ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

Sorties > Grand Paradis > Grand Paradis, Raid Grand Paradis depuis Val d'Isère

Grand Paradis, Raid Grand Paradis depuis Val d'Isère

Massif : Grand Paradis


Topo associé : Grand Paradis, Raid Grand Paradis depuis Val d'Isère

Sommet associé : Grand Paradis (4061 m)

Orientation : T

Dénivelé : 6000 m.
Ski : 4.2

Sortie du mardi 16 avril 2019

cocok2, Etiennne

Conditions nivologiques, accès & météo

grand beau jusqu'au retour au refuge Victor Emmanuel
Etat de la route : Noire Altitude du parking : 1900m
Altitude de chaussage (montée) : 1900m
Altitude de déchaussage (descente) : 1900m

Activité avalancheuse observée : Une petite plaque sous le col de bassagne

LieuAlt.Ori.HeureQté.TypeCom.
col de bassagne3200NtardPoudre tasséejour blanc donc difficile à skier
ver le colle di nivoletta3100NE10hPoudreénorme poudre 5*
colle di nivoletta3100E11hMoquetteBon par endroits 3-4*
grand paradis4000-3500W10hTrafoléeben y a du passage quoi 3-4*
grand paradis3500-3000NW11hPoudrepentes sans traces énormes 5*
col de la pointe fourà3000W17hPoudre tasséepas faits un virage à cause du brouillard

Skiabilité : 🙂 Bonne

Compte rendu (par cocok2)

Avec Loïc
Val d'isère - col de bassagne - refuge benevolo - col nivoletta - pont - refuge victor emmanuel - grand paradis - col de la pointe fourà - refuge chivasso - colle del nivolet - pont
Alors pour cette sortie, j'avais dit à Titi que je voulais aller en altitude! En plus les conditions ont l'air bonnes! J'étais au Pelvoux deux semaines en arrière et l'altitude me convenait bien! C'est peut-être lié à l'éloignement de tout! Je ne sais pas du tout.
Bref nous voilà en tout cas repartis pour une belle partie de stop pour monter à Val d'Isère où on arrive bien sur à des heures totalement différentes. C'est finalement à 16h que l'on décolle de Val d'Isère avec pour projet de monter à la Galise pour ensuite descendre au refuge Chivasso.
Arrivés à l'entrée des gorges, des skieurs nous disent paniqués que le refuge est fermés et qu'il faut pas y aller! "à bon? Vous êtes sûrs? Il n'y à même pas de local hiver?" Ah oui, ils nous répétaient que le refuge était bien fermé! Bon, Qu'est-ce qu'on fait? on regarde la carte et, tiens il y a le refuge Benevolo aussi qui est un peu désaxé mais bon ça passe. Je suis le seul des 3 qui parle à peu près anglais donc c'est moi qui appelle alors que les deux autres sont en terminale LV2 Italien! Ouf, il reste 3 places! Par contre, on dirait qu'ils n'ont jamais entendu parler du hors sac!
On se dirige donc vers le vallon Tenn de Rhême pour passer le col de Bassagne! Le moment où on passe au pied de la pointe de Bazel est juste incroyable! Une grande voie parfaitement équipée de 18 longueurs dans le 5C passe en plein dans le pillier... Le rêve pour moi!!
On arrive à la tombée de la nuit au refuge et va falloir s'y habituer car ce sera le cas tous les soirs! Comme je le disais, le refuge ne semble pas être habitué aux jeunes qui n'ont pas l'argent de se payer à manger au refuge et qui sont en hors sac! Au moment où je demande à la gardienne où est-ce que nous pouvons nous mettre pour le réchaud et faire à manger? Elle me regarde avec un regard vide et d'incompréhension! Au final chaque proposition que je faisais était justifié d'un pauvre "non" avec le même regard vide! C'est donc dans le froid glacial de la nuit et du vent que nous faisons cuire nos pâtes en grelotant comme des fous!

Après avoir quand même passé une très bonne nuit, on repart vers les 7h du matin. On avait prévu de passer par le col de Grand Vaudalaz mais, je sais pas pourquoi, on s'est enfoncé beaucoup trop loin dans le vallon et sans vraiment s'en rendre compte, on s'est retrouvé au point coté 3138 juste sous la Punta Bousson, sur le glacier de fond! Mais bon, ce détour à été récompensée d'une descente de 200m dans une poudre de dingue (photo 11). Dans la remontée au col Nivoletta, Loic a un énorme coup de barre et n'arrive plus à avancer! On prend donc la décision de se séparer. J'étais plutôt en forme, donc je devais monter au col Basei pour redescendre au refuge Chivasso afin de vérifier si le refuge était vraiment fermé parce que ça nous semblait bizarre quand même. Après, je devais traverser le long plat de plus de 5km pour arriver en haut de la descente sur Pont, où les deux autres m'attendraient! Eux, devaient passer le col Nivoletta et descendre, tout en traversant pour arriver en haut de la descente sur Pont! Sur la carte c'est la croix de l'Arroley! Loïc aurait le temps de se reposer un peut le temps que je les rejoigne et il évitait le long plat! ça nous semblait un bon plan! Je pars donc à fond, motivé, pour ne pas perdre trop de temps et être le plus efficace possible! Sur notre carte pourri ça avait l'air d'assez bien descendre derrière le col Basei! Je me suis retrouvé sur des pentes salement raides au dessus de barres de 200m complétement infranchissables! En contournant ces barres, assez loin par le N ça passait bien mais j'ai eu un petit coup de frayeur sur le moment! J'arrive donc à Chivasso qui était, devinez quoi, ouvert... Un beau petit local d'hiver, sommaire, mais avec tout ce qui faut en lits et couvertures! Je repars directement sur le long plat qui est, certes, long mais pas moins beau! Arrivé à l'endroit où je devais retrouver les autres, personne... J'attends, personne... Bordel mais ils sont où? Et puis là ça cogite dans la tête! Ils étaient censés être là depuis un moment, en plus, là où je suis, on devrait les voir longtemps avant qu'ils arrivent! Je suis seul, dans un endroit que je ne connais absolument pas, sans carte, avec un téléphone qui perd la batterie à vue d’œil, sans réseau! L'heure passe, dans quelque heures il fait nuit! J'ai eu le temps de me faire tous les pires scénarios dans la tête! C'est horrible comme sensation! Eux aussi ont dû se retrouver en haut de cette grande barre de rochers. Vu l'état de Loïc il a peut-être glissé et est tombé. Titi doit être en train de chercher en désespoir son cadavre à moins qu'il ne soit tombé avec! Je sais pas quoi faire! Est-ce que je descend à Pont, chercher du secours? il n'y à peut-être personne vu l'heure... Est-ce que je retourne les chercher avant la tombée de la nuit? et si je ne les retrouve pas je dors au refuge pour les chercher le lendemain. Ou je descend chercher les secours... ça doit faire 2 bonnes heures que je les attends!
Au moment où j'ai décidé de retourner les chercher, j'aperçois au loin, 2 skieurs qui arrivent vers moi à toute vitesse! ça ne peut être qu'eux! Je me souviens du sentiment de soulagement qui m'a envahi à cet instant! Ce battement profond du cœur qui s'accélère mais qui s'affaisse en même temps! C'est très étrange! Je n'ai jamais été aussi heureux de les voir!
En fait, Loïc était vraiment mort et, apparemment, avançait à 50m/h. Franchement il à été solide de tenir! Il ne s'est absolument pas plaint et il a donné tout ce qu'il pouvait! De nouveau réunis, on descend à Pont où Loïc a mangé un bon coup. Vu ce qui s'était passé, on s'est dit que ça allait être compliqué pour Loïc de monter au Grand Paradis demain! Il allait juste monter au refuge et bien se reposer. De nouveau, j'ai été envoyé en avant pour préparer à manger au refuge le temps qu'ils arrivent! Mais, bordel Il va vite Loïc! Le voila avec Titi à coté de moi en discutant! C'est moi qui vais aller moins vite maintenant! C'est là, je pense, qu'on a découvert la violence d'une fringale! On arrive tous les 3 ensemble au refuge avec le dernier rayon de soleil! On est complètement éclaté de cette journée! Je me souviens de la douleur en montant les escaliers du refuge et la bonne nouvelle est que Loïc va pouvoir venir avec nous demain!! Cette fois-ci on a pu se faire à manger à l'intérieur et une fois au lit, je me suis endormi instantanément!!

Cette nuit de sommeil nous à vraiment fait du bien et on part de bonne heure direction mon premier 4000m. On est parti environ 30min avant tous le monde pour ne pas avoir toute la foule! il fait sacrément froid, j'ai du secouer mes mains tout le long de la montée jusqu'au col! On avance doucement mais surement! Le rythme lent qu'on à adoptés était nickel pour ne pas se fatiguer, et surtout, je ne pense pas qu'on aurait pu aller plus vite! Petit à petit, le jour se lève et on découvre peu à peu, le paysage grandiose qui nous entoure. Le Mont Blanc avec le majestueux versant du Freney nous regarde de loin avec, à son pied, une grande mer de nuages qui s'étend sur toutes les Alpes! On continue de monter, on arrive en face du grand sérac où le premier rayon de soleil vient doucement nous réchauffer. Oh, le col est tout proche, au bout d'un moment, Titi me signale de derrière qu'on est à la barre des 4000m! ça n'a beau être qu'une ligne imaginaire qui ne veut absolument rien dire, ça m'a fait quelque chose quand même! On arrive les premiers au col, à 4030, et on découvre de plein fouet, la vue sur le Cervin et les 4000 avoisinants avec la même mer de nuages qui bouche tout ce qui n'est pas au moins à 3700m! Derrière nous, les sommets qu'on connait bien comme la Grande Casse dépassent tout juste! La courte arête qui mène au sommet est ultra facile et équipée pour se protéger mais qu'est-ce qu'elle est belle... C'est avec une barbichette de glace que la madone nous accueille au sommet. Tout est silencieux, il n'y a pas de vent, pas un bruit et il ne fait plus froid! C'est étrange quand même, tout ce qu'on est capable d'encaisser, juste pour ces instants au sommet! Le départ de Val d'Isère nous semble tellement loin! Au bout d'un moment, on décide de repartir car la journée est loin d'être finie! Quelque uns sont arrivés au col et commencent à attaquer l’arête! Une magnifique descente nous attends! Titi à repéré quelques pentes vierges remplies de poudre dans la montée! A 4000m, mon cardio en prends un coup à skier à fond bordel! Et Loïc a un petit mal de crâne, C'est le bon moment pour descendre!
Arrivés au refuge, on s'autorise à prendre une assiette de pâtes bolo pour reprendre des forces avant de continuer vers le refuge Chivasso!
Une mer de nuages, c'est beau au dessus, mais dedans, c'est franchement pas cool! On y voyait vraiment pas à deux mètres! D'habitude, pour nous, quand on est en montagne, la "mission" est de faire ce qui est prévu et si ça fait pas, ben pas grave, tant pis on descend et on rentre chez nous, on fait demi-tour et on reviendra! Là, pour la première fois, ce n'était pas le cas! Enfoncés dans le brouillard à patauger dans la mouise, la "mission" était: rentrer chez nous, en France, à la maison! On ne pouvait pas simplement faire demi-tour et dire tant pis on reviendra! Là, la mission était: rentrer chez nous!
Du refuge, on à pris plein sud pour passer le col de la pointe Fourà mais plus on avançait, moins on était sur de l'endroit où on était et les pentes avaient l'air de plus en plus craignos! Je savais et je pense qu'on le savait tous, que si il se passait le moindre truc, ça pouvait vraiment mal se terminer! C'est fou comme on se sent vulnérable dans ces moments-là! On perd totalement le sens du temps! ça pouvait faire 1h qu'on était partis du refuge ou 5h, je n'en avait aucune idée! Petit à petit, on avance dans ce qui me semblait être la bonne direction quand Titi me crie de derrière que c'est pas par là et qu'on s'est trompés... Merde! là, si on est perdu, c'est vraiment la merde! Du moins c'est le sentiment que j'avais! A cet instant, et ça je m'en souviendrait toute ma vie, je vois une minuscule trouée de ciel bleu avec un petit col blanc qui ressort des nuages! ça à duré peut-être 5 ou 10 secondes mais cet instant était magique! C’était notre col et il semblait tout proche! Bon il n'était pas tout proche et on à eu quelque surprises en chemin mais on était au bon endroit! Dans la descente de l'autre coté, on n'a pas fait un virage! On est restés groupés au maximum pour traverser le plus possible et rejoindre Chivasso! Plus on descendait, mieux on voyait et on à vu le refuge d'assez loin! On a aussi vu que, encore une fois, la nuit était toute proche! C'était une sacrée journée encore! On s'y attendait, les nuits dans les refuges non gardés en hiver ne sont pas très chaudes mais bon, ça passe bien!


Le lendemain, on est parti avec toujours la même mission en tête: rentrer à la maison! On savait que une fois passé le col de la Lose, c'était gagné! Mais ça n'a pas été si simple! On n'y voyait toujours rien et on s'est très vite perdu dans le brouillard et on a perdu des heures à tourner en rond! Après plusieurs échecs, on s'est retrouvé au Colle del Nivolet juste au dessus du refuge à ne plus trop savoir par où aborder le col! Oh les nuages montent un tout petit peu! Mais tout ce qu'on voit sont des grandes barres de rocher avec des petits couloirs raides encaissés! Vu les conditions je ne me sentais vraiment pas de m'engager là dedans! On était donc au col del Nivolet avec deux options! Soit on descend au Nord-Est vers Aoste, soit au Sud-Est vers Turin! On avait totalement abandonné l'idée de regagner Val d'Isère! Alors, Aoste ou Turin? On a opté pour aller en direction d'Aoste parce qu'on connaissait le coin mais il fallait se dépêcher par ce que ceux qui avaient tenté le Grand Paradis ce jour, devaient être en train de descendre sur Pont et si on se retrouvait trop tard à Pont, il n'y aurait plus personne pour nous descendre en stop! On y va donc à fond sur le long plat que j'avais déjà traversé deux jours auparavant! On connaissait désormais la descente dans la forêt donc on a pu vraiment y aller comme des attardés! On arrive à Pont où au bout d'une heure, 3 allemands nous ont pris dans 3 voitures différentes jusqu'à Villeneuve! Un grand merci à eux! De là, il faut juste remonter à Courmayeur, passer le tunnel du Mont Blanc et on aurait réussi! On a été plutôt vite pris pour Courmayeur, dans une toute petite Fiat rouge entassés les uns sur les autres! C'est là qu'on a appris que la cathédrale Nôtre Dame avait brulé il y a de ça trois jours! Une fois arrivés à Courmayeur, impossible de se faire prendre! On a dû y passer 3 heures! Au final, on a décidé de rejoindre l'entrée du tunnel pour faire du stop mais on n'a pas trouvé d'accès piétons! Du coup on a du passer au dessus des grillages et des murs du tunnel! Avec nos skis, ça devait être plutôt drôle à voir! Une fois là-bas, on a vite été pris et le gentil monsieur nous a posé à la gare de Sallanches! Les contrôleurs ont étés très gentils aussi car on n'a pas pu prendre de billet et ils nous ont laissés tranquille! On a couru un peu pour chopper le dernier bus qui allait de Annecy à Chambéry et on avait définitivement fini!
Ces 4 jours auront étés vraiment incroyables! Je suis désolé Loïc, on t'en aura vraiment fait baver mais t'a été très solide jusqu'au bout! Je ne sais pas pourquoi, mais un mot m'est vraiment resté dans la tête après ces 4 jours: Violent!

Départ de Val d'IsèreDépart de Val d'Isère
Sous le pilier de BazelSous le pilier de Bazel
Dans le tenn de rhêmmeDans le tenn de rhêmme
Au col avant de descendre sur BenevoloAu col avant de descendre sur Benevolo
Le refuge BenevoloLe refuge Benevolo
MagnifiqueMagnifique
Après la petite erreur d'itinéraire Après la petite erreur d'itinéraire
Le grand paradisLe grand paradis
Grand ParadisGrand Paradis
On repart de PontOn repart de Pont
On y est presqueOn y est presque
Le Ciasforon magique au coucher du soleilLe Ciasforon magique au coucher du soleil
Départ dans la nuitDépart dans la nuit
C'est la Grivola?C'est la Grivola?
Le mont blancLe mont blanc
Les premiers rayon du soleils pour nousLes premiers rayon du soleils pour nous
On se rapprocheOn se rapproche
SublimeSublime
Et la petite arêteEt la petite arête
Au sommetAu sommet
Avec une mer de nuagesAvec une mer de nuages
devant le gros séracdevant le gros sérac
Perdus dans le BrouillardPerdus dans le Brouillard
Des heures plus tard, au col!Des heures plus tard, au col!
Dans la dernière descente sur PontDans la dernière descente sur Pont

Commentaires

Cette sortie