ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié
Accueil > Actu > Ski de randonnée > Retours sur les avalanches des 18 et 19 mars 2011 dans le Queyras

Retours sur les avalanches des 18 et 19 mars 2011 dans le Queyras - Ski de randonnée


44 votes

Retours sur les avalanches des 18 et 19 mars 2011 dans le Queyras

Proposé par Jeroen le 25.03.11 à 19:09 :: brianconescalade.free.fr :: 2961 clics :: 23 commentaires :: Ski de randonnée

Le bilan terrible dû aux avalanches des 18 et 19 mars 2011 sur l'ensemble des alpes (8 morts, un disparu) et plus particulièrement sur les Hautes-Alpes (5 morts, 3 blessés, 2 miraculés) m'amène à  publier quelques photos prises d'hélico par Stefano Morino le 19 mars dans le Queyras. Elles sont, je pense, tout à  fait édifiantes »

Commentaires

Invité, le 25.03.11 19:31

Ca remet vraiment en cause les certitudes que l'on a (presque tous) vis à vis des courses dites de "repli" où l'on va quand ça craint un peu partout. Aviez vous déjà entendu parler de coulées sur des pentes aussi faibles ( je pense à l'Eypiol, notamment)?
En tous cas, je ne regarderais plus jamais le Gd Rocher, le pic St Michel ou la crête de Brouffier du même oeil!
La situation devait quand même être exceptionnelle, même si j'avais été,impressionné à l'époque, par un CR (de Jeroen, je crois), dans le Queyras il y a quelques années où des coulées étaient parties dans des pentes trés faibles.

Invité, le 25.03.11 19:37

Bonsoir
Merci pour les photos, l'Eypiol est souvent venté et on à de la bonne poudreuse à cet endroit. Je me méfierai maintenant.
Bonne randos

D
davidg, le 25.03.11 20:13

alain, voila pour le Grand Rocher, le 17/3
<http://www.bivouak.net/topos/course.php?id_sortie=9000&id_sport=1>;

risque 2->3

L
leced, le 25.03.11 20:40

On était présent ce wek dans le secteur:bah ça faisait pas rire...Toute la nord sous la Gardiole est partie en 3 grosses coulées,rarement j'ai vu des trucs aussi impressionnant!

Invité, le 26.03.11 04:42

Concernant l'inclinaison assez faible (a priori) sur les photos à l'Eypiol, il me semble utile de répéter que les 30° d'inclinaison pour le départ des plaques de neige sèche est la valeur où l'on commence à constater le plus gros des départs. On constate "régulièrement" des départs à moins de 30°. Et dans certaines conditions, à des inclinaisons qui peuvent paraîtres "hallucinantes" quand on prend ces 30° comme la règle absolue. Par exemple, l'année dernière en Colombie Britannique, les conditions nivo (7 couches de givre de surface dans le manteau neigeux) faisait qu'ils ont constaté des départs de plaque de neige sèche à moins de 20°.
Il y a "la règle" et ses "exceptions".

A
Alain_Duclos, le 26.03.11 08:54

Qui a dit qu'il fallait 30° ?
- Moi (après W. Munter entre autres).
Avant tout, merci de bien vouloir vérifier les inclinaisons de pente, en MESURANT sur le terrain ou sur la carte. Les estimations à la louche ne valent rien, surtout vu de loin, surtout depuis un hélico.
OK, Fred, pour les exceptions... mais je n'ai encore jamais examiné d'accidents pour lesquels il n'y ait pas 30° au moins quelque part dans le secteur concerné. J'ai plusieurs fois mesuré autour de 25° à la rupture, mais il y avait davantage en dessous. Ou alors l'écoulement ne s'est pas étendu.
Il est dommage de pinailler sur un des seuls paramètres facilement mesurables pour aider la prévention.

D
Dume65, le 26.03.11 09:49

Ces photos de l'Eypiol sont très intéressantes... Personnellement, pour y être allé plusieurs fois, ce n'est pas une sortie que je classerais dans la catégorie "initiation", dans le sens où ce n'est pas là que j'emmenerais un débutant. La pente dans les bois de mélèzes est par endroits significative.
Münter lors d'une conférence cette année a bien laissé entendre que le risque de déclenchements dans le Mélézin était présent.
A la sortie des bois de l'Eypiol, la configuration du relief est telle qu'elle impose de raisonner sa progression, selon la nivo.
Il m'est arrivé déjà à cet endroit de renoncer à continuer vers le sommet. Les images prises d'hélico sont trompeuses ; ce sommet n'est pas à faire "sans réfléchir".

B
Bernard de Miscault, le 26.03.11 10:46

Tout à fait d'accord avec Dume65 pour l'Eypiol. Entre la lisière de la forêt et le sommet il y a plusieurs croupes qui présentent des passages entre 30 et 35 °; même là il faut savoir renoncer.
Pour Maloqueste, Coni Borni et Fond de Peynin toutes les cassures sont dans des pentes supérieures à 30 °.
Sans esprit de polémique, je crois qu'il est utile de rappeler que dans le Queyras, le manteau neigeux était dangereux; la neige était constituée avant les grosses chutes des deux semaines précédentes d'une dizaine de couches, dont la majorité faisait moins de 10 cm d'épaisseur et était fréquemment constituée de faces planes. Le jeudi 17 mars le risque donné par Météo France sur l'est Queyras était de 4; le 18 de 4; le 19 de 3; le 20 de 4. Et les informations détaillées données par ces bulletins étaient suffisamment explicites... Le seul point sur lequel je souhaiterai une amélioration du BRA c'est la définition précise de la géographie de l'est Queyras.
Jamais nous n'avons eu autant d'infos disponibles pour préparer nos sorties (BRA, ST, Munter, ...); mais jamais nous n'avons autant rêvé devant les récits et les photos des autres. En cette année de disette de poudre dans certains secteurs alpins l'envie a parfois dépassé le raisonnable ... et nous sommes tous très tristes.

J
jc69, le 26.03.11 17:14

D'accord avec Dume65 moi aussi. Je n'ai fait qu'une fois l'Eypiol mais c'était un jour un peu péteux et j'avais progressé en réfléchissant. D'accord avec Bernard, on ne peut pas dire qu'on n'était pas prévenu.
Au sujet de la pente, j'ai acheté un clinomètre (sur les conseils d'Alain Duclos à Lyon). C'est bien, ça fait réfléchir.
Exemple : l'autre jour, le 19 mars, triste journée, au chapeau de gendarme vers Barcelonnette, j'étais dans du 28° mais au-dessus c'était manifestement plus. Je n'étais pas très fier.

Invité, le 26.03.11 18:14

alors, l'eypiol, 1.3??

F
Freeski, le 27.03.11 11:04

Bonjour,
Je suis d'accord avec Alain Duclos , attention au estimations , sur la dernière photo par exemple , les cassures proprement dites se situent au niveau de ruptures de pentes oû l'inclinaison semble être à plus de 30°.

Invité, le 27.03.11 11:09

En dehors de la réalité de la "barre" des 30°, le danger de cette valeur est sa mauvaise interprétation. Ce n'est pas "la pente fait moins de 30° donc je me pose plus de question et je ne respecte plus les consignes de sécurité."
C'est pourtant souvent ainsi qu'elle est interprétée malheureusement.
Ce qui me choque le plus dans les derniers évènements, ce n'est pas que des mecs ce soient fait coffrer dans des avalanches, mais que l'on compte 3, 4 jusqu'à 11 victimes (hier) dans une même avalanche.
TOUT le monde peut se faire coffrer un jour et personne n'est à l'abri, mais depuis le début de l'année, la majeure partie des avalanches concernent plusieurs victimes et cela oui c'est quelque chose que l'on peut éviter.

Invité, le 27.03.11 12:05

Pourtant, que la montagne est belle! Mais si elle se respecte, nous devons aussi nous respecter, c'est-à-dire écouter le bon sens. Si la compassion est de mise pour les familles des disparus, et non des victimes, nous avons à nous souvenir que trop savoir sur la montagne tue la prudence, tout comme ne pas en savoir suffisamment nous fait courir des risques.
Les sorties ski rando ou raquettes ne sont pas un jeu d'enfant, un exutoire à l'énergie accumulée dans la semaine. S'il existe des cotes d'alerte et que nous ne les respectons pas, c'est pas la peine d'emporter pelle à neige, détecteur de présence et tout le toutim, trop de sécurisation tue la sécurité.
Il n'est pas question de jouer les donneurs de leçons, surtout si les familles des disparus lisent ceci, leur douleur et leur révolte peuvent être au paroxysme. Mais le Queyras, en particulier, et les Hautes-Alpes en général, sont des secteurs de grandes pentes, la rareté de la neige et le gel qui lisse les pentes sont des atouts majeurs pour créer des plaques instables, sans compter les plaques à vent de sinistre mémoire dans d'autres secteurs, comme l'Aiguille Verte à Chamonix en 1965 où toute une équipe de profs de montagne ont disparu.
Nous oublions vite les règles élémentaires de sécurité.
On ne s'amuse pas plus à aller trainer ses guêtres à Ségure, pas plus qu'ailleurs après une chute de neige de plus d'1 m, surtout en fin d'hiver. Rappelons-nous le village si beau et son superbe clocher à 3 faces de Valpreyvère, au dessus du Roux d'Abriès, qui n'avait pas connu d'avalanche si forte de toute son histoire. Le clocher remontait au 14ème siècle.
Alors, paix à l'âme de ceux qui sont partis dans les avalanches de mars 2011 ici et ailleurs, respect aux parents qui rèstent, et tout particulièrement aux enfants sans père aujourd'hui, et surtout tirons les leçons de ceux qui perdent la vie dans des circonstances qui n'étaient pas ineluctables.

T
Trolly, le 27.03.11 22:33

c'est vrai que c'est bizarre de coter 1.3 un itinéraire où il y a du 30 ° de pente ( je précise que je ne connais pas ce coin )

Invité, le 28.03.11 09:12

Bonjour tous,
ne faudrait-il pas redéfinir de nouvelles règles de sécurité et de progression en montée comme en descente, beaucoup de jeunes adhèrent au ski de rando. aujourd'hui en ne s'informant que sur internet et les topos? Je suis d'accord avec Cédric, des groupes entiers pris, ce n'est pas normal...

F
Francoua, le 28.03.11 09:40

Le coup des 30° appelle à mon avis et en toute humilité (précaution; faut se méfier de ce qu'on raconte...) deux remarques:
1/ Les 30° ne sont pas à prendre au pied de la lettre: à 29° on ne craint rien, à 31° on prend la montagne sur la tête. Donc disons "aux alentours de 30°".
2/ Les pentes zavoisinantes. Quand on sait que l'effondrement d'une couche fragile peut se propager sur plusieures centaines de mètres, ben faut faire attention et ce n'est pas parce qu'on n'est pas dans du 30° environ qu'on ne risque rien.
Voilà.
Merci de votre attention et bonne journée.

Invité, le 28.03.11 14:05

désolé, mais je ne vois sur les clichés aucun départ de plaque situé sur une pente inférieure au 28, 29, 30 degrés tant redoutés. Sur toutes les photos les pentes sont incontestables au niveau du départ. cela demanderait une étude de terrain plus poussée que le simple examen de photos aériennes. Un peu d'humilité avant de remettre en question le fruit d'année de travail de grands chercheurs et d'hommes d'expérience et de terrain tel Alain Duclos. Salut à tous et bonne fin de saison.

Invité, le 28.03.11 14:14

Bonjour,

En regardant précisément sur la carte, il y a de nombreuses zones où la pente dépasse les 30° (de peu, certes), ce qui est suffisant pour déclencher une avalanche. Ces zones sont petites (de l'ordre de la dizaine de mètres), mais elles sont là.

Ceci étant, je ne parviens pas à dessiner le pourtour de l'avalanche sur la carte d'après les photos d'hélico : il serait intéressant de le faire, ainsi que de mesurer précisément sur le terrain l'angle de la pente au niveau de la couche qui est partie.

Guillaume

Invité, le 28.03.11 17:51

Le président du CAF de Cluses dit : "le risque zéro en montagne n'existe pas", c'est vrai ! mais on s'en éloigne très fortement lorsque l'on s'engage à 11 dans un goulet étroit et raide, à 12h00, qu'il a beaucoup neigé il y a 1 semaine, qu'il y a un redoux depuis 3 jours et des températures de 20°C en plaine, et que le risque est de 3 sur 5 ...

J'entends certains dire déjà "alors on va interdire la montagne par risque 3 ... " mais non, réfléchis, avec risque 3, tu peux sortir, mais évite les goulets étroits et raides, au milieu de la journée par une température de 20°C ... ça laisse quand même pas mal de possibilités et de crénaux horaires !

Invité, le 28.03.11 19:20

EN HAUTE SAVOIE QUELS SONT LES SOMMETS QUI RISQUENT DE SUBIR LE MEME SORT?

Invité, le 28.03.11 19:23

Guillaume à raison à 100%, il aurait été exceptionnel qu'il n'y ait pas d'avalanche alors que toutes les conditions favorables étaient réunies ! Ce qui n'enlève en rien la tristesse de perdre des randonneurs montagnards dont la majorité à suivi en confiance des décisions de 1 ou 2 personnes irresponsables ....

Invité, le 29.03.11 07:56

Bonjour à tous,

Whouaaou ... c'est fou ce que deux posts peuvent faire réagir.
Bon, je tiens juste à remettre mon "intervention" dans un chemin moins "polémique" (j'ai l'impression que cela en prend la direction !!!).
Je n'ai pas dit qu'il fallait remettre en cause la "règle préventive" des 30°. Loin de moi cette idée .... La valeur est partagée et "annoncée" par tout le monde dans le domaine. J'ai juste voulu dire que parfois il y a des départs à moins de 30°. Je ne connais pas l'Eypiol, on ne peut jamais rien dire à partir d'une photo (d'où le terme "a priori" dans mon post initial) ... j'ai juste pris cet exemple pour dire : parfois ça part à moins de 30°. Mais comme Alain le dit très justement, on va pas pinailler et il faut retenir la valeur des 30° ...
Cependant (et c'est également une question de "prévention" et de "formation" au choix de l'itinéraire), est-ce si "facile" que ça pour le commun des randonneurs à skis, freeriders et autres pratiquants d'estimer précisément, à vue (c'est-à-dire sans aller se balader dans ladite pente suspecte avec son clinomètre ou avec ses bâtons), l'inclinaison de la partie la plus raide d'une pente quel que soit son point de vue sur la pente (de face, de haut, d'en bas, de côté); ou sur une carte au 1/250000, même avec une règle de mesure de pentes ? Ne vaut-il pas mieux analyser la situation en utilisant des fourchettes : plutôt 20-25 / plutôt 25-30 / plutôt 30-35, etc ... et adoption de comportements adaptés selon le terrain, les conditions et les bonhommes ?
A vous entendre ...
fred.

Actu ancienne, commentaires verrouillés