ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

Sorties > Belledonne > La Grande Valloire aux trois miroirs

La Grande Valloire aux trois miroirs ⭐⭐⭐

Massif : Belledonne
Départ : Le Grand Thiervoz (Le Cley) (998 m)

Topo associé : Col de la Valloire, versant SW

Sommet associé : Col de la Valloire (2751 m)

Orientation : SW

Dénivelé : 1753 m.
Ski : 2.2

Sortie du lundi 02 mai 2022

taramont

Conditions nivologiques, accès & météo

Météo/températures : frais le matin mais vite chaud, voire très chaud dans la combe finale - pas de vent - nuages bourgeonnants en fin de matinée entrainant un léger jour blanc pour la partie supérieure de la descente
Conditions d'accès/altitude du parking : RAS - 998m

Altitude de chaussage/déchaussage :
chaussage à 1823m au niveau de la passerelle - j'aurais pu chausser plus tôt : une langue de neige bien large descend encore en rive G jusqu'à 1700m mais d'en-bas je ne voyais pas si elle était continue, donc j'ai préféré monter à sec par le sentier jusqu'au niveau de la passerelle ; il vaut d'ailleurs mieux faire ainsi car la langue de neige vous amène haut et vous conduit à faire une traversée désagréable par neige dure
déchaussage à 1700m à côté du sentier
Conditions pour le ski : très bon regel nocturne ; neige velours du haut en bas sur 1030m avec juste un court déchaussage dans les myrtilliers parce que j'étais descendue un peu trop à D - ce qui a été skié était excellent mais bien sûr il y a eu les 800m de portage à la montée et 700m à la descente....

Activité avalancheuse : RAS pendant la course

Skiabilité : 🙂 Bonne

Compte rendu

Pour être honnête, je dois dire qu'en ce 2/5/2022, les miroirs étaient sans tain. Mais il me plaît d'imaginer les 3 lacs successifs libérés de la neige et de la glace, prêts à tous les usages frivoles que voudront en faire les fées de l'été et les bouquetins aussi, bien entendu.

En préambule, je dois dire aussi que ce genre de sortie, je ne peux (et ne veux) les faire que seule. Il y a un cheminement quasi initiatique de l'obscurité de la nuit à la clarté aveuglante d'un jour éclatant de mai. Il y a un élan vers la solitude amie qu'on est quasi sûr d'y trouver, même si comme aujourd'hui une autre âme (mais avec chien!) avait visiblement eu la même aspiration. Et puis, surtout, il y a ce minimum de 500m de portage qu'on pouvait facilement escompter sous-estimé en ce moment. Qui donc est intéressé par ce genre de chose ? Même – et surtout – les sportifs les plus affûtés tordent le nez à cette idée même si on leur promet que là-haut c'est le jardin d'Eden, le paradis d' Allah et celui de Dante réunis. Et pourtant, on est proche de la vérité. Là-haut règne l'oeuvre de lumière, la neige de panne de velours et les grandes sentinelles de pierre : c'est le paradis des addicts de ski ET de montagne.

Racines  : ce monde-là a des racines

Déjà un petit frémissement dans l'obscurité et, bien vite, le timide réveil des oiseaux. On est comme soulagé : une fois de plus, le jour n'oubliera pas de se lever. On commence à distinguer le chemin sans le faisceau de la lampe. On prend racine. On prend la racine de ce massif taillé pour la marche comme pour le ski. Sous nos pieds, un entrelacs généreux de racines de résineux. La progression sur cet escalier naturel est aisée. Il nous mènera sans peine (le Ruisseau Perdu ne pose aucun problème aujourd'hui) jusqu'à la limite arborée. Là, s'ouvre un paysage vaste et intime à la fois où la neige tient toujours le terrain.

L'autre : nous étions deux à espérer un shoot de solitude (du moins je le suppose) ; l'autre randonneur était accompagné de Zazie sa chienne ; ne me demandez pas de quelle marque elle était, je n'y connais rien en chiens ; mais elle ne divaguait pas, suivait fidèlement son maître lequel paru tout étonné de trouver quelqu'un marchant encore moins vite que lui ; il sera peut-être rentré rassuré, qui sait ?

Lac Blanc : clarté sereine

Il est niché au débouché du premier vallon. Pour le moment, on devine son emplacement plus qu'on ne le voit. Il est à la fois arrivée et départ. Arrivée du premier vallon, départ d'un nouveau ressaut, autre orientation

Lac Noir : les yeux fermés des étoiles

Il ne trône pas au milieu du vallon, lui. Il est serré contre la muraille. Le soleil du matin n'est pas pour lui. On l'imagine bien sombre et froid même au plein de l'été

Lac Glacé : couleur des tropiques cernée de glace

Plus pressé que les autres pour se dénuder, peut-être plus cabotin. Se sait admiré. Quand on l'aperçoit, on croit avoir trouvé un trésor. C'en est un.

Le Col

Encore quelques ressauts, le corps renâcle, la sueur noie les yeux. Et voici le col bordé par des géants : le Puy Gris et la Pointe de Comberousse. Tout autour, les nuées s'accumulent et brouillent l'azur. Les reliefs ne sont plus diaprés par la réverbération mais comme matifiés.

On est là et on voudrait y rester. Ce n'est pas possible. S'éterniser serait compromettre la descente. Hors de question. Un dernier regard et je m'élance. Tout est parfait à part cette lumière tamisée. Mais on s'y fait vite. Les virages s'enchaînent, faciles, sans rencontrer aucun obstacle. Le souffle suit le mouvement ou l'inverse, je ne sais pas. Mille mètres de bonheur intense dans un temps infiniment court. On sait pourquoi on est venu. Il suffit de choisir le bon jour et jamais ce lieu ne décevra.

« Rien n'aura eu lieu que le lieu » Mallarmé



Itinéraire suivi : topo - 14,4km

les racines mènent au ciel
les racines mènent au ciel
du côté du Pleynet
du côté du Pleynet
givrée aussi
givrée aussi
verrou avant le Lac Blanc
verrou avant le Lac Blanc
arrivée au lac Blanc ; au fond le col d'Arguille
arrivée au lac Blanc ; au fond le col d'Arguille
Zazie devant le Rocher d'Arguille
Zazie devant le Rocher d'Arguille
vue sur le Lac Noir (au centre)
vue sur le Lac Noir (au centre)
Le Lac Glacé
Le Lac Glacé
derniers vallonnements avant le Col
derniers vallonnements avant le Col
vue du col sur le Vallon de la Grande Valloire
vue du col sur le Vallon de la Grande Valloire
Puy Gris
Puy Gris
le Charmet de l'Aiguille
le Charmet de l'Aiguille
Crête du Lac Noir
Crête du Lac Noir
tjrs le Lac Glacé
tjrs le Lac Glacé
le culot d'avalanche du Ruisseau Perdu à traverser(l'autre - car il y en a 2 généralement - a fondu)
le culot d'avalanche du Ruisseau Perdu à traverser(l'autre - car il y en a 2 généralement - a fondu)
dorine à feuilles opposées
dorine à feuilles opposées
oxalis
oxalis

Commentaires

R
Rémo Barbaruli, le 03.05.22 06:57

Mais mais mais…? Que n’être allée visiter le lac de la folle ? 🙄

J
Jluc38, le 03.05.22 07:57

Très jolie sortie. Bien vu !

P
p1p1, le 03.05.22 08:00

Je dois aimer le ski ET la montagne 🙂😉

M
marind, le 03.05.22 08:54

Bonjour je suis le maître de Zazie! Faux skitourien je ne rédige jamais mes randos
Je partage sans réserve toutes vos sensations et émotions et le fait que j’avance un peu plus vite nous a permis rapidement de nous croire « seul(e) au monde »!
A une autre fois peut-être 

T
titoutim, le 03.05.22 09:03

Très joli retour, sobre, évocateur, poétique...

H
HDlameije, le 03.05.22 09:07

Quel dénivelé !!! et toujours le même amour de la montagne 😊 +1 avec p1p1

M
marind, le 03.05.22 09:26

Zazie est une »Bergere des Pyrénées « !
Seul, avec elle mes 79 ans sont un peu rassurés…quand je m’arrête, elle vient me faire une lechouille dans l’oreille alors je repars… elle contrarie beaucoup les marmottes mais n’en a encore jamais attrapé! Elle est libre dans la montagne et sa liberté me plait nous sommes deux à être heureux 

M
maxime38, le 03.05.22 13:59

L'euphorbe est en fait Chrysosplenium oppositifolium ;)

J
jpc, le 03.05.22 18:43

Le lac de la Folle est réservé aux givrées, non ?
Et la Crise au spleen —avec ou sans opium— n'est-elle pas une forme d'opposition à la folie ?

JulBont, le 04.05.22 11:13

On profite de ces petits moments de bonheur intense avec vous, merci !
C'est un vallon que vous affectionnez particulièrement... Comme je vous comprends. ;-)

Ev, le 04.05.22 20:23

Magnifique !

T
taramont, le 04.05.22 23:20

grand merci à vous tous qui avez été séduits par la beauté de ces lieux, vous êtes sûrement de ceux qui aiment le ski ET la montagne
@Rémo Barbaruli et jpc : le Lac de la Folle, celui que vous sous-entendez (perfidement mais combien réalistement) me correspondre parfaitement, j'en parlerai une autre fois ; il aurait fallut que je stoppe à mi-parcours, ce qui aurait nuit à ma griserie et hypothéqué la qualité de la 2e partie de la descente ; il est des choix difficiles dans la vie
@maxime38 : merci pour le Chrysosplenium oppositifolium,autrement dit la Dorine à feuilles opposées, je rectifie la légende, merci de combler mes lacunes en botanique et d'avoir permis à jpc son jeu de mot tordu mais, reconnaissons-le, bien trouvé
@Julbont : un homme qui me comprend ! est-ce possible ? ceci dit vous vous souvenez sans doute que c'est vous le responsable de mon égale affection pour le vallon voisin....
@marind : toutes mes félicitations pour votre brillante longévité alpine ! j'ai un peu pensé que ça pouvait être vous qui m'aviez fait un aimable commentaire à l'occasion de la folle nuit de la Fouetterie en janvier 2019 - bonne fin de saison à vous et bien des choses à Zazie

Cette sortie