ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

Sorties > Grandes Rousses - Arves > Etendard, une montagne au bout de la nuit*

Etendard, une montagne au bout de la nuit* ⭐⭐⭐

Massif : Grandes Rousses - Arves
Départ : Col de la Croix de Fer (2064 m)

Topo associé : Pic de l'Étendard, Glacier de Saint Sorlin

Orientation : NE

Dénivelé : 1430 m.
Ski : 2.3

Sortie du mardi 15 juin 2021

taramont

Conditions nivologiques, accès & météo

Météo/températures : Beau temps, chaud dès que le soleil apparaît
Conditions d'accès/altitude du parking : RAS
Altitude de chaussage/déchaussage :à la montée 2300m - à la descente 2200m
Conditions pour le ski : pas terrible: pas de regel nocturne, manteau neigeux sans rigoles mais très alvéolé dans le bas, descente jusqu'au fond du vallon correcte quoique bien molle et un peu collante, rives des lacs sans glisse - ce n'était visiblement pas exactement le bon jour

Activité avalancheuse : bout de corniche sommitale tombée dans la journée

Skiabilité : 😟 Médiocre

Compte rendu

*merci à L.F. Celine pour l'inspiration de ce titre


Tant de choses ont été dites sur cet emblème du ski de printemps...surtout ces temps-ci ! On en rajoutera donc peu. Gros effort.

Une fin de saison sans Etendard, me dis-je, serait comme une fin sans panache. Vite dit ! Chaque saison est particulière, celle-ci fut longue ; on ne peut donc pas l'achever par une sortie de fainéante. Elle fut aussi merveilleuse que cruelle. N'oublions rien, ni personne.

Aurai-je la force de mener cette course-ci à bout avant que la chaleur n'ait raison de la neige et de moi ? La journée révéla qu'un dégât matériel mineur peut faire l'affaire pour gâcher la fête.

La veille, les eaux boueuses de la Romanche annonçait la couleur : un brun glauque fantôme de nos neiges chéries ayant abandonné la partie. 

Depuis mon bivouac, je voyais Belledonne où le jour et la nuit se livraient sanglant combat. On a beau en connaître l'issue, on attend toujours avec la même fascination suspecte le moment où l'encre absorbera le sang. Moment irréversible entre tous où seuls les astres apportent une illusoire consolation.

Il a bien fallu descendre du col des Tufs vers le refuge alors que la nuit n'était que pâlement blanchie par quelques étoiles en voie d'extinction et une lune croissante immaculée qui s'accrochait au firmament telle la blanche Virgule dans le ciel du Grésivaudan au cours d'un beau jour d'hiver chartrousin

Et quand enfin les prémices de l'aube signalèrent la naissance inéluctable d'un jour prometteur, je me souvins de ces deux vers d'Eugenio Montale

« Il tenue bagliore strofinato/laggiu non era quello d'un fiammifero »

(La lueur ténue frottée/ là-bas, n'était pas celle d'une allumette).

Arrivée dans le vaste pays lacustre, telle Persée, mais sans sandales ailées, je résolu, par superstition, de ne pas poser les yeux sur l'Etendard-Gorgone mais uniquement sur son image se reflétant sur les lacs d'argent car de bouclier de bronze je n'en avais pas. Je n'ai pas dû tenir ma résolution car comment ne pas s'abîmer d'admiration devant l'Etendard qui enfin se dévoile et vous fait comprendre tout ce qui vous sépare encore tous les deux ?

Mais bientôt je fus dépassée – non-événement auquel je suis habituée – par deux jeunes gens fringants, souriants et tout et tout. Nous fîmes rapidement connaissance et bientôt ils ne furent plus que passants ayant passé mais à présent des visages sur des pseudos. Moment sympathique de la journée.

Ce qui fut moins sympathique, ce fut l'étrier d'attache de l'une de mes peaux qui se rompit. Aurai-je malmené, surmené, négligé le matériel au cours de cette longue saison que j'ai optimisée sans parvenir tout à fait aux 200 000 qui semblent devenir la norme ? Toujours est-il que j'ai dû sortir mon rouleau de scotch pour ficeler la chose. Las, ça tenait quelques centaines de mètres puis la neige gorgée d'eau et les carres des skis réduisaient le scotch en charpie. J'ai renouvelé l'opération 3 fois, puis à 100m du sommet, la fournaise s'intensifiant et ma patience s'épuisant avec moi, j'ai jeté l'éponge. L'étendard n'a pas été hissé et je ne me suis pas hissée jusqu'à son faîte. Dommage pour une – sans doute – dernière. Ceci m'agace plus que cela ne m'affecte, l'important n'est pas là. Mais ici :

Ce que je partage ici c'est ma flamme qui, telle celle de la bougie, peut être partagée sans que j'en sois moins éclairée. Ce que vous partagez ici, c'est votre flamme qui éclaire mon chemin comme elle a éclairé le vôtre même si c'en est un tout autre. Mille mercis à tous ces lumignons qui brillent dans ma nuit de skieuse-randonneuse comme la vaste voie lactée dont j'ignore tout mais ressent comme une discrète mais chaleureuse fraternité.


Itinéraire suivi : le 14/6 : col de la Croix de Fer/bivouac vers col des Tufs - le 15/6 : col des Tufs/topo Etendard jusqu'à environ 3300m
Horaires : 4h30-13h30

pulsatille printanièrepulsatille printanière
une sorte de primevère naine ?une sorte de primevère naine ?
le Grand Perron au soleil couchantle Grand Perron au soleil couchant
Aiguille de l'Argentière et les grands de BelledonneAiguille de l'Argentière et les grands de Belledonne
cieux du soircieux du soir
secteur du Rocher Blanc, Rocher Badon et Argentièresecteur du Rocher Blanc, Rocher Badon et Argentière
vers le premier quartiervers le premier quartier
débâcle et Grand Sauvagedébâcle et Grand Sauvage
sable ôcre et eaux turquoisessable ôcre et eaux turquoises
aurore sur le lac Bramantaurore sur le lac Bramant
quand le Sauvage se mirequand le Sauvage se mire
impressionnismeimpressionnisme
encore un jeu de miroirencore un jeu de miroir
il filent vers l'Etendardil filent vers l'Etendard
cimes de la Barbarattecimes de la Barbaratte
bivouac (photo de la veille)bivouac (photo de la veille)
derniers rayons sur Montfroid (photo de la veille)derniers rayons sur Montfroid (photo de la veille)
mon petit lac privé (photo de la veille)mon petit lac privé (photo de la veille)

Commentaires

Piero73, le 15.06.21 22:40

Le sommet est un but, et parfois on bute ..... L'essentiel n'est pas forcément d'aller jusqu'au bout,même si ça peut agacer...
Si c'était la dernière, bel été à vous.

J
jpc, le 15.06.21 23:11

Alors là, c'est le Louvre de la photo, cette sortie !! Je les ai (presque) toutes cochées ! en commençant par la 4, mais la 7 aussi, et la 9, ah et la dernière…

H
HautsPlateaux, le 15.06.21 23:26

Vous nous régalez dame Taramont autant de la flamme de votre poésie que de la lumière passant à travers vos yeux. Merci pour toute cette saison de partage 

Den's, le 15.06.21 23:36

Terrible cette photo 4 !
Bravo pour cette énième belle sortie ! 👏

L
Laurent B..., le 15.06.21 23:44

ça valait la peine de passer du temps pour les photos! ;) Pour ma part pas le courage du bivouac, dodo dans la voiture pour arriver à dormir pas trop mal... mais ce n'est pas la même ambiance assurément!

Piero73, le 16.06.21 05:10

Wahou...quand j'ai posté mon commentaire, il n'y avait que deux photos...mais la, c'est un festival de couleurs et d'art...pas de mots...les photos racontent la sortie.

P
p1p1, le 16.06.21 07:58

On brûle (tous à priori !) d'envie de lire les sorties de Taramont ( ma plume d'or)..💪💪👌

J
jjbibi, le 16.06.21 08:37

Beau texte, merci de m'avoir un peu rappelé l'ambiance, la motivation et l'insouciance de ma jeunesse 

D
Dan34, le 16.06.21 08:37

Merci pour ces photos et leurs commentaires.La #2 sans doute des primevères hirsutes.

J
jlmz, le 16.06.21 09:13

La montagne vous inspire et nous en profitons tout au long de la saison. Passez un bel été

J
jujutriple, le 16.06.21 09:15

Sympa la photo montrant le Grand Perron. Derrière lui au fond, un peu à droite, vous avez aussi le fameux Grand Perron des Encombres.

davidl, le 16.06.21 11:15

Les étriers de peaux en métal c'est fini, has-been, cafiste etc. Maintenant c'est élastique 3mm avec une encoche sur le ski (faisable à la perceuse), c'est aussi ultra costaud.

H
HDlameije, le 16.06.21 14:08

Finir sa saison sous les lueurs matinales de l'est reste un privilège que peut se donne la peine de connaître. Elles inspirent et guident la plume.Vivement la prochaine saison ! Et merci pour vos magnifiques CR. Enfin, avoir fait presque 80.000 m inspire le respect.

skifan, le 16.06.21 18:20

Toujours aussi belles photos, et récit inimitable...

Y
yougs_4, le 16.06.21 20:34

Superbe

W
Wildmountain, le 17.06.21 06:04

Voie lactée, oh soeur lumineuse 
Des blancs ruisseaux de Chanaan
Et des corps blancs des amoureuses
Nageurs morts, Suivrons nous, d'ahan, 
Ton cours vers d'autres nébuleuses ? (Appolinaire)

W
Wildmountain, le 17.06.21 06:06

Merci pour le beau moments en images et en mots ;-)

J
JulBont, le 17.06.21 08:03

J'apprécie les lumières du matin mais il faut avouer que celles du soir sont pas mal non plus ! 😏

moms, le 17.06.21 21:12

Un récit toujours aussi poétique et très agréable à lire et des photos toujours aussi belles.. Bel été à vous 😉 

Y
yves.dournon, le 17.06.21 21:46

Ouah ! que de belles photos bravo

S
SebLav, le 18.06.21 08:42

photos 2 : Primula hisuta je confime... la petite championne du mois de juin en altitude.

T
taramont, le 19.06.21 08:54

Merci aux poètes qui me ravissent, aux experts (botanique, photo, itinéraires, matériels, nivo, etc) qui m'instruisent, aux grands qui jettent un coup d'oeil dans la cour des petits, à tous ceux qui m'ont encouragée, servis de modèles et même parfois accompagnée (ce qui n'est pas rien...).
Merci à ceux qui font vivre ce site et s'évertuent à nous le rendre agréable.
Pour le futur, le souhait qui me tient le plus à coeur c'est que plus jamais nous ne perdions l'un des nôtres en cette si belle route qu'est le chemin de la montagne.
Bel été à tous !

Cette sortie