ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié
Accueil > Actu > Autres activités > Banalisation de la randonnée en raquette

Banalisation de la randonnée en raquette - Autres activités


7 votes

Banalisation de la randonnée en raquette

Proposé par piolet15 le 11.03.11 à 05:06 :: www.ledauphine.com :: 960 clics :: 7 commentaires :: Autres activités

On banalise tellement cette vallée blanche qu'on en oubli les principes de base, lorsqu'on progresse sur glacier (et encore plus à cette époque ou les ponts de neige sont dissimulés), l'encordement et qui plus est, à pieds ou en raquettes. Je pense que ces principes sont d'autant plus oubliés ou ignorés par les pratiquants de cette discipline au meme titre que le port du materiel de sécurité (ArvaPelleSonde, mais aussi sécurité sur glacier). Il y avait débat recement sur ce sujet.
Voilà donc encore un accident malheureux qui aurait pu etre évité , la vie ne tient qu'à un fil, ou plutot qu'à un bout de corde ... »

Commentaires

Invité, le 11.03.11 21:14

Pourquoi dans ce cas très précis faire le Buzz en négatif sur "la raquette"!
Des dizaines de skieurs descendent chaque jour la vallée blanche sans respecter les régles d'évolution sur glacier.
Alors essayons un peu de rester objectif
http://www.altituderando.com/forum/read.php?2,2329

piolet15, le 11.03.11 22:00

je ne cherche pas le buzz, ce que tu dis es vrai, mais soyons realiste, les pratiquants, qui ont bien moins l'esprit haute montagne de part leur activité qui est le plus souvent pratiqué en moyenne, se rendent donc moins compte de la difference qu'il y a à traversser un glacier et traversser une combe. De plus on sait tous que le risque est plus grand qu'on soit à pieds qu'à skis, sur un terrain crevassé . Je n'ai rien contre la pratique de la raquette, mais on peut quand meme constater depuis quelques années, que cette pratique a pris de l'altitude, là ou avant, on n'en voyait jamais. Meme les compagnies de guides emmenent leurs clientelles à raquettes à present, en haute montagne . Les mentalités vont evoluer j'en suis certain, les pratiquants vont devenir de vrais montagnards, et ne feront plus ces erreurs, porterons tous, tout l'equipements necessaire .. Je ne parle pas des milliers de touristes qui descendent la vallée blanche comme ils descendraient une piste de skis, sans se soucier du milieu dans lequel cette belle descente s'effectue .

E
Etienne-H-, le 11.03.11 22:16

L'article parle d'un retour de course: il peut très bien s'agir d'un alpiniste de retour d'une goulotte, pas nécessairement d'un "simple randonneur".

Invité, le 12.03.11 09:48

Ce malheureux accident est certainement du à une mauvaise évaluation des risques. C'est sûr qu'à pied, on est un peu plus vulnérable qu'à ski. Franchement, en lisant l'article, on a l'impression d'avoir à faire à un "alpiniste", pas à un pratiquant de raquettes à neige qui, sauf cas d'inconscience totale, n'irait pas s'exposer dans ce genre d'endroit sans un accompagnement spécifique. Attention de ne pas stigmatiser l'activité raquette : c'est la deuxième fois en très peu de temps que je vois des avis très négatifs ressortir. Je vous invite à aller voir les bilans et les statistiques de l'ANENA sur les accidents : http://www.anena.org/quels_risques/bilan_accident/bilan_10_11/bilan_2010_2011.html. En dehors de quelques têtes brûlées ou inconscients (et il y en aura toujours de partout), la plupart des pratiquants font de la raquette dans des endroits plutôt sûrs et adaptés à mon avis. N'oublions pas n'ont plus que le risque "0" n'existe pas mais si on regarde les chiffres, les plus gros accidents en montagne l'hiver se produisent dans des endroits où les raquettiste ne pratiquent pas leur activité.

Invité, le 12.03.11 18:16

Pour ma part, je pense qu'il y a 2 types de raquettistes. Ceux que l'on voit sur et autour des pistes préparées par les stations et qui à mon avis, n'iront jamais en haute-montagne et c'est la seule activité qui ne demande pas de technique. Une autre catégorie dont je fait partie, ancien skieur de rando, qui vise des cols ou des sommets et retrouve beaucoup de sensations (presque) identiques : prépartion de la sortie, alti, arva, pelle, sonde... Je retrouve les mêmes inconscients en raquettes que je trouvais en ski de rando ou voir l'été en rando glaciaire. Il ne s'agit pas de fustiger une pratique mais certains pratiquants. Je ne veux pas parler comme un vieux (62 ans) mais lorsque je réalisais mes sorties de ski de rando, nous parlions de ski de printemps et évitions de sortir après une chute de neige importante. Je fais donc la même chose en raquettes

Invité, le 12.03.11 19:17

Quand je parlais des raquettistes, je pensais surtout au pratiquant "moyen" qui goutte aux balades en montagne. Bien entendu, il existe tout une catégorie de montagnards (snowboarder, anciens skieurs...) qui utilisent la raquette à neige, ceux-là, je l'espère utilisent les moyens de sécurité existant et préparent correctement leur course. Par contre, je pense que la grande partie des gens qui utilisent la raquette à neige n'ont pas comme habitude de gravir des sommets, partir à l'assaut de la haute montagne et faire des longues distances et dénivelées. Je pense que pour la grande majorité, la raquette est un moyen de facilité ses déplacements sur des terrains peu engagés, vivre des instants ludiques en famille et découvrir la nature à pied. C'est d'ailleurs, pour moi, le premier usage de la raquette à neige. Celui-ci a effectivement évolué d'où effectivement la possibilité de voir des raquettes dans des milieux plus engagés et en haute montagne. Raquette ou ski au pied, cela ne change pas fondamentalement la position à adopter pour assurer sa sécurité et celle de son groupe face aux risques de la montagne. Pour moi le débat se situe plutôt à ce niveau-là : skieur ou raquettiste, informes-toi, apprends auprès de ce qui connaissent, suis des formations auprès des organismes qui en dispensent (ex : soirée trace ou neige et avalanche de l'anena), choisis bien tes courses en fonction du risque. Face aux risques de la montagne, on est tous égaux.

D
Dofre, le 12.03.11 19:31

Je ne vois pas le rapport entre le titre de l'article et l'évènement tragique relaté.

Actu ancienne, commentaires verrouillés