ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

Sorties > Queyras - Alpes Cozie N > Tête de Longet, versant Nord-Ouest

Tête de Longet, versant Nord-Ouest

Massif : Queyras - Alpes Cozie N
Départ : Saint Véran (2000 m)

Topo associé : Tête de Longet, versant Nord-Ouest

Sommet associé : Tête de Longet (3146 m)

Orientation : NW

Dénivelé : 1300 m.
Ski : 3.1

Sortie du dimanche 02 décembre 2018

el-manu, Ruth

Conditions nivologiques, accès & météo

Couvert s'améliorant, belles éclaircies l'AM, vent fort au sommet
Etat de la route : ok Altitude du parking : 2010m (St-Véran)
La neige s'est alourdie depuis la veille
Sous couche présente au dessus de 2300m, neige soufflée sur les 100m du haut puis poudre légèrement tassée dans la face, bien trafolée dans le goulet du bas
Pas de sous couche dans le cône, faire attention aux touchettes mais les skis s'en sont bien sortis.
Neige de bonne à correcte.

Altitude de chaussage (montée) : parking
Altitude de déchaussage (descente) : parking

Activité avalancheuse observée : énormes corniches entrée couloirs N

Skiabilité : 😐 Correcte

Compte rendu (par el-manu)

Avec Pol
Topo et AR entrée couloirs N pour voir
Après une sortie de reprise très sympa mais finalement éprouvante, difficile de se motiver pour aller skier ce Dimanche. La fine pluie qui tombe ce matin mine le moral des troupes, plutôt enclines à profiter de la cheminée que d'aller se cailler les miches dehors. C'était sans compter sur la détermination d'un homme, dont nous tairons le nom par respect pour les deux autres feignasses composant le trio...

Départ donc de St-Véran vers 11h30 (en fait je ne sais même plus et on s'en fout un peu...), moral dans les chaussettes et Bottamor qui nous attrape sur la plate piste du bas. Lorsqu'on arrive dans le vallon suspendu du Longet nous croisons un "troupal" qui descend dans la nasse, on ne se dit rien si ce n'est qu'on espère que les éclaircies annoncées vont enfin arriver. Et c'est le cas quelques minutes plus tard.

Nous avons donc droit à notre première jubilation* de la journée, après 2 bonnes heures à errer sous un couvert nuageux menaçant, le soleil arrive timidement, mais il s'est fait attendre le bougre, et on a même cru à un moment que c'était mort quand de menus flocons commençaient à recouvrir la trace. Non qu'on soit content de notre coup on se dit que de toute façon on a un peu mieux géré l'affaire par rapport à nos prédécesseurs. Enfin surtout le général en chef qui s'enfile un bonus de poudre pendant qu'on trainasse 200m plus bas...

L'arrivée sous le sommet nous donne droit à notre deuxième moment d'intense jubilation**, le "troupal" a dû s'arrêter 100m avant le but : on ne rentrera pas brecouille comme on dit dans le Bouchonnoy. 45min plus tard nous finissons de gravir péniblement les 100 derniers mètres dans un vent en furie. Summit, vent à décorner les boeufs, soleil et nuages, ambiance superbe avec le Viso qui joue à cache-cache avec les Toillies.

Vu qu'on est là on a de nouveau une superbe idée :
- "eh si on descendait par un de ces couloirs en 4.2 côté N ? çà permettrait de rejoindre la route des Clausis et d'éviter la remontée fastidieuse depuis le Pont Neuf"
- "pas con,mais j'ai pas pris le ficélou et les corniches ont l'air balèzes..."

On y va mais les corniches ne sont pas balèzes, elles sont énormes ! Après avoir échafaudé de nombreux plans aussi couillons les uns que les autres il commence à être tard et on se dit qu'il serait bien temps de se barrer. Mais le général en veut plus alors il s’enfile un dernier petit run versant Ubaye tandis que les troupes fatiguées rejoignent le collu permettant de revenir dans le vallon de montée. Le haut de la face est moyen puis c'est bien mieux sous la Cula. Un ski agréable mais avec une légère appréhension quant à la présence de requins-sournois. Mais finalement tout se passe bien en visant les croupes frisées (toute référence sexiste ou Mercantourienne ne serait bien évidemment que fortuite).
Le général nous rejoint. La fin est physique et le cône pas top avec tous ces requins dont certains ne se donnent même pas la peine de se cacher. Mais les skis n'ont rien en rapport des nombreuses touchettes sur cette zone. Reste plus qu'à repeauter pour remonter au parking et en finir avec cette journée pas tant pire au final.
Merci Polo :)

Dans un souci d'éclairage et de meilleure compréhension de se qui se passe dans la tête des protagonistes un brin barrés, les émotions étant toujours difficiles à transcrire, l'auteur de ces lignes vous offre une vulgarisation tout à fait compréhensible par le plus grand nombre via ces didascalies :
* : eh merde, on va être obligé d'aller en haut...
** : eh merde, s'ils se sont arrêtés c'est peut être aussi parce qu'au dessus la neige est pourrave et que çà meule grave avec tout ce zef...***
*** : eh merde, on va être obligé d'aller en haut...


Commentaires

Michaël, le 10.12.18 11:47

🤣

Cette sortie