ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié
Accueil > Tous les forums > Neige & avalanches > sauvetage durant une avalanche

sauvetage durant une avalanche


Aller à la page : Précédente 1 2 3 Suivante

Nouveau sujet Voir tous les sujets Chercher Archives
simboula
- Le 18/11/2018 21:06

....ne prendS pas peur...mouarf...les profs d'opérette 😄

Doublegui
- Le 19/11/2018 15:10

Bonjour,

Pourquoi pas...
En tout cas, il est de bon ton de vouloir penser, imaginer, étudier, tester différentes solutions, alternatives, même si cela peut paraître farfelu ou 'impossible' au départ. A plusieurs reprises, c'est comme cela que des découvertes intéressantes ont été faites.

Pour la question du déclenchement d'un tel drone, je ne suis pas très convaincu par sa relation avec le bruit : je suggere plutôt que ce soit le skieur qui le déclenche lui-même, en appuyant sur un bouton à portée de main (un peu à la façon d'une poignée de sac AirBag).

Bonne étude et recherche.

T
tim1713
[24 posts] - Le 19/11/2018 15:36

Oui effectivement le déclenchement au bruit semble peu fiable. Il vaut mieux une poignée de déclenchement.
Attention aux conflits avec le sac airbag (deux poignées concurrentes, plateforme du drône gênante pour le déploiement de l'airbag, etc.)

Pour un TPE vous avez une belle partie étude documentaire si vous vous penchez sur les avalanches et la sécurité.
En revanche la partie prototypage me paraît complexe pour un projet lycée. Cela dit c'est faisable. Vous êtes peut-être en avance sur votre programme scolaire... L'idée a déjà été évoquée par ci par là si vous voulez regarder :

http://www.skitour.fr/forum/read_260090_2.html

https://www.youtube.com/watch?v=bhbBJUlUMG4

Enfin pour ce qui est de la fiabilité, je préfère avoir un pote avec un DVA !

Bouquetin
- Le 19/11/2018 15:49

L'intention est très bonne . Le drône sur le sac à dos me semble assez complexe à gérer pour une éventuelle efficacité mais par contre cela peut être un outil complémentaire pour les secours.Je te conseille de te rapprocher du PGHM .
Bon courage

Nicom
- Le 19/11/2018 16:07

Bouquetin a dit :Le drône sur le sac à dos
autant le mettre sur le casque...comme ça on aura tous des têtes de c..s 😄

un prof...esseur
- Le 19/11/2018 18:42

Présenté comme cela, il semblerait que ce soit (encore) un projet pour lequel les élèves concernés n'ont pas le bagage technique ni de solides connaissances....et seront condamnés à produire un exposé superficiel.

Pensez-vous donc en terminale on peut (faire semblant de) faire le travail d'une équipe de R&D aguerrie?

(Cela dit comme souvent la problématique de la recherche n'est pas clairement exposée...)

Alors puisqu'il ne s'agit pas de démolir mais de donner des conseils:

1) Un exposé doit répondre à une problématique (Il doit apporter des connaissances, sinon des solutions, par rapport à un problème posé et contextualisé). Il ne s'agit pas de faire un catalogue de drones ou de solutions techniques rapidement survolées (c'est le cas de le dire).

2) L'exposé doit mettre en valeur les connaissances de l'élève (si possible les connaissances abordées en classe, il ne s'agit pas de réinventer l'eau tiède). A défaut il mettra en valeur l'ignorance de l'élève ce qui n'est pas le but.
Il ne suffit pas de se jeter sur le dernier outil à la mode et de le mêler à son hobby préféré pour faire un bon TPE. (Je sais cela ne fait pas plaisir à entendre, de plus, par expérience professionnelle je ne peux constater qu'à regret le faible nombre de collègues qui (pour de multiples raisons) le diront en des termes aussi tranchants que je ne fais ici.)

3) Ce qui est exposé doit être maitrisé. C'est important.

Conclusion: une démarche constructive c'est de chercher dans les disciplines concernées par votre TPE ce que vous avez appris et qui pourrait éventuellement permettre de répondre à une problématique autour des avalanches, de la neige ou du ski.


Exemple: (Je ne sais pas en quelle filière se trouve mathis) Faire une étude énergétique simplifiée pour une avalanche (Energie potentielle, calcul de l'énergie cinétique mise en oeuvre dans une avalanche de plaque). En comparer son ordre de grandeur avec des accidents plus communément connus pour faire de la prévention . Exposer le mécanisme de formation d'un plaque (frittage, cohésion des matériaux), d'une avalanche de fonte.

On peut aussi revenir sur les règles trigonométriques de base qui enflamment skitour chaque hiver pour pouvoir estimer la pente.

On peut étudier le mécanisme biologique de défense face au froid...

S'intéresser au volume nécessaire d'un airbag pour faire remonter un corps en surface...

S'intéresser au marketing et l'image du risque qu'il induit (typiquement ici pour ce fil un risque= un marché potentiel= un produit).

Bref, on peut faire plein de choses, mais si l'on veut réellement les faire et non pas en parler il faut humblement se plonger dans ses cours, en discuter avec ses professeurs (surtout si on a besoin de connaissances légèrement hors programmes ils pourront faire le tri entre ce qui est abordable et ce qui ne l'est pas).


Voilà voilà...

C
casscroot
[412 posts] - Le 19/11/2018 19:47

Salut Mathis,
Pose toi les bonnes questions, en développement de projet, mieux vaux partir du problème, pas de la solution : quel est ton objectif? Optimiser les chances de retrouver une personne vivante et prévenir les secours le plus tot possible?
Quelques faits à prendre en compte :
Pour garder une grande chance de trouver une victime d'avalanche vivante, elle doit etre localisée en moins de 5min et sortie en moins de 10-15min (asphyxie en général). Les secours, même prévenus au déclenchement de l'avalanche dans le meilleur des cas arrivent en général au mieux en 10-15min, donc trop tard préserver les chances de survie à l'ensevelissement. C'est donc les compagnons d'un skieur qui sauvent les ensevelis, ceux qui sont là et qui voient tout.
L’intérêt des secours c'est qu'ils vont pouvoir prendre en charge efficacement une personne en détresse vitale qui aura déjà été au moins partiellement sortie par ses amis présents sur place.
Si tu veux améliorer la survie aux avalanches il faut agir dans l'ordre sur 4 facteurs : 1° que les skieurs ne déclenchent pas d'avalanches 2° si déclanchée, eviter l'ensevelissement au minimum 3) si enseveli, la sortir le plus vite possible (donc la localiser precisement rapidement et creuser rapidement 4) Avoir des secours médicalisés tout de suite la victime sortie.
Question : en quoi ton drone fais mieux que l'existant dans chacun des domaines? Pourquoi un drone? N'y a-t-il pas de solutions techniques à développer autre que le drone qui ferait mieux le boulot?
Point 1° : le drone sur ta plateforme n'apporte rien en amont de l'avalanche
Point 2° : Le drone n'empeche pas l'ensevelissement
Point 3° : Le drone peut eventuellement faire la recherche DVA de la victime plus simplement et rapidement que les coéquipier. Par contre il ne creusera pas et si le skieur est seul, le drone ne va pas vraiment apporter un plus, il ne sait pas creuser.
Point 4° : Une simple balise qui enverrait automatiquement un message aux secours avec position en cas de problème d'avalanche ferait le meme travail que ton drone, pour moins cher et surtout ça existe deja plus ou moins (les nouveaux sac airbag font ça au declenchement de la poignée).
Bref, le drone comme dispositif de secours individuel n'est peut etre pas une piste si interessante que ça? Par contre, si tu tiens au Drone à tout prix, pour de la recherche DVA automatisée à distance pour des secours constitués façon pisteurs le temps d'arriver sur place, c'est beaucoup plus interessant car c'est un vrai gain de temps. Peut etre faut il partir plutot dans cette direction?

Marco
- Le 20/11/2018 09:02

Effectivement, le poids, l'autonomie de vol, le déclenchement auto, ça fait plusieurs difficultés à bien appréhender pour rendre le sujet réaliste.
Par contre un drone pour les sauveteurs, qui balaye et quadrille la zone d'avalanche de façon rapide et optimisée pour pré-localiser la recherche serait top ! (mais peut être cela existe déjà ?).
Ce qui compte dans le projet d'étude, c'est la démarche et l'implication, pas forcément le résultat.
Pour répondre à la question, dans l'absolue faire confiance à la technologie, ben je crois qu'on le fait déjà avec le DVA ou le sac AIRBAG ;-) par contre quand cette technologie s'appuie sur de l'électronique et batterie, on s'attend à du matériel réputé ultra-fiable avec tests de confiance préalables. Donc un drone comme ange gardien, pas confiance pour moi !
Bon courage pour l'étude.

G
grandpic
[368 posts] - Le 20/11/2018 18:15

"Pourquoi pas le mettre ds le sac ?" 🤣

sérieusement, une fusée de détresse qui déroule un câble relié au skieur serait plus efficace pour le retrouver ... mais c'est sûr que seul ... si personne voit l'avalanche, c'est délicat ! 😯

eric
- Le 21/11/2018 17:52

Mathis, si je peux me permettre une idée proche... un drone qui intègre un arva et qui ferait la recherche arva tout seul, ce serait bien ! et là, il pourrait être à l'abri dans le sac de chacun ou sous la doudoune, comme l'arva actuel... on peut meme imaginer qu'il lache une giclée de colorant (biodégradable bien sûr) sur le premier bonhomme trouvé sur la neige au cas où il y en a plusieurs

M
michelb
[22 posts] - Le 21/11/2018 20:59

" Dans les années 1970, le garde forestier bavarois Josef Hohenester fait une étonnante découverte. Il se rend compte que le gibier qu’il porte souvent sur ses épaules l’aide à rester en surface en cas d’avalanche. Le principe du système airbags d’avalanche était né."
-Site ABS-

Peut être une histoire à méditer.

Régis
- Le 23/11/2018 09:24

pourquoi pas ? c'est une bonne idée.
il y a tellement de techno disponibles aujourd'hui !
il faut chercher
En plus ça peut peut-être s'appliquer à d'autres pratiques loisirs ou pro

mathis
- Le 23/11/2018 16:22

Doublegui a dit :Bonjour,

Pourquoi pas...
En tout cas, il est de bon ton de vouloir penser, imaginer, étudier, tester différentes solutions, alternatives, même si cela peut paraître farfelu ou 'impossible' au départ. A plusieurs reprises, c'est comme cela que des découvertes intéressantes ont été faites.

Pour la question du déclenchement d'un tel drone, je ne suis pas très convaincu par sa relation avec le bruit : je suggere plutôt que ce soit le skieur qui le déclenche lui-même, en appuyant sur un bouton à portée de main (un peu à la façon d'une poignée de sac AirBag).

Bonne étude et recherche.


merci de t'a proposition qui sera pris en compte dans notre project 😉

mathis
- Le 23/11/2018 16:26

Nicom a dit :Bouquetin a dit :Le drône sur le sac à dos
autant le mettre sur le casque...comme ça on aura tous des têtes de c..s 😄


merci pour cette pertinente qui sera prise en compte dans notre project 😜 😮

mathis
- Le 23/11/2018 16:40

un prof...esseur a dit :Présenté comme cela, il semblerait que ce soit (encore) un projet pour lequel les élèves concernés n'ont pas le bagage technique ni de solides connaissances....et seront condamnés à produire un exposé superficiel.

Pensez-vous donc en terminale on peut (faire semblant de) faire le travail d'une équipe de R&D aguerrie?

(Cela dit comme souvent la problématique de la recherche n'est pas clairement exposée...)

Alors puisqu'il ne s'agit pas de démolir mais de donner des conseils:

1) Un exposé doit répondre à une problématique (Il doit apporter des connaissances, sinon des solutions, par rapport à un problème posé et contextualisé). Il ne s'agit pas de faire un catalogue de drones ou de solutions techniques rapidement survolées (c'est le cas de le dire).

2) L'exposé doit mettre en valeur les connaissances de l'élève (si possible les connaissances abordées en classe, il ne s'agit pas de réinventer l'eau tiède). A défaut il mettra en valeur l'ignorance de l'élève ce qui n'est pas le but.
Il ne suffit pas de se jeter sur le dernier outil à la mode et de le mêler à son hobby préféré pour faire un bon TPE. (Je sais cela ne fait pas plaisir à entendre, de plus, par expérience professionnelle je ne peux constater qu'à regret le faible nombre de collègues qui (pour de multiples raisons) le diront en des termes aussi tranchants que je ne fais ici.)

3) Ce qui est exposé doit être maitrisé. C'est important.

Conclusion: une démarche constructive c'est de chercher dans les disciplines concernées par votre TPE ce que vous avez appris et qui pourrait éventuellement permettre de répondre à une problématique autour des avalanches, de la neige ou du ski.


Exemple: (Je ne sais pas en quelle filière se trouve mathis) Faire une étude énergétique simplifiée pour une avalanche (Energie potentielle, calcul de l'énergie cinétique mise en oeuvre dans une avalanche de plaque). En comparer son ordre de grandeur avec des accidents plus communément connus pour faire de la prévention . Exposer le mécanisme de formation d'un plaque (frittage, cohésion des matériaux), d'une avalanche de fonte.

On peut aussi revenir sur les règles trigonométriques de base qui enflamment skitour chaque hiver pour pouvoir estimer la pente.

On peut étudier le mécanisme biologique de défense face au froid...

S'intéresser au volume nécessaire d'un airbag pour faire remonter un corps en surface...

S'intéresser au marketing et l'image du risque qu'il induit (typiquement ici pour ce fil un risque= un marché potentiel= un produit).

Bref, on peut faire plein de choses, mais si l'on veut réellement les faire et non pas en parler il faut humblement se plonger dans ses cours, en discuter avec ses professeurs (surtout si on a besoin de connaissances légèrement hors programmes ils pourront faire le tri entre ce qui est abordable et ce qui ne l'est pas).


Voilà voilà...


Un grand merci pour votre réponse et votre aide. Cela nous sera très utile. 🤣

Aller à la page : Précédente 1 2 3 Suivante

Connectez-vous pour poster