ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié
Accueil > Actu > Agenda > 1ères Rencontres Européennes sur les refuges de montagne

1ères Rencontres Européennes sur les refuges de montagne - Agenda


14 votes

1ères Rencontres Européennes sur les refuges de montagne

Proposé par Jeroen le 30.03.09 à 13:12 :: www.odit-france.fr :: 458 vus :: 360 clics :: 5 commentaires :: Agenda

Le tourisme itinérant en montagne (randonnée, alpinisme, voire pêche sportive) a un caractère international marqué. En effet, les massifs montagneux européens sont, pour la plupart, frontaliers (il est courant qu'un même itinéraire passe d'un pays à  l'autre) et les pratiquants eux-mêmes sont de nationalités variées.

En France, les pratiquants étrangers représentent plus de 30% du total des montagnards. Ils font étape dans des bâtiments d'altitude appelés refuges et s'attendent donc à  y trouver des prestations d'une certaine qualité et de niveau homogène (tout en conservant leur authenticité) »

Commentaires

Invité, le 30.03.09 16:49

Faut-il brûler les refuges?

J
Jpepe, le 01.04.09 19:35

Le Club Alpin français possède et gère environ 125 batiments en France représentant 250 000 nuitées par an. Sur ce nombre, moins de 30% sont membre du CAF. Qui sont les autres usagers????

Invité, le 07.04.09 17:48

Dans le sujet, il est indiqué "les pratiquants étrangers représentent plus de 30% du total".

Yapluka trouver les 40 % qui te manquent!

Invité, le 08.04.09 11:34

Les refuges sont-ils un outils de développement pour les parcs nationaux et les parcs régionaux de montagne?

Invité, le 10.04.09 09:14

Les cabanes de bergers ne pourraient-elles pas accueillir des randonneurs ? Plutot qu'une définition du refuge, ne fautdrait-il pas afficher des classes de confort suivant les possibilités du site et le type de fréquentation ? Ne pourraient-on pas convenir de zones non équipées de refuge suffisament vastes pour qu'un randonneur du 21 ième siècle ressente quelques unes des impressions des premiers explorateurs des montagnes ?

Actu ancienne, commentaires verrouillés