ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

Sorties > Vanoise > Tryptique en Vanoise

Tryptique en Vanoise ⭐

Massif : Vanoise
Départ : Champagny-le-Haut (1475 m)

Topos associés : Col de la Grande Casse, Versant Ouest Becca Motta, voie normale

Sommets associés : Col de la Grande Casse (3096 m) Le Grand Bec (3399 m) Becca Motta (3045 m)

Orientation : N

Dénivelé : 3900 m.
Ski : 3.2

Sortie du mercredi 14 avril 2021

rhododendron, Piton

Conditions nivologiques, accès & météo

Météo/températures :

 J1, grand beau, chaud dans la montée à Becca Motta. Nuages abondants en après-midi, il neige à partir de 19H et une bonne partie de la nuit.
 J2: froid matinal ,très beau se couvrant dans la journée. Il neige abondamment à partir de 19H et jusqu'au matin.
 J3 Très, très froid et venteux. Brouillard peu dense  au dessus de 2000 m.

Conditions d'accès/altitude du parking : route noire jusqu'au Bois de Champagny.
Route du Laisonnay non déneigée , encore praticable à ski à la descente.
Altitude de chaussage/déchaussage : 1475 m, le Bois. J1 Montée au plan des Gouilles encore enneigée, couteaux bienvenus. J2 Quelques déchaussages en amont du Laisonnay .
Conditions pour le ski : Excellentes tout le temps , bien qu'en conditions très variables.
J1, Becca Motta, Moquette superbe.
J2, Grand Bec,15 cm de poudreuse sur fond dur au sommet, le Crux à 2700m passe encore bien sur la branche de gauche , malgré la glace visible en deux points. Moquette printannière sous 2500 m.
J3, glacier de l'Epena, poudreuse incroyable. 
35/40 cm tombés dans la nuit, très froide et légère.
Activité avalancheuse : rien, mais méfiance le dernier jour.

Skiabilité : 😄 Excellente

Compte rendu (par rhododendron)

itinéraire:
J1 Le Bois, refuge du Plan des Gouilles, Becca Motta, refuge du Plan des Gouilles.
J2 refuge du Plan des Gouilles, Grand Bec, glacier du Troquairou, Le Laisonnay, refuge de la Glière.
J3 refuge de la Glière, jonction glaciers Epéna et Risolin, refuge de la Glière, Le Laisonnay, Le Bois.


Mercredi, 9H, nous abandonnons derrière nous les attestations ,alibis et justifications qui nous ont conduit jusqu'à Champagny-le-Bois. Les sacs sont lourds et dodus, nous ne sommes pas très doués pour faire compact et léger.
   Dans la forêt, les couteaux s'imposent rapidement sur le chemin verglacé. Nous adoptons le mode tracteur, un pas derrière l'autre , sans précipitation.
Le soleil consent à nous rejoindre lorsque nous abordons les premiers alpages.
   Au refuge du Plan des Gouilles, pas âme qui vive, mais les traces et la chaleur d'une occupation récente : vaisselle qui sèche, tisons dans le poële..
Sans tarder , délestés de quelques kilos inutiles , nous prenons la trace de la Becca Motta, royale de bout en bout. Trois skieurs euphoriques tracent déjà la pente, il nous reste encore un bon 600 m à grimper , et il fait très chaud.
Ouf ! C'est notre tour, 13H, la moquette est déroulée , en avant pour la magnifique mais trop courte  pente Nord-est. 
Conditions idéales .
   De retour au Plan des Gouilles, il faut faire fondre la neige, scier du bois.
Nous serons seuls ce soir et mieux vaut avoir chaud.
Seuls? Ah bon?  Ah non...
A 17H,  le chrono s'emballe. Un , puis deux et trois Lyonnais bravant les interdits nous rejoignent.
Trois de leurs collègues ont préféré dormir plus bas, ils les attendront pour démarrer demain.
A 18H, un chasseur alpin(ça y est , nous sommes pinçés!), puis six autres qui le suivent. Au menu ce soir , il y aura fondue , bière et bonne rigolade. 
Ambiance à la hauteur de l'évènement. D
ans certains bars de Manhattan, en pleine prohibition , ça devait ressembler un peu à ça.
Dehors , le temps s'est bâché progressivement dans la soirée, et maintenant la neige tombe , fine et obstinée, jusque tard dans la nuit.
Nous dormons près du poële, Les militaires occupent le dortoir du bas et les Lyonnais celui du haut.
+1660m / -700 m

Jeudi , 8H30, petite équipe oblige , nous sommes les premiers prêts à partir.
   Dehors, deux postulants au Grand Bec arrivent de la vallée. La trace est à refaire , mais la neige est douce et peu épaisse.
Dix à Quinze centimètres sont tombés dans la nuit.
C'est le Piton qui s'y colle, dans la grande traversée silencieuse qui nous mène sur la rive gauche du Troquairou.
A cet endroit , les militaires, peu embarrassés par la fondue qu'ils ont sur l'estomac , nous rejoignent et passent devant. Leur septuple trace nous rendra bien service.
Je me déleste d'une partie de mon matériel pour les 500 derniers mètres , mais Gilles préfère ne rien abandonner. Peur de vieux garçon , me dit-il.
Dans la pente terminale nous préférons faire une trace alternative à celle des chasseurs alpins, moin raide.
 Les quinze derniers mètres à pied sont très aériens et cornichés.Nous y avançons un museau prudent ; p
as le moment de faire les andouilles ! Il y a du monde dans les grands couloirs de la Grande Casse.
   Il doit être environ 12H30 quand nous commençons à descendre , précédés des septs hommes en blanc, pas rejoints encore par les autres équipes.
Poudre sur fond dur , les pentes du haut s'avalent comme une douceur au miel à la fin d'un bon repas.
Un petit arrêt sur la trace de montée  pour récupérer mon matériel , puis c'est l'étroiture à 2700 m. 
On fait pas trop les fiers , c'est bien rapé-gelé , alors dérapage et glissade sur  vingt mètres nous permettent d'envisager la suite.
Et la suite , c'est du bon jusqu'au bout, môôôquette s'il vous plait, facile, même avec les enclumes sur le dos.
Fin de la pente au travers du bois clairsemé, ç
a passe partout, grâce à la fine couche redéposée cette nuit.
   Au Laisonnay , une pause séchage des peaux nous laisse le temps de grignoter et récupérer un peu d'énergie. Le soleil se cache  pile à ce moment, alors on abrège.
Commence alors la remontée vers le refuge de La Glière, longue et pénible pour les deux mulets déjà fatigués que nous sommes.
Le ciel fait grise mine depuis un moment déjà quand nous découvrons le refuge , caché dans son trou.
Thierry est là depuis deux jours .
Il a froid depuis deux jours. Alors nous jurons de réchauffer l'athmosphère et le thermomètre en fin de soirée affiche +10 degrés ,  conquis de haute lutte.
La soirée est agréable et chaleureuse, le coucher tardif. Il neige depuis la tombée du jour, et nous savons que demain il devrait faire un peu moins beau que les jours précédents.
+1020 m/ - 1800 m / +400m

Vendredi, 9H. Il ne sert à rien de se dépêcher ce matin.
   Le jour est arrivé en plein brouillard , au milieu des derniers flocons.
 Nous avions prévu La Vallaisonnay, mais hier Thierry nous a si bien vendu les mérites des versants Nord qu'il nous a décidé pour le Col de la Grande Casse.
Lui s'en retourne à la maison , de l'autre côté du massif.
Pour la neige, réussite totale , pour la température et les conditions , pas si sûr ! La Roche Noire et la Vallaisonnay gardent longtemps leur ensoleillement , quand nous plongeons presque immédiatement  dans le congélateur Nord, visibilité intermittente et aléatoire.
Passée le lac de la Glière,la trace  s'enfonce et disparait sous quarante cm de poudre. Mon vaillant Piton s'emploie alors à dessiner un nouveau et courageux sillon sur 800 m de dénivelée.
   Au point 2805, Jonction des glaciers de l'Epena et de Risolin ,un vent violent nous accueille. Nous avons multiplié les couches , mais sans succès, contre le froid.
A contre coeur nous lâchons l'affaire mais, jolie consolation,  les nuages bousculés nous laissent entrevoir le spectacle grandiose des séracs et des parois sombres de la grande Casse, comme une promesse de retour.
   La descente  est alors à la fois terrible et merveilleuse.
Le froid nous enserre , les doigts font mal à pleurer, nous n'arrivons à récupérer chaleur qu'en arrivant au lac.
Mais tant de neige , tant de poudre , sans une courbe avant les nôtres , au mois d'Avril, ca tient tout simplement du miracle !
   Au refuge de la Glière , nous faisons réchauffer un thé, nous mangeons un peu. La température à l'intérieur est de nouveau passée sous zéro, après quelques heures sans chauffage.
La descente  au Laisonnay se passe mieux que prévu, un seul petit déchaussage , et un final un peu accrobatique  dans le torrent.
   L'envie nous prend alors de ralentir; il faut atterrir. La piste de fond ,encore skiable, est là pour ça, finir le nez en l'air , musarder en repassant les images et les sensations. Arrivée  en douceur sur les terres  civilisées du Bois.












Montée en forêt J1Montée en forêt J1
montée au Plan des Gouillesmontée au Plan des Gouilles
Becca Motta tracéeBecca Motta tracée
Montée au Plan des GouillesMontée au Plan des Gouilles
refuge du Plan des Gouillesrefuge du Plan des Gouilles
trace vers Becca Mottatrace vers Becca Motta
Sommet Becca MottaSommet Becca Motta
Becca Motta NEBecca Motta NE
Sciage et menus travauxSciage et menus travaux
Plan des Gouilles au matinPlan des Gouilles au matin
Rive gauche du Troquairou, poursuivants en contrebasRive gauche du Troquairou, poursuivants en contrebas
traçage pour le Grand Bectraçage pour le Grand Bec
Grand Bec , traversée à 2800 mGrand Bec , traversée à 2800 m
Grand Bec , poursuivants passés devantGrand Bec , poursuivants passés devant
Grand Bec en excellente conditionGrand Bec en excellente condition
Grand Bec , pente sommitaleGrand Bec , pente sommitale
Grand Bec.Grand Bec.
Grand BecGrand Bec
(trop)gros sacs, mais la neige est bonne;(trop)gros sacs, mais la neige est bonne;
refuge de la Glière .Jour blancrefuge de la Glière .Jour blanc
Blanc sur blanc, J3Blanc sur blanc, J3
montée frogorifique, J3montée frogorifique, J3
Lac de la GlièreLac de la Glière
glacier de l'Epénaglacier de l'Epéna
Glacier de l'EpénaGlacier de l'Epéna
descente vers le Laisonnay;Quelques déchaussages.descente vers le Laisonnay;Quelques déchaussages.
Arrivée-torrent au LaisonnayArrivée-torrent au Laisonnay

Commentaires

T
taramont, le 19.04.21 16:12

Ben dis donc ! une rhododendron gelée, je n'avais jamais vu ça ! mais gelés ou pas, votre forme est éblouissante !

Cette sortie