ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

Sorties > Lauzière - Cheval Noir > Faim de saison, 4 massifs en guise de digestif

Faim de saison, 4 massifs en guise de digestif ⭐⭐

Massif : Lauzière - Cheval Noir
Départ : Nécuday (930 m)

Topo associé : Mont Bellacha, par le couloir N

Sommet associé : Mont Bellacha (2484 m)

Orientation : N

Dénivelé : 12000 m.
Ski : 5.1

Sortie du jeudi 01 avril 2021

billyolive

Conditions nivologiques, accès & météo

Il fait toujours beau quelque part en montagne
Etat de la route : Longue Altitude du parking : Variable
La neige est d'abord une forme de précipitations atmosphériques constituée de particules de glace ramifiées contenant de l'air qui sont la plupart du temps cristallisées et agglomérées en flocons, de structure et d'aspect très variables.

Altitude de chaussage (montée) : au départ
Altitude de déchaussage (descente) : à l’arrivée

Activité avalancheuse observée : ras

Skiabilité : 😄 Excellente

Compte rendu

Avec Des tas d’amis
Topo ma non tropo
Ça y est, le couperet est tombé
Le rayon d’action pour terminer cette belle saison de ski promettant de se réduire comme peau de chagrin, je décide de rallier une dernière fois les massifs des Bauges, de la Lauziere, du Beaufortain et de la Vanoise dans la même journée.
Après tout, Martina Valmassoi boucle 17445m en 24h, ça doit être faisable !
Seul problème, les accès et transitions entre vallées...En effet, en allant acheter mon pain, j’ai épuisé les dernières gouttes d’essence de mon Hummer H2, tout ça parce que la boulangerie est à plus de 500m...Tant pis, ce sera une sortie décarbonée! Je choisis de partir en roller, car c’est plus facile à mettre dans le sac que le vélo pour les transitions route - ski ! Obligé de partir plus tôt que l’heure légale, j’enfile ma tenue de camouflage. Un vieux pantalon déjà gore...tex et une vieille veste trouée de moniteur des Bellevilles dont on m’avait fait don. Ainsi accoutré, j’espérais tromper la maréchaussée en leur disant que j’était sans domicile fixe et qu’ainsi affublé de mes affaires sur le dos, je cherchais un abri pour finir la nuit ( j’avais pris soin de maquiller mes Blizzard zéro G 95 en Dynastar Yéti pour ne pas éveiller leurs soupçons). Mais point de képi sur ma route. Après quelques km de skating sur le goudron encore frais du regel nocturne, je dépasse le col de Tamié et rejoins rapidement l’abbaye où résonne déjà le murmure des moines trappistes dans leur psaume. Je chausse enfin les skis ( ce n’était pas annoncé mais il est tombé 80cm de poudre froide dans la nuit ici ! ). Je trace sur la route puis sur le chemin d’été en direction de Côte Favre au gré des totems sculptés et des messages gravés sur les troncs cicatrices de cette belle forêt des géants qui à tant souffert. Dépassant rapidement les sapins, le mont Blanc émerge au loin derrière la belle étoile et j’atteins le premier sommet de la journée . La descente sera extraordinaire, sauts de souches et gamelles de rigueur, dans une poudre aux airs Nippons. Mais ne traînons pas, il faut rejoindre la route de l’ébaudiaz maintenant ! La descente du col sera dantesque, et les rollers on souffert...comme je passe près de la maison, je les troque pour une paire de basket et entame la montée vers l’ébaudiaz en mode trail. C’est plutôt roulant et malgré les épingles qui réduisent mon allure, je suis rapidement de nouveau à l’œuvre dans le vallon NW sous la dent du Corbeau que je rejoins par l’arête Sud. Petite descente de la face Nord avant de remonter à la grande Lanche pour profiter des pentes nord-ouest qui sont restées poudreuses. Ça rallonge un peu mais je ne suis pas à ça près ! Repassé en mode trail, me voici traversant Albertville pour rejoindre Conflans puis le fort du mont d’où je suis le chemin d’été qui m’emmène par l’arête jusqu’au sommet de la Roche Pourrie. Petite descente jusqu’à la Bathie puis j’entame une nouvelle montée pour Lachat et le Daru. Vers la Ravoire, je profite du ruisseau pour boire un peu car j’ai oublié ma poche à eau. Je mange une amande et un raisin sec et me voici à l’assaut de ce beau couloir NW entre la Legette du Grand Mont et la pointe du Dard. Je glisse dare-dare dans le couloir, et profite de quelques belles contrepentes. Un peu entamé ( je ne suis pas François d’Haene !) je covoiture avec un randonneur matinal qui rentre à Pussy. En échange de ma dernière barre de céréales et d’une compote, il me déposera un peu plus haut au pied de la barrière de dégel à Necuday. Ici c’est le printemps...c’est parti pour 600m de portage avant de chausser enfin pour arriver au pied de la face Nord du Bellacha. Montée par le couloir en 4.3, descente par le 5.1, sur cette belle face on ne fait pas un cinq à sept en deux deux ! Comme j’ai un peu de temps devant moi, j’improvise une voile de speed riding avec un vieux K-way et deux-trois ficelles . J’ai perdu pas mal de poids et l’ascendance m’emmène par delà la pointe de combe Bronzin puis au col des Paris St Jacques où, après un court passage en glace, je rejoins la face Nord encore vierge du Rognolet jusqu’à son sommet, et boucle le retour par le classique Couloir Nord . Je rejoins un ami à Celliers, content de me récupérer parce qu’il avait monté son tandem seul jusque là...À deux, nous parvenons rapidement à Moutiers , Bozel, le Planay puis Chamberanger et une nouvelle barrière de dégel qui nous laisse de glace à la Rochette. Cette fois-ci le portage , comme notre souffle, sera court ! Une centaine de mètres et nous pouvons chausser à nouveau. Direction Plan Fournier et le refuge du grand Bec où l’on se restaure un peu avant d’attaquer la banane NW de la pointe du Creux noir dans une poudreuse de rêve !
Vous l’aurez compris aisément, ce n’était qu’un petit résumé d’une saison qui finit en queue de poisson ! Je vous souhaite à tous de pouvoir encore profiter de la nature si vous l’avez dans les 10km à la ronde, ou à défaut d’en rêver à,travers ces quelques photos...

Une goutte de sueur comme liqueur
J’entame une longue descente
Sur ta peau ruisselante
Des cristaux scintillent sur ta peau nue
De ta robe éphémère fraîchement vêtue
Tes reliefs ne sont que rondeurs
Du regard Je les caresse en douceur
Je veux te peindre à la spatule
Je veux te caresser du bâton
Fendre ton manteau profond
Sans jamais en atteindre le fond
Je navigue sur cette mer éphémère
Au gré d’une île provisoire
Épargnée par tes déferlantes
Pour ne pas y goutter l’écume
Glissant de tes trop fortes pentes

Au dessus des paris saint Jacques Au dessus des paris saint Jacques
Je bois à la santé des contributeurs Je bois à la santé des contributeurs
Quelque part sous la Grande LancheQuelque part sous la Grande Lanche
La mer qu’on voit danser sous la tournette La mer qu’on voit danser sous la tournette
Témoins de la forêt des géantsTémoins de la forêt des géants
Belle deviseBelle devise
Les bauges nipponesLes bauges nippones
Sauts de souches et gamellesSauts de souches et gamelles
La face Nord vierge du RognoletLa face Nord vierge du Rognolet
Le couloir entre la legette du grand mont et la pointe du dardLe couloir entre la legette du grand mont et la pointe du dard
Crux de montée dans le nord du BellachaCrux de montée dans le nord du Bellacha
Décollage dans la face nord du BellachaDécollage dans la face nord du Bellacha
Neige et volupté sous la Roche PourrieNeige et volupté sous la Roche Pourrie
Le creux Noir en poudre de rêve Le creux Noir en poudre de rêve

Commentaires

M
MiRo, le 01.04.21 07:52

Enneigement remarquable pour un début avril ! Belle motivation pour une sacrée bambée, récit très vivant plein d'humour, je me délecte de l'intelligence de vos mots. Merço et bravi

A
Aesclepios, le 01.04.21 07:54

Très, très (trop?) belle mise en bouche pour ce premier avril! Mais à la veille des jours qui nous attendent, le rêve n'a pas de prix... Alors, grand merci!

B
brigain, le 01.04.21 11:28

Un immense merci pour ce clin d'oeil humoristique, ça fait du bien ces jours ci !

H
HDlameije, le 01.04.21 15:30

Surtout ne te réveille pas tout de suite. Attends encore un mois 😄

T
taramont, le 02.04.21 01:23

billyolive ! je crois avoir dit déjà que vos récits nous manquent, dois-je le répéter ? vous avez inventé une haute route qui mérite de devenir une classique (dommage qu'il n'y ait qu'un 1er avril par an !)

J
jpc, le 02.04.21 08:18

🙂

Cette sortie