ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié
Accueil > Actu > Politique et Société > Projet de fusion relancé pour le parc transfrontalier du Mercantour

Projet de fusion relancé pour le parc transfrontalier du Mercantour - Politique et Société


10 votes

Projet de fusion relancé pour le parc transfrontalier du Mercantour

Proposé par Phil'Ô le 13.04.10 à 10:58 :: www.nicematin.com :: 613 clics :: 13 commentaires :: Politique et Société

Et si le parc transfrontalier, dont on parle depuis des années, voyait finalement le jour ? Le projet, qui faisait du surplace, vient en tout cas d’être relancé. Une superstructure coiffant le Mercantour et son voisin italien Alpi Marittime va être créée. Sans doute basée à Tende, à mi-chemin entre les sièges des deux entités Nice et Valdieri, elle sera officialisée fin avril. Entre autres missions, elle gérera sept programmes binationaux d’un montant de dix millions d’euros financés par l’Europe et dont le plus connu a trait à un inventaire de biodiversité unique en Europe. Cette superstructure, dont la naissance a été annoncée hier par Éric Ciotti, président du Mercantour, est censée préparer une fusion entre les deux parcs.
»

Commentaires

Phil'Ô, le 13.04.10 11:01

Une phrase dans cet article me terrifie à commencer par l’harmonisation des réglementations et des pouvoirs de police de part et d’autre de la frontière.
Je doute que la pratique du VTT soit un jour autorisée dans le Mercantour, donc adieu le VDM sur le côté Italien :evil:

F
Florent, le 14.04.10 23:04

Pas sûr, parce que côté Italien, le VTT n'a jamais été interdit...
A contrario, les italiens se satisfont en majorité des pistasses...

Encore une fois :
http://eco-sentiers.org/2008/09/19/le-velo-de-montagne-est-il-un-vehicule/

S
skiroad, le 15.04.10 21:01

L'été je suis randonneur à pied et plusieurs fois j'ai failli être embroché par un vetettiste (et il y a plusieurs année en revenant tranquillement de la pêche je me suis fais embarquer sur un 20ène de mètres et le temps que je ramasse mon matériel, en partie bien abîmé, le chauffard s'est éclipsé sans aucune excuse).:evil:
Donc je ne suis pas pour que les VTT roulent sur les sentiers surtout quand ceux ci sont étroits.:wink:

Invité, le 15.04.10 21:57

malheureusement, les excès de quelques uns sont au détriment de tous les autres.
( voir la réflexion de Florent, tenant en mépris les "pistasses" ... )
La pratique du vdm doit être respectueuse de la nature et des hommes, et la descente "à fond la caisse" sur n'importe quel sentier, est une "déviation" de l'étique du vélo en montagne, dont l'aboutissement risque d'être une multiplication des interdictions, par assimilation aux véhicules motorisés .... ce qui un comble, un crève coeur, mais ainsi va la vie ...

Phil'Ô, le 16.04.10 12:09

J'invite les détracteurs du VDM à se faire une opinion de l état d'esprit des VDMistes en lisant http://www.vttour.fr/forum/read_54061.html.

La montagne appartient à tout le monde... pas qu'aux seuls piétons. Ce n'est qu'une question d'ouverture d'esprit et de partage :wink:.

Ce respect doit bien sûr être réciproque et le VTTiste rencontré par Skiroad est certainnement de la trempe des automobilistes prennant la fuite après un accident.

Je peux juste assurer que cet accident et ce comportement très regrettable ne sont pas à généraliser à l'ensemble des pratiquants du VDM.

Ce sont justement ce genre de préjugés (et de comportements irresponsables ayant entrainé ces préjugés) qu'il faut combattre, car nous allons en Montagne pour y rechercher exactement la même chose que les piétons.

Si on devait faire une comparaison, le VDM est à la randonnée, ce que le ski de rando est aux raquettes à neige. Un outil pour nous permettre d'aller plus loin tout en prenant du plaisir à la descente.

Invité, le 16.04.10 12:43

"car nous allons en Montagne pour y rechercher exactement la même chose que les piétons."

c'est à dire?

Phil'Ô, le 16.04.10 13:21

Les motivations de chacun pour aller en Montagne sont forcement intuitu personae.

J'aurai mieux formulé en disant "car nous allons en Montagne pour y rechercher exactement la même chose que lorsque nous y sommes en tant que piétons" :wink:

Pour ma part, ce que je vais y chercher c'est le calme, la sérénité, la contemplation de paysages extraordinaires, le plaisir de se couper du monde d'en bas, appercevoir des animaux sauvages, parfois tout simplement se promener, etc... :D

Je voulais dire par là que mon approche de la montagne n'a pas changé d'une once avec mon changement de moyen de déplacement.

Avant j'étais randonneur, maintenant je suis VDMiste, mais ce n'est que l'outil que j'utilise pour me déplacer qui a changé... pas mon amour/approche de la montagne. Avant c'étaient des chaussures aujourd'hui c'est un vélo que j'utilise pour me déplacer. Les deux étant non poluants.

J'espère avoir mieux exprimé ma pensée

Invité, le 16.04.10 15:08

"J'aurai mieux formulé en disant "car nous allons en Montagne pour y rechercher exactement la même chose que lorsque nous y sommes en tant que piétons""

Le mieux, c'est encore d'utiliser le "je" quand on exprime des opinion perso :wink:

J'ai quand même du mal à croire que ceux qui descendent à fond la caisse en faisant des dérapages à chaque virage vont en montagne pour la contemplation :D

Invité, le 16.04.10 15:31

Bien sûr, il y a une pratique "respectueuse" du vdm, mais qui a tendance à devenir de plus en plus minoritaire, sous l'influence de la "pensée unique " et des lobbies de la compétition de descente ...
voir ce qui se passe dans les stations de ski en été, et vous me direz si la surfréquentation incontrôlée des itinéraires, de l'espace naturel transformé en plaies béantes a un impact positif sur la nature en général ???
bien sûr, il en est aussi de même pour les piétons, les rando - skieurs ( quoi que là, la neige est un support éphémère et protecteur ) mais l'argument que d'autres font pareil ou pire est un non sens ...
oui, je ralentis fortement, voir je m'arrête et je salue lorsque je croise des piétons, que je ne considère pas comme des "quilles ", oui je me refuse à arracher la pelouse alpine avec les crampons, et ne coupe pas les virages même si j'en ai très envie ...
c'est à ce prix que notre Vdm perdurera en relative liberté

Phil'Ô, le 16.04.10 16:03

Ceux qui descendent à fond la caisse et dérappent tout le temps sont les descendeurs qui remontent au sommet grace aux remontées mécaniques des stations. Dans le milieu du VTT cela s'appelle de la D.H

C'est justement de l'image de cette pratique consommatrice de la montagne que JE souhaite détacher le VDM, car il n'a absolument pas la même approche.

En VDM il faut monter à la force du jarret tout ce que l'on va descendre. D'ailleurs dans les PN il n'y a pas de remontées mécaniques.

@ Mic'hel : Je dis "nous" car tous les VDMistes que j'ai rencontré ont tous cette même approche respectueuse et contemplative de la montagne, c'est pourquoi je me suis permis d'attribuer à toute la communauté des convictions à la base personnelles. Pas un seul contre-exemple !

Le problème vient donc bien de l'amalgamme qui est fait entre la DH (pratiquée en station) et le VDM qui sont deux formes de pratiques à l'esprit très différent. C'est exactement comme pour le ski !
DH à vtt = Hors piste à skis (monté avec des moteurs), et VDM = Ski de Rando (monté à la force des mollets).

Mais que c'est long de faire changer des préjugés :ill:

Invité, le 17.04.10 00:10

oui dans la théorie
nuances dans la réalité
le niveau technique et physique des pratiquants permet à certains - montés à la force du jarret - de descendre " à fond la caisse", exactement comme en ski de rando où les pentes raides et couloirs divers sont fréquentés maintenant aussi souvent que les classiques d'antan ... et pas à vitesse réduite
Pour le VDM, c'est un constat patent, perso, j'ai des copains - et pas forcement des jeunes - que je suis incapable de suivre - et que je ne souhaite pas suivre - dans leurs descentes faites après de longues montées "cleen"
voir aussi les convois de teutons musclés dans nos massifs, etc
ça ne sert malheureusement à rien de nier les faits ...

E
Etienne-H-, le 18.04.10 22:49

Assez d'accord avec Bianchi.
Je ne comprend pas trop l'assertion suivante: "Avant j'étais randonneur, maintenant je suis VDMiste" de Phil'ô.
Ben moi je dirais plutôt: certains jours je me ballade en montagne à vélo d'autres fois à pied. Mon mode de déplacement ne créé pas de facto l'appartenance à un groupe.
Et il est diffcile de nier que l'on prend aussi voir surtout le vélo pour le plaisir du geste. Autrement j'irais en courant, ça va plus vite.

Phil'Ô, le 19.04.10 08:09

@ Etienne H : Voici l'explication de cette assertion :

Je confirme qu'avant j'étais piéton et que depuis que j'ai promené mon vélo là haut, je n'y vais plus sans lui (pour le plaisir qu'il procure certes il ne faut pas le nier, le fait qu'avec je vais plus loin, et surtout que cela soulage mes genoux et mes chevilles au cours des descentes).

Ensuite, ce n'est pas le mode de déplacement en lui même qui créé de facto un groupe (personnellement VDMiste, randonneurs, Alpinistes, etc... peu importe... on est tous des pratiquants de la Montagne), ce sont plutôt les interdictions liées au mode de déplacement qui les créent. Ces interdictions liées au mode de déplacement font que d'un côté tu as ceux qui pratiquent en toute liberté, et de l'autre ceux qui sont obligés de selectionner les itinéraires pour contourner les lieux interdits à leur pratique.

Je ne souhaite rien d'autre que d'être considéré comme un simple individu se promenant en Montagne, et ce, quel que soit mon mode de déplacement. J'aimerai juste être libre de choisir mon itinéraire et mon mode de déplacement, et pas être contraint dans ce choix par des règles que je comprends parfois très mal.

Actu ancienne, commentaires verrouillés