ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié
Accueil > Actu > Nature et Ecologie > Deux nouveaux oursons nés dans les Pyrénées

Deux nouveaux oursons nés dans les Pyrénées - Nature et Ecologie


20 votes

Deux nouveaux oursons nés dans les Pyrénées

Proposé par Mic'hel le 04.05.09 à 21:56 :: www.lematin.ch :: 493 vus :: 407 clics :: 33 commentaires :: Nature et Ecologie

L'ourse slovène Hvala, lâchée en 2006 dans le massif pyrénéen, a mis au monde deux oursons l'hiver dernier dans le Val d'Aran (Pyrénées espagnoles). »

Commentaires

M
Michel, le 05.05.09 18:08

Le père est activement recherché ..... le ministère de la justice s'en occupe !

T
tucco, le 05.05.09 18:24

Longue vie aux petits, félicitation à la maman qui a eu la chance de tomber sur un chaud lapin !

Z
zoom, le 05.05.09 19:13

Le père semble toujours être le même, Pyros, introduit en 1997 et qui s'était déjà farci en Slovénie les deux ourses introduites en même temps, avant de probablement se taper l'une de ses filles un peu plus tard... Gros cochon ! Il y a de la consanguinité dans l'air ! Ces ours slovènes ne respectent donc rien :-)

En espérant que ces petits ours ne tomberont pas sur un chasseur qui "tire d'instinct "...

S
SWELLPANIK, le 05.05.09 20:26

Heureusement la mortalitée des jeunes ours est de 50% en moyenne , de plus avec l'enneigement actuel les avalanches de fontes risque de prélever d'autre plantigrades .
Les Pyrénées n'ont pas besoin d'ours mangeur de poubelles qui rodent autour des villages.
Le Pyrénéen.

Z
zoom, le 05.05.09 21:18

Pas plus qu'ils n'ont besoin d'isards, de marmottes, de vautours, de bouquetins (ah çà, il n'y en a plus ! trop dangereux probablement ...) de cerfs, de loups, bref de quoi que ce soit d'autre que de brebis qui bouffent tout en échange de subventions... J'ai bon ? :-)

Invité, le 05.05.09 21:26

@le Pyrénéen, C'est comme pour le loup dans la vallée du Borne dans les Alpes, la méconnaissances du comportement de la bête fait peur à la population. Je vous invite un peu de culture cérébrale, vous verrez la peur disparaît.
Cordialement

L
Laurène, le 06.05.09 09:13

Sauf que l'ours, contrairement aux isards, vautours et autres marmottes, on lui met une puce pour le suivre à la trace, et dès qu'on le perd c'est branle-bas de combat, sortons les hélicos pour retrouver l'ours importé perdu aux portes des villes... Les Pyrénées ne sont pas un zoo géant.

F
Francoua, le 06.05.09 09:37

Bien sincères condoléances. Il y a fort à parier que ceux-ci finiront comme leurs congénères: empoisonnés ou chevrotinés.
Qu'est-ce qu'on est allé pêcher des ours en Slovénie? on ne pouvait pas leur foutre la paix et les laisser là-bas?

Invité, le 06.05.09 11:29

Quand le lynx est arrivé dans le Jura c'était la même histoire, et maintenant il est là et plus personne en parle. Alors un peu de patience.

Invité, le 06.05.09 12:27

Les propos de Dave sont consternants de condescendance pour les habitants de ces vallées.
Une réintroduction artificiel d'un animal du type de l'ours dans un milieu occupé/utilisé par l’homme depuis des générations ne pourra jamais se faire sans qu’une très grande majorité de la population LOCALE soit POUR cette réintroduction. Que cela fasse ou non plaisir aux écolos (ou amoureux des oursons en peluche), les habitants de ces vallées ont le droit de décider. De toute façon, ils ont largement les moyens pour régler le problème de façon définitive. La fin de l’histoire est écrite depuis le début.
Je trouve totalement disproportionné l’argent dépensé pour ce « petit problème écologique ». Idem pour le battage médiatique pour un non-événement. Il y a bien mieux à faire en terme d’écologie que de dépenser des centaines de milliers d’euro pour imposer un animal à des populations que le ne souhaitent pas. Combien d’espèces disparaissent tous les ans en France ?
Dave, j’espère juste que tu as déjà rencontré des ours dans la vraie vie au milieu de nulle part. Ca m’était arrivé aux USA. Je ne suis pas du genre à avoir des peurs ancestrales et ma petite culture m’avait conduit à potasser les nombreux bons bouquins US expliquant le comportement à adopter. Néanmoins, je n’en menais pas large. La cohabitation avec l’homme nécessite des changements qui ne se résume pas à « un peu de culture cérébrale ».

Laurent Couturier, le 06.05.09 12:45

@ Tetof : tu a croisé un ours aux US comme tous les touristes (et moi le premier) qui se rendent là bas donc ne te prends pas pour un héros... Que tu n'en mènes pas large est normal, la bête impressionne... Quand tu te baignes et que tu croises un requin, c'est pareil et cela ne justifie pas que l'on élimine tous les requins des océans... Tous les grands prédateurs ont et auront toujours leur place dans l'équilibre des écosystèmes... Il est normal que l'ours retrouve sa place dans les Pyrénées, c'est bien l'homme qui lui a prise donc c'est à l'homme maintenant de lui en faire une petite (de place). Certes cette réintroduction ne s'est pas faite avec la manière et coûte bcq d'argent au contribuable et c'est cette image qui est indubitablement collée à celle de l'ours pyrénéen. Mais maintenant que tout le monde est devant le fait accompli, à chacun d'adopter un comportement responsable...

Invité, le 06.05.09 13:06

"Je trouve totalement disproportionné l’argent dépensé pour ce « petit problème écologique »"

"Certes cette réintroduction ne s'est pas faite avec la manière et coûte bcq d'argent au contribuable"

Des chiffres, des chiffres!

Invité, le 06.05.09 13:39

ça corrobore (j'ai lu en diagonale, je l'avoue), les chiffres de l'ADET - Pays de l'ours, l'association pyrénéeene qui promeut la cohabitation des ours avec l'agriculture de montagne. De l'ordre de 1 à 2 millions d'euros par an. Autant dire, pour un état, des peanuts.

Invité, le 06.05.09 14:05

Il ne s'agit pas de se prendre ou non pour un héros. Dans le 1er cas, ma copine, d’origine polonaise et donc connaissant la problématique, a fait déguerpir le malotru avec 2 casseroles. La 2ème fois, c’était nettement plus tendu : seul au milieu de nulle part.
La cohabitation avec l’homme nécessite des changements qui ne se résument pas à un discours condescendant de salon du type un peu de culture cérébrale.

>>>De l'ordre de 1 à 2 millions d'euros par an. Autant dire, pour un état, des peanuts.
Sauf que ces 2 millions auraient pu être nettement plus utiles pour d’autres problématiques écologiques. Les ressources étant finis, il est nécessaire d’optimiser leur utilisation.
De toute façon, l’Ours ne sera pas réintroduit contre les habitants de ces vallées. Ces ours seront liquidés plus ou moins rapidement.

P
Pierre*, le 06.05.09 14:32

C'est marrant tetof, quand on parle de pollution et d'héliski tu nous dis que c'est une goutte d'eau dans la mer comparé aux km faits par les randonneurs pour se livrer à leur passe temps favori. Et là tu nous ch... une pendule pour 2 millions d'euros (c'est plus une goutte d'eau mais une molécule...) à mettre en rapport avec les centaines de milliards d'euros du budget national.
Un peu de cohérence dans ton argumentation SVP.

Invité, le 06.05.09 15:22

Tu crois réellement que ces 2 millions sont une rallonge sur le budget écologie globale de la France !!!

Combien de projet "écologique" nettement moins médiatiques aurait pu être mené avec les 12 millions ? Combien d'espèces disparaissent tous les an en France ?

Un extrait

>>>>>>>
Un budget de communication anormalement élevé

Les dépenses d'indemnisation apparaissent pourtant presque modestes lorsqu'on les compare au budget de communication consacré à la réintroduction de l'ours brun.
>>>>>>>

Lis donc le rapport de la cour des comptes.
En ces périodes de crises, de réduction des dépenses etc, tu crois réellement que le budget Ours se rajoute en plus !!!!
L'argent qui est mis dans l'Ours pour rattraper la boulette ne servira pas dans projets écologiques. C'est tout.

Invité, le 06.05.09 15:31

>>cour des comptes.

Plutôt Rapport d'information de la commission des finances etc.

P
Pierre*, le 06.05.09 17:29

Certes, mais un projet écologique à 2 millions d'euros n'amènera pas non plus grand chose à l'échelle de la France. Sinon ça se saurait.
Quant à qualifier la REintroduction d'une espèce qui a disparu par des interventions humaines d'inutile, ça se discute.

Les propos des divers lobbys anti-ours, anti-loup, anti-lynx sont également consternants de condescendance face aux associations de protection de l'environnement.

La seule chose avec laquelle je suis d'accord c'est que si c'est pour réintroduire des ours et les laisser se faire massacrer par les braves chasseurs locaux sans qu'aucune sanction ne soit prise comme ça a été le cas pour Canelle (légitime défense mon c..), ce n'est effectivement pas la peine.

T
tucco, le 06.05.09 18:49

Le programme de réintroduction de l'ours porte une étiquette politique qui n'est pas celle de beaucoup d'élus pyrénéens . L'ursidé est trop souvent un prétexte pour faire un grand ramdam la veille d'une élection importante, lorsqu'il faut partir à la pêche aux voix parce que le scrutin s'annonce serré . Les prochaines élections européennes n'ont pas l'air de déchainer trop de passions !

Z
zoom, le 06.05.09 19:06

"Une réintroduction artificiel d'un animal du type de l'ours dans un milieu occupé/utilisé par l’homme depuis des générations"
Tu rigoles ? L'ours "autochtone" a disparu des Pyrénées Orientales dans les années 40, des Pyrénées centrales et du Pays Basque dans les années 60, et d'Ariège dans les années 80. 1980, hein, pas 1880. Sans parler du Béarn, où les efforts de Lassalle pour freiner toute protection ont permis de passer en 20 ans, de 6-7 ours à 3. Tout çà grâce à de braves pyrénéens un peu bas du front: s'ils avaient été un peu moins cons, leurs enfants pourraient sans doute chasser l'ours dans les Pyrénées comme l'ont fait des générations depuis que l'homme y habite... Et comme on le fait en Slovénie, où le plan de chasse en baisse cette année, prévoit 70 ours, sur une population de 5-600... Vu la taille du pays, on se demande comment ces slovènes font pour cohabiter avec de tels fauves ! L'ours d'ailleurs vit très bien, sinon mieux, dans une montagne habitée par l'homme.

Dans les Pyrénées, si on avait laissé les chasseurs locaux décider du sort de l'isard, il n'y aurait jamais eu ces plans de chasse "imposés par l'état centralisateur", ces réserves qui ont permis de passer de 4-500 isards dans les Pyrénées (toutes les Pyrénées !!) en 1945 à 40-50000 aujourd'hui. Dommage que pour l'ours, la protection soit arrivée trop tard: les premiers à la demander avec énergie furent des ... associations de chasseurs de montagne, excédés par les braconniers et les empoisonneurs qui exterminaient leur gibier le plus prestigieux...

La réintroduction de l'ours est certes très médiatisée, mais ne coûte pas grand chose par rapport à ce qu'il peut rapporter en retombées touristiques, en marketing: tout ces hôtels, ces restaurants, ces fromages qui utilisent le nom de l'ours, ils auront l'air de quoi une fois que les ours auront disparu ? En Italie, les responsables du parc des Abruzzes ont calculé qu'un ours "rapportait" plusieurs millions d'euros en retombées economiques: les "pyrénéens" (c'est qui d'abord, faut être né là-bas, le droit du sang ?) seraient ils moins bons calculateurs ?


Allez, je m'emporte, je vais prendre mes cachets avant de repartir trainer dans quelque vallée d'Ariège, où j'ai presque plus de chance de voir un ours que de croiser un "pyrénéen" :-)

S
SWELLPANIK, le 06.05.09 22:35

20 Ours actuellement + 50% de mortalitée chez les jeunes + les Accidents divers naturels ou volontaires.
Le plantigrade n'a pas d'avenir dans les vallées Pyrénéennes.
Pourquoi ne pas les lacher dans le bois de Boulogne !
De toute façon l'Espagne a demandé le retrait des plantigrades suite à l'accident de l'automne 2008 ou un espagnol à été attaqué par un Ours ( mordu aux bras et jambes ).
Le prochain accident sur un homme va pesé trés lourd sur la balance , l'extermination sera peut être prononcé !

M
Mic'hel, le 07.05.09 00:42

"De toute façon l'Espagne a demandé le retrait des plantigrades"

pas l'espagne, le val d'Aran.

"ou un espagnol à été attaqué par un Ours"

... où un chasseur a été attaqué par un ours

"Le prochain accident sur un homme va pesé trés lourd sur la balance , l'extermination sera peut être prononcé !"

si c'est pour des questions de "sécurité", mieux vaudrait "retirer" (je n'utiliserai pas le mot "exterminer") les http://www.ledauphine.com/drame-de-la-chasse-une-balle-fauche-un-vetetiste-de-24-ans-il-se-trouvait-sur-un-chemin-@/index.jspz?article=67022. Ils font bien plus de "dégats". Et c'est http://www.buvettedesalpages.be/accidents-de-chasse-france.html...

T
Trolly, le 07.05.09 01:21

moi ce qui me fait peur c'est que dans un mini-pays de 60 M d'habitants, on est même pas capable de se mettre d'accord pour reserver une (petite) place à quelques ours.

Alors qu'il faudra bientôt que toute la planète se mette d'accord pour stopper le rechauffement climatique... bref c'est evidemment impossible
allez, je me coucher en déprimantet en essayant de réfléchir à comment j'expliquerait ça à mon gamin

Invité, le 07.05.09 08:38

zoom, que les habitants de ces coins aient ou non raison n'est pas vraiment le fond du problème. S'ils sont contre la réintroduction (pour des bonnes ou des mauvaises raisons), l'ours n'a aucune chance. On ne peut pas réintroduire l'ours sans que la très grande majorité de la population LOCALE soit POUR. Il n'y a pas besoin d'avoir un doctorat de psychologie pour comprendre que cela passe avant tout par le terrain.

L'état centralisateur à la française est une vision has been découlant de notre histoire. C'était déjà très con au 19 et 20è siècle mais c'est totalement anachronique au 21 ème siècle où les enjeux sont avant tout de construire l'Europe.

Le rapport de la commission des finances est très intéressant et montre clairement que c'est une gabegie dont la fin est écrite depuis le début.

Je préférais nettement que ces 12 millions d'Euro soit utilisés dans des problématiques écologiques moins médiatiques mais plus consensuel et donc ayant nettement plus de chance d'aboutir.
Combien d'espèces pourrions nous protéger avec 12 millions d'Euro ?

Invité, le 07.05.09 14:26

Débat de passionné. Et la biodiversité. C'est possible d'éliminer les bouquetins il bouffe l'herbe dans les alpages, le gypaëte il bouffe le chamois, Le lynx il bouffe les biches... pourtant il ont tous été réintroduit et c'est très bien ainsi. Les premiers qui pleuraient à l'époque c'était encore un fois les chasseurs. Je n'imagine pas encore au 21ème que ca éxiste encore. C'est un plaisir barbare...
@tetof: L'état centralisateur c'est du passé, maintenant c'est les régions qui pilotent. Faudrait suivre... Porquoi ne pas éssayer et observer comment cela se passe. Pour le poignon il y en à, c'est pas le souci.

S
SWELLPANIK, le 07.05.09 21:09

Les Pyrénéens ne veulent pas de plantigrades imposés par les technocrates de la capitale qui ne connaissent rien aux montagnes.
De toute façon c'est les locaux qui gérent leur terrains et non les touristes !C'est eux qui auront le dernier mot.
Noublier pas que le village d'Orlu était un village de chasseur d'ours jusqu'en 1950 .Si il faut re-chasser l'ours ce n'est pas un souci avec les moyens actuels.
Il faut être illuminé pour croire que les Pyrénées sont aussi sauvages qu'au moyen age .
L'ours slovéne n'a pas le pied montagnard , il reste en plaine et se tue en altitude.Il se nourrit de poubelles et de moutons.
Par contre le vrai Ours de souche , personne n'en parle parce qu'il est sauvage !

P
Pierre*, le 07.05.09 21:31

"Les Pyrénéens ne veulent pas de plantigrades imposés par les technocrates de la capitale qui ne connaissent rien aux montagnes."

ça ce sont des propos consternants de condescendance...

Les gens qui s'occupent de la réintroduction des ours sont peut-être des rêveurs et des utopistes (il en faut) mais en tout cas pas des technocrates qui ne connaissent rien aux montagnes.
Et si on en est arrivé à l'Ours Slovène, c'est parce que ces braves locaux ont dégommé tous (ou presque) les ours pyrénéens.
Passons sur le petit discours où seuls les gens du coin aurait leur mot à dire. Quant il n'y aura plus de tourisme, de subventions, ce sera effectivement le retour au moyen âge. Mais l'as-tu seulement quitté.

Z
zoom, le 07.05.09 21:32

Ah toi, t'es un champion...
"Par contre le vrai Ours de souche , personne n'en parle parce qu'il est sauvage !" Ben , non ils sont presque tous morts ! :-) (2 ou 3 survivants au dernier comptage)
Et les subventions qui font vivre toutes ces belles vallées, elles viennent d'où sinon de la "capitale". Sans cet argent et sans les touristes, les locaux en seraient où ? Ce qui est sur c'est qu'il n'y aurait plus de moutons ! Le village d'Orlu n'existerait plus sans les touristes non plus !

L'autogestion a des limites ... :-)

S
SWELLPANIK, le 07.05.09 22:05

L'esprit Sectaire des technocrates se révéle avec l'our slovéne.
Les 20 plantigrades actuel ne sont pas assez nombreux pour le dévellopement de la race ,et c'est une bonne chose.
Lacher d'autres mangeurs de poubelles , c'est plus a l'ordre du jour.
Cette expérience d'illuminé va bientot passer aux oubliettes faute de subventions , c'est pas plus mal.
Il restent le Lion des cavernes de l'aire glaciére a lacher , c'est con il existe plus...............pourtant il était présent dans les Pyrénées...................................

Invité, le 07.05.09 22:11

>Passons sur le petit discours où seuls les gens du coin aurait leur mot à dire. Quant il n'y aura plus de tourisme, de subventions, ce sera effectivement le retour au moyen âge. Mais l'as-tu seulement quitté.
>

Certes, mais que l'opinion de SWELLPANIK soit fondé ou non, n'empèchera pas les locaux de régler le problème comme il l'a évoqué.

A moins d'avoir une garde rapproché derrière chaque ours durant une période indéfinie ou de les mettre dans des régions définis acceptant l'ours, il est manifeste que l'espérance de vie de ces ours est faible. Ca ne doit vraiment pas être bien compliqué de laisser trainer quelques cadavres de brebis empoisonnés.

Une réintroduction ne peut pas se faire contre les populations locales. Que cela plaise ou non, il faut d'abord prendre le temps de faire évoluer l'opinion des populations locales.

B
babar, le 08.05.09 21:34

la race de l'ours des pyrennee est éteinte et l'on va chercher des ours slovéne (qui est une autre espéce) soit disant pour la sauver???
Il faut arreté c'est de la fausse écologie cette reintroduction était purement marketing pour les comunes qui l'acceuillait afin qu'elles puissent mettre a l'entrée du village "bienvenue au pays de l'ours" et ainsi attirer plus de touristes.

Invité, le 10.05.09 11:38

Moi, ce qui m'embête, c'est la grippe oursine !

Actu ancienne, commentaires verrouillés