pour expliquer l'intérêt de sa présence. Les problème avec l'élevage sont bien évoqués mais on explique qu'il y a des solutions à mettre en oeuvre. Le truc est donc surmontable.
Je ne reviens pas sur la problématique pour l'éleveurs, les soucis avec les patous mais on garde tout ca à l'esprit.
Savez vous toutefois combien coute un loup ? Rien que 40000€ par an, en dégâts, études et le reste. Pour 250 loups, ca fait quand même 10 millions d'€.

Dans ces conditions, certaines choses (pas tout bien sur) méritent d'être remise en cause.

Invité, le 03.10.13 22:52

Merci Antoine pour ces chiffres ( sources?)
Si ils sont justes, ces sommes seraient bien mieux employées à aider directement les paysans qui contribuent à entretenir nos montagnes.
Le loup: un luxe que le pays ne peut pas se permettre dans l'état actuel de nos finances.
Ou alors, à la rigueur protégeons les loups dans les parc nationaux et ailleurs que sont tir soit complètement autorisé. Cela permettrait de réguler la population et empêcher sont extension vers des zones telles que le massif central ou je n'ose même pas envisager les dégâts qu'il va faire auprès des paysans pratiquant l'élevage extensif (les seuls qui respectent le bien être des animaux et qui fournissent de la viande de qualité).
Veut-on que tous les agriculteurs en soient réduit à pratiquer l'élevage intensif en batterie!

R
Ricil, le 03.10.13 23:55

Les 10 millions que coute le loup ne sont qu'une broutille face aux milliards d'euros que l'état balance aux agriculteurs (http://www.radins.com/dossiers/subventions-ce-que-touchent-vraiment-les-agriculteurs,1071.html).
D'ailleurs, un agriculteur qui utilise herbicides, pesticides, et autres saloperies chimiques ne devrait pas toucher d'aide ou peut-être mais 2 fois moins qu'un gars en bio...

Invité, le 04.10.13 07:42

L'agriculteur te permet de manger (peut etre pas du bio mais pas tout le monde a les moyen) le loup te permet...quoi au fait.... (je ne suis pas du tout anti loup, je n'ai pas d'avis, mais faut comparer ce qui est comparable et arreter de toujours tirer sur les agri)

D
davidg, le 04.10.13 09:15

Je suis d'accord avec Yann, tires autorisé dans certains massif (par-ex Chartreuse, Vercors etc.)

L
laurent38, le 04.10.13 09:17

Quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi en France le mouvement est divisé, alors qu'en Italie et en Espagne, le problème de cet animal ne semble pas en être un ?

Invité, le 04.10.13 09:49

@laurent38
j'avais cru comprendre que cela tenait à des méthodes d'élevage différentes.Les grands troupeaux laissés seuls à l'estive semblent rares chez nos voisins.

P
Pierre*, le 04.10.13 09:52

Si le pays ne peut pas se permettre de supporter les coûts du loup, peut-il se permettre de financer l'élevage ovin qui doit coûter 10 fois plus ?
Soit on envisage les choses du point de vue de la pure logique économique et alors les éleveurs ovins en montagne peuvent directement se trouver une autre activité, soit on regarde un peu plus loin avec une logique d'agriculture de proximité qui respecte plus l'environnement et alors là, la coexistence avec le loup, animal protégé est au centre de cette logique.

Si bouffer de l'agneau français implique le non respect de la bio-diversité, je préfère de loin m'orienter vers l'agneau de Nouvelle-Zélande moins cher. Ou ne plus bouffer d'agneau du tout ce qui est encore mieux (de toutes façons on bouffe trop de viande et c'est mauvais pour la santé).

Invité, le 04.10.13 12:14

+1 laurent38

R
Ricil, le 04.10.13 13:06

"Ou ne plus bouffer d'agneau du tout ce qui est encore mieux (de toutes façons on bouffe trop de viande et c'est mauvais pour la santé)."

Là est le coeur du problème...


Quant à l'agriculteur qui me permet de manger....
Si c'est celui qui pollue toutes les nappes phréatiques de plaine et qui est à l'origine des algues vertes en Bretagne et qui me nique tous les sentiers en redescendant son troupeau à la course et .... L'agriculture intensive pose beaucoup trop de problèmes en France. Elle nous pourrit le pays et en plus on lui file des thunes !!

Invité, le 04.10.13 13:49

Cool,
vivement la neige qu'on en croise plus facilement dans le Vercors

Invité, le 04.10.13 14:47

@ricil: donc tu fais ton jardin ?

Invité, le 04.10.13 17:10

les éleveurs sont les architectes des paysages alpins. à ce titre, leur avis doit être largement entendu.

Plus que les pertes économiques , les attaques "du loup" les mettent dans une situation de stress intense.

Entre l'éradication du loup (solution préconisée par

beaucoup de locaux) et le laisser faire intégral (prôné par

beaucoup d'écolos de salon et de centre ville) , un strict

contrôle de la démographie des loups par des abattages

ciblés parait une solution raisonnable. Mais ou placé le

curseur?

Invité, le 04.10.13 19:29

Moi, je suis idéologiquement pour la protection de toutes les espèces ! Même les bobos comme moi qui font de l'idéologie derrière leur ordinateur.
J'ai un copain qui a des moutons, l'idéologie il s'en moque !!!
Par contre, je ne comprend pas comment on peut être contre la protection du loup ou de l'ours en France.
Et par ailleurs, s'offusquer de la déforestation en Indonésie ou en Inde pour sauver trois tigres et deux Oran Outan. Je ne parle pas des défenses d'éléphants et
des tigres !!!
A oui, j'oubliai, eux ne sont pas en crise, ils sont pauvres naturellement.
A bon entendeur ....

A
alaindesalpes, le 04.10.13 20:31

Maintenant que je suis retraité, en tant qu'ancien berger (du temps de ma folle jeunesse un peu" baba", un peu "Volem viure al païs") j'ai eu une proposition du fils d'un copain qui a un troupeau et qui loue un alpage.
Il me proposait donc de le remplacer une petite semaine, ça lui aurait permis de prendre quelques jours de vacances avec femme et enfant.
J'étais enchanté, il me laissait un "quartier" pas trop contraignant avec les bêtes et ça allait arranger tout le monde:
Moi, j'allais passer quelques jours à me remettre au "métier" et lui, ça lui otait un peu les contraintes de cet esclavage volontaire qu'est l'élevage.
Sauf qu'en Août, il a eu une attaque de loups et que le troupeau en a été perturbé pour le reste de la saison, du coup, je ne me sentais plus trop capable de tenir 1200 bêtes stressées et le Fred, ben, ça lui posait vraiment problème de me laisser avec des "merdes" pareilles sur les bras.
Le coup ne s'est donc pas fait, je suis resté chez moi et sa famille est partie prendre les 8 jours de détente sans lui.
Il n'y a eu que la biodiversité qui y a trouvé son compte.
Les loups ne sont pas si bêtes, qui préfèrent (comme on les comprend) venir se servir dans un troupeau parqué ( ce ne sont pas les patous qui les en empêchent, les loups savent très bien les "distraire" pendant que le reste de la meute affole les brebis qui cassent le parc électrique) plutôt que d'aller s'emmerder à faire "oeuvre de régulation" des proies sauvages" possibles.
Je suis entièrement d'accord avec mikle maboud: le stress des bergers est énorme et personne n'élève des animaux pour les voir dévorés ou pour achever au couteau ceux qui sont trop blessés pour s'en sortir.

Invité, le 04.10.13 21:47

Je me demande si les loups ont des forums où ils parlent d'éradiquer les hommes...

A
alaindesalpes, le 04.10.13 23:04

@ricil: Quand le dernier berger aura jeté son tablier, on enverra les skieurs de randonnée avec des petits ciseaux bien affutés pour couper l'herbe qui (cette conne n'a rien compris) continuera de pousser et de se coucher sous l'effet de la neige et faire ainsi un beau tremplin pour les avalanches.

X
xdo, le 05.10.13 00:21

Si il y avait plus d'avalanche, il y aurait moins de végétation ...

Invité, le 05.10.13 06:59

S'il y avait un peu moins d'idéologie de part et d'autres !

Mais, c'est la France avec ses gueulard pour et contre, incapable de négocier pour trouver des compromis.

Concernant le sondage, il est manifeste que l'écologie a appris les mêmes techniques déplorables que les autres parties politiques. Ce n'est pas avec ce genre de stratégie qu'ils vont se relever de la dernière claque aux élections.

Invité, le 05.10.13 07:57

Est ce que qqn pourrait fournir une photo de montagne pas entretenue par les bergers? (à entendre certains, ça deviendrait qqch d'horrible, mais ce serait bien de visualiser)

Perso si ça devient juste un endroit sauvage, où il n'y a pas de pistes pour monter en 4x4 jusqu'à son chalet, où il faut marcher plus et hors sentier, et où il y a plus de végétation et de faune sauvage, et moins de c...s alors mon choix est fait.

X
xdo, le 05.10.13 12:00

Vieux Trol : "S'il y avait un peu moins d'idéologie de part et d'autres !"

Ce ne peut être que de l'idéologie, il n'y a pas de raisons logiques ou mathématiques pour choisir.

Vieux Troll : "Mais, c'est la France avec ses gueulard pour et contre, incapable de négocier pour trouver des compromis."

Tout dépend de ta valeur prioritaire : la productivité ou le respect de la vie.

Il y en résulte 4 positions théoriques (et une infinité dans la pratique) :

Les conquérants : on éradique les prédateurs (loup lynx, ours, ...), et on fait de l'élevage intensif sans surveillance de troupeaux (rentabilité). Au mieux on interdit les alpages (au moins pour les chiens). Au passage on peut chasser les cervidés en faisant oeuvre de régulation !

Les managers : on gère, on régule, on prélève ... et on obtient une belle harmonie entre les loups, les agneaux, les bergers, les randonneurs. L'élevage est moins rentable, et la chasse est moins facile car ce sont les loups et les gardes qui régulent.

Les séparatistes : les hommes sont dans les villes, les animaux dans des réserves intégrales et on tourne des vidéos pour montrer qu'ils sont heureux. L'élevage se fait dans des zones intensives spéciales. Les chasseurs ont des réserves attribuées.

L'homme nature : on respecte la vie animale (et humaine) et on fait avec. La montagne est sauvage et on ne peut pas aller facilement partout. Il faut investir de gros moyens de protection des troupeaux. La chasse est limitée au "besoin" (pas par plaisir).

Invité, le 05.10.13 12:28

xdo, sur des problèmes bien plus importants/critiques, des groupes d'opinions très différents arrivent à discuter et à trouver des compromis.

Mais, la culture du compromis n'est pas française.

>>>Tout dépend de ta valeur prioritaire : la productivité ou le respect de la vie.
Ca saurait si c'était aussi simple.

L
laurent38, le 05.10.13 14:30

Pardon de vous déranger, mais je n'ai toujours pas obtenu de réponse (s). Quelqu'un est-il capable de m'en fournir une ?

C
Chech, le 05.10.13 14:49

Pour laurent38, deux hypothèses :
En Italie et Espagne, élevage ovin essentiellement pour le lait, donc les bergers rentrent nécéssairement les brebis tous les soirs pour la traite.
En Italie et Espagne (et autres nombreux pays européens où la coexistence avec le loup ne pose pas de pb), l'espèce n'a jamais été éradiquée ; donc les éleveurs, culturellement, font "avec", le loup fait partie des contraintes inhérentes au métier comme les intempéries ...
En France, cette contrainte n'existait plus, et de plus, le retour du loup est tombé pile-poil en même temps que des difficultés économiques de la filière, d'où l'effet " bouc émissaire".

Invité, le 05.10.13 21:49

on éradiquera les loups quand les bergers arrêteront l'alcool.
Les loups ont de beaux jours devant eux

T
Tomach, le 05.10.13 22:46

Sur le point de la meilleure cohabitation loup/troupeaux dans plusieurs pays d'Europe, argument phare de ses défenseurs, la'mode' est d'inviter des éleveurs étrangers qui tiennent un discours tout autre :
http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/loup-les-eleveurs-francais-et-italiens-font-face-a-l-unisson-58968.html
Je n'ai pas retrouvé le mémoire de Marc VINCENT (Eleveurs de moutons entre Crau et Queyras, 2007), qui consacrait un chapître entier sur la question, concluant qu'une certaine oppacité régnait sur les informations en provenance des autres pays européens où le loup se développe.
Je me souviens également d'un article où il était question du braconnage dans les Appenins, relevant parfois du Safari, le tout en toute impunité au pays de Berlusconi.
Il est clair que dans les pays où le loup a toujours été présent, le "problème" du loup est quasiment absent du débat public, et quand il s'y pointe çà ressemble à ce qu'on entend en France :
http://www.buvettedesalpages.be/2005/11/loups_finlande.html

Invité, le 06.10.13 08:21

Vous préférez croiser un loup affamé ou un gentil bouquetin ?
Perso mon choix est fait. Je propose qu'on laisse les bouquetins (et chamois) tranquilles et qu'on tire les loups. On n'a pas besoin des loups. Le retour et la protection du loup, c'est le snobisme des écolos désoeuvrés.
A vous lire

J
jjbi, le 06.10.13 11:59

» Par Phil, il y a 1 jour 3 heures

Est ce que qqn pourrait fournir une photo de montagne pas entretenue par les bergers? (à entendre certains, ça deviendrait qqch d'horrible, mais ce serait bien de visualiser)

Perso si ça devient juste un endroit sauvage, où il n'y a pas de pistes pour monter en 4x4 jusqu'à son chalet, où il faut marcher plus et hors sentier, et où il y a plus de végétation et de faune sauvage, et moins de c...s alors mon choix est fait.

super
le mien pareil aussi

C
Chech, le 06.10.13 12:11

Idem, d'autant qu'on peut remarquer les effets ravageurs du sur-pâturage ovin, que ce soit en Ubaye, Pays Basque, Islande, Maroc ... Pas franchement de " l'entretien " par les bergers !

Invité, le 06.10.13 17:30

"On n'a pas besoin des loups"

Effectivement, quand on pense ainsi, toute discussion n'est pas possible.
Tu n'es qu'un petit homme, tout petit. Les animaux nous survivront. Mais je sais que ça sert à rien de te parler de ce genre de chose.

Moi j'ai pas besoin de toi! (et les loups non plus)

A
alpaga, le 09.10.13 21:08

un document audio très fouillé qui détruit quelques idées préconçues d'écolo et d'anti-loup:
http://www.franceinter.fr/emission-la-tete-au-carre-vivre-avec-les-loups

En tout cas, si j'étais berger, je lui aurais déjà mis une bastos entre les étiquettes.

Invité, le 10.10.13 17:21

Quand j'étais petit, je voulais casser les usines parce qu'elles polluaient.
Maintenant j'ai compris que c'est moi qui achete et jette pour rien ce qu'elles me fabriquent, alors je fais des efforts.
Pour l'agriculture c'est pareil, elle répond à un besoin, non ?

Actu ancienne, commentaires verrouillés