ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

Sorties > Grandes Rousses - Arves > Igloo au pied des aiguilles d'Arves

Igloo au pied des aiguilles d'Arves ⭐

Massif : Grandes Rousses - Arves
Départ : Le Chalmieu (1580 m)

Sommet associé : Gros Crey (2575 m)

Orientation : N

Dénivelé : 600 m.

Sortie du mercredi 23 février 2022

Quercus

Conditions nivologiques, accès & météo

Météo/températures : Chaud au parking pas de vent / bien froid la nuit
Conditions d'accès/altitude du parking : neige dès 1000  sur la route
Altitude de chaussage/déchaussage : parking
Conditions pour le ski : Excellent

Activité avalancheuse : Etonnamment peu d'activité, quelques coulées superficielles dans les pentes à plus de 35°

Skiabilité : 😄 Excellente

Compte rendu

Itinéraire suivi : Départ du Chalmieu - But (timing) à 2150m à coté de "la Motte" 
Horaires : 14h15 - 21h15


Après un début de semaine passé à choisir la zone de bivouac, le BERA de mardi matin nous amène à envisager un des secteurs à priori les moins enneigé et où les pentes sont les moins fortes. On a un moment pensé au Sud Vercors, mais la peur du vent désagréable nous pousse à nous orienter vers la Maurienne. L'objectif est le suivant, partir à la mi-journée du parking au-dessus du Chalmieu à 1900m (un coin qu'on ne connait pas) et monter jusqu'au Gros Crey par des pentes faibles pour y creuser un igloo. Le lendemain serait consacré à faire des belles lignes dans les pentes les moins à risque du secteur. Ca, c'était le plan...
En quittant Grenoble vers midi et en contournant Belledonne, on se dit que l'on a bien raison de s'éloigner. Les crètes de Belledonne fument et le plâtrage est spectaculaire. En basculant dans la Maurienne, l'ambiance devient moins hostile, le vent semble moins violent en haut et la couche de fraîche moins épaisse. Arrivé au Chalmieu première déconvenue : Impossible de monter plus haut en voiture. Le chemin sera donc 300m plus long qu'escompté et déjà le projet d'une nuit au sommet du Gros Crey commence à s'éloigner. Bonnes nouvelles en revanche, pas plus de  25cm d'une neige qui ne porte aucune trace du vent et une belle trace qui monte depuis le parking.
Le paketage est rapidement installé sur les pulkas et c'est parti. Pas compliqué, la belle trace  monte régulièrement dans un décor absolument fabuleux. Les sommets qui nous entourent dessinent des forment féériques. On en prend vraiment plein les yeux et à 2000m toujours pas de trace du vent. A notre plus grand étonnement, presque pas de traces d'avalanches non plus, même dans les plus fortes pentes. Le terrain est idéal pour tirer nos pulkas, à aucun moment nous n'éprouveront le besoin de les mettre sur le dos. C'est un confort plus qu'appréciable ! Nous croisons un couple qui revient de là où l'on va. A priori, les conditions nivologiques ne sont pas trop inquiétante jusqu'à la crète, mais le vent y serait plus sensible (ce qui n'a rien de surprenant lorsque l'on regarde les aiguilles qui sont manifestement en plein vent et totalement pelées).

Deux heures avant la nuit on décide donc de lancer la construction de l'igloo avant d'être dans la zone ventée. L'altimètre indique 2150m. On trouve une vague congère pour creuser notre tranchée à neige. La sonde indique pas loin de 2m d'épaisseur c'est suffisant mais la densité semble extrêmement faible. En 30 minutes on ouvre une tranchée de 7m de long par 1m20 de profondeur et autant de large. Un jeu d'enfant dans cette neige sans densité. Sous 30cm de poudre se trouve une couche de 70cm à peine plus dense avec un peu de cohésion mais tout de même fragile. En dessous 20cm de sucre... inquiétant pour les descentes prévues le lendemain.... et pour la capacité de l'igloo à tenir debout ! 
De fait, impossible de faire un "toit" à notre igloo avec une telle neige. On place donc les pulkas et les ski sur la tranchée que l'on recouvre de neige. C'est pas idéal mais c'est mieux que rien. Il faut envisager de n'exploiter qu'une moitié de la tranchée et élargir la base de celle-ci pour tenir à trois. Alors on creuse sur les bords, toujours un peu plus jusqu'au moment on "plus" devient "trop". Un coup de pelle et BROUM, tout s'effondre sur nous... L'igloo tombe et la nuit avec. So what ? Cinq minutes à envisager diverses options. La peuf qui promet des descentes de rêve d'un côté, une nuit de galère de l'autre, les familles qui nous attendent, le risque d'avalanche du BERA et confirmée par notre sondage... On mouline tout ça dans l'équation, c'est décidé, retour à la voiture en nocturne avec le sac et la pulkas sur le dos. Pour Amaury, snowboarder, l'initiation au ski se fait dans des conditions idéales !!!

L'histoire se termine donc à 21h sur le parking. On rentre sans trop savoir ce que l'on a fait : du ski ? Oui et non. Un igloo ? Oui et non. Un bivouac ? Oui et non... On ne sait donc pas trop ce que l'on a fait mais une chose est certaine on l'a fait et on s'en souviendra longtemps !

Meringue 
Meringue 
 Traces
 Traces
 Aventure
 Aventure
Immensité
Immensité
Trace 
Trace 
 Immersion
 Immersion
 Sommets
 Sommets
Entraide 
Entraide 
Pulka 
Pulka 

Commentaires

mick38, le 23.02.22 23:04

Merci pour ce but, très instructif. C'était peut être pas la bonne méthode la tranchée? Moi j'ai l'expérience du tas de sacs qu'on recouvre de neige puis de creuser à l'intérieur. Mais j avais une neige plus consistante. Après pas bien dormi avec l'eau qui goutait sur la tête. Du coup je suis au camping car chauffé, bien plus confort.

Q
Quercus, le 23.02.22 23:08

J'ai déjà réalisé des tranchées pas mal de fois que je recouvre de neige avec l'aide des pulkas qui servent de "moule" à la voute une fois retournées, mais là, la neige manquait vraiment de cohésion pour élargir autant la tranchée. Nous aurions gagné à faire trois tranchées individuelles.

P
Popshe, le 24.02.22 11:54

Bonjour,
Je suis passé par là hier et j'ai vu le chantier en question...Ce n'était donc pas plutôt le mardi soir 22 février, votre tentative ? Cordialement

Q
Quercus, le 24.02.22 13:34

En effet, c'est mardi soir qu'on a fait notre tentative. Comme on est rentré trèèès tard, je n'ai posté qu'hier. Vous êtes monté jusqu'où ?

P
Popshe, le 24.02.22 13:45

On a été très "classique" compte tenu du BRA. Départ de Chalmieu et montée jusqu'à La Basse du Gerbier. Retour par le même itinéraire.... endroit toujours aussi magique quand on le fréquente après une grosse chute de neige (c'est d'ailleurs à ce moment là qu'il faut y aller !) mais ca peut être alors très, tres long voire être obligé de faire demi-tour comme il y a 2 ou  3 ans tellement "il y en avait" : faire la trace depuis Chalmieu m'avait épuisé....

M
Miko, le 24.02.22 15:34

déjà que la Basse du Gerbier en snow c'est un peu l'antithèse de la glisse, mais avec le coup de l'igloo il doit être bien calmé votre ami :)

Q
Quercus, le 24.02.22 18:18

@Popshe: ça donne quoi les pentes situées à l’Ouest de la basse avec ce type de conditions ? Déjà vu des avalanches dans ce coin ?

@Miko: En effet, très galère pour les splitboards. Mais le paysage fait passer la pilule !

P
Popshe, le 25.02.22 09:42

A Quercus : je n'ai aucune compétence sérieuse pour te répondre. Les pentes dont tu parles sont quand même raides rayées de thalweg tout aussi raides, en forme d'entonnoir propice à l'ensevelissement... Mercredi, quand nous sommes passées, un groupe de 4 gravissait les pentes qui mènent au Crey Aigu par le lieu dit Geoffroy ; deux grosses plaques étaient descendues de chaque coté de leur itinéraire. La nature est "bonne fille", il ne s'est rien passé....

I
imer, le 25.02.22 23:35

C'est quand même étonnant de penser pouvoir monter en voiture jusqu'à 1900 en plein hiver sur une route en cul de sac, le hameau qu'elle dessert étant à 1500, alors que la plupart des accès des alpes du nord à cette saison sont bien plus bas...?! Votre "expédition" commençait effectivement mal ! Je suis monté mercredi 23 avec 3 comparses au Gros Crey, par le chemin d'été du Crey Aigu, ce que vous appelez "Geoffroy", c'est peut être nous que vous avez vu. Sachez que nous n'avons pas joué avec une nature "bonne fille" comme vous dites, mais que les "deux grosses plaques" que vous avez observées étaient déjà parties antérieurement au dimanche 13 février, jour où je suis passé par le même itinéraire. Moi non plus je n'ai aucune compétence, mais ne jugeons pas toujours de bien trop loin ce dont on ignore le déroulement. Nous avons simplement pris les informations là où elles étaient disponibles et franchi ce passage effectivement un peu raide avec précaution. Et que dire de ces affirmations : "endroit toujours aussi magique quand on le fréquente après une grosse
chute de neige (c'est d'ailleurs à ce moment là qu'il faut y aller !)"...

mick38, le 26.02.22 10:50

Je ne connais pas ce coin mais vous me donnez envie. On peut monter à 1900? Jai un fourgon facile de se garer?
Mais vous avez dû  partir de Chalmieu à 1600?
D'après  le récit de Quercus ils partent de 1900 en hiver  versant  nord???? 

I
imer, le 26.02.22 23:09

Le fourgon, il a des chenilles ?

Cette sortie