ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

Sorties > Belledonne > Récit d'une exploration au Ferrouillet

Récit d'une exploration au Ferrouillet ⭐⭐⭐

Massif : Belledonne
Départ : Prabert (1088 m)

Topo associé : Ferrouillet, Pointe Centrale Nord, couloir Ouest

Sommet associé : Ferrouillet, Pointe Centrale Nord (2571 m)

Orientation : W

Dénivelé : 1320 m.
Ski : 5.4

Sortie du dimanche 08 avril 2018

Chuck

Conditions nivologiques, accès & météo

ciel voilé
Etat de la route : sèche avec de jolies dessins en pierres Altitude du parking : 1080
Altitude de chaussage (montée) : 1050, presque parking
Altitude de déchaussage (descente) : 1050, presque parking
Activité avalancheuse observée : néant

LieuAlt.Ori.HeureQté.TypeCom.
couloirW12Vitrifiée

Skiabilité : 🤢 Mauvaise

Compte rendu

Avec Boris

Il est de ces projets dont la seule idée nous tient éveillés.
Cette jolie fille à qui on ne parvient pas à déclarer sa flamme, cette nouvelle paire de ski qu’on rêve d’acheter, ce concert de Francis Lalanne qu’on attend depuis des mois, et puis cette pente, repérée au hasard d’une balade en famille, que l’on scrute, que l’on surveille, qui nous nargue.

Boris avait cette idée fixe, Boris a souvent des idées fixes, au Ferrouillet.
Il m’en avait parlé, au hasard de quelques virages en Belledonne. Moins attaché que lui à la pente en question, pente que je n’avais pas clairement identifiée dans un premier temps, l’idée existait, sans m’obséder.
Et puis il est allé essayer tout seul sans succès. 10 virages peu encourageants, et demi tour.
Alors l’envie était allé croissante.
0 l’image du regard de la jolie fille, de la ristourne sur la paire de ski tant désirée, du petit « rentre chez toi » entre deux pubs sur Nostalgie, et l’envie reprend de plus belle.

A la faveur d’un hiver riche en neige qui nous a tous permis de skier des trucs rares, comme la Dent de Crolles en Avril, des coupes du monde de fond sur neige naturelle, ou encore des JO sans Poutine, la pente en question s’est progressivement remplie.

Et c’est ici que tout la subtilité de la pente raide semble prendre son sens. C’est ici que le jeu se dessine. C’est ici que le phénomène de mode s’oublie pour laisser place à un truc bien plus sérieux : l’idée fixe de Boris.

Samedi dernier donc, Première tentative.
Levé tardif, nous sommes feignants après toute une saison à skier en station dans 80 de poudre.
On remonte dans le couloir Sud du Ferrouillet, ambiance très humide. Au milieu du couloir un gars fait la trace, mais la neige est si trempée que nous brassons dans la soupe. Arrivés à mi-pente, il pleut. Arrivés à la sortie du couloir Sud, il pleut toujours et les nuages noirs sur le Vercors et la Chartreuse nous incitent à trancher sur la reflexion suivante : c’est inconfortable ou dangereux ?
Il est 10h, on dégage.
Arrivés au parking, il fait grand beau, on est dégoutés.
Rideau.

Samedi soir, Boris : « on retente demain? la météo à l’air cool… » (je vous ai déjà parlé des idées fixes de Boris?)

Dimanche matin, même heure, même matos, même motivation, même départ.
Dimanche 11h, entrée de la pente visée, au bouleau !

Tout est comme la veille, à une variable près : toute l’humidité de la veille a prit froid, c’est … dur. Très dur.
Le bon coté, rien ne va trop bouger avant l’arrivée du soleil dans la pente à 16h, on a le temps.
Le moins bon coté, ça va être un peu dur, et ça ne va pas trop bouger avant l’arrivée du soleil à 16h, tant pis.

Les deux premiers virages sont top, la pente commence gentillement, le grip est encore bon, on raconte encore des conneries.
Ensuite, la pente s’accentue, l’étroitesse de la première étroiture aussi (la répétition hyperbolique est ici volontaire), et étrangement elle semble s’accentuer au même rythme que notre concentration.
Finalement on vire les skis, on chausse les crampons, et on descend de 50m pour franchir le passage goulotté et bien peu skiant.

La face plonge et nous voilà enfin dans la pente principale. La neige est toujours aussi dure et à présent une belle gouttière défigure notre pente.
Peu importe, on est là pour skier et nous voilà de retour sur les skis.
Quelques virages s’enchainent, probablement les plus précis, concentrés et psychologiques que nous ayons pu rencontrer.
Quelques pas sur la glace aussi, piolet ancré, flirtant entre falaise et goulotte charriant déjà neige et glace, «t’es pas bien là? ».

Arrivés au dessus de la dernière étroiture, deux choix :
1. Rester à proximité de la gouttière où une boule de pétanque vient de faire 3 rebonds avant de filer dans le prochain raidillon à franchir.
2. traverser en rive droite pour se mettre à l’abri et taper directement les rappels.

Le choix est vite fait, les deux rappels aussi, et nous voilà en train de nous laisser glisser dans la neige ramollie par le soleil qui arrive du Sud, au pied de la face.
La ligne est logique, les gars sont contents, reste à faire trois courbes et deux roulades dans la neige qui colle, et nous sommes de retour au parking, le sourire béat.

« c’est idiot, on aurait dû venir pleine poudre » On se le dit, vous vous le dites, mais non, ce n’est pas si simple.
Plus tôt en hiver, pour avoir de la neige froide ? le couloir n’est jamais assez rempli.
Plus proche d’une chute de neige ? le couloir et les pentes suspendues se purgent, ça pue.
Se contenter de le remonter avec deux piolets ? Oui, mais ce n’est plus du ski.
Donc non, c’est cet hiver qu’il fallait venir, pour le remplissage, mais cet hiver, la neige n’est pas restée froide, et nous avions une idée fixe.


Bien plus d'images, bien plus belles, ici : http://du4photo.blogspot.fr/2018/04/voyage-suspendu-au-ferrouillet.html

à l'approche, sous la ligne, avant de contourner le biduleà l'approche, sous la ligne, avant de contourner le bidule
Premiers virages, vue imprenable sur la maisonPremiers virages, vue imprenable sur la maison
La pente principale, goulottée...
La pente principale, goulottée...
On ne voit pas très bien, mais le mec sourit !On ne voit pas très bien, mais le mec sourit !
l'Alpiniste Heureuxl'Alpiniste Heureux

Commentaires

F
fitaine, le 16.04.18 02:12

Bien cool ce CR, merci !

E
Em42, le 16.04.18 06:17

Hello,

Sympa le CR ! 😎 En tout cas ça envoie du lourd ! 🤢
En revanche, c'était pas plutôt hier (Dimanche 15 Avril ? 🙄 )
Pour l'altitude de chaussage, c'est plutôt 1350 non ? 😊

P
PascalC, le 16.04.18 08:04

Beau récit

B
Bart-S, le 16.04.18 08:17

Très très chouette récit.
Prochaine idée fixe : trouver le couloir en bonnes condis?! 😉

Invité, le 16.04.18 09:27

Merci Chuck pour ton récit
Pour le coup des conditions, je précise juste : elles étaient parfaites pour une exploration. Malgré les repérages, on ne pouvait pas savoir à l'avance si la neige dedans était suspendue sur des ressauts déversants ou bien ancrée dans le fond du couloir (comme c'est le cas).
Malgré les repérages, on ne pouvait pas savoir si il y avait des places à l'abri sur les rives en cas de parpinage. On ne pouvait pas savoir non plus si la zone où il fallait passer du temps à pitonner tout en bas, était dans l'axe de la goulotte ou possiblement abritée (comme c'est le cas).
Maintenant on sait tout ça, la suite sera bien plus facile.
Boris

Invité, le 16.04.18 09:43

Chuck et Noris vous êtes des heros 😄
Super cr 😉

davidl, le 16.04.18 09:49

Sortie du 8 avril donc.

Invité, le 16.04.18 09:58

Oui, sortie du 8 avril. Bon, c'est vrai qu'avec sa vraie date, personne n'aurait vu le CR... ;-)

Invité, le 16.04.18 12:11

J'ai beaucoup parcouru le Ferrouillet dans les années 90 mais je ne suis pas sûr de la ligne que tu décris. D'après les photos, il s'agirait du couloir NW qui aboutit à un petit collu: Une petite pointe à gauche (en montant) et le Ferrouillet à droite. Après, une traversée amène (en été) aux fissures terminales mais pas skiables. J'aimerais bien une photo avec l'itinéraire si possible. Cordialement.

J
JulBont, le 16.04.18 12:45

La quantité de neige c'est bien, mais la qualité fait bien plus encore. C'est un bon résumé de cette saison 2017/2018... 😉

T
taramont, le 16.04.18 16:36

quand le dit et le fait sont de la même qualité, y a plus qu'à s'incliner - félicitations ! 🙂

Invité, le 16.04.18 20:05

Il fallait trouver la bonne trajectoire
Bel engagement
Félicitations pour cette première

Vinchy, le 16.04.18 21:31

Ah ouais super réalisation!!!
Je l'avais fait en grimpe en 2016. En fait il s'agit du couloir juxtaposant sur la droite l'Eperon W de la Pointe Centrale N du Ferrouillet, si je ne m'abuse. Nous avions pris du retard sur le timing et nous avions gravi le couloir au lieu de prendre l'éperon.

L'éperon est décrit ici https://www.camptocamp.org/routes/231564/fr/pointe-centrale-n-du-ferrouillet-eperon-w

R
rfg, le 16.04.18 22:30

J’ai eut le même idée sur la même montagne!
Mais n’etant Pas fan de Francis Lalanne je n’ai as trouvé le courage d’y aller...
Quoi qu’il en soit, bravo, elle est belle celle la, surtout chez les grenobliens !!
Sinon, Y avait pas d’autre analogie que « Francis Lalanne » ?

C
Chuck, le 16.04.18 22:52

J'avais aussi pensé à Pierre Billon, mais moins connu j'avais peur de ne pas toucher tous les Skitouriens...

D
daminator, le 17.04.18 21:45

c'est la goulotte 3H42 au Ferrouillet?

R
rfg, le 18.04.18 16:06

Non, Lalanne c’est parfait, juste ce qu’il faut de sel de poivre et de vaseline pour que ça glisse tout seul!!

Cette sortie