ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié
Accueil > Tous les forums > Neige & avalanches > L'orientation de l'arva de la personne ensevelie influe t'elle sur la recherche ?

L'orientation de l'arva de la personne ensevelie influe t'elle sur la recherche ?


Nouveau sujet Voir tous les sujets Chercher Archives
estelle
- Le 30/05/2009 19:40

Bonjour! Je me demande si la trajectoire suivie par un sauveteur pour retrouver une personne bloquée sous une avalanche dépend de la position de cette personne .
Si oui, est-ce plus ou moins rapide de retrouver quelqu'un selon si il est debout, couché et en travers (on ne choisit pas se position quand on est pris dans l'avalanche!).
Merci!

[Edité par Jeroen le 30/05/2009 19:44] Titre plus explicite

Jeroen
[12310 posts] - Le 30/05/2009 20:05

Salut Estelle, je te propose un peu de lecture http://www.gumsparis.asso.fr/technique/DVA/dva.php 😉

Tout y est expliqué de façon très complète !

T
Tomtom
[740 posts] - Le 30/05/2009 20:10

Les ondes émises par un ARVA sont elliptiques. Plus on est dans l'axe, plus on reçoit le signal fort, plus la trajectoire est directe pour atteindre la victime.

A l'inverse, si on aborde l'ARVA par le côté, le signal est moins fort et la trajectoire suivie sera elle aussi elliptique pour rejoindre la victime. Ce qui prend logiquement un peu plus de temps, surtout si la progression sur l'avalanche est délicate.

Quant à la position dans laquelle il est le plus facile de retrouver une victime,... c'est celle debout en surface!! 😄
On peut toutefois imaginer qu'une victime placée verticalement sous la neige présente moins de surface aux sauveteurs qu'une victime allongée à plat. Il sera donc plus délicat de la localiser lors du sondage.

Si à tout ça on ajoute une profondeur d'ensevelissement plus ou moins importante qui influe aussi sur le signal perçu, on se dit que si on veut être vite sauvé, quand on est pris dans une avalanche, il faut orienter son ARVA vers les sauveteurs, le moins profond possible (si possible en surface) et en faisant l'étoile de mer pour présenter la plus grande surface au sondage. Autant dire que c'est l'enfance de l'art et qu'il vaut mieux avoir une bonne étoile qui favorise tous ces paramètres!! 😮
.... Ou alors espérer que l'avalanche passe à côté!!

Arrrghh, tu m'as grillé Jeroen!! Mais comme c'est un peu compliqué, je fais ici une synthèse de (très grande) vulgarisation!!

C
chacal74
[7 posts] - Le 31/05/2009 14:47

Salut estelle,

Info et réflexions d'un ancien du secours en montagne

Ta question est juste mais il ne faut pas confondre ARVA et point de station réalisé avec un théodolite, aussi la précision millimétrique n'a pas ou peu d'importance.
Lors de recherche la méthode utilisée est celle du recoupement, c'est à dire qu'avec un appareil on remonte sur axe l'avalanche et lorsque le signal deviens fort, on croise et recroise jusqu'à obtenir un petit carré.
C'est aussi la technique utilisée par les secours aériens sur une balise.

Quand à "on est pris dans une avalanche, il faut orienter son ARVA vers les sauveteurs", cela est certainement très très théorique et fondamentalement inutile.

En cas de prise par une avalanche, il n'y a pas de méthode raisonnée, il y a que l'instinct de survie demande donc à ceux qui se sont fait prendre.

Afin d'être "efficace" avec les équipes de secours, il faut impérativement que l'ARVA soit le plus près du corps, donc directement sur la peau sous la première couche.

Si d'aventure cela t'intéresse de voir et d'apprendre, les secours organisent régulièrement des stages gratuits de recherche en situation d'avalanche.

T
Tomtom
[740 posts] - Le 01/06/2009 11:27

Tomtom a dit :Si à tout ça on ajoute une profondeur d'ensevelissement plus ou moins importante qui influe aussi sur le signal perçu, on se dit que si on veut être vite sauvé, quand on est pris dans une avalanche, il faut orienter son ARVA vers les sauveteurs, le moins profond possible (si possible en surface) et en faisant l'étoile de mer pour présenter la plus grande surface au sondage. Autant dire que c'est l'enfance de l'art et qu'il vaut mieux avoir une bonne étoile qui favorise tous ces paramètres!! 😮
.... Ou alors espérer que l'avalanche passe à côté!!


... Ce paragraphe est bien entendu à prendre sur le ton de la plaisanterie!!

Il est évident que le jour où on est pris, on fait avant tout ce qu'on peut. J'imagine bien que la dernière des choses à laquelle on pense c'est à orienter son ARVA dans telle ou telle direction (! ) et que de toute façon, ce n'est pas ce facteur qui primera sur la rapidité du dégagement.

estelle
- Le 01/06/2009 19:44

Merci pour le document posté en lien, je l'avais en effet déja étudié avant de poser ma question!
Sur la notice de l'ortovox m2 (et dans de nombreux sites d'information sur l'arva), on montre que la trajectoire à suivre en recherche secondaire pour arriver à la victime est elliptique . Je suis d'accord, en fait c'est la forme des lignes de champ (électromagnétique) émises par l'arva de la victime dans le plan de la pente neigeuse, mais uniquement quand l'arva de la vitime est perpendiculaire à la pente, ce qui n'est pas forcément le cas!
Quand l'arva est en biais, je vois pas trop quelle forme prend la tajectoire de recherche...!
Est-il possible d'arriver en ligne droite sur une victime?

estelle
- Le 01/06/2009 21:17

Mais peut-on arriver tout droit sur une victime?

JLS05
- Le 02/06/2009 10:54

La réception est optimum lorsque les deux antennes principales sont parallèles.

Donc, comme il est peu probable que l'enseveli ait judicieiusement orienté son appareil, la recherche primaire, pour accrocher le premier contact, doit absolument être "tri-dimensionnelle" : faire la recherche avec un mouvement tournant de votre DVA selon les trois axes.

Dans le cadre de la "Journée formation sur le terrain" (nouveau dans les propositions de l'ANENA), Fred Jarry propose un excellent exercice sur ce thème.

Je résume : trois ARVA sont enterrés dans trois orientations différentes sur une ligne (au moins 20 m entre appareils).

On fait des recherches selon une ligne parallèle en débutant à 40 m (souvent aucun contact), puis à 30 m, etc...

C'est un excellent exercice pour :
- mieux connaître la "distance de premier contact" ;
- comprendre l'importance de l'orientation de votre DVA : on arrive même à déterminer quelle est l'orientation de chacun des DVA recherchés!

Problème : ce stage est coûteux, il est donc cher!

Demandez à votre mairie, ou à votre Conseil Général, de vous offrir ce stage en cotisant à l'ANENA!

C
Champlo
[66 posts] - Le 02/06/2009 16:41

Attention la phrase en gras dans le post au-dessus est fausse...

En effet, la réception est optimum lorsque l'antenne principale de recherche est parallèle à la ligne de champ électromagnétique!!!! Il se peut donc que les antennes soient parallèles à une moment mais il ne faut en rien supposer de la position de l'arva enfoui, c'est générateur d'erreurs.
D'où les parcours elliptiques sitôt la réception du premier signal vu que l'antenne de recherche veut suivre cette ligne de champs. C'est bien visualisé dans le lien mis pas Jeroen.

Les différents club FFME & CAF font de bonne formations sur ce sujet et à des tarifs parfaitement abordables pour leurs adhérents.

C
chacal74
[7 posts] - Le 03/06/2009 15:23

estelle a dit :Mais peut-on arriver tout droit sur une victime?

La recherche de victime par avalanche avant d'être une science exacte est avant tout une affaire d'Homme.
Théoriquement oui on serait en mesure de venir directement sur l'appareil si le signal de celui ci est audible...
Cependant il est à noter que dans le réel, le signal peu être faible dû aux batteries, à la position "ventre contre terre", à la proximité d'un rocher, etc...

En tout état de chose, la théorie c'est bien en salle de cours et autres exposés, mais sur le terrain c'est une autre histoire.
Il faut savoir ne pas tourner en rond et ne pas ce perdre.
Pourquoi ecrir cela, tout simplement parce que des secours sous le soleil avec un temps à sortir les chaises longues je n'en ai personnellement jamais eu.
Des missions de nuits dans le brouillard avec des vents de plus 60km/h des chutes de neige, il y en a tellement que l'on ne saurait les dénombrer.

In fine Estelle, la technique des ARVA et le "comment ça marche" c'est bien sûre intéressant, mais malheureusement lorsque sur le terrain une équipe arrive c'est rarement pour parler de l'ellipse ou de la ligne droite.
D'ailleurs sur le terrain une équipe ne parle pas!

La seule utilité d'un appareil de ce type est d'éviter aux renards de vous bouffer les oreilles au printemps, donc n'oubliez pas de le prter lors de votre prochaine sortie.

En toute amitié bien entendue
Franck

estelle
- Le 03/06/2009 22:58

Merci beaucoup pour ces réponses! En fait j'étudie la théorie des arva dans le cadre de mes études, et je ne vois pas pourquoi on parle de trajectoire en forme d'ellipse alors que celle-ci n'est effective que pour une certaine position de l'arva émetteur (verticale)...
Bien sur je suis d'accord qu'une fois sur le terrain ces considérations n'ont aucune importance pourvu qu'on atteigne rapidement la victime!

estelle
- Le 03/06/2009 23:08

Oulala je m'excuse! Je viens enfin de comprendre pourquoi on a en fait bien toujours des ellipses quelque soit la position de l'arva émetteur...Il s'agit de "voir" dans l'espace la distribution électromagnétique autour de l'émetteur et de la couper par le plan de la pente...
Merci pour les conseils de franck47 qui remettent les pieds sur terre avec des priorités plus pratiques!

Connectez-vous pour poster