ActuTopo-guideSortiesForumsPhotosMatosAnnoncesConnexion
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

Sorties > Grandes Rousses - Arves > Pic Blanc du Galibier, Combe Sud-Est

Pic Blanc du Galibier, Combe Sud-Est

Massif : Grandes Rousses - Arves
Départ : La Marionnaise (les Sestrières) (1980 m)

Topo associé : Pic Blanc du Galibier, Combe Sud-Est

Sommet associé : Pic Blanc du Galibier (2955 m)

Orientation : SE

Dénivelé : 995 m.
Ski : 2.2

Sortie du dimanche 28 février 2021

GerardLRDD

Conditions nivologiques, accès & météo

Soleil Nuage accroché au sommet Vent
Etat de la route : dégagée Altitude du parking : 1980
Altitude de chaussage (montée) : Parking
Altitude de déchaussage (descente) : Parking en contournant les plaques d'herbe

Activité avalancheuse observée : RAS

LieuAlt.Ori.HeureQté.TypeCom.
Table d'orientation24309H45Dureavec beaucoup de creux et de bosses dus au sable
Sommet295511h55Dure
Casse-Croute270012h45Moquette

Skiabilité : 😐 Correcte

Compte rendu

Avec Gérard, Rémi et Stéphane.

Départ matinal à 6h pour rejoindre Grenoble, prendre Rémi puis Gérard et en route pour le Lautaret.

2-3 questions pour piéger un éventuel oubli de matériel, tout est bon... enfin semble bon...

On roule bien, on ne voudrait vraiment pas traîner pour, si possible, éviter les bouchons du soir (j'ai encore en tête les 1h30 de perdu la semaine dernière sur le même trajet).

Soudain, inquiétude de Rémi : "Hé les gars, désolé, je crois que j'ai oublié..."

Et là, tout se passe en une fraction de seconde, on revoit défiler dans nos têtes le début de notre sortie au Petit Som, avec Alexis qui s'est aperçu qu'il avait oublié ses peaux en arrivant sur le parking. On a dû aller les chercher et on avait pris 2h de retard sur l'horaire. Va-t-on avoir une nouvelle performance qui va entrer en lice pour le concours du Boulet d'Or 2020-2021 ?

"...ma bouffe !..."

Ouf, ça n’est que la bouffe. Désolé Alexis, tu es toujours le Boulet d’Or… Avec Gérard, on est large niveau ravitaillement, on va pouvoir partager, tant en barres que sandwiches. Et on peut même essayer de trouver une boulangerie sur la route, histoire d’acheter un sandwich… ce qui sera chose faite à la boulangerie de la Grave.

Arrivée vers 8h au parking vers les Sestrières, on est les 2ème. Tranquille... mais pas tant que ça. Vite c'est le débarquement avec 1, 2, 3, plein de voitures qui se garent à côté de nous. Ben, on ne sera pas seuls sur le chemin…


On se prépare, on met les planches, on s’éloigne du parking, check DVA, dans les règles de l’art (comprendre avec une bonne prise de distance, pour pas se prendre une branlée par le fantôme de notre formateur) et à 8h15 on est prêt à partir.

On se lance, on contourne la 1ère épaule par la gauche, pour éviter les caillasses de la droite.

La neige n’est pas top. Elle est plutôt dure, avec un petit centimètre de fraîche tombée pendant la nuit.

On bataille un peu dans un passage pour rebasculer dans la combe que l’on doit prendre mais à part ça, tout va bien.

On continue de remonter. La neige est vraiment pourrie. Soit elle est dure, soit il y a beaucoup de creux et de bosses dus au sable, qui fait fondre beaucoup plus la neige là où il est déposé. Et entre tout ça, quelques langues de poudreuses, agréables au passage agrémentent la montée.

Sur la droite, au loin, un bouquetin fait son apparition. Petit à petit il monte au milieu des rochers, sans difficulté. On le garde un moment sur notre droite, montant toujours plus haut dans les rochers.

On le laisse derrière nous, on continue de monter, Rémi un peu plus tranquillement car aujourd’hui la forme n’est pas olympique. Il nous fait presque une petite hypo. On se dit qu’il va grignoter un petit truc, histoire de se requinquer… sans penser qu’il a oublié sa bouffe et qu’il n’a donc qu’un sandwich. Et comme il ne demande pas, on ne pense pas à lui donner ce qu’il faut.

On arrive à la route et à une petite table d’orientation où on fait une petite pause. Le temps que Rémi arrive, avec Gérard on mange une petite barre et c’est là que je percute : Rémi n’a rien à se mettre sous la dent… et en plus il est en hypo. On s’excuse de ne pas y avoir penser et on lui donne de quoi reprendre des forces.

On repart pour la suite. Un petit vent qui ne va pas s’arrêter de forcir nous accompagne. On décide de passer par la gauche de la combe. On s’éloigne des pentes du Petit Galibier Ouest et la neige nous semble meilleure, ou tout du moins, moins pire… En fait, pas de changement. C’est soit dur soit plein de trous. On repère une petite combe qui a l’air sympa que l’on pourra prendre à la descente où de la neige fraîche semble s’être déposée et où il n’y a pas de trace.

Une fois dépassé le Petit Galibier Ouest, on file à droite pour remonter sur la Crête qui emmène au pied de l’objectif.

La dernière partie est plus difficile. Le vent souffle vraiment fort, la neige est également bien plus dure, très accidentée. Et après un dernier effort, on débouche au sommet, dans le nuage qui semble y être accroché.

Par intermittence, on aperçoit le Dôme et la barre des Ecrins, les Aiguilles de Tiphaine… pardon d’Arves… La vue est magnifique.

On dépeaute, on fait quelques photos et on repart. On ne va pas pique-niquer là-haut, trop de vent.

Le début de la descente se fait prudemment. Un peu de dérapage et quelques virages plus bas, on est au pied du Pic Blanc.

On continue la descente, jusqu’à se trouver un petit coin tranquille, sans vent, pour casser la croûte et laisser à la neige le temps de se ramollir un peu.

Au moment de s’arrêter, Gérard nous fait une Pierre Richard, en croisant les skis par l’arrière. Et hop, la belle chute, les 4 fers en l’air. On s’arrête donc là. C’est parti pour les sandwiches. On en profite pour admirer les nombreux kytes qui remontent du côté du vallon de Roche Noire.

On repart, en prenant un peu sur la droite, dans une neige qui sans être extraordinaire n’est pas désagréable. On retrouve la petite combe aperçue à la montée. Ni une ni deux, on la prend. La neige est très bonne à cet endroit et on ne regrette pas d’y être allé même s’il a fallu mettre quelques coups de bâtons pour arriver à la petite table d’orientation vue à la montée.

Le reste de la descente se fait bien. La neige n’est encore pas trop lourde. Après quelques zigzags, on finit par arriver à la voiture, il est un peu plus de 13h15. On se change, on remballe et on décolle. On n’aura pas les bouchons cette fois et ça c’est cool aussi…



Une belle ballade, un bel objectif. Encore une fois on en a pris plein les yeux. Vivement la prochaine…


Récit par Stéphane ;-)

Ambiance au sommet
Départ
Vallée vers Serre Chevalier depuis la table d'orientation
Les aiguilles D'Arves
Le sommet jouant à cache cache avec les nuages
Pause Casse croute - Les Kytes remontent le vallon de Roche Noire

Commentaires

S
Steph-LRDD, le 03.03.21 19:55

Merci pour le post.

Une super journée passée avec Rémi et toi.

T
Tassaine, le 04.03.21 11:07

Mes aiguilles hahaaaaaa

Bon Ca donne pas envie cette neige et ce vent !

Cette sortie