ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

Sorties > Chartreuse > Grande Sure "Haute Route" des Couvents - étape 1 : Chalais/Curière

Grande Sure "Haute Route" des Couvents - étape 1 : Chalais/Curière

Massif : Chartreuse
Départ : Monastère de Chalais (930 m)

Topo associé : Grande Sure, "Haute Route" des Couvents

Sommet associé : Grande Sure (1920 m)

Orientation : T

Dénivelé : 1780 m.
Ski : 3.3

Sortie du lundi 29 mars 2021

taramont, MiRo

Conditions nivologiques, accès & météo

Chartreuse radieuse - ni vent, ni nuages, ni brouillard, ni froid, ni chaud, aucun désagrément
Etat de la route : RAS Altitude du parking : 930m
Altitude de chaussage (montée) : 1700m au chalet des Bannettes (l'enneigement aurait permis de chausser 100m plus bas, mais c'était plus confortable ainsi)
Altitude de déchaussage (descente) : 1000m env (dépôt de bois de la Petite Vache) avec un déchaussage d'environ 100m un peu en amont

Activité avalancheuse observée : néant
Les descentes intéressantes ont été excellentes en neige de printemps revenue à souhait
Évidement, le portage était conséquent à la montée, mais on peut admettre que la skiabilité ne concerne que la descente. Le bémol est le final avec une neige bien trop molle et se raréfiant dans la forêt sous le Pas de la Biche (lui-même mou, mais bien tassé et encore entièrement rempli) et 100m de D- sur 2 km de portage pour arriver à Curière

Skiabilité : 😐 Correcte

Compte rendu (par taramont)


Dimanche 28/3/2021
Allo, Mr Miro ? (voix suave quasi céleste, mais avec un accent étrange)
Hein ? Oui, c'est moi, vous êtes qui ? (voix contrariée et empâtée de celui qu'on dérange dans sa torpeur post-prandiale, affalé sur le canapé de belle-maman)
Je me présente : je suis Soeur Taramont des Dominicaines de Chalais (voix fière de ses particules)

Un ange passe.

Oh ma Soeur, quelle surprise ! En quoi puis-je vous être utile, moi, simple montagnard des forêts de l'ouest chartrousin ?
Voici ce qui m'amène, mon Frère : je souhaiterais rendre visite à ma cousine cloîtrée à Curière. Je me suis ouverte de ce souhait à Mère Spatule, notre Abbesse. Oui, Spatule c'est son pseudo, son vrai nom est Cunégonde, oui, celle de Candide, vous avez des lettres Mr Miro à ce que je vois. Mère Spatule est passionnée de ski et de cuisine, je crois que vous vous entendriez bien tous les deux.
Ok, ok, on verra ça mais venez-en au fait ma Soeur, je n'ai pas que ça à faire, j'ai à digérer moi !
C'est bien, mon Frère, digérez et écoutez-moi si vous savez faire deux choses à la fois ! Mère Spatule n'est pas défavorable à mon projet de rallier Curière mais elle m'a dit : « Sœur Taramont, je vous sais moins sportive qu' intrépide, sachez que le chemin est long et, tout comme l'Eternité, surtout vers la fin, ainsi que semé d'embûches, surtout au début : le Pas de l’Âne est un diabolique chaos, la Cheminée fera fumer vos mollets de cigogne, les échelles des Passières de Charminelle sont branlantes et la vire de la Roize domine l'Enfer, le bon chemin n'est pas facile à choisir. Mais rien n'est perdu ma Soeur, j'ai entendu parler d'un certain sieur Miro bien connu pour son solide appétit, sa gouaille et ses canulars. Mais surtout, il a une aussi fine connaissance des moindres taupinières et grottes de chauve-souris du massif que moi je connais votre âme. C'est votre homme. Appelez-le de ma part. Et en me bénissant, je ne sais pas pourquoi, elle a ajouté : « Glitter and be gay ». Ah, c'est aussi dans Candide ? Décidément, Mr Miro, vous avez des lettres, on pourrait dire tout un alphabet !

Flatté par tant d'hommages, Mr Miro craqua comme aurait craqué n'importe quel homme masculinement constitué.
Rdv 6h Curière, ma Soeur.....et prenez votre plus heavy mental, on en aura bien besoin !

Soeur Taramont commença à s'inquiéter : la rando c'est comme les paroles, parfois il y en a une de trop et tout est fichu. Vendredi, elle avait senti la saison tourner quand, sombrant au plus profond, il devint justement de plus en plus difficile de tourner. Mais il fallait profiter sans plus tarder des derniers vestiges de la mystique hivernale, l'été il ne ne reste plus que les tiques.

Lundi 29/3/2021, (très) fin d'après-midi
Oh, ma Fille, tu rentres bien tard !
Oh, ma Mère, ne me grondez pas, j'ai passé une journée si magnifiquement splendide que même le Bon Dieu ne la renierait pas et je ne vous remercierai jamais assez de m'avoir confiée à Mr Miro en ce jour béni entre tous. Oui, le Seigneur avait même pris soin de suspendre un lampadaire aussi esthétique que fonctionnel au-dessus de notre Couvent, éclairant le sentier mieux que n'importe lequel de ces engins disgracieux qu'on se colle au front.

Vite, ma Fille, viens à confidences (euh, à confesse !)
Oh, ma Mère, je ne trouve plus mes mots, j'ai envie de me taire, prolonger le grand silence de là-haut.

Toi, la pipelette des neiges, n'invoque pas une excuse aussi fallacieuse : à confesse, être Avare de ses mots ajoute un péché capital à la liste de tous les autres.
Ma Mère, la curiosité n'en étant pas un, de péché capital, vous pouvez vous la permettre ! Mais en fait, je brûle d'envie de raconter.

Ah oui, l'Envie, voilà autre chose ! Et n'as-tu pas commis ce péché-là encore au cours de la journée ?
Oh ma Mère, vous me connaissez comme si vous m'aviez faite ! Bien sûr, je mourais d'envie quand j'ai vu Mr Miro enchaîner ses virages dans le 3.3 comme s'il était déchaîné ! Moi, comme 3, je ne connais que la Ste Trinité, alors j'ai suivi espérant juste arriver en-bas comme lui en 2 temps, 3 mouvements et pas en 3 morceaux.

Ah oui ? Et je parie qu'il a pris son pied et toi aussi ! La Luxure te guette, ma Fille, prend garde !
Vous ne croyez pas si bien dire, ma Mère, déjà dans la descente de Lorzier, c'était jouissif.
Surveille tes mots ma fille, on est en plein Carême !

Et à propos de Carême, ma Fille, n'as-tu pas eu des tentations de Gourmandise ?
Oh, ma Mère, vous me connaissez, je suis la tempérance même, surtout quand je n'ai ni le temps de manger ni celui de boire. Mais, dois-je l'avouer ? Au sommet de la Sure et sous l'oeil (intéressé) des choucas, Mr Miro et moi avons partagé un cake d'où s'exhalait, tentateur, un petit parfum de rhum de la Réunion. Cela s'imposait pour cette réunion au sommet à une heure où Mr Miro est habituellement en pleine digestion. La vertu de Charité exercée envers un homme dont le sac était apparemment dépourvu de ce genre de douceurs compensera ce léger écart, n'est-ce pas ma Mère ?

C'est bon, c'est bon, ma Fille, tu sais toujours retomber sur tes pieds.
Oh, ma Mère, sur mes pieds, je ne sais pas, sur mes skis oui, mais parfois sans bâton.
C'est quoi encore ceci, ma Fille ?
C'est que par Orgueil, je n'ai pas voulu faire de conversion (non, pas vers une autre religion, mais vers une autre direction, ma Mère!) et au bas de la Biche j'ai tenté un virage désespéré dans la soupe où mon bâton est resté fiché comme la cuillère dans le type de potage roboratif que vous nous faites et je me suis payé un salto avant et cassé la margoulette juste au-dessus de Mr Miro. Détournant pudiquement les yeux de ma ridicule position, il s'est juste fendu d'un laconique « c'est pourri ». Le constat était désagréablement proche de la vérité.

Ton compte n'est pas bon, ma Fille, et c'est tant mieux : tu ne t'es rendue coupable ni de Paresse ni de Colère, la Paresse parce qu'il fallait bien que tu arrives chez ta cousine, la Colère parce que ton maigre stock d'énergie ne te permet pas de le gaspiller.
Ah, ma Mère, que vous êtes compréhensive ! Le serez-vous aussi quand je vous dirai que ma cousine on l'a à peine vue, juste le temps de boire une bonne bière avec elle (à Curière, inutile de la mettre au frais!). Je la reverrai quand j'irai voir mon oncle au Monastère de la Grande Chartreuse, mais ce ne sera pas avant l'année prochaine, les chemins de la Sure n'étant plus entièrement sûrs.

le lampadaire de Chalaisle lampadaire de Chalais
aux Bannettes, examinons la situationaux Bannettes, examinons la situation
Traversée du DésertTraversée du Désert
en bas de Lorzier, examinons la suiteen bas de Lorzier, examinons la suite
descente sur Hurtières : easydescente sur Hurtières : easy
il n'y a pas que le ski, il y a aussi la beauté du vivantil n'y a pas que le ski, il y a aussi la beauté du vivant
Mais où est Soeur Taramont ? (3)Mais où est Soeur Taramont ? (3)
Mais où est Soeur Taramont ? (1)Mais où est Soeur Taramont ? (1)
Mais où est Soeur Taramont ? (2)Mais où est Soeur Taramont ? (2)
sous l'oeil des choucassous l'oeil des choucas
Soeur Taramont, êtes-vous sûre ?Soeur Taramont, êtes-vous sûre ?
De l'audace, de l'audace ; en toute occasion, de l'audace.De l'audace, de l'audace ; en toute occasion, de l'audace.
fin du couloir N/E : easyfin du couloir N/E : easy
Biche ô ma Biche, j'implore ta clémence, puissent mes spatules se croiser un peu plus basBiche ô ma Biche, j'implore ta clémence, puissent mes spatules se croiser un peu plus bas
Monastère de Chalais aux rayons du soirMonastère de Chalais aux rayons du soir

Commentaires

moumoune, le 30.03.21 08:37

Portage (plus de 700m si je calcule bien), gros dénivelé... Rien ne t'arrête! Quelle forme éblouissante!
Le récit, rédigé par MiRo et toi est prometteur.
Etape 1? Combien d'étapes au programme??

M
MiRo, le 31.03.21 09:08

Sœur Taramont ! Vous osez débiter insolemment comme parole d’Évangile certains sots bavardages que nous échangeâmes dans les coulisses de cette fastueuse traversée. Pourtant, vous le savez mieux que quiconque, les voies de la Chartreuse sont impénétrables et ses disgressions inconscientes viennent se jeter dans nos jambes comme des roquets dans un jeu de quilles, faisant jusqu'à fourcher nos spatules au milieu des Biches. Vous êtes sur la voie Sœur Taramont, celle de la profondeur dans la richesse, de la sagesse et de la science du voyage ! Les prochaines étapes seront-elles celles de l'envol divin, entre laudes et vêpres ? Ou celles des vices qui semblent encore vous effrayer, et vous ouvriraient le chemin d'abîmes insondables, vous ôtant définitivement votre titre de Sœur ? Car comme le dit le proverbe : "Bon Dieu sur Skitour, c'est un diable sur les skis" !

T
taramont, le 01.04.21 18:20

qu'ajouter d'autre ? encore merci à mon Spirituel Guide

Cette sortie