ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

Sorties > Ecrins > Avant la Haute Couture des Aupillous, un peu de prêt-à-porter

Avant la Haute Couture des Aupillous, un peu de prêt-à-porter ⭐⭐

Massif : Ecrins
Départ : Chalet du Gioberney (sentier du Ministre) (1571 m)

Topo associé : Pas des Aupillous, versant Ouest

Orientation : W

Dénivelé : 1560 m.
Ski : 3.2

Sortie du jeudi 27 mai 2021

taramont

Conditions nivologiques, accès & météo

Météo/températures : température clémente, grand beau, pas de vent
Conditions d'accès/altitude du parking : RAS 1571m
Altitude de chaussage/déchaussage : nous avons porté toute la montée pour plus de confort - déchaussage 50m au-dessus de la cabane du Pis en rive G (2050m)
Conditions pour le ski : excellentes de bout en bout, velours ou encore un peu dure, un peu acrobatique sur les 100 derniers mètres

Activité avalancheuse : tout est parti...mais heureusement bien des jours avant notre passage

Skiabilité : 🙂 Bonne

Compte rendu

Qui eut dit qu'un jour le prêt-à-porter s' inviterai dans la quintessence des Ecrins ? Et pourtant !

Consultée sur l'état de l'enneigement du vallon du Pis, D. (D comme décourageante) a laissé tomber : « faut être prêt-à-porter » ! Me dire ça à moi qui ne jure que par la Haute Couture ! Enfin, surtout la couture qu'on porte dans les hauteurs, en fait.

C'était oublier que pour fréquenter la Haute Couture de la neige haut perchée, j'étais prête à faire la mule sur un bon 400m. Le prix est le prix, ici on ne négocie pas, et je connais la qualité du produit, l'ayant déjà savouré plus d'une fois. Marie n'a pas bronché quand je lui ai annoncé le tarif.

Aurons-nous droit là-haut à du velours, du brocard, de la moire, des dentelles, des festons ? Sûrement un peu de tout cela. Faute de remplir à présent tous les critères pour nous y promener en mannequins, nous serons les cousettes des cimes.

En attendant, revenons à notre état présent. En sorcières des neiges bien informées, il ne nous avait pas échappé que c'était la pleine lune de mai. Notre place aurait-elle dû être dans la ronde d'un sabbat ou dans le vallon du Pis à la fin de cette nuit ? Je laisse la question ouverte et la porte aussi car il est temps de nous mettre en route. Mais que se passe-t-il en cette nuit finissante dans le Valgaudemar ? C'est bien simple : même les sorcières peuvent être étourdies et ne pas consulter le calendrier lunaire ; or, il se trouve qu'en fin de période de lune descendante, la lune ne peut pas être haut dans le ciel. Coup de chance, on l'a encore aperçue se cacher comme une voleuse derrière l'Aiguille de Morges.

Sur le sentier du Ministre, nous avons pris notre train de sénatrices, sans stresser : le texte soumis à notre sagacité – et surtout à notre pugnacité, on le verra vite ! - quoique un peu long, ne devrait pas poser de problème majeur et la sieste sous les argousiers garantie.

C'était encore une erreur. Arrivées avec le jour à la cabane du Pis, la vision d'un chaos apocalyptique doucha nos espoirs d'affaire vite pliée mais n'entama pas notre sérénité. Dans un premier temps du moins. Baskets rangées, les skis reprirent la place qu'ils avaient occupé sur près de 500m, c.à.d. sur nos dos. Au bout d'un certain temps d'un nouveau sport, le « saute-boules avec crampons », Marie qui ne sait pas encore qu'en montagne, comme ailleurs, à chaque minute suffit sa peine, commença à émettre quelques doutes sur la façon de négocier ce bouzin à la descente. J'eus envie de lui citer Nathanael Hawthorne « Les gens devraient réfléchir avant de se rendre à une invitation dans le royaume de nulle part » mais j'ai trouvé la formule certes belle mais pas vraiment encourageante. Ou alors je pensai lui conseiller de disserter une formule de ma propre invention « la conjugaison du verbe montagne est complexe et infinie » mais là j'ai crains qu'elle ne reste plus concentrée sur l'instant et fasse un nouvel accroc à son joli pantalon avec ses crampons aiguisés de neuf. Alors, je me suis fendue d'un banal « mais si, ça va le faire, d'ici qu'on descende tout ça sera ramolli et sous le soleil la pente te paraîtra ridicule »

Mais tout a une fin, même 500m de vallon ravagé et au bout du ressaut nos peines n'étaient plus que souvenir négligeable. Ici : luxe, calme et velouté. Bordées de flammes de pierre, le cirque du Glacier des Aupillous est un petit bijou. Son recul a entraîné une dépression à sa base, on aurait envie de tracer droit à travers mais la pente qui la domine est plus forte qu'elle n'en a l'air à première vue. Il vaut donc mieux, à mon avis, contourner en rive G (contrairement au tracé sur la carte IGN). Ce qui vous toise de là-haut est impressionnant : cathédrales, flammes de pierre, campaniles, rien que du beau monde dans la Beauté du monde. Restent alors les derniers 300m, soutenus mais paisibles sans exposition, le but est visible mais il faut encore un peu s'employer pour l'atteindre.

Enfin, c'est le Pas, le Graal, la Béatitude. Béates nous le sommes devant ce décor archétypique des Ecrins. En contrebas du Pas, versant E, la vue plonge dans le vallon des Bans, apparemment aussi ravagé dans sa partie inférieure que celui du Pis.

Comme prévu, la descente est velours jusqu'au début des hostilités mais, comme par miracle (ou un discret hocus-pocus formulé en douce ?), en rive G une croupe effilée encore enneigée...pour quelques jours..., suivie d'un « trottoir » en bordure de la coulée, nous permet de nous retrouver environ 50m au-dessus de nos baskets après avoir traversé horizontalement.

Que dire du goût de la bière à l'Hôtel de l'Olan ? Rien, vous seriez envieux.




Itinéraire suivi :topo
Horaires : 4h30 - 13h30
avec Marie

veille au soir :toute  la course est devant nousveille au soir :toute  la course est devant nous
le Sirac sort de sa nuitle Sirac sort de sa nuit
aube timideaube timide
début du chemin de croixdébut du chemin de croix
ceux qui veillentceux qui veillent
rive G de la Séveraisse déjà inondée de soleilrive G de la Séveraisse déjà inondée de soleil
du côté des Rouiesdu côté des Rouies
Marie à la pause...et à la poseMarie à la pause...et à la pose
traversée du Glacier des Aupilloustraversée du Glacier des Aupillous
vue sur les 300m finauxvue sur les 300m finaux
un maquis de cimesun maquis de cimes
pureté des lignespureté des lignes
groupe Jocelmegroupe Jocelme
Sirac en arrière planSirac en arrière plan
coup d'oeil vers le vallon des Banscoup d'oeil vers le vallon des Bans
encore un veilleurencore un veilleur
de G à D : Bonvoisin, Jocelme, Siracde G à D : Bonvoisin, Jocelme, Sirac
ski parfait sur le glacierski parfait sur le glacier
asphodèleasphodèle

Commentaires

T
taramont, le 30.05.21 13:31

Merci à tous ceux que cette partie de pétanque suivie d'un songe éveillé a eu l'heur de plaire 🧙‍♀️

Cette sortie