ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

Sorties > Bornes - Aravis > Le Chien fantôme du coillu à Bordel

Le Chien fantôme du coillu à Bordel ⭐

Massif : Bornes - Aravis
Départ : Col des Aravis (1486 m)

Topos associés : L'Etale, Coillu à Bordel Blonnière, Combe à Marion

Sommet associé : Blonnière (2369 m)

Orientation : N

Dénivelé : 1800 m.
Ski : 3.2

Sortie du mardi 13 avril 2021

titoutim

Conditions nivologiques, accès & météo

Météo/températures : Froid et venté le matin - Frais non venté sur les sommets - Froid et petite bise en fin d'aprem - Quelques cumulus à partir de 15h
Conditions d'accès/altitude du parking : Route dégagée avec un peu de neige poussée par le vent
Altitude de chaussage/déchaussage : 1500
Conditions pour le ski : Très moyennes
Activité avalancheuse : Nombreuses plaques de surface dans Blonnière, bonnes accumulations dans les ruptures de pente à distance des crêtes, moins près des crêtes

LieuAlt.Ori.HeureQté.TypeCom.
Pentes d'accès à la Combe Marion1500-2000N8-10h5Plaquée - fond dur
Couloir du col Marion2000-2300N10h3010-50Poudre dense travaillée
Blonnière2300-1700W11h10-20Croutée fine sur le haut puis croute épaisse sous 2000
Coillu à Bordel1700-1900NW12hRegelée croutée
Coillu à Bordel1900-2100NW12h3020-50Accumulations de neige dense, un peu plaquée en surface sur fond dur
Haut du chauchefoin2100-2200SW13h20Poudre sur herbe en haut, plaquée croutée jonction Coillu

Skiabilité : 😟 Médiocre

Compte rendu

Alors que nous étions parvenu au bas du coillu,
Alors que nous avions découvert l'entrée du bivouac magique, (caché sous un rocher)
Alors que nous avions tracé la Combe à Marion (en montée) puis Blonnière (en descente)
Alors que le vent n'arrêtait pas de tourner, de faiblir puis de se renforcer,
Alors que la neige n'était bonne qu'à voir mais pas à manger (ni à skier)
Alors qu'un cumulus précoce pointait le bout de son nez sur la Tournette,
Alors qu'un mulot suicidaire se jetait de la dent du Chatelet,
Alors que c'était l'hiver à la mi-Avril,
Alors que Romy avait déclenché une petite plaque dans un talus

Bien que nous n'ayons pas encore bu la Chartreuse (même si ça n'allait pas tarder)
Bien que nous ne soyons pas fous (ou si peu), ou que nous le savons pas,
Bien que l'hélicoptère jaune ait choisi de passer à droite plutôt qu'à gauche,
Bien que l'italie soit à vol d'oiseau, ce que la grèce est à la Martinique
Bien que la neige ne soit pas fantastique, malgré des montagnes de plastique
Bien que nous ayions dépassé la limite des 10 km, sans voir le panneau qui l'indiquait

Nous avons bu, pardon, vu un chien, sur le haut du Coillu à Bordel, au niveau des premiers skieurs qui entamaient, à ce moment précis, leur descente.
Nous avons vu distinctement ce chien, 3 que nous étions, soit 2 paires de yeux pour un total de 7 pupilles entraînées à déceler le moindre mouvement insolite
Nous avons même imaginé le nom de ce chien, nommé Milou le temps de son apparition,

Sauf que de chien, il n'y en avait pas,
Après une enquête menée avec précision par l'inspecteur Thib, le commissaire Romy et votre dévoué limier titoutim,
Auprès de 5 skieurs présents au même moment dans le Coillu, invités à boire un verre de Chartreuse avant de donner leur version des faits,
Nous sommes arrivés à la conclusion suivante, il n'y avait pas de chien,

Non ce n'était pas un chien, c'était un éléphant
Du moins c'est ce qu'un skieur en anorak jaune accompagné de sa fille nous a indiqué (après avoir bu la Chartreuse)

Un éléphant qui se baladait, (je suis sur que vous aurez la chanson dans la tête)
A défaut d'éléphant, il y avait bien ses traces, le couloir étant raclé de haut en large après 5 skieurs seulement,

Mais non ce n'était pas un éléphant, Hannibal c'est du passé, le cirque Maxime, c'est du passé, Dumbo c'est du passé,
Alors c'était peut-être le chien fantôme du couloir du chien, venu visiter un autre couloir spécial des Aravis
Si jamais vous le croisez, n'en parlez pas, vous pourriez passer pour des fous.


Commentaires

T
taramont, le 14.04.21 09:52

est-ce si grave de passer pour ce que l'on est ? (ça m'arrive souvent et ne m'en porte pas plus mal)
pourquoi vous ne mettez pas une vos lumineuses photos en en-tête ?

T
titoutim, le 14.04.21 11:00

@Taramont
Il y a une belle citation qui dit "Heureux soient les fêlés car ils laisseront passer la lumière" :)
Pour la photo d'en tête, je vais regarder comment faire, je n'ai pas encore pris le temps d'explorer le fonctionnement de la nouvelle interface
PS: Merci pour le compliment lumineux sur les photos

T
taramont, le 14.04.21 14:10

c'est facile puisque je sais faire :avec la souris (pas avec le doigt !) vous pointez en haut à D de la photo choisie, s'ouvrent alors 4 possibilités, de D à G : tourner la photo à G, tourner la photo à D, la supprimer et "définir la photo comme en-tête", cliquer sur cette dernière icône - je vérifierai plus tard si mes explications ont été claires

R
rupicapra, le 16.04.21 10:16

au fait, vous l'avez vu ce chien ???Connaissez-vous cette superstition en usage à l'époque et constatée par Pierre Mélon, écrivain naturaliste chasseur, relatée dans son livre "chasseurs de chamois" (éditions victor Attinger) ?Au sommet de l'Etale, il avait trouvé un chien attaché court depuis plusieurs jours."ce n'est plus qu'une carcasse aux côtes saillantes où tous les os pointent. Il a du soutenir des combats terribles contre les aigles, car voici des plumes et du duvet fauve arrachés à coups de gueule, et le nez du chien est tout déchiqueté de coups de bec et e griffes qui visaient les yeux....Les sauvages ont employé pour attacher le chien une de ces chaînes qui servent à attacher les vaches à l'écurie....Un lien de vache...Mais Jean-Louis a changé de figure, et de grosses gouttes de sueur coulent sur sa face rude...Monsieur, il faut rattacher ce chien et le laisser là, et faire comme si nous n'avions rien vu...Ils sont allés consulter à Genève, ou bien c'est celui d'Etrembières. Vite, aidez-moi à remettre la pierre sur la chaîne..."à l'époque, on consultait des "sorciers" de genève ou d'étrembières si les vaches étaient malades et gonflaient; c'était une médication radicale et il ne fallait pas transgresser leurs prescriptions.Le paysan auquel Pierre Melon avait confié ce chien a été retrouvé quelques semaines plus tard assassiné dans le bois du creux de la mine. 

Cette sortie