ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié
Accueil > Tous les forums > Neige & avalanches > Nivologie - Stabilisation manteau neigeux

Nivologie - Stabilisation manteau neigeux


Aller à la page : 1 2 3 Suivante

Nouveau sujet Voir tous les sujets Chercher Archives
Nicolas
- Le 26/02/2015 10:26

Bonjour,

Après avoir épluché une bonne partie de la littérature existante et suivi plusieurs formations, je n'arrive pas à trouver une réponse précise à une question :
(je précise ici que le sujet n'est pas de l'intérêt pratique ou non de la question, appelons çà de la curiosité intellectuelle ou scientifique, et j'attends donc des réponses précises avec sources!)

Il est admis (sans aucune explication scientifique) qu'il est moins dangereux de sortir quelques jours après une forte chute de neige plutôt que le lendemain (je parle bien de risque de déclenchement accidentel d'avalanche, qui représente de loin la plus grosse partie des coulées emportant des personnes).

Le manteau neigeux se "tasserait" ou se "stabiliserait" durant ces quelques jours.

Hors la nivologie indique que la transformation subie par les cristaux durant ces jours est de 2 sortes: Mécanique ou "thermique" à savoir transformation de cristaux de neige fraiche en particules reconnaissables puis en grains fins (tassement par gravité ou gradient faible aboutissant au même résultat).

Grains fins aboutissant ainsi à une augmentation de la cohésion du manteau par frittage.

Or le risque de déclenchement accidentel par un skieur semble augmenter d'après les études par la présence d'une couche fragile, et justement par la prise de cohésion de la couche supérieure.
Il me semble ainsi paradoxale de penser que ces quelques jours d'attentes après une chute de neige auraient pour effet de diminuer le risque de déclenchement de plaque. On pourrait même penser qu'il augmente avec la prise de cohésion du manteau..

Certes on peut penser que cette prise de cohésion fera baisser le risque de purge naturelle de neige sèche, mais celle-ci est beaucoup moins accidentogène, et ne peut servir de "règle générale de sécurité"

J'ai lu qu'il y aurait "stabilisation des différentes couches entre elles" sans plus d'explication. Y aurait-il un phénomène physique de "consolidation" de la couche fragile par une couche supérieure de neige fraiche ? (je n'ai jamais entendu parler d'un tel phénomène mais je suis curieux de toute étude sur le sujet)
Au plaisir de lire des réponses argumentées! 🙂

Bubu
- Le 26/02/2015 13:16

Nicolas a dit :Or le risque de déclenchement accidentel par un skieur semble augmenter d'après les études par la présence d'une couche fragile, et justement par la prise de cohésion de la couche supérieure.
Il me semble ainsi paradoxale de penser que ces quelques jours d'attentes après une chute de neige auraient pour effet de diminuer le risque de déclenchement de plaque. On pourrait même penser qu'il augmente avec la prise de cohésion du manteau..

Si tu as bien lu et écouté comment fonctionne le déclenchement d'une plaque, tu sais donc qu'il n'y a pas que la cohésion de la plaque qui entre en jeu.
révise tes cours et tu auras la réponse à ta question 🙂

novice
- Le 26/02/2015 13:44

Au plaisir de lire des réponses argumentées! 🙂
Si tu as bien lu et écouté comment fonctionne le déclenchement d'une plaque, tu sais donc qu'il n'y a pas que la cohésion de la plaque qui entre en jeu.
révise tes cours et tu auras la réponse à ta question 🙂


Si ça c'est pas de la réponse argumentée, j'y comprends plus rien !!!

tt
- Le 26/02/2015 14:41

je me souviens qu'alain duclos disait qu'il n'avait aucun accident mortel répertorié 10 jours après un épisode de neige fraiche (attention cet episode peut etre juste du transport par le vent).
Et qu'en Ecosse, le "seuil" constaté était seulement de 3 jours.

j'en sais rien, si ce n'est que, par expérience perso : au cours d'une chute, le risque est maximal. Je me souviens, au cours de chutes, de plaque partant spontanément, etc... Et quelques heures après, c'était déjà bien plus stable. Et 2-3 jours après, encore plus.

Pourquoi ? je laisse les pros, répondre, mais si la couche fragile est toujours là , j'imagine que le "tassement" permet de moins la solliciter, ou transmet moins les vibrations...

En tous cas, cette règle d'attente après les chutes est l'une des plus saines et plus simples que je connaisse en matières d'avalanches...

enpassant
- Le 26/02/2015 16:30

En tous cas, cette règle d'attente après les chutes est l'une des plus saines et plus simples que je connaisse en matières d'avalanches...

c'est sur !

Mais c'est aussi devenu la norme que de ne plus la respecter...

Appel de la poudre non tracée oblige...

Nicolas
- Le 26/02/2015 16:59

Bubu a dit :tu sais donc qu'il n'y a pas que la cohésion de la plaque qui entre en jeu.

Heureusement que je demandais des réponses précises et argumentées!
(1.Je n'ai jamais dit qu'il n'y avait que la cohésion qui entrait en jeu
2. je ne vois pas en quoi cela répond à la question)

tt: si le tassement "protégeait" la couche fragile, alors le vent aurait le meme effet en transformant les cristaux en grains fins non? or ce ne semble pas être le cas..

T
tivet
[53 posts] - Le 26/02/2015 17:02

La prise de cohésion et l'augmentation de l'épaisseur est à croiser avec l'influence du poids du skieur en profondeur, une cinquantaine de centimètres à priori en moyenne.
En somme, les fragilités du début de saison sont donc "sédimentées" dans le manteau et beaucoup moins sensibles au déclenchement.
Cela ne veut pas dire qu'elle ne le sont plus. La chute de corniches par exemple peuvent mobiliser ces couches fragiles. (ex: accident de la combe du Pra d'avril 1987).

tt
- Le 26/02/2015 17:14

enpassant a dit : En tous cas, cette règle d'attente après les chutes est l'une des plus saines et plus simples que je connaisse en matières d'avalanches...

c'est sur !

Mais c'est aussi devenu la norme que de ne plus la respecter...

Appel de la poudre non tracée oblige...



Oui, et non. Aujourd"hui en Belledonne rien de tracé à part les classiques, faut dire que vu certaines accus ca donnait pas envie.

senhal
- Le 26/02/2015 17:55

Bubu a dit :Si tu as bien lu et écouté comment fonctionne le déclenchement d'une plaque, tu sais donc qu'il n'y a pas que la cohésion de la plaque qui entre en jeu.
révise tes cours et tu auras la réponse à ta question 🙂


Soit tu souhaites répondre et tu le fais clairement soit tu ne veux pas répondre et dans ce cas et bien tu ne dis rien. Pourquoi rester vague et adopter ce ton méprisant?

neness
- Le 26/02/2015 18:47

Si ça continue moi je randonne plus ça fout les j'tons tout ça !! 🤣 🤣

Maki
[673 posts] - Le 26/02/2015 19:12

Nicolas a dit :Au plaisir de lire des réponses argumentées!

Tu va peut être trouver des éclaircies ici:
http://prezi.com/00wimfxge40m/avalanche-part-previsible/

En gros il y des couches fragiles temporaires qui se forment pendant la chute ou le transport par le vent et peuvent rendre instable la neige récente. Ces couches durent assez peu, donc en général au but de quelque jour le risque est moindre.

En plus les couches nouvelles causent un surcharge qui peut causer l'effondrement de la couche fragile existante. Les premiers jours tu as des départ spontanées, après c'est plus rare car ce que devait partir est parti.

gillou73
- Le 26/02/2015 19:21

Nicolas a dit :tt: si le tassement "protégeait" la couche fragile, alors le vent aurait le meme effet en transformant les cristaux en grains fins non? or ce ne semble pas être le cas..

D'après ce que je comprend les grains anguleux de créés par fort gradients (faces planes, gobelts...). Sont dans un état thermodynamique stable une fois formé et sont même responsables de pas mal d'avalanches de printemps. Ca m'étonnerait vraiment qu'ils puissent se retransformer en grains fins par "tassement".

Je ne suis pas sur mais je pense que quand on parle de tassement c'est avant tout une prise de cohésion de couches au dessus de ces potentielles couches fragiles qui "isoles" ces dernières et rend plus difficile de les solliciter ou de propager une fissure.
Au printemps souvent dans les faces "froides" le réchauffement peut déstabiliser ces couches superficielles qui peuvent être mobilisées et découvrir ces couches fragiles enfouies depuis des mois.
Parfois aussi par périodes de grand froids et de faible épaisseur on peu avoir métamorphoses de fort gradient des couches superficielles qui peuvent donner des couches de faibles cohésion (grains anguleux) moins favorable à la propagation de la fissure.

Enfin voilà je sais pas si c'est juste mais ca m'intérresse aussi d'échanger là dessus 🙂

Maki
[673 posts] - Le 26/02/2015 19:31

gillou73 a dit :D'après ce que je comprend les grains anguleux de créés par fort gradients (faces planes, gobelts...). Sont dans un état thermodynamique stable une fois formé et sont même responsables de pas mal d'avalanches de printemps. Ca m'étonnerait vraiment qu'ils puissent se retransformer en grains fins par "tassement".

Les gobelets sont un stade final et irréversible, les faces planes peuvent evoluer en grains fins par faible gradient.

A
alpaga
[364 posts] - Le 26/02/2015 19:46

quand vous descendez 1000 m, vous faites des sondages tous les 100 m? 🤢 🤢 🤢

gillou73
- Le 26/02/2015 19:50

alpaga a dit :quand vous descendez 1000 m, vous faites des sondages tous les 100 m?

NOn on carotte tous les 10m 😄 .
Par contre sans déconner connaître un peu l'histoire du manteau et gratouiller de temps à autres ça fait pas de mal 🙂.

Aller à la page : 1 2 3 Suivante

Connectez-vous pour poster