ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

Sorties > Valais W - Alpes Pennines W > Patrouille des glaciers 2010 - A1

Patrouille des glaciers 2010 - A1

Massif : Valais W - Alpes Pennines W
Départ : Zermatt (1616 m)

Topo associé : Tête Blanche, Patrouille des glaciers

Sommet associé : Tête Blanche (3710 m)

Orientation : T

Dénivelé : 4000 m.
Ski : 2.1

Sortie du mercredi 21 avril 2010

Jeroen, David Z, Nicolas

Conditions nivologiques, accès & météo

1/4 de lune légèrement voilée permettant de bien voir les sommets alentours, mais pas sous ses spatules. Températures clémentes, -5 à tête blanche avec un petit vent bien frais (-15 température ressentie).
Etat de la route : Altitude du parking :
A la montée : On chausse à Stafel. Globalement bonnes conditions, quoique trace parfois un peu Zippante dans les parties raides.
A la descente :
- Tête Blanche > Col de Bertol : Poudre trafolée
- Col de Bertol > Plans de Bertol : Trafolée regelée (pas top), avec quand même quelques parties un peu plus lisse
- Plans de Bertol > Arolla : 50mètres linéaires de déchaussage sous plans de bertol, puis bon ski (neige assez lisse).
- Col de Riedmatten > Pas du Chat : Parfois vieille poudre trafolée un peu croutée, parfois neige dure.
- Traversée des Dix : Neige dure
- Rosablanche > Col de Momin : poudre trafolée
- Col de Momin > Verbier : neige dure sur piste, mais bien travaillée donc bien lisse et bon grip.

Altitude de chaussage (montée) : Stafel
Altitude de déchaussage (descente) : Verbier, bas de la piste.

Activité avalancheuse observée :

Skiabilité : 😐 Correcte

Compte rendu (par Jeroen)


Déjà 2 ans que j'ai envie de me faire cette course mythique, que j'ai vraiment découverte suite au http://video.google.fr/videoplay?docid=8665918782449100195. Cette épreuve est d'ailleurs plus qu'une course, c'est aussi un grand rassemblement populaire.

Je propose à mon frérot et à Nico de m'accompagner. On est sur la même longueur d'onde : on ne part pas pour faire un temps (d'ailleurs on en a pas la capacité), mais pour se faire plaisir, sans toutefois être trop ridicules question timing. David et nico tournent pas mal en ski de fond, david s'est fait pêter une ou deux centaines de fois le coeur en remontant les pistes de chamrousse. Pour ma part j'ai privilégié les sorties régulières, en me faisant un peu mal mais jamais à 100%, et quelques sorties longues. 5 jours avant on est sortis ensemble http://www.skitour.fr/sorties/les-rouies,27743.html pour se tester un peu la longueur et l'altitude, et 3 jours avant on est montés http://www.skitour.fr/sorties/dome-des-ecrins,27960.html avec nico.

Lundi soir, catastrophe (ou presque) je me rends compte que la course c'est le Mercredi/jeudi, et pas le Jeudi/vendredi... Nos emplois du temps un peu bouleversés, mais finalement on arrive à tout boucler à temps.

Mercredi 8:30, départ de Grenoble. Vers 11h30 on est à Martigny, juste à temps pour le train de 12h08 pour Zermatt via Visp. Déjà il y a pleins de militaires et de personnes avec des skis. Pas de monnaie pour le parking (10 francs suisse). On demande à un militaire de nous faire le change en Euros, il nous file carrément les 10 francs suisses et impossible de le rembourser. Vraiment sympa, et ce ne sera que le début.

14:13, on est à Zermatt. Des militaires et des skieurs de partout, ça sent l'effervescence. On file à l'enregistrement. On nous distribue un telephone de secours et les puces électroniques de comptage. Tout le matériel technique est passé au crible. Par contre les fringues ne sont pas vérifiées. On hésitait à emporter gore-tex haut et bas dans le sac, on partira finalement plus légers, même si il n'était pas question de ne rien prendre du tout. à 2 heures du matin à 3600, il peut faire froid, d'autres on eu des surprises il y a deux ans.

15:30, on est dans notre chambre d'hôtel. En fait tous les coureurs sont dispatchés dans les différents hôtels de la ville, si bien que c'est jamais la cohue. Petite sieste en prévision de la nuit que s'annonce et préparation du matériel. Pour la petite histoire, on est juste à coté de la chambre de Séverine Pont-Combe, victorieuse les années précédentes, maman depuis le mois de décembre et qui participe cette année avec un journaliste de la TSR pour un reportage "http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500000&program=26#program=26;tab=loadprogram;vid=11987666";.

17:00, c'est le briefing mais on pourra pas vous en dire plus, nous on fait la sieste...

18:30, c'est l'heure du repas dans l'hôtel voisin, toujours en petit comité. C'est comme au restaurant, hormis le menu unique. Puis retour dans la chambre d'hôtel pour s'habiller et régler les derniers détails.

21:00, on se rend au contrôle du départ. Bizarrement la pression est retombée. On va la faire cette course.

21:45, on est tous aux ordres du starter, faisant rapidement connaissance avec nos voisins de course. On s'est placés en fin de peloton. Pas question de partir au pas de course avec les premiers, le but est de ne pas se faire mal jusqu'à Arolla pour être sûrs de tenir jusqu'à Verbier.

21:57, on est conscients de vivre les toutes dernières minutes de calme avant la tempête, mais le chrono continue de tourner, et inexorablement on va y passer.

21:59'55'', 5 ... 4 ... 3 ... 2 ... 1 ... Partez ! Les premiers partent comme des balles, derrière on a encore quelques secondes de répit. On part en marchant, acclamés par des centaines de spectateurs qui ont tous un petit mot d'encouragement, vraiment très émouvant.

22:15, ça y est, on est sortis de la ville. La nuit est claire, la température clémente. La lune au 1/4 nous permet de profiter un peu des sommets alentours. Ca commence à grimper sur un très bon chemin, mais pas très large : de quoi passer 2 ou 3 personnes de front. On est pas loin des derniers. On marche d'un bon rythme mais sans se faire mal, et pourtant mes mollets sont durs. J'ai pas l'habitude de marcher, mais après 50 mètres de dénivelé ça m'inquiète quand même un peu...
Déjà on sent les premières cassures poindre, et on commence à doubler doucement. Après un peu plus d'une heure, on est au chaussage. On jette les baskets et on met les chaussures de ski. On a été assez efficace et on a doublé pas mal de monde lors de cette opération. En ski dans la double trace, difficile de doubler au début, et puis on est toujours dans l'optique "ne pas se faire mal". Quand on tombe sur un groupe un peu lent et qu'il y a une cassure devant on double pour recoller au train et pour avoir un rythme acceptable.

00:24 On est à Schönbiel. Je pensais y arriver en 2 heures, on aura été beaucoup plus lents. Faut dire qu'il y a de la distance. Il faut mettre la corde. On a répété 2 heures avant le départ dans l'hôtel (en démêlant un gros nœud d'ailleurs), alors on repart assez vite. Bientôt on attaque les pentes pour tête blanche, toujours en doublant gentiment dès qu'on tombe sur une équipe isolée. On rattrape à ce moment l'équipe de la TSR, qui avait du faire une pose pour filmer. Vers 2800, infâme raidillon et gros bouchon. ça zippe dans tous les sens. On réagit un peu tard puis on emboite le pas d'une équipe italienne qui a déchaussé et remonte le long de la deuxième trace. ça permet de passer un bon paquet de personnes. Au dessus la pente se calme, on remet vite les skis, et on double encore une ou deux équipes avant d'arriver à tête Blanche. Cette heure est peut être la plus dure pour moi. C'est assez monotone et j'ai une furieuse envie de dormir.

2:18 Tête Blanche. Petit ravitaillement gentiment apporté par les militaires (difficile de se déplacer encordés). J'en profite pour mettre une petite laine car il fait quand même bien froid, même si ça ne devait rien être par rapport à 2008. Départ de la descente encordée, David devant nico Derrière et moi au milieu. Avec l'élastique ça se passe plutôt bien, même si la descente n'est pas mon fort. Je m'emmêle quand même une ou deux fois les skis dans la corde. En bas, on repeaute pour passer les quelques mètres du col de Bertol. Nico ne va pas bien. Il a choppé une onglée comme jamais et hurle à la mort plié en deux dans la neige, et manque même de tourner de l'oeil. Petit instant de frayeur. On en profite pour lui changer de gants et repeauter ses skis puis on reparte vite, monter est peut être le seul moyen qu'il se réchauffe les mains. Très vite tout rentre dans l'ordre.

3:09 On est au col de Bertol. On enlève la corde. On nous annonce qu'on est ... 6ème. (à ce moment, seul le premier départ a eu lieu). On n'y croit pas. Ca nous motive pour perdre le moins de temps possible. A ce moment la course commence vraiment dans notre tête. La descente qui suit est difficile. David et Nico S'échappent devant tandis que je rame derrière. Ma frontale offre peu de luminosité, et j'ai pas envie de m'en coller une. Je les rejoins au Plans de Bertol, cours déchaussage sur 100m linéaires, puis fin de descente sur Arolla où je parviens à coller aux fesses d'une équipe équipée d'un phare, ça aide bien.

3:50, on est à Arolla, toujours 6èmes de la course intermédiaire. Au ravitaillement, les militaires sont toujours au petits soins. On mange un ou deux quartiers d'orange, un petit thé, on repeaute et on repart 2 minutes avant le premier départ d'Arola. Très vite on est submergés par des centaines de randonneurs qui nous doublent. On se perd donc de vue un instant, puis on finit la montée ensemble, redoublant un paquet de monde. Au col de Riedmatten, on est 5ème de la A1. Le passage passe très bien, y compris aux cordes de descente où l'on est pratiquement seuls. En bas, on termine la descente jusqu'au pas du chat.

5:47 Au pas du Chat, on est ... 2ème de la course A1 de 10heures (23ème des 4 courses du Mercredi, notre meilleur temps intermédiaire), mais on ne le sait pas, noyés au milieu des B1. Comme tout le monde autour de nous, on repeaute (j'ai pas réalisé qu'on était au niveau de la traversée du lac des dix, et qu'on nous avait conseillé de ne pas repeauter). Dans cette traversée, Nico laisse un paquet d'energie et n'arrive pas à suivre, je n'ai pourtant pas l'impression d'aller super vite. On se fait doubler par quelques équipes en skating. Je ne suis pas un fondeur, je ne suis donc pas sûr que passer ce passage en skate m'aurait fait gagner du temps, surtout au niveau de la dépense énergétique que j'aurai peut être payé après. Pendant cette traversée on se fait enrhumer par la première équipe partie à 11:00, et la première équipe partie à 00:00. On se fait aussi doubler par une équipe partie à 10h00, on est donc 3ème à ce moment.

06:55 La Barma. Je profite de la légère avance sur Nico pour mettre un compeed. J'avais des reste d'une vieille ampoule au pied gauche que j'avais protégé préventivement, et j'avais rien mis au pied droit, grave erreur. Nico semble exténué, il aura laissé vraiment beaucoup d'energie dans cette traversée. Et puis une petite dans l'année, et "que" quelques sorties en ski de rando en guise de préparation tardive, c'était peut être pas suffisant, même si il a fait beaucoup de skating et a un foncier génétiquement plus généreux que le notre. Dès le départ de la Barma, il est vraiment à la peine. On sort alors la corde pour le tracter sur la montée à la Rosa Blanche. 600 mètres pendant lesquels j'ai tout donné. 150mètres sous le col on met les skis sur le dos, je récupère la corde et David prend les skis de Nico. Là je sens que j'ai bien donné et que la fatigue est là. On approche quand même des 4000 de D+.

08:31 Rosablanche. Arrivée fantastique, j'en ai eu la larme à l'oeil. La fatigue, la foule au sommet agitant les cloches, les encouragements. Un grand moment. Même avec ce petit coup de moins bien de Nico, on a bien assurés, et on s'est finalement fait doubler par personne au classement général (On est toujours 3èmes de la course de 10heures, à 6 minutes des seconds, et toujours 26èmes au général). On ne perd pas de temps, dépeautage express. A ce moment je crois qu'on en a fini avec les montées, mais non : il reste encore le col de la Chaux. Explosés, on avance plus. Heureusement c'est court. Ensuite descente ultra rapide vers Verbier, à la fin sur une piste lisse comme un billard, bonheur intégral car je peux skier "à l'économie", cuisses bien explosées. Le Km de course à pied à la fin pour rejoindre la ligne est vraiment très dur, puis c'est la délivrance.

9:42 Verbier. Explosés, mais heureux. Sans se mettre la pression (à part un peu plus sur la fin), on fini finalement 3èmes du départ de 22heures, et http://services.datasport.com/2010/winter/pdg/Team1084.htm, sur environ 260 équipes (sans compter le départ de Samedi, on est bien d'accord). Franchement j'ai encore du mal à y croire. Bien sûr c'est pas une course comme les autres, beaucoup y vont avec un rythme de sénateur, mais quand on commence à jouer le chrono c'est bien prenant.

Globalement, après un départ tranquille (on part sur une base de 44ème à Schönbiel), on a bien assuré dans les montées :
44 > 31 pour la montée à Tête Blanche
35 > 30 pour la montée à RiedMatten
26 > 26 pour la montée à la Rosa Blanche, on maintient notre place même avec la défaillance passagère de nico
Les descentes ont étés plus difficiles (c'est d'ailleurs mon point faible, je pense avoir fait perdre 1/4 d'heure à l'équipe sur toutes les descentes cumulées).

Ce que je retiendrais ? Une superbe ambiance, Une organisation exceptionnelle, des militaires suisses vraiment extras, toujours un mot d'encouragement ou au petits soins malgré des conditions certainement pas facile pour eux. Une course vraiment populaire, une grosse foule aux derniers cols pour venir vous encourager. J'ai adoré. Beaucoup d'émotion.

Au niveau de l'équipe c'était nickel, très bons moments passés ensemble, on a bien géré malgré la fatigue. Merci Nico et David de m'avoir accompagné pour accomplir ce rêve, et au gouide d'avoir accepté d'être le 4ème homme de cette équipe.

Et vous, vous faites quoi dans 2 ans ?

Gare de Martigny : Nous voilà à la gare de Martigny où nous attendons notre train.Gare de Martigny : Nous voilà à la gare de Martigny où nous attendons notre train.
Dans le train pour Zermatt : Moment de repos dans ce petit train pour Zermatt qui nous offre un paysage bucolique.Dans le train pour Zermatt : Moment de repos dans ce petit train pour Zermatt qui nous offre un paysage bucolique.
Au restaurant : 18h : Petit resto bien classe
Jeroen essaye de savoir auprès d'une patrouille, ce qui a été dit au briefing de 17h (nous nous dormions :-))Au restaurant : 18h : Petit resto bien classe Jeroen essaye de savoir auprès d'une patrouille, ce qui a été dit au briefing de 17h (nous nous dormions :-))
Le Cervin : Photo prise devant notre Hotel.
Grandiose !Le Cervin : Photo prise devant notre Hotel. Grandiose !

Commentaires

S
shama, le 23.04.10 19:59

Un ENORME bravo à vous trois 🙄 (et aussi au autre concurrents)
Merci pour ce CR. (pour te récompenser j'ai peaufiné un p'tit plan VTT pour cet été 😉 )

A
alex, le 23.04.10 20:01

Bravo ! Ca donne envie de la faire aussi un jour !

T
Tchouf, le 23.04.10 20:14

Magnifique et quel souvenir dans une vie de randonneur 🙄

friz, le 23.04.10 20:23

Félicitations à vous trois et bonne récup, ça doit laisser quelques traces!

N
Nicolas, le 23.04.10 20:33

MERCI à toi Jeroen !!!!!! 🙂

S
squal, le 23.04.10 20:46

Bravo les artistes 😎
Jolie promenade.

M
MartinB, le 23.04.10 21:48

Bravo à vous. Je confirme, belle ambiance à la Rosablanche 😎
Petite pensée à ma soeur qui démarre demain sur le coup des 5h depuis Arolla 🙄

H
hdy, le 23.04.10 21:52

Bravo et merci pour ce super compte rendu d'une course qui ne ressemble à aucune autre.
Chapeau !

Olivier-R-, le 23.04.10 22:00

Voilà un bon CR qui donne envie de la faire cette fameuse patrouille. Bravo et merci

Toz, le 23.04.10 22:18

merci Boss pour ce super compte rendu qui nous donne vraiment l'impression d'y etre et qui nous permet de partager avec vous ces instants privilegiés 😎 😎
et bravo à tous les trois pour cette performance apres une année de preparation et une foultitude de Croix de Chamrousse 😜 😉

N
nat, le 23.04.10 22:55

"Ce que je retiendrais ?"

Tiens, tu n'as pas retenu les paysages... à refaire un jour peut-etre ? 🤣

C
Clément Pernet, le 23.04.10 23:48

Bravo, et chouette récit, on s'y croirait.
Euh, et sinon, y'a pas de photos? 🤣 Ok je sors 🤭

D
David Z, le 24.04.10 09:34

😄
objectif 2012 : sous les 10h ! na !

ha oui : grand merci au frérot d'avoir tout géré !

Invité, le 24.04.10 13:48

BRAVO à tous les 3 ! ça fait rêver et ça me donnerait même envie de me mettre au ski de fond 🙂 ...

Invité, le 24.04.10 15:22

Belle perf ! On commence de suite a se préparer avec marinette et ... ?

Invité, le 24.04.10 18:54

Bravo,le record a explosé cette année avec 5h52!

moms, le 24.04.10 18:59

Bravo pour ce rêve réalisé avec un temps plus qu'honorable...
Bonne récupe à vous 3! 😉

fontra, le 25.04.10 11:20

Le CR est à la hauteur de votre performance 🙂
Tout y est, l'ambiance, le doute, le stress, l'émotion, le plaisir de l'effort et l'esprit d'équipe 🙂

Michaël, le 26.04.10 10:48

Bravo a tous les 3. Sympa le CR, ca donne bien envie d'aller se trainer la-bas.

H
HDlameije, le 27.04.10 19:30

Mais dis moi Jeroen, comment as tu fait ? 8O A 20 h tu dormais déjà si j'en crois ta photo 5 😄 Je comprends mieux les grosses sorties que tu as faites 😄 C'était dans ta tête depuis longtemps. Magnifique récit. Ta reconversion vers le journalisme est assurée 😜

J
jpc, le 10.05.10 09:57

Bravo, ce CR (que je découvre par hasard aujourd'hui 🤭 ) m'a fait vibrer, et j'imagine bien l'intensité d'émotion dans laquelle vous avez plongé. Merci

Cette sortie