ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié
Accueil > Tous les forums > Neige & avalanches > Question à Alain Duclos sur Règle des 30°

Question à Alain Duclos sur Règle des 30°


Aller à la page : 1 2 3 Suivante

Nouveau sujet Voir tous les sujets Chercher Archives
Thierry
- Le 11/02/2015 09:56

Bonjour,

Encore une question à propos de la règle des 30° nécessaire et suffisant pour qu'un déclenchement soit possible.
A priori si "localement" les 30° sont atteints le risque potentielle existe. Ma question porte sur ce "localement".
Pour simplifier imaginons une pente de largeur L avec une "plaque" de hauteur E sur une couche fragile, d'inclinaison alpha>30° de hauteur H1, au dessus d'une pente d'inclinaison beta<30° de hauteur H2,

A partir de quelles valeurs de H1,H2,alpha,beta,E,L a t on un risque de déclenchement ?
Je veux bien des exemples de valeurs et/ou si cela a déjà été étudié expérimentalement ou modélisé, je veux bien uniquement une ref de l'article (la ref me suffit j'ai accès aux bases).

Merci !

Bubu
- Le 11/02/2015 10:36

Pas besoin de thèse pour ça, c'est assez simple à calculer, en fonction de la masse surfacique de la plaque,du coef de frottement une fois la couche fragile déclenchée, et de la solidité des ancrages (résistance de la plaque au cisaillement et à la compression).

daniel
- Le 11/02/2015 10:59

le probléme est de déclencher le lazer en permanence pour calculer la pente, mais bon avec GPS couplé à la station MIR et en prenant réfernce sur les satellites omega on devrait arriver à tracer la pente à la montée, faudrait réserver les calculateurs de la nasa pour la prochaine rando!!

Thierry
- Le 11/02/2015 10:59

Ok Bubu, si c'est ça uniquement ça et si les modèles utilisés sont aussi simples je veux bien le faire (faut juste que je recherche les valeurs coeff frottement, et resistance cisaillement/traction) mais je pensais que les spécialistes faisait des choses plus évoluées et les paramètres que je donnais étaient uniquement là pour visualiser le pb...
Du coup j'aurais bien aimé avoir des valeurs expérimentales dans des cas limites pour voir si ça matche !

Thierry
- Le 11/02/2015 11:04

DanielC à la niche !!! Pff ces retraités...

Dans la vie il faut être curieux, je n'ai pas dit que je me baserai sur ces résultats pourmes sortie, c'est juste pour comprendre à partir de quand le "micro/macro" relief peut avoir uen incidence...

mike
- Le 11/02/2015 11:13

Bubu a dit :Pas besoin de thèse pour ça, c'est assez simple à calculer, en fonction de la masse surfacique de la plaque,du coef de frottement une fois la couche fragile déclenchée, et de la solidité des ancrages (résistance de la plaque au cisaillement et à la compression).
Incroyable!
Cette manière que tu as de prendre les gens de haut et de ramener ta pseudo science. Détestable.

Pour te paraphraser, pas besoin d'avoir une thèse pour avancer qu'avec toutes les données théoriques d'entrée on peut modeliser s' il y aura depart ou non. Si c'est tellement simple, tu pourrais nous donner quelques exemples de cas où ça part et d'autres non.

Bref une fois de plus tu n'interviens que pour rabaisser les autres mais tu n'an'apportes rien! (moi non plus pour le coup mais ça devient vraiment insupportable)

J
jc69
[2536 posts] - Le 11/02/2015 11:20

C'est comme ça sur C2C 😜
Retourne là-bas Bubu 🙄

S
sergio
[53 posts] - Le 11/02/2015 11:26

Est ce qu'on peut avoir le temps de remplissage de la baignoire, l'age du capitaine et l'heure à laquelle les deux trains vont se croiser, sachant que le train A est parti à 8H de la gare Z et le train B de la gare Y à 8H02, que le train A roule à la vitesse constante de 123,04 Km/h et le train B à la vitesse de 80,03Km/h et que la distance entre les deux gares est d'environ 142,233Km?
Vous avez 10minutes; 😜

Bubu
- Le 11/02/2015 13:11

mike a dit :Incroyable!
Cette manière que tu as de prendre les gens de haut et de ramener ta pseudo science. Détestable.

Je ne le prends pas de haut.
Au contraire, je lui explique qu'il n'est pas nécessaire de chercher un article, car le calcul n'est pas compliqué.
Et Thierry a largement les connaissances pour faire ce calcul (qui est du niveau terminal), donc il aura plus vite fait de le refaire que de chercher le résultat dans un article.

mike a dit :Pour te paraphraser, pas besoin d'avoir une thèse pour avancer qu'avec toutes les données théoriques d'entrée on peut modeliser s' il y aura depart ou non.
Et oui, pour modéliser une plaque, ce n'est pas compliqué.
C'est juste que les valeurs du coef de frottement et de résistance des ancrages sont inaccessibles avec une précision suffisante (sans détruire la plaque), et donc que ce genre de modèle ne sert pas à grand chose pour le skieur. Les méthodes empririques sont plus précises (tout en étant souvent peu précises).

Bubu
- Le 11/02/2015 13:18

Thierry a dit :je pensais que les spécialistes faisait des choses plus évoluées et les paramètres que je donnais étaient uniquement là pour visualiser le pb...
Pour savoir si la couche fragile peut pêtre déclenchée ou non, c'est plus compliqué., ça dépend de l'épaisseur et de la qualité de la neige, de la qualité de la couche fragile, etc.
Mais ce n'est pas ce que tu cherches à savoir car tu n'inclues pas ces paramètres dans ton problème.
J'ai compris que tu cherches à savoir si la plaque peut glisser une fois que la couche fragile est déclenchée (ce qui implique que tu supposes qu'elle était déclenchable).

Thierry
- Le 11/02/2015 13:56

Je n'ai pas donné tous les paramètres car justement je ne l'ai pas et j'avoue que je ne les ai pas cherché.
En fait mon interrogation à la base était simple, à partir de quelle facteur échelle (dimensionnelle) la pente >30 pouvait déclencher une pente < 30, et comme j'avais du mal à l'expliquer par une phrase, j'ai voulu mettre des paramètres pour illustrer mon propos (apparemment je n'ai pas été clair et certains ont pensé que je cherchais à théoriser).
Je suis toujours preneur d'infos, expériences, publis à ce sujet.
Je me méfie aussi des visions et des modèles simplistes, je suis dans un domaine où les connaissances sont en perpétuelles évolutions, et les certitudes d'hier sont devenues les inepties d'aujourd'hui.
Maintenant si la question est idiote (c'est possible) Alain Duclos passera son chemin de lui même.

Pour le reste je ne m'offusque pas, il m'en faut plus -)

le fab
- Le 11/02/2015 14:24

http://duclos.transmontagne.pagesperso-orange.fr/pr%E9vention3_pr%E9conisations_dessin.pdf

daniel
- Le 11/02/2015 14:45

reste au bar c moins craignos....remarque ça dépend où sont les chiots dans le bar, car avec 10 binouzes dans le nez, même si les escaliers font pas trente degrés tu risque bien te faire coffrer sur le comptoir MDR!!!....aprés faut voir depuis combien de temps tu as bu et la température et la maqre pour savoir si tu vas la vomir ou pas!! MDR

Bubu
- Le 11/02/2015 14:47

Thierry a dit :En fait mon interrogation à la base était simple, à partir de quelle facteur échelle (dimensionnelle) la pente >30 pouvait déclencher une pente < 30
Est-ce que tu suppose que la couche fragile s'est déjà effondré sur toute la pente (< et > 30°) ?
Ou est-ce que tu cherches à connaitre les conditions qui font que l'effondrement de la couche fragile qui a commencé dans la pente > 30° s'étend jusque dans la pente < 30° (ce qui ne correspond pas à un déclenchement à distance classique car c'est l'inverse(l'effondrement sur le plat s'étend dans le raide), mais le cas que tu décris existe aussi).

daniel
- Le 11/02/2015 14:58

je pense pas que DSK se pose autant de questions sur l'inclinaison !! LOL

Aller à la page : 1 2 3 Suivante

Connectez-vous pour poster