ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

Sorties > Bornes - Aravis > La Tournette, encore un échec...

La Tournette, encore un échec...

Massif : Bornes - Aravis
Départ : Les Chappes (950 m)

Topo associé : La Tournette, Versant NE

Sommet associé : La Tournette (2351 m)

Orientation : NE

Dénivelé : 1100 m.
Ski : 2.3

Sortie du vendredi 06 avril 2018

abbomar

Conditions nivologiques, accès & météo

températures s'élevant très rapidement. Soleil éclatant. Très peu de vent.
Etat de la route : RAS Altitude du parking : 950
Altitude de chaussage (montée) : 950
Altitude de déchaussage (descente) : 950

Activité avalancheuse observée : Néant

LieuAlt.Ori.HeureQté.TypeCom.
parking9509h30DureDéjà une huitaine de voitures
pied du couloir2100SW12h30PoudreExcellente trace, bien portante
descente950NE13h15Poudre lourdetrès bon en haut. Lourd au milieu

Skiabilité : 😐 Correcte

Compte rendu


Seul pour la semaine et compte tenu des conditions nivologiques délicates, surtout à cause du dernier redoux et de la chaleur annoncée pour la journée, j'étais parti pour faire la pointe de Talamarche (1850 m) par Alex. Arrivé à 8h30 au bout du chemin du Nant d'Alex, pas de neige. Je m'y attendais et je suis donc parti les skis sur le dos. Au bout de 20 mn environ, j'ai perdu espoir de voir la neige bientôt et je suis revenu à la voiture.
Décidé de profiter de ce petit créneau de beau temps, je suis parti vers Thônes et Belchamp pour aller voir ce que donnait la voie normale de La Tournette.
Au parking en bord de route, environ vers 950 m, déjà une huitaine de voitures en stationnement. Une personne seule est en train de se préparer à partir et nous échangeons notre avis sur l'horaire déjà bien avancé. Je lui dis que je n'irai sans doute pas jusqu'en haut !
Il est déjà tard pour faire l'ascenssion, d'autant que je crains cette chaleur de l'après-midi et les risques en conséquence (humidification du manteau neigeux, coulées et/ou avalanches, chute de corniche en haut du couloir N, sommet trop tard, neige trop lourde à la descente...).
Je décide de partir quand même pour finaliser ma sortie en montagne. Je pars à 9h30 et ne rattraperai jamais mon prédécesseur, parti juste devant moi, mais plus jeune et plus gaillard.
A la montée, je suis heureux de voir que le border cross est en bon état et je croise 7 skieurs qui descendent. Vers 1900 m, je croise 4 snowborders qui m'encouragent. Je leur demande si plus haut c'est déjà bien chaud et ils répondent par l'affirmative. Je continue jusqu'à un petit ressaut au milieu, au pied et dans l'axe du couloir Nord, vers 2100 m. Là, un skieur, légèrement équipé et très enthousiaste, me double rapidement et part sur la trace, dans la pente très ensolleillée. Il ira sans doute au sommet, car je l'ai suivi des yeux jusqu'à ce qu'il bascule derrière les rochers du contrefort Est du sommet, pendant que je prenais un petit casse-croûte de mon promontoire et il allait très vite. Tant mieux.
Pour ma part, décidé de ne pas accumuler des retards trop importants sur l'horaire donné initialement à ma femme (préposée à "donner l'alerte"), à qui par téléphone j'avais déjà changé ma destination, je descend.
La pente est bonne et il y a des traces partout, ce qui m'oblige à skier sur les bords de pente, très à droite (Est). Au début, le ski est agréable, entre *** et ****. Je me dirige vers le point côté 1798, puis en direction du Bouton que j'évite par la gauche (Ouest), pour reprendre la trace de montée, puis le chemin jusqu'au parking. Le ski se termine par **.
Arrivé en bas, le skieur qui était parti juste devant moi cassait déjà la croûte, ce qui me rassurais qu'il n'était pas allé plus loin que moi et n'avait pas tenté le diable. En revanche, j'avais une pensée pour le skieur seul qui m'avait doublé au pied du couloir Nord, espérant qu'il ne tarderait pas à descendre, tant le soleil chauffait fort.

Au bilan, à cause de ce "tricottage" entre Talamarche et La Tournette, j'ai pris un tel retard que je n'ai encore rien fait aujourd'hui. C'est mon cinquième échec depuis 3 à 4 semaines et ça commence à bien faire. Il est temps que je gravisse un sommet digne de ce nom et jusqu'en haut.
Pour autant, je mesure que les conditions actuelles ne sont pas top et qu'il faut rester raisonnable, chacun à son niveau et en fonction de ses capacités.
Le moment du bonheur viendra bientôt, plus loin dans le printemps et lorsque mes compagnons de randonnées, Jean-Claude et Christian, seront rentrés de voyage.
En attendant, j'ai pris l'air, j'ai un peu crapahuté et j'ai fait un bon repas froid sur le terrain. Tout le monde ne peut pas en dire autant. Notre région nous le permet, alors profitons-en, tant quon a la santé !

1_border cross en bon état1_border cross en bon état
2_beaucoup de neige à Rosairy2_beaucoup de neige à Rosairy
3_excellente trace3_excellente trace
4_couloir Nord stable mais déjà bien ensoleillé4_couloir Nord stable mais déjà bien ensoleillé
5_pause avant le couloir Nord5_pause avant le couloir Nord
6_des voisins sympatiques, intéressés...6_des voisins sympatiques, intéressés...
7_le sommet est encore loin et il est tard7_le sommet est encore loin et il est tard
8_je descend8_je descend

Commentaires

R
rupicapra, le 06.04.18 18:37

la tournette sera encore là quelques temps!
pour ma part j'ai capitulé à 9h à la queblette tant les conditions étaient déjà trop avancées...

T
theoda1, le 09.04.18 22:24

Content que tu sois bien redescendu =). J'étais le skieur léger que tu as vu en rouge, on s'est recroisé au pied de la pente NE (j'avais une veste noir ce coup-ci).

J’avoue que les conditions étaient limite ce jour pour un départ à parking après 11h... Je n'aurais pas osé monter al fin si j'étais seul dans la montagne.

La prochaine sera la bonne, il y a encore de la neige pour un moment cette année !

A
abbomar, le 10.04.18 08:57

theo dague, je ne t'avais pas reconnu quand tu descendais, tu as fait vite...
Arrivé en bas, je n'étais pas vraiment inquiet pour toi, mais en effet, quand on pense que quelqu'un est encore plus haut, aussi tard et dans les conditions qu'il y avait, on reste prêt à "réagir" s'il était nécessaire. Cela m'est déjà arrivé.
Pour l'heure, je me réjouis que tu aies fait le sommet et que tu sois bien redescendu.
Au plaisir de te rencontrer une prochaine fois, en montagne bien sûr.

Cette sortie